Devenir membre
Devenir Membre

ou
Connexion
Se connecter

ou
Agrandir
Ajouter ce produit à
  • Mon ancien matos
  • Mon matos actuel
  • Mon futur matos
Sterling by Music Man Ray34CA
Photos
1/30

Test de la Sterling Ray 34 CA

Basse électrique 4 cordes de la marque Sterling by Music Man appartenant à la série StingRay

Prix public US : $689 incl. VAT
test
31 réactions
Ray il sue…

Il y a un an, à quelques jours près, j’avais rédigé un banc sur la Music Man Classic Stingray. Une saison plus tard, une autre marque d’Ernie Ball, baptisée Sterling, sortait son équivalent à mi-budget. La curiosité de votre serviteur se devait de passer à l’action pour tester l’alternative. Voilà de quoi intéresser tous ceux qui rêveraient de se payer une légende à moitié prix.

Ster­ling by Music Man

Pour tous ceux que la chose inté­resse, il y a une bio de la marque dans le test de la Clas­sic Stin­gray. Dans les lignes qui vont suivre, nous essaie­rons de répondre à une ques­tion plutôt bête, mais tout de même impor­tante : comment fabriquer et vendre une Stin­gray à moins de mille euros ? Je sais que la majeure partie d’entre vous a déjà réponse en tête, Ernie Ball n’étant pas la première société à faire appel au procédé que je vais décrire.

Mais l’heure étant à la traça­bi­lité (même si on ne joue pas encore bio), je trouve inté­res­sant de s’in­ter­ro­ger sur les tenants du commerce inter­na­tio­nal qui fonde globa­le­ment le marché des produits manu­fac­tu­rés, dont ceux qui animent nos bons plai­sirs de musi­ciens. Tout commence avec une société qui se décide à vendre des produits plus acces­sibles que sa gamme de base. Pour faire simple, nous appel­le­rons cette entre­prise Ernie Ball.

Depuis que la compa­gnie a acheté la marque Music Man (en 1984), elle fabrique des guitares et des basses élec­triques aux États-Unis. Avec des modèles de légendes tels que la guitare Silhouette, la basse Stin­gray et une excel­lente poli­tique d’en­dor­se­ment, Ernie Ball à réussi à s’éta­blir sur le marché de la guitare de pres­tige, fidé­li­sant sa clien­tèle sur un stan­dard de qualité Améri­cain. Tout se passe pour le mieux, jusqu’au jour où les diri­geants de la société décident de ne plus se passer de la clien­tèle du milieu et de l’en­trée de gamme, en tirant ses tarifs vers le bas. Il n’y a pas trente-six manières de faire bais­ser les prix de vente : la plus évidente étant de revoir les coûts de produc­tion à la baisse. Et c’est dans ce dessein que les fabri­cants cherchent avant tout à réduire le prix de la main d’œuvre. Dans le cas de Music Man, dont les locaux sont implan­tés au milieu de la Cali­for­nie, c’est une tâche diffi­cile : le person­nel étant quali­fié, syndiqué et rému­néré en fonc­tion d’un salaire de base natio­nal, on ne peut pas revoir leur fiche de paye comme on chan­ge­rait le menu de la cantine. En consé­quence, Music Man se lance dans la cession de licence pour faire produire par d’autres ce qu’elle ne peut assu­rer au sein de sa propre chaîne de fabri­ca­tion. En 2000, elle fait appel à la corpo­ra­tion Hanser (qui manage des marques comme BC Rich, Spec­tor, Traben et Kustom) pour créer l’en­tité OLP guitars (Offi­cialy Licen­sed Products) et mettre sur le marché des imita­tions de Stin­gray assem­blées en Chine, avec des pièces déta­chées prove­nant de Corée. Mais l’as­so­cia­tion ne dure que quelques années pour prendre fin en 2009, avec l’ex­pi­ra­tion de la licence commer­ciale. Dès lors, Music Man se tourne vers un nouvel impor­ta­teur, la société Praxis Musi­cal Instru­ment, pour gérer les stocks et le contrôle qualité des produits d’une nouvelle sous-marque bapti­sée Ster­ling (le prénom du fils d’Er­nie Ball, actuel­le­ment à la tête de l’en­tre­prise). Les pièces déta­chées proviennent toujours de Corée pour être cette fois assem­blées en Indo­né­sie, une fois les instru­ments réali­sés, ils sont envoyés à Orange (chez Praxis en Cali­for­nie) pour l’ins­pec­tion, le stockage et la distri­bu­tion.

Belle et presque fidèle

Sterling Ray 34 CA

On commen­cera ce banc sous les meilleurs auspices, puisque la basse est vendue avec une housse d’ori­gine, certes souple, mais offerte gracieu­se­ment par Madame Ster­ling. Moi je dis bravo et espère le jour où la géné­ro­sité se fera norme dans le condi­tion­ne­ment de nos instru­ments préfé­rés. Un coup de ferme­ture éclair et zip, voilà une belle quatre cordes !

Jolie, elle l’est assu­ré­ment. De belles fini­tions s’offrent au premier coup d’oeil, aucune faute pour la pose du vernis Gloss, aussi bien sur le corps que pour la touche à la teinte légè­re­ment ambrée. Par contre l’ap­pli­ca­tion de ladite teinte n’est pas forcé­ment uniforme sur les bords de la touche, ce qui est un tanti­net dommage. J’ai entre les mains la fini­tion Sunburst vendue avec un manche à touche érable. Le frêne du corps présente de jolis motifs verti­caux (les veinures de cette essence sont géné­ra­le­ment esthé­tiques), parfai­te­ment mis en reliefs par la pein­ture en trois tons.

Sterling Ray 34 CA

L’as­sem­blage des pièces du corps est assez réussi et reste diffi­ci­le­ment percep­tible à l’œil nu. Comme la Music Man Clas­sic, le corps de cette Stin­gray reprend ses lignes d’ori­gines et ne présente aucun chan­frein, sur la table comme au dos. Le manche est bien plus fin que sur un stan­dard améri­cain, avec 38,1 mm au sillet au lieu des 41,3 mm habi­tuels, ce qui me convient tout à fait, mais ne siéra pas à tous les bassistes. C’est à très peu de choses près, les cotes d’un manche de Jazz Bass, avec des frettes fines et un radius avoi­si­nant les dix pouces. Le manche est fixe­ment ancré dans le corps par six vis et ses méca­niques sont ouvertes. Le bloc cheva­let cordier ressemble à celui d’une Stin­gray stan­dard, on pourra lui repro­cher l’ab­sence des tampons étouf­foirs et un char­ge­ment des cordes qui ne traverse pas le corps de l’ins­tru­ment.

J’avais person­nel­le­ment appré­cié les sour­dines et  le cheva­let traver­sant équi­pant les Clas­sic series améri­caines. L’élec­tro­nique en deux bandes commande le pavé légen­daire de la marque : un potard pour les graves, un autre pour les aigus et enfin un troi­sième pour le volume. La vie est fich­tre­ment simple quand on a une Stin­gray et cela me plaît. Pour ce qui est du micro, monté avec des aimants ALNICO et un bobi­nage spéci­fique à cette série, il a tous les traits d’un pavé Music Man, avec ses plots de 9,5mm et ses trois vis. Le réglage du Truss­road reste au top de ce que sait faire Music Man, c’est à mon goût le système le plus acces­sible et le plus simple pour corri­ger la cour­bure d’un manche. Mêmes louanges pour l’ac­cès à la pile, le tiroir prévu à cet effet étant simple et fonc­tion­nel, tant que l’on n’a pas des quenelles en guise de doigts et que l’on prend le temps de ne pas s’éner­ver dessus. Dans ma vie de vendeur, combien d’ins­tru­ments j’ai vu reve­nir du front, avec un gros bout de chat­ter­ton rete­nant la batte­rie ? Une bles­sure de guerre distinc­tive à l’usage de ce système, arra­ché dans la préci­pi­ta­tion ou tout simple­ment bousillé par l’usure. Et dans le métier tout le monde le sait : sur une active, quand la pile s’en va, tout fout le camp ma bonne dame.

Le bon grain

Sterling Ray 34 CA

Ah le son Music Man ! Même si je n’au­rai jamais la classe de Gail Ann Dorsey, je vais tout de même me permettre de jouer quelques notes sur cette Ray 34 CA (pour Clas­sic Active). Voici quatre extraits, d’abord inter­pré­tés aux doigts avec les bandes pous­sées aux trois quarts, puis en effec­tuant un léger cut dans les aigus. Les parties slap­pées et jouées au média­tor sont effec­tuées avec les potards à fond, ce qui avec le recul et quelques écoutes du résul­tat ne rend pas vrai­ment justice à l’ins­tru­ment, inséré direc­te­ment dans l’in­ter­face. Sur un ampli, le raccourci fonc­tionne parfai­te­ment bien, là c’est un peu trop mordant dans les aigus.

 

1 Jeu aux doigts
00:0000:28
  • 1 Jeu aux doigts00:28
  • 2 Cut aigu00:34
  • 3 Slap00:20
  • 4 Media­tor00:20

 

Sterling Ray 34 CA

Ne serait-ce pas là le grain d’une Stin­gray ? En tout cas, mes oreilles se sont lais­sées prendre au jeu. La pêche est bien là, le carac­tère dyna­mique est à la fête et la courbe natu­rel­le­ment creuse du signal aussi. Le potard d’aigu est à mani­pu­ler avec soin, car il façonne presque le son à lui tout seul, le coté un peu brillant de la Ray 34 CA force à lais­ser les graves à la hausse. J’au­rais adoré avoir une Améri­caine entre les mains pour faire une compa­rai­son sonore tout à fait objec­tive, mais je ne suis pas encore un collec­tion­neur fou et j’ai pris cette mauvaise habi­tude de rendre le maté­riel que l’on me prête, au lieu de dispa­raître avec dans la nature. Un devoir de mémoire s’im­pose donc pour pouvoir décrire le contraste entre les deux. De souve­nir, j’avais trouvé la Clas­sic Stin­gray plus poin­tue dans les hauts médiums, avec un grain lais­sant plus de place au bois qu’à l’élec­tro­nique. La Ray 34 CA s’en approche, mais il lui manque encore un peu de trans­pa­rence pour faire complè­te­ment illu­sion.

Sterling Ray 34 CA

Pour résu­mer, je dirais que l’In­do­né­sienne ne sonne pas aussi natu­rel­le­ment bien que son réfé­rent vendu à plus de 2000 €. Je n’aime pas compa­rer des instru­ments ne jouant pas dans la même cour (plus de 1000 € d’écart, ça commence à faire beau­coup). Toute­fois dans le cas présent, cet exer­cice prend tout son sens. Il reste que la Ray 34 CA est une basse sonnant super­be­ment bien et susci­tera l’in­té­rêt et pourquoi pas la convoi­tise des fans de Music Man amenés à croi­ser son chemin. Le pari sonore est pour moi remporté par Ernie Ball, qui réus­sit à donner le change à une clien­tèle exigeante (puisque fan de la marque), mais pas forcé­ment à même de s’of­frir le cata­logue améri­cain.

Yes she can !

Person­nel­le­ment, je suis épaté par les quali­tés de la Ray 34 CA. Il y a un petit bout de temps, j’avais testé quelques OLP en maga­sin. Elles étaient certes moins chères, mais restaient parfai­te­ment médiocres à mon goût. Pour 900 €, on touche du bout des doigts le son d’une Stin­gray origi­nale pour s’en empa­rer de manière bluf­fante. Comme l’ori­gi­nale, la Ray 34 CA est un instru­ment robuste dont le signal percera n’im­porte quel mix, sur scène comme en studio. Au niveau des sensa­tions, seule votre main gauche pourra faire nette­ment la diffé­rence avec une Améri­caine : la finesse du manche s’adres­sant aux mains les plus menues, les grosses pognes peuvent direc­te­ment s’in­té­res­ser aux stan­dards de la marque qui restent au-dessus des 41mm. L’ab­sence de chan­frein ne m’a pas dérangé pour les quelques temps passés avec, l’ins­tru­ment demeure confor­table à jouer. J’au­rais cepen­dant aimé l’es­sayer quelques heures en studio, jouer debout, pour vrai­ment me rendre compte de la chose et m’as­su­rer qu’au­cune douleur n’ap­pa­raî­trait au niveau de l’avant-bras. Mais jusque-là, aucun bobo ni aux bras, ni au dos. Ce test bouclé sur une bonne note, je vous invite à l’es­sayer par vos propres moyens et à parta­ger vos avis sur la ques­tion.

Points forts
  • Oh le beau Vernis !
  • Accès au Trussroad et à la pile.
  • Joli ramage
  • Électronique super simple et efficace.
  • Pas chère pour une Stingray
  • Vendue en housse
  • Manche facile à jouer pour les petites mains
Points faibles
  • Pose de la teinture sur le manche
  • Chevalet un poil rudimentaire
  • Pas de version pour les gauchers sur ce modèle
  • Manche un peu fin pour les grosses pognes
  • Peut-être un peu chère pour une Indonésienne ?

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.