Devenir membre
Devenir Membre

ou
Connexion
Se connecter

ou
Agrandir
Ajouter ce produit à
  • Mon ancien matos
  • Mon matos actuel
  • Mon futur matos
Fender American Deluxe Dimension Bass IV
Photos
1/58

Test Fender American Deluxe Dimension Bass IV

Basse électrique 4 cordes de la marque Fender appartenant à la série Dimension Bass

Prix public US : $2,239 incl. VAT
Simplement différente

Je m’en souviens comme si c’était hier : c’était un jeudi et il faisait froid. Je pensais avoir tout vu et tout entendu, j’étais enfin éclairé sur les réalités de la vie.

L’ave­nir n’avait plus de mauvaise surprise à appré­hen­der. J’étais arrivé à ce stade, dans une exis­tence de mec perplexe, où le monde vous appa­raît sous une simpli­cité toute provi­den­tielle : intel­li­gible, raisonné, tout de même instable et cepen­dant maîtri­sable. J’en avais enfin fini avec la crise de la tren­taine ! Plus rien ne pouvait me surprendre, le monde était aussi prévi­sible qu’une bonne bière fraîche. C’étant bon et fich­tre­ment rassu­rant d’en être là… Et puis tout a foutu le camp en cinq minutes, juste le temps de lire un mail annon­cia­teur d’une nouvelle fracas­sante : Fender sortait une nouvelle basse. Pas l’énième reis­sue d’un stan­dard revi­sité depuis plus de cinquante ans, mais bien un concept neuf. Qui aurait pu prévoir un truc pareil ? Pas moi. 

Toutes mes certi­tudes envo­lées, ma force de l’âge de retour en crise, il ne me restait que mes vieilles habi­tudes pour oublier ces vilaines ques­tions exis­ten­tielles : tester cette basse au plus vite et crier bien fort, à la face de l’uni­vers, de quoi il en retourne véri­ta­ble­ment.

On a peur du chan­ge­ment

On voit souvent les grandes marques comme des fabri­cants prenant peu de risques, préfé­rant décli­ner des clas­siques plutôt que de se mouiller avec des idées neuves. Et dans un certain sens, nos yeux ne nous trahissent pas. Les chiffres peuvent en témoi­gner : il y a au cata­logue Fender (les basses Squier comprises) pas moins de quarante-neuf modèles de Preci­sion Bass à vendre, même score pour la Jazz Bass. Sur les cent vingt-sept basses que la marque commer­cia­lise, cela repré­sente une part de 77 % de leur produc­tion, qui campe sur deux modèles. Histo­rique­ment pour­tant, la compa­gnie a tenté plusieurs fois d’im­po­ser de nouveaux concepts, surtout durant sa période CBS. Si certains se commer­cia­lisent encore, d’autres sont tout bonne­ment tombés dans l’ou­bli. Saviez-vous, par exemple, que la première cinq cordes était une Fender ? Son nom était Bass V et elle a été produite de 1965 à 1971. Elle n’était pas accor­dée avec un Si grave, mais un dos aigu, afin de permettre aux bassistes mettre leur main gauche en RTT. Son manche était donc plus court (seule­ment quinze frettes), mais son diapa­son était plus long que celui d’une Preci­sion. En six ans d’ex­ploi­ta­tion, la cinq cordes origi­nelle de Fender ne s’écoula pas à plus de mille exem­plaires.

Fender American Deluxe Dimension Bass IV

Et la Coro­nado Bass, vous connais­sez ? Intro­duite dès 66 pour faire rentrer la compa­gnie sur le marché des Hollow-bodies. Litté­ra­le­ment boudée par ses contem­po­rains qui l’a consi­dé­raient comme une aber­ra­tion. Elle fut commer­cia­li­sée pendant sept ans, pour être rempla­cée par la Star­cas­ter. En fait, ces deux modèles sont toujours fabriqués de nos jours.

Ce qui n’est pas le cas de l’im­pro­bable Katana, produite au japon pendant les années 80 afin de concur­ren­cer Jack­son et ses guitares aux formes poin­tues. Exit aussi les séries Prophecy (pour­tant pas si vieilles que cela), les JP90 et autres Zone Bass. Et enfin qui se souvient de la Fender Perfor­mer ? Qui sonna le glas de CBS, alors qu’elle devait réin­ven­ter la Jazz Bass. Et là je ne vous parle que des moins connues ; parce que si je cite, la Jaguar, la Music­Mas­ter, la Mustang, la Bass VI, la Stu Hamm ou la Roscoe Beck ; ça commence à faire une belle liste. Et la Dimen­sion Bass était déjà le nom d’un modèle actif, à deux octaves, commer­cia­lisé de 2004 à 2007. 

Alors, dire que chez Fender, ils n’ont fait que des Jazz Bass et des Preci­sion Bass, peut s’avé­rer pour le moins réduc­teur. Ils ont tenté bien des choses, mais ces entre­prises ne rempor­tèrent aucun succès notable (sauf quelques excep­tions, dont la Jaguar et la Roscoe, tout de même arrê­tées). Un stan­dard reste un stan­dard. 

Alors ce chan­ge­ment, c’est main­te­nant ?

Fender American Deluxe Dimension Bass IV

Un tour de la bête s’im­pose avant de me pronon­cer sur ce point. À première vue, la ligne est origi­nale sans trop s’éloi­gner des rondeurs clas­siques de la marque. Le corps est en frêne, avec de jolies courbes qui donnent une silhouette assez gracieuse à la Dimen­sion. Ses pans coupés sont un peu plus courts et fins que sur une Preci­sion ou une Jazz Bass. L’éclisse en bas de caisse a aussi un contour bien parti­cu­lier. La plaque a été réduite, mais pas suffi­sam­ment à mon goût : en l’ab­sence de micro grave, pourquoi occul­ter de si jolies veinures avec du plas­tique ? Person­nel­le­ment, j’au­rai bien vu la Dimen­sion se passer de ce genre de protec­tion, avec juste un accas­tillage pour coffrer l’élec­tro­nique, dans le même ton que le cheva­let. 

Je dis juste ça parce que le bois est parti­cu­liè­re­ment beau sur l’ins­tru­ment dont je dispose et que le vernis utilisé, même si c’est un gloss, n’a pas été posé trop épais. On a donc réel­le­ment envie de profi­ter de cette table, sensuel­le­ment parlant (on est tous un peu féti­chistes non ?). 

Et puis fran­che­ment, je me suis souvent demandé quel était l’in­té­rêt de garder ces plaques depuis 68, année tran­si­toire durant laquelle Fender passa de la laque cellu­lo­sique au vernis poly­es­ter. Avec un vernis de cette épais­seur et de cette nature, une plaque peu paraître bien super­flue. Le cheva­let est une belle pièce massive, à mi-chemin entre le tradi­tion­nel Badass IV et du Gotoh, avec un char­ge­ment tradi­tion­nel des cordes, ce qui est à mes yeux un très bon point.

Fender American Deluxe Dimension Bass IV

L’élec­tro­nique que propose la Dimen­sion est origi­nale, puisque son micro a été spécia­le­ment conçu pour elle : c’est un double bobi­nage à la consti­tu­tion mysté­rieuse. Pas moyen de trou­ver une infor­ma­tion sur le type d’ai­mants employés et malheu­reu­se­ment, je n’ai pas pris le temps de le démon­ter pour tenter de savoir si c’était bien de l’Al­nico. Les plots étant appa­rents, je doute qu’il s’agisse de céra­mique, mais je reste assez curieux de ce fait. J’ai envie de dire du bien du cache-micro, qui pour l’oc­ca­sion habille de bois les bobi­nages, ce qui est rare pour la marque. Merci pour ce détail, ça change du plas­tique et du métal et ça fait surtout plai­sir aux yeux. 

Préam­pli de 18V embarqué, non débrayable à mon grand désar­roi (un inter­rup­teur et une tona­lité passive sont presque de l’ac­quis aujour­d’hui, même chez Fender !) car j’au­rais vrai­ment voulu entendre chan­ter cet humbu­cker en passif. Comme sur la version testée on ne dispose que d’un micro, la balance est absente. Un seul volume et trois bandes suffi­sant large­ment pour faire le travail, on jouit d’un cran central sur chaque bande, qui permet de boos­ter ou couper les fréquences auxquelles elles sont assi­gnées. 

Fender American Deluxe Dimension Bass IV

Parlons un peu du manche, car il y a bien des choses à racon­ter à ce sujet. À le regar­der un peu vite, on pour­rait tout à fait le confondre avec un celui d’une Preci­sion : tête iden­tique, galbe quasi égal, repères clas­siques et fret­tage Jumbo. Mais les simi­li­tudes de façade s’ar­rê­te­ront là, car la Dimen­sion Bass a un manche réel­le­ment « endé­mique ». À commen­cer par son radius compensé : la touche est bombée sur les notes graves (241 mm) et rela­ti­ve­ment plate à partir de l’oc­tave (355,6 mm). En somme, on a le radius d’une Fender stan­dard en haut du manche, pour finir entre celui d’une Yamaha et d’une Ibanez sur sa partie basse.

La deuxième spéci­fi­cité de ce manche est sa forme en C, asymé­trique (comme sur la Stu Hamm) : Le dos de ce dernier est plus bombé au niveau des cordes graves qu’à celui des petites, ce qui est vrai­ment confor­table pour le jeu. La main se pose d’elle-même sur toutes les posi­tions et l’on ressent moins les diffi­cul­tés habi­tuel­le­ment rencon­trées aux extrêmes de la touche. Celles qui finissent parfois par un abduc­teur de pouce endo­lori. Indé­ce­lable de visu, cet agré­ment ergo­no­mique est un véri­table plus, surtout pour les mains les plus petites.

Un autre détail tout aussi bien­venu est le Truss Road direc­te­ment acces­sible en bas de touche, comme sur les Music Man. Plus besoin de clé à Allen, ni de démon­ter une plaque occul­tante. Il faut juste une pointe solide et fine (un petit tour­ne­vis cruci­forme par exemple) et un ou deux tours de vis pour voir le manche se tendre ou se creu­ser sans aucun effort. Person­nel­le­ment, de tout ce qui existe en la matière, c’est ce système de réglage qui a ma préfé­rence et ça fait plai­sir de voir la marque enfin l’adop­ter.

Fender american deluxe Dimension Bass IV

Enfin, en plus des méca­niques Hipshot vintage qui ont fière allure, la Dimen­sion dispose d’une barre de réten­tion direc­te­ment inté­grée à la méca­nique de La. Afin de bien asseoir la corde sur son sillet en os. Ce manche se propose soit avec une touche en érable ou dans son alter­na­tive en palis­sandre. La basse se propose aussi en fini­tion natu­relle, en noir et en Violin Burst : un dégradé pas vilain à tendance ambrée. La couleur de cet instru­ment d’es­sai est parti­cu­lière, mais reste néan­moins sobre. La robe est un beau rouge pomme sombre qui n’aler­tera pas la cornée de votre public. Les veinures du bois venant zébrer l’en­semble de lignes sombres. J’op­te­rais quand même pour le natu­rel, un beau bois pouvant se passer de teinte à mes yeux. Il est vrai que cette basse a un je-ne-sais-quoi de Ster­ling mais la compa­rai­son s’ar­rê­tera là pour moi. La première fois que j’ai vu la Dimen­sion, je me suis dit comme tout le monde : ça y est, ils veulent manger dans la cour de chez Ernie Ball (ou plutôt de son fils). En fin de compte, la Dimen­sion va plus loin que ça concer­nant la cible qu’elle vise. Pour le savoir, rendez-vous un peu plus bas ! 

Du neuf dans les oreilles ! 

Fender american deluxe Dimension Bass IV

À des kilo­mètres du grain d’une Preci­sion, pas vrai­ment Jazz Bass et encore moins Music Man (sauf pour la dyna­mique), la Dimen­sion impose un carac­tère qui lui est véri­ta­ble­ment parti­cu­lier. L’hum­bu­cker unique a beau­coup de puis­sance en réserve, mais il sonne avec une finesse surpre­nante ! Je ne dirais pas que ça raille comme un simple (d’ailleurs je ne connais aucun double qui puisse passer pour un simple à mes oreilles), mais tout de même un gros effort se fait sentir, autant sur le posi­tion­ne­ment du micro que sur ses quali­tés intrin­sèques, afin d’abou­tir à ce résul­tat. Écou­tez ce premier exemple avec l’éga­li­seur à plat, pour vous donner une idée du carac­tère premier de l’ins­tru­ment. La prise est réali­sée avec la basse direc­te­ment insé­rée dans ma Stein­berg UR22, sans trai­te­ment annexe. 

00:0000:00

Main­te­nant, une petite ligne jouée très près du cheva­let, pour géné­rer quelques fréquences supplé­men­taires dans les bas médiums. J’ai laissé les aigus à zéro et poussé la bande grave et celle des médiums. Le résul­tat est bien pincé, même avec les aigus à zéro, la dyna­mique est bien là, sous les doigts. Et la brillance n’est pas tout à fait en berne, comme vous pouvez l’en­tendre, le son est précis, voire chirur­gi­cal. 

00:0000:00
Fender american deluxe Dimension Bass IV

Puisqu’on en parle, voici un extrait mettant en exergue les aigus avec quelques harmo­niques natu­rels et un seul qui l’est moins (ici le DO). En enre­gis­trant la chose, je me suis rendu compte du sustain bien poussé de la Dimen­sion, qui résonne mieux que beau­coup de basses à manche conduc­teur. Ceci confirme bien ce que j’ai toujours pensé d’un manche bien vissé (ici par cinq vis) agré­menté d’un cheva­let simple, mais massif : avec une attache du manche légè­re­ment plus basse que sur une Jazz Bass, on accède au parc d’har­mo­niques du fameux stan­dard. Mais l’ac­ces­si­bi­lité aux aigus est encore meilleure que sur ce dernier !

00:0000:00

Après les avoir montés, essayons de faire passer les aigus sous la barre du zéro, afin de rendre le grain légè­re­ment plus mat. Encore une fois, même en « cut » les aigus restent bien présents.  

00:0000:00

Un peu de jeu au pouce, dit à l’an­cienne, qui je trouve fonc­tionne bien avec le carac­tère de cet instru­ment. 

00:0000:00
Fender American Deluxe Dimension Bass IV

Les deux minutes de percus­sion régle­men­tai­res… Là j’ai carré­ment été obligé de bais­ser les aigus !!!! Parce que dès qu’on assomme ou qu’on tire un peu les cordes, pour­tant rincées, de cette basse, on s’at­tend presque à prendre des bouts de plafonds sur le nez, telle­ment le signal perce. 

00:0000:00

Et enfin du média­tor, qui présente un signal assez haut dans les médiums, qui n’est pas sans me rappe­ler une certaine Ritter que j’avais jadis testée. Je suis d’ailleurs content de finir ces extraits sur ce point de compa­rai­son que je souli­gne­rai en conclu­sion. 

00:0000:00
 

La troi­sième dimen­sion

Depuis le temps que la marque cher­chait à mettre au point une nouvelle offre pour les bassistes, capable de suivre le succès de ses stan­dards, je me dis que sur ce coup-là les Cali­for­niens y sont presque. La Dimen­sion Bass ne fait pas mieux que la Preci­sion ou la Jazz Bass. Singu­lière, elle complète simple­ment et effi­ca­ce­ment le cata­logue de la marque en allant là où aucun des clas­siques n’a vrai­ment réussi à s’im­po­ser : la sophis­ti­ca­tion. Cette basse a de vrais atouts pour elle, et parmi le premier : elle va inté­res­ser une clien­tèle qui jusque-là n’était pas forcé­ment atti­rée par le clas­si­cisme exacerbé de la marque. Chirur­gi­cale dans le son et véri­ta­ble­ment confor­table à jouer, la dimen­sion s’ap­proche pour moi d’une « boutique bass » (traduire basse de fabri­ca­tion arti­sa­nale), non pas qu’elle soit fabriquée à la main de la tête aux pieds. Mais parce les bureaux d’étude ont mis le paquet pour propo­ser la diffé­rence, sans tomber dans le hors sujet total et propo­ser des idées neuves, sans tomber dans  le mauvais goût.

Alors oui, il manque ici et là des choses et j’es­père que Fender aura encore l’oc­ca­sion de rendre cette basse plus attrac­tive. Ce test m’a donné envie de goûter à la version à deux micros, bien­tôt dispo­nible en France. Et pour ceux qui n’ont pas le budget : sachez que ce modèle se propose en Deluxe Mexi­caine et aussi dans la série Modern Player.

 

Points forts
  • Du neuf !
  • Manche asymétrique, confort immédiat
  • Chevalet massif et série de micros créés pour l’instrument
  • Préampli et égaliseur efficaces
  • Légère (3,9kilos)
  • Vendue en étui, avec sangle, Jack et Strap-locks
  • Se règle très vite au niveau du manche
Points faibles
  • Actif ou actif ne laisse pas point de choix
  • La plaque
  • Aigus un poil débordants tout de même, mais cela se soigne

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.