Devenir membre
Devenir Membre

ou
Continuer avec Google
Connexion
Se connecter

ou
Se connecter avec Google
test
Champion dopé

Test du Super Champion XD de Fender

Agrandir
Ajouter ce produit à
  • Mon ancien matos
  • Mon matos actuel
  • Mon futur matos
Fender Super Champ XD
Photos
1/717
Fender Super Champ XD

Ampli combo à modélisation pour guitare de la marque Fender .

Les fabricants d'amplis semblent avoir redécouvert les vertus des petits amplis à lampes. C’est dans cette mouvance que Fender sort une version réactualisée, modernisée et dopée à coups de DSP du fameux Champion, renommé pour l’occasion Super Champ XD.

Les fabri­cants d’am­plis semblent avoir redé­cou­vert les vertus des petits amplis à lampes. C’est dans cette mouvance que Fender sort une version réac­tua­li­sée, moder­ni­sée et dopée à coups de DSP du fameux Cham­pion, renommé pour l’oc­ca­sion Super Champ XD.

Faisons les présen­ta­tions

'Ha ! Y’a pas à dire… les Fender, ça ressemble à ces vieilles bagnoles améri­caines des années 60, toutes classes avec leurs chromes !'. Ce sont les mots d’un de mes cama­rades décou­vrant ce petit combo. Et il ne pouvait tomber plus juste : le super champ XD adopte en effet le look 'black­fa­ce’ qui succéda au look 'tweed’ chez Fender dans les années 60. Sa carros­se­rie est donc de Tolex noir, toile acous­tique argen­tée, potards noirs gradués de 1 à 10, et inscrip­tions blanches ou chro­mées incli­nées. En fait, le Super champ ressemble un 'peu à un Deluxe Reverb qui aurait rétréci au lavage. Il ne fait en effet qu’une quaran­taine de centi­mètres de large pour à peine plus de 10 kg !

Super Champ XD

Côté moto­ri­sa­tion, on retrouve sous le capot une 12AX7 de préam­pli­fi­ca­tion, entou­rée d’une paire de 6V6 Elec­tro Harmo­nix, crédi­tant l’en­semble d’une quin­zaine de chevaux, pardon, de watts en classe AB, qui feront rugir (mais pas forcé­ment trop fort !) un haut-parleur de 10 pouces 'design special fender’.

Puisque nous en sommes à regar­der sous le capot, notons la présence, en face arrière, d’une sortie line out, d’une entrée foots­witch (lequel n’est pas livré avec l’am­pli), et de la possi­bi­lité de faci­le­ment débran­cher le HP interne pour raccor­der le champ XD au baffle de votre choix.

Reste à se pencher sur le pilo­tage de l’en­gin. À première vue, rien d’une usine à gaz, puisque la façade n’ar­bore, en plus de l’en­trée jack et du témoin d’al­lu­mage, qu’une huitaine de potards ainsi qu’un push/push destiné au chan­ge­ment de canal. Mais le Super Champ réserve en fait quelques surprises.

Comme je le disais en début d’ar­ticle, le Super Champ XD est en fait un design vintage 'dopé ' au DSP (proces­seur de signaux numé­riques). À quoi peut donc servir une section digi­tale dans un ampli à lampes ? Sur cet ampli, à deux fonc­tions. L’une clas­sique, est l’adjonc­tion d’ef­fets: on retrouve ainsi un chorus, une réverbe, un trémolo, un délai et un 'vibra­to­ne’ (sorte de simu­la­tion de cabine leslie), inté­grés à l’am­pli.

L’autre fonc­tion du DSP est, via un rotac­teur 16 posi­tions, de propo­ser 16 voicings diffé­rents sur le deuxième canal de l’am­pli. Pour ne rien gâcher, une bonne partie de ces voicings est direc­te­ment tiré de la gamme Fender, aussi bien d’am­plis vintages que récents. Le manuel annonce des voicings 'tweed’, des voicings de type 'black­fa­ce’, des voicings d’am­plis 'briti­sh’ vintage et modernes, de type 'hot rod’, de type 'metal-head’, et enfin un voicing 'jazz’ et un 'acous­ta­so­nic’. Une belle poly­va­lence affi­chée… reste l’épreuve du feu pour savoir si ce combo va tenir ses promesses !

Chan­nel #1

Commençons cepen­dant par nous pencher sur le canal clair, et par la même occa­sion sur les contrôles communs aux deux canaux de l’am­pli.
Des potards !

Le canal clair possède comme seul contrôle propre un potard de gain, qui fait office de volume géné­ral sur ce canal, le combo ne possé­dant pas de master. Les autres contrôles sont communs aux deux canaux: une section d’éga­li­sa­tion simple, compre­nant un contrôle pour les aigus et un pour les graves. Ceux-ci sont (NDLR : de Lyon ?), comme sur la plupart des Fender, très progres­sifs et très musi­caux dans leur utili­sa­tion. On trouve égale­ment un potard permet­tant de choi­sir un effet, ainsi qu’un contrôle libellé 'FX level’, contrô­lant l’in­ten­sité de l’ef­fet sélec­tionné. Mais nous y revien­drons plus tard. Le manuel stipule que le canal clair est inspiré des circuits du canal clair des séries 'black­fa­ce’. De fait, ce canal possède un carac­tère très droit, mais aussi très chaud et dyna­mique, carac­té­ris­tique des amplis typés 'deluxe reverb’ des années 60. Il marche parti­cu­liè­re­ment bien avec des micros à simple bobi­nage, dont il retrans­crit parti­cu­liè­re­ment bien la dyna­mique. Exemple avec une tele­cas­ter en micro cheva­let.

S’il reste droit et clair sur la majo­rité de la course du potard de gain, il est aussi possible de le faire tordre en le pous­sant bien à fond, parti­cu­liè­re­ment en le jouant avec une guitare à fort niveau de sortie. Les sono­ri­tés seront alors bien 'sales’, la section de puis­sance se mettant elle aussi à satu­rer, le tout donnant un carac­tère qui plaira très certai­ne­ment aux amateurs de blues 'vinta­ge’.

En fait, bien que cela ne soit pas expli­ci­te­ment marqué dans la (très succincte) notice, il semble que le DSP ne soit pas mis à contri­bu­tion pour gérer le voicing du canal. La 12AX7 doit être proba­ble­ment direc­te­ment attaquée par le signal de guitare. Du coup, il est possible de faire sur ce canal toutes les appli­ca­tions clas­siques que l’on fait habi­tuel­le­ment sur un Fender tout lampes : il réagit exac­te­ment pareil. Et pour un volume sonore tout de même bien plus accep­table ! Par exemple, je recom­mande parti­cu­liè­re­ment l’uti­li­sa­tion d’une pédale de type Tube Screa­mer dans ce canal : le résul­tat est parti­cu­liè­re­ment musi­cal et plein de dyna­misme.

La machine à remon­ter le temps

Le deuxième canal nous amène dans le vif du sujet, à savoir le fameux carac­tère 'vintage modi­fied’ de l’am­pli. Celui-ci se contrôle à l’aide des trois potards qui lui sont propres : un gain, permet­tant de doser sur la plupart des voicings le taux de satu­ra­tion. Un volume, post-préam­pli, faisant office de master pour le deuxième canal, et enfin, un rotac­teur à seize posi­tions permet­tant de choi­sir le voicing du canal. Ajou­tez à cela la section commune d’éga­li­sa­tion ainsi que les effets, et l’on obtient à la fois un canal simple à régler et poly­va­lent.

Mais trêve de long discours, je vous ai concocté quelques exemples sonores, afin de vous rendre compte des grains dispo­nibles. Ceux-ci sont enre­gis­trés en utili­sant un Shure SM57 collé au combo, placé en déca­lage du centre du HP à envi­ron un tiers de son rayon, une carte son Line6 Tone­port UX2 et le logi­ciel Sampli­tude 9. Aucun effet n’a été ajouté. Pour tous les réglages de l’am­pli, gain, basses et aigus étaient réglés à midi. Le volume était à un peu plus de 3, ce qui faisait chan­ter le Super champ à un volume suffi­sam­ment fort pour impor­tu­ner les voisins.
Ca brille !

Deux guitares ont été utili­sées : une guitare de type Tele­cas­ter sur le micro cheva­let pour les premiers voicings, puis une guitare de type Les Paul, accor­dée en Si grave pour les samples suivants, et enfin retour à la Tele, en micro manche. Section 'Tweed’ : Voicings 1, 2 et 3 : grand bond dans le temps avec ces voicings qui repro­duisent le son des Fenders typiques des années 50, comme le fameux Bass­man.On en retrouve égale­ment une version sous stéroïdes riche­ment satu­rée. Ces 3 voicings sont parti­cu­liè­re­ment indiqués pour jouer du rocka­billy, de la coun­try et du blues (cf. exemple sonore en rajou­tant un effet de slap­back). Une très grande réus­site !

On se trans­porte une dizaine d’an­nées en avant avec les Voicings 4, 5 et 6 : la section Black­face. Ces voicings repro­duisent le son des Fender des années 60, dont les plus fameux repré­sen­tants sont les fameux Deluxe et Twin Reverb. De manière géné­rale, ces amplis sont plus brillants et saturent moins que les Tweeds ici et ici. C’est en fait le son Fender que mes oreilles quali­fie­raient tout simple­ment de 'clas­siques’, rondes, chaudes, dyna­miques… Une Tele ou une Strat s’ac­cordent le plus natu­rel­le­ment du monde avec ces voicings. Là encore, une très belle réus­site de l’am­pli, le son clas­sique Fender est repro­duit à merveille.

La machine à traver­ser l’At­lan­tique

Plutôt que de traver­ser unique­ment le temps, la section suivante choi­sit de traver­ser l’at­lan­tique, puisqu’elle est dévo­lue aux sons dit 'briti­sh’. Fender se veut assez vague dans ses descrip­tions, mais d’après les sono­ri­tés et les indices donnés, il semble bien que le voicing 7 lorgne du coté de chez Vox (AC30), le voicing 8 du coté des Marshall vintage (repro­dui­sant un Plexi ?), et qu’en­fin, on attaque les lignes d’am­plis plus 'moder­nes’ avec cette repro­duc­tion d’un Marshall 'moder­ne’ (vu la sono­rité, je vote pour un JCM 800). Encore une fois, ces sons sont immé­dia­te­ment recon­nais­sables et de grande qualité. D’ailleurs, en arri­vant dans la plate-bande dévo­lue au Marshall, je n’ai su résis­ter à l’en­vie de sortir la Les Paul !
Haut-parleur

Pour tous les voicings suivants, Fender a choisi de s’in­té­res­ser à sa ligne moderne. Les 3 posi­tions de voicing suivantes (10, 11 et 12) sont dévo­lues à la gamme Hot Rod. Connais­sant peu la gamme d’am­pli origi­nelle, je me garde­rai bien de les compa­rer à leurs modèles. On peut cepen­dant dire qu’il s’agit de sono­ri­tés allant de l’over­drive à la belle distor­sion, plutôt moel­leuses, rondes, pleines de basses (ici et ici), et toujours empruntes du dyna­misme propre à Fender, pouvant aller jusqu’à taqui­ner le 'high gain à la Mesa Boogie’. J’ai choisi de rester sur la Les Paul pour tester ces voicings, afin de voir la réac­tion de l’am­pli face à un instru­ment possé­dant un haut niveau de sortie. On notera sur le dernier exemple qu’il ne faudrait pas pous­ser plus les basses, le HP risquant de montrer ses limites. Ceci n’est néan­moins pas vrai­ment surpre­nant, un petit HP de 10 pouces n’étant en géné­ral pas physique­ment capable d’en­cais­ser autant dans le domaine que les gamelles équi­pant, au hasard, les stacks Mesa Boogie.

Dernière section dévo­lue au gros son, nommée 'métal ', que Fender décrit inspi­rée de sa série 'Metal­head’, avec un voicing aux médiums très creu­sés, ici et ici. Sur les exemples sonores, le résul­tat montre un grain qui paraît assez inté­res­sant. Cela dit, Fender peut mieux faire sur ce genre de sons. L’en­semble a une certaine tendance à manquer de corps, à faire un peu 'distor­sion nid d’abeille’. Nul doute que ces deux voicings pour­ront proba­ble­ment plaire à d’autres oreilles que les miennes, mais j’ai trouvé la qualité de ces deux voicings en retrait par rapport à ceux propo­sés précé­dem­ment.

Les lampes

Avant dernier voicing: Jazz, basé sur le Fender Jazz King. J’ai voulu tester cette section avec une tele­cas­ter en posi­tion manche. Le grain est velouté, assez lissé, et remplit plutôt son office. Il doit être inté­res­sant à essayer en utili­sant une guitare de type hollow body.

Et enfin, last but not least, le mode 'Acous­tic’. Annoncé comme basé sur le grain de l’am­pli Acous­ta­so­nic de Fender, je pense qu’il s’agit plutôt d’une simu­la­tion d’acous­ta­so­nic dans lequel on aurait bran­ché une guitare équi­pée de capteurs piézo. Le son est dyna­mique et brillant, sans être pour autant trop agres­sif. J’avoue que je reste dubi­ta­tif quant au résul­tat en bran­chant une vraie guitare élec­tro-acous­tique dedans, mais pour donner une brillance 'acous­tique’ à une élec­trique, ce mode convien­dra à la plupart des guita­ristes.

Balançons les effets

Simpli­cité est ici le maître mot : on sélec­tionne une posi­tion sur le rotac­teur, on règle l’in­ten­sité de l’ef­fet par rapport au son 'dry’ (gradué de 1 à 10 1 = bypass, 10 = effet maxi­mal). Un petit regret en passant sur le rotac­teur : s’il est pratique d’uti­li­sa­tion, la séri­gra­phie le rend un petit peu diffi­cile, les 'crans’ n’étant pas clai­re­ment impri­més sur la façade.

Nous avons donc 5 grandes sections d’ef­fets : chorus, réverbe, trémolo, délai et 'vibra­to­ne’, chaque section propo­sant plusieurs varia­tions du même effet, ou une combi­nai­son (chorus + délai, réverbe + délai ou chorus + réverbe par exemple). Leur qualité est très correcte, colo­rant le son sans pour autant le déna­tu­rer. Pour tous les effets (mise à part la réverbe), les diffé­rentes posi­tions du rotac­teur ne font que chan­ger la fréquence de celui-ci. Le tout reste donc très simple à utili­ser et à régler, l’ef­fet deve­nant le petit plus qui épice le son choisi sur l’am­pli.

Conclu­sion

Le logo Fender

Fender signe là un petit ampli très atta­chant, intui­tif et vrai­ment très simple d’uti­li­sa­tion. Son canal 1 le fait réagir comme un véri­table ampli à lampes vintage. Quant aux voicings de son canal 2, et plus parti­cu­liè­re­ment ceux basés sur les Fender qui sont extrê­me­ment réus­sis, ils conten­te­ront les fans de tous styles, à l’ex­cep­tion probable des métal­leux. Avec ses 15 Watts, il est large­ment utili­sable à des volumes (pas néces­sai­re­ment) raison­nables chez soi ou en studio, mais manquera peut être de réserve de puis­sance pour assu­rer en répète, si votre batteur est du genre 'cogneur’ (j’ai fait le test pour vous…). Cela dit, il doit à mon avis être possible de résoudre ce problème en le bran­chant dans un baffle avec des HP à haut rende­ment, tels les Celes­tion Vintage 30. Et la bonne surprise est pour la fin : cet ampli ne vous ruinera même pas. Il ne coûte que 350€, ce qui en fait un des rapports quali­tés/prix les plus inté­res­sants de sa caté­go­rie.

[+] Un vrai ampli à lampes avec la person­na­lité typique des Fender sur le canal 1
[+] Poly­va­lence
[+] léger et peu encom­brant
[+] Simpli­cité d’uti­li­sa­tion
[+] Rapport qualité / prix excellent

[-] Sono­ri­tés métal manquant de corps
[-] Pas de Foots­witch

Points forts
  • Un vrai ampli à lampes avec la personnalité typique des Fender sur le canal 1
  • Polyvalence
  • léger et peu encombrant
  • Simplicité d'utilisation
  • Rapport qualité / prix excellent
Points faibles
  • Sonorités métal manquant de corps
  • Pas de Footswitch
  • manu0708 157 posts au compteur
    manu0708
    Posteur AFfiné
    Posté le 04/01/2017 à 19:11:57
    Ce test donne l'envie de courir le tester en vrai. Cela semble vraiment un ampli sympa pour la maison.
  • latole 7866 posts au compteur
    latole
    Je poste, donc je suis
    Posté le 05/01/2017 à 11:36:06
    Ce n'est que du marketing pour faire parler de la marque et ça réussi.

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.