Devenir membre
Devenir Membre

ou
Connexion
Se connecter

ou
comparatif
Gettin' hot in-ears

Mon petit doigt me dit que les écouteurs intraauriculaires (ou in-ears monitors) sont actuellement en pleine extension. Ils visent deux publics : musiciens et auditeurs. À chacun, ils offrent un confort et une praticité qu'aucun autre produit ne peut donner.

Mon petit doigt me dit que les écou­teurs intraau­ri­cu­laires (ou in-ears moni­tors) sont actuel­le­ment en pleine exten­sion. Ils visent deux publics : musi­ciens et audi­teurs. À chacun, ils offrent un confort et une prati­cité qu’au­cun autre produit ne peut donner.

Les cinq produits

Rappe­lons d’abord qu’il s’agit de casques audio qui au lieu de se placer sur les oreilles, s’in­tro­duisent dans l’en­trée du conduit audi­tif. Avec à la clé de multiples avan­tages : moins encom­brants à trans­por­ter qu’un casque clas­sique, ils sont aussi beau­coup plus discrets. Et par rapport à de simples écou­teurs, ils isolent au moins partiel­le­ment des bruits exté­rieurs.

Côté audi­teurs, avec une popu­la­tion ayant des durées de trajets crois­santes dans des trans­ports en commun bruyants avec, les casques in ears offrent de meilleures condi­tions d’écoute à volume raison­nable sans enquiqui­ner ses voisins et en préser­vant son look.

Côté musi­ciens, ils donnent sur scène une solu­tion de retour avec de multiples avan­tages. D’abord, on peut béné­fi­cier de sa propre balance sans qu’elle soit polluée ni par les retours des autres musi­ciens, ni par l’am­pli d’un guita­riste fou ou l’agres­sion des cymbales qui vous explosent aux oreilles. On a ainsi de bonnes chances de préser­ver ses oreilles dont on sait qu’elles sont si fragiles et irré­pa­rables. Et puis, c’est moins encom­brant qu’un retour bain de pieds et en couplant le casque à un émet­teur-récep­teur, on gagne une belle mobi­lité puisqu’on ne dépend plus de l’em­pla­ce­ment des enceintes.

Les produits testés

IE4

Senn­hei­ser IE4

Ce casque ne figure pas au cata­logue produit de Senn­hei­ser, mais à son cata­logue de pièces déta­chées. C’est en effet le casque qui est livré de base avec les systèmes in ears EW300IEMG2 compor­tant émet­teurs et récep­teurs. Son prix est autour 65 € ce qui offre, pour les désar­gen­tés, une solu­tion correcte d’en­trée dans le monde des intraau­ri­cu­laires.

IE-20 XB

 

M-Audio : IE-10, IE-20 XB et IE-30

Les trois produits de M-Audio offrent un choix de 100 à 250 € ce qui les place plutôt dans le milieu de gamme du marché. Le IE-10 est le premier prix. L’IE-20 XB s’ap­pelle XB pour extra-bass et est destiné selon son construc­teur à l’au­di­tion de musiques qui s’écoutent habi­tuel­le­ment avec un sub. Le IE-30 est le haut de gamme sensé four­nir la plus grande fidé­lité.

Atrio M5

 

Future Sonic Atrio M5

Ce produit US semble ne pas être commer­cia­lisé en France. On peut cepen­dant le comman­der en ligne pour 199 $, soit autour de 140 €.

Présen­ta­tion

Housse AtrioLa housse de l’Atrio M5 est la plus fonc­tion­nelle

 

Tous ces casques sont livrés avec un ensemble d’em­bouts de tailles diverses pour s’adap­ter aux diffé­rentes morpho­lo­gies. Le kit de l’Atrio est le plus complet avec un choix de quatre tailles d’em­bouts caou­tchou­tés plus de nombreux en mousse de diffé­rentes tailles. La même chose chez M-Audio, mais avec une seule mousse et aucune pour le Senn­hei­ser IE-4.

Housse M-AudioLa housse souple M-Audio : élégante, mais un peu petite

Au niveau des acces­soires, le Senn­hei­ser étant une pièce déta­chée, on a le strict mini­mum : le casque et diffé­rents embouts.

Les M-Audio IE-10 sont livrés avec une housse souple de trans­port, plutôt réus­sie, mais assez petite. Il faut bien ranger le casque dedans pour que ça tienne et on n’em­por­tera rien d’autre.

Boite M-AudioLa boîte livrée avec les IE-20 XB et IE-30. Un peu épaisse, mais volu­mi­neuse et solide comme un tank

Les IE-20 XB et IE-30 en offrent beau­coup plus : en plus de la housse, on a une boîte rigide, plus un atté­nua­teur (nous y revien­drons) et un adap­ta­teur jack ¼". Les M-Audio sont les seuls à four­nir un véri­table manuel (en anglais).

L’Atrio dispose d’un étui semi-rigide qui s’avère être le meilleur compro­mis taille / protec­tion de l’objet et aspect. D’au­tant que sa taille permet d’em­por­ter aussi quelques acces­soires. Le manuel est inexis­tant. Un peu de blabla qui n’ap­porte rien et, par contre, un bon de commande pour se faire des moulages sur mesure.

Les casques

Tous les modèles ont la construc­tion clas­sique d’un câble unique côté prise qui se sépare ensuite en deux pour aller aux écou­teurs. À part le Senn­hei­ser, ils sont tous munis d’une coulisse qui permet de resser­rer les deux câbles autour du cou, le plus souvent sur la nuque en utili­sa­tion scène.

Atrio M5Les Atrio M5 de Future Sonic avec leur design bio

Le plus modeste est le Senn­hei­ser. Ses écou­teurs sont les plus petits et les câbles sont fins, au point qu’ils m’avaient fait craindre pour la soli­dité lors du test du EW300IEMG2. Pour­tant, après plusieurs mois d’un usage assez régu­lier, il fonc­tionne toujours à la perfec­tion. La petite taille des écou­teurs les rend très discrets.

L’Atrio présente égale­ment des fils assez fins qui semblent pour­tant s’avé­rer tout aussi résis­tants à l’usage. Ses écou­teurs sont plus gros et ont un design bio dissy­mé­trique assez esthé­tique.

Avec le Senn­hei­ser et l’Atrio, on était dans le noir clas­sique (notez que l’Atrio existe aussi en version bleu cobalt sous la réfé­rence M8). Avec les M-Audio, on passe au look blanc trans­lu­cide mis à la mode par Apple. Person­nel­le­ment, j’adhère assez moyen­ne­ment à ce style qui me donne l’im­pres­sion de me prome­ner au rayon d’ac­ces­soires de salle de bains de la Foir’­fouille. Ques­tion de goût.

La gaine des câbles des IE est trans­pa­rente et leur donne un assez bel aspect. Rela­ti­ve­ment épais et assez rigides, ils véhi­culent une impres­sion de soli­dité que seul un usage longue durée pourra confir­mer. Point fort : ils sont déta­chables : ils sont liés aux écou­teurs par une petite prise deux broches telle­ment bien inté­grée que je ne l’ai décou­verte qu’à la lecture des spéci­fi­ca­tions ! Voilà un sacré bon point pour cette gamme.

Mise en place

IE20XBLes M-Audio IE-20 XB : ils font payer leurs belles basses par une taille consé­quente

On parlera de ‘posi­tion casque’ pour un place­ment avec les câbles tombant simple­ment vers le bas et d’une ‘posi­tion retours’ avec les câbles passés au-dessus de l’oreille. Cette dernière est la plus fréquem­ment utili­sée sur scène, notam­ment pour sa discré­tion. La première solu­tion a pour elle l’avan­tage d’être pratique, car les écou­teurs sont instal­lés et enle­vés en un clin d’œil. La seconde offre norma­le­ment une meilleure tenue, mais implique un enfi­lage plus fasti­dieux, d’au­tant qu’il est préfé­rable dans ce cas de passer les câbles dans le dos de l’uti­li­sa­teur. Très peu pratique quand il s’agit de chaus­ser son casque entre la sortie du boulot et la première bouche de métro.

Les IE-4 et les Atrio M5 sont les plus faciles à mettre, et ceci dans chaque posi­tion. La mise en place est réali­sée en un clin d’œil. Sur l’IE-4, les côtés gauche et droit sont iden­ti­fiés par une séri­gra­phie bien lisible qui ne s’al­tère pas avec le temps. Sur l’Atrio, ceci est assuré par une gravure dans le plas­tique de l’oreillette qui est diffi­cile à voir en condi­tions normales et abso­lu­ment invi­sible dès qu’on n’est pas en pleine lumière. En posi­tion casque, pas de soucis puisque la forme des écou­teurs incite et oblige quasi­ment à les mettre dans le bon sens. Mais en posi­tion retour, il faut inver­ser les écou­teurs ! Ceci n’est à priori par très grave si on a un retour mono, mais s’il est stéréo, la commu­ni­ca­tion avec l’ingé son pour faire la balance risque de s’avé­rer olé olé ! Sur les premiers centi­mètres du câble, on a une enve­loppe plas­tique semi-rigide qui conserve la forme qu’on lui donne et permet ainsi d’ac­cro­cher l’écou­teur sur le dessus de l’oreille, renforçant ainsi la tenue.

Les M-Audio sont assez peu utili­sables en posi­tion casque. En effet, leur tenue dans l’oreille est insuf­fi­sante pour porter le poids du câble et des écou­teurs, plus lourds que les concur­rents. L’ins­tal­la­tion en posi­tion retours est assez fasti­dieuse. Comme sur l’Atrio, on a une partie semi-rigide sur le début des câbles assu­rée ici par un petit fil métal­lique inséré dans la gaine. À part les IE-20 XB, pas de marquage gauche droit clair : c’est à la forme qu’on se repère. Une fois la mise en place effec­tuée, la tenue est bonne. Le câble vient mieux entou­rer l’oreille que sur le modèle de Future Sonic et on peut alors s’agi­ter autant qu’on veut sans aucune crainte de perdre ses écou­teurs. Comme pour l’Atrio, il faut inver­ser les oreillettes entre la posi­tion casque et la posi­tion retours. En fait, c’est la posi­tion retours qui donne la laté­ra­li­sa­tion correcte. On voit donc que ces modèles sont réel­le­ment prévus pour être portés ainsi, un plus certain sur scène, mais pas en utili­sa­tion casque d’écoute.

Discré­tion et confort

DiscrétionTous ne sont pas aussi discrets !

Les M-Audio IE-10 et 30 gagnent la palme dans ce domaine pour un usage scénique grâce à leur couleur blanche trans­pa­rente. Le Senn­hei­ser s’en sort bien grâce à l’ex­trême peti­tesse des écou­teurs. Vient ensuite l’Atrio rela­ti­ve­ment visible. En dernier, on trouve les IE-20 XB dont la taille les rend très proémi­nents et abso­lu­ment pas discrets. D’au­tant qu’une petite pièce en plas­tique d’as­pect plus ou moins chromé placée à l’ex­té­rieur reflè­tera les projec­teurs. En utili­sa­tion quoti­dienne d’écoute, tous ces modèles se valent plus ou moins (à part les IE-20 XB qui vont vous donner un look de cyborg). Les M-Audio sautent moins aux yeux par la couleur, mais sont assez volu­mi­neux et font un peu penser à de l’ap­pa­reillage médi­cal là où IE-4 et l’Atrio sont beau­coup plus clas­siques.

Cet aspect est à prendre avec des pincettes : il peut dépendre beau­coup de la morpho­lo­gie de chaque indi­vidu, mais aussi, curieu­se­ment, du moment. J’ai remarqué qu’on supporte plus ou moins bien les in ears selon les jours, phéno­mène que j’ai égale­ment constaté avec les bouchons anti­bruit : il y a des jours où on les conserve longue­ment sans soucis et des jours où ils occa­sionnent une gêne et peuvent déman­ger.

En ce qui me concerne, les Senn­hei­ser IE-4 remportent la palme haut la main : une fois en place, ils s’ou­blient et se portent long­temps sans aucune gène. Viennent ensuite les Atrio qui est sont confor­tables en posi­tion retour, bien qu’un peu intru­sifs puisque les écou­teurs pénètrent plus loin dans le conduit. En posi­tion casque, ils se montrent parfois un peu gênants. En dernier vient toute la gamme M-Audio. Même avec le plus petit embout, ils donnent une impres­sion assez enva­his­sante et rela­ti­ve­ment incon­for­table. On s’y fait cepen­dant : ils n’oc­ca­sionnent pas de véri­table gène, mais on ne peut pas dire que le confort soit là.

Ma chère et tendre qui a essayé les cinq modèles est claire : pour elle, l’Atrio remporte la palme du confort haut la main. De plus, elle estime que c’est celui qui offre la meilleure isola­tion acous­tique.

Le son

Quel que soit leur prix, aucun de ces casques n’est capable de concur­ren­cer les modèles clas­siques de studio autour de 150 €. Si vous pensez inves­tir dans un intraau­ri­cu­laire pour une telle utili­sa­tion, c’est de l’ar­gent mal placé. Le seul usage vrai­ment envi­sa­geable est en retour musi­cien lors d’une prise de son. D’au­tant que, à moins de volumes d’écoute dérai­son­nables, ils laissent peu ressor­tir le son, ce qui limite les risques de repisse dans les micros. Mais le studio n’est pas la place de ces casques.

IE4

Le son le moins bon est clai­re­ment celui du Senn­hei­ser IE-4. C’est celui qui dispose de la moins bonne défi­ni­tion sonore, dont le son est le moins détaillé. Le bas est assez brouillon et les aigus manquent de préci­sion. Atten­tion : ce n’est abso­lu­ment pas un mauvais casque. Simple­ment, on en a pour son argent. Il est équi­valent à certains casques ‘walk­man’ dans cette gamme de prix, l’iso­la­tion en plus. Mais c’est le moins bon de ce test d’un point de vue sonore, ce qui n’a rien de surpre­nant quand on sait que c’est (de loin) le moins cher.

Le M-Audio IE-10 apporte un son beau­coup plus défini, notam­ment dans le bas qui est rela­ti­ve­ment net, bien qu’un peu léger. Côté aigu, on en a à foison, ce qui fait bien ressor­tir les cuivres de batte­ries, mais aussi donne une belle présence aux guitares acous­tiques. Les voix sont claires. Par contre, le son manque de struc­ture et d’as­sise dans le bas médium. On a vrai­ment l’im­pres­sion d’une égali­sa­tion trop creu­sée. De plus, à la longue, le son se montre agres­sif jusqu’à en deve­nir fati­gant.

Les IE-2O XB sont desti­nés, rappe­lons-le, à l’écoute de musiques qui néces­si­te­raient un sub. De ce côté là, ce produit est une véri­table réus­site. Les musiques élec­tro­niques char­gées en basses sont bien vivantes et très agréables à écou­ter avec. C’est aussi vrai pour d’autres styles. Car si les basses sont bien présentes, elles ne sont jamais enva­his­santes et restent défi­nies sans baver sur le bas médium. Éton­nant. Le son est tout simple­ment plein et riche. Les aigus aussi sont une fois de plus bien présents donnant de beaux cuivres de batte­rie et des réverbes très distinctes. On retrouve cepen­dant un peu de l’agres­si­vité des IE-10, surtout sur les musiques acous­tiques, mais pas seule­ment. Par exemple, sur Till Death Do Us Part de Cypress Hill, la caisse claire a tendance à se montrer agres­sive dès qu’on monte le volume. Sur la plupart des chants tous styles confon­dus, les sifflantes ressortent beau­coup, parfois jusqu’à l’agres­sion. La perfec­tion n’existe déci­dé­ment pas.

Côté sonore, les IE-20 XB sont toute­fois une vraie une belle réus­site, plutôt dédiée aux musiques actuelles, essen­tiel­le­ment élec­tro­niques, Hip-Hop et Dub. Dommage qu’on le paye par une telle taille des écou­teurs et une certaine fatigue sur la durée d’écoute.

Le son, suite

Les IE-30 offrent un assez bel équi­libre. Les basses sont là, sans être compa­rables à ce qu’on a avec les IE-20. Pour le reste, ils sont un peu meilleurs : on perd de l’agres­si­vité dans les aigus et on gagne en équi­libre géné­ral. Les IE-30 gagnent la palme de fidé­lité de ce test, ce qui est bien normal étant donné que ce sont de loin, les plus chers. Par contre, ce casque sonne quand même très aigu, ce qu’on peut ne pas appré­cier et rend l’écoute fati­gante sur la durée.

Rangez !Si vous avez plusieurs casques, rangez-les dans leurs housses !

Notons que les trois modèles de M-Audio ont un très fort niveau de sortie. Par rapport aux autres, il faut bais­ser le volume de la source d’en­vi­rons 12 à 14 dB pour obte­nir une puis­sance équi­va­lente, d’où la présence d’un atté­nua­teur pour les IE-20 et 30. Celui-ci fait aussi plus ou moins office de limi­teur. Son intro­duc­tion dans le circuit dimi­nue effec­ti­ve­ment consi­dé­ra­ble­ment le niveau de sortie, jusqu’à le rendre moins élevé que les modèles concur­rents. Par contre, il dégrade pas mal le son et en pous­sant le volume, on arrive vite à de la bouille sonore.

En ce qui concerne les Atrio, compa­rés direc­te­ment aux IE-30, s’ils semblent criards dans les premières secondes, c’est qu’ils sonnent très médium. On a pour­tant des basses très correctes et des aigus assez présents et sans aucune agres­si­vité. Il manque par contre un peu de bas médium pour assoir la musique et lui donner de la pléni­tude. De plus, les médiums ont une certaine tendance à se montrer un peu brouillons. Pour­tant, sur la durée, ils s’avèrent moins fati­gants que tous les M-Audio. En effet, on n’a pas cette hyper présence en aigus et on peut les écou­ter long­temps à bon volume sans fatigue. Concer­nant la défi­ni­tion et la préci­sion, ils gagnent large­ment sur les IE-4, mais n’at­teignent pas la préci­sion de la gamme M-Audio.

Dans le domaine de l’iso­la­tion, ces casques se valent plus ou moins. Les données construc­teur (entre 12 et 19 dB d’at­té­nua­tion) sont à prendre avec des pincettes : l’iso­la­tion dépend de nombreux para­mètres, dont la morpho­lo­gie de l’uti­li­sa­teur, la façon dont les écou­teurs s’in­sèrent plus ou moins bien dans l’en­trée du conduit audi­tif, etc. De plus, l’at­té­nua­tion n’est évidem­ment pas la même sur toutes les fréquences et si les aigus sont plutôt bien filtrés, les basses passent large­ment. Ce qui est d’ailleurs plutôt souhai­table en situa­tion de scène. Quoi qu’il en soit, on est loin de ce que peuvent appor­ter des bouchons anti­bruit ou des moulages person­na­li­sés. Cepen­dant, ces in ears donnent une isola­tion et donc un confort d’écoute sans commune mesure avec des écou­teurs clas­siques. Si on doit faire un clas­se­ment, disons qu’on a en tête les IE-4, puis les IE-30. Ensuite viennent les autres avec les IE-20 XB et les Atrio en queue de pelo­ton.

Conclu­sion

Aucun produit de ce test ne ressort de façon excep­tion­nelle par rapport aux autres. Chacun a de quoi convaincre une clien­tèle en fonc­tion de ses prio­ri­tés person­nelles. Les Senn­hei­ser IE-4 ont pour eux leur prix, le confort et l’ex­cel­lente tenue, mais sont en retrait côté son. Les M-Audio ont chacun un rapport qualité-prix cohé­rent. Ils offrent une belle défi­ni­tion, mais il faut s’ac­com­mo­der de leurs aigus un peu agres­sifs. Sans doute l’idéal pour des gens dont l’au­di­tion, mise à mal par les concerts et les écoutes trop fortes au casque, a pas mal perdu en aigus. Les Future Sonic Atrio M5 sont en retrait d’un point de vue de la défi­ni­tion sonore par rapport aux M-Audio, mais ne sont pas fati­gants et leur prix est bien placé. Je remet­trais tout de même la palme à deux produits : le Future Sonic Atrio M5 et le M-Audio IE-20 XB à la fois pour leur cohé­rence globale et leur tarif.

Future Sonic Atrio M5

[+] Rapport qualité-prix
[+] écoute peu fati­gante
[+] Utili­sables en posi­tion casque ou retours

[-] Préci­sion sonore perfec­tible
[-] Manque d’as­sise dans le bas
[-] Inver­sion gauche droite néces­saire en posi­tion retours

M-Audio IE-20 XB

[+] Très belles basses pour des écou­teurs
[+] Bonne défi­ni­tion sonore
[+] Câbles déta­chables et acces­soires

[-] Taille des écou­teurs
[-] Confort perfec­tible
[-] Aigus un peu agres­sifs

Points forts
  • Rapport qualité-prix
  • écoute peu fatigante
  • Utilisables en position casque ou retours
  • Très belles basses pour des écouteurs
  • Bonne définition sonore
  • Câbles détachables et accessoires
Points faibles
  • Précision sonore perfectible
  • Manque d'assise dans le bas
  • Inversion gauche droite nécessaire en position retours
  • Taille des écouteurs
  • Confort perfectible
  • Aigus un peu agressifs
Soyez le premier à réagir à cet article

    Vous souhaitez réagir à cet article ?

    Se connecter
    Devenir membre
    cookies
    Nous utilisons les cookies !

    Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
    Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

    Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

    Tous nos cookies
    Cookies non soumis à consentement
    Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
    Google Analytics
    Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
    Publicités
    Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

    Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

    Tous nos cookies
    Cookies non soumis à consentement

    Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

    Google Analytics

    Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

    Publicités

    Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


    Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
    Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.