Devenir membre
Devenir Membre

ou
Connexion
Se connecter

ou

Comprendre nos oreilles

La Loudness War, 4e partie

Suite de notre dossier sur le volume, en nous attardant cette fois-ci sur nos petites esgourdes.

Accéder à un autre article de la série...

Qu’avons-nous entendu la dernière fois ? Quelque chose d’in­sup­por­ta­ble… Le résul­tat d’une course au volume initiée au début des années 90, grâce aux possi­bi­li­tés offertes par l’au­dio­nu­mé­rique en termes de compres­sion dyna­mique et d’usage inten­sif de limi­teurs, résul­tant en un volume moyen bien plus élevé que celui d’un morceau dont on aurait gardé la dyna­mique d’ori­gine. Et ce contre la musique, donc, et contre notre système audi­tif (oui, je sais, je me répète). 

Et pourquoi ? Tout simple­ment pour que le son soit fort même si l’on écoute à faible volume (hein ?). En dehors de cet évident para­doxe, si l’on veut écou­ter fort, on dispose d’un outil extrê­me­ment sophis­tiqué, à la mise en route extrê­me­ment complexe, deman­dant des années de pratique : j’ai nommé… le bouton de volume du système d’écoute !

Avant d’abor­der les possibles causes de cette course (si tant est que l’on puisse y voir une quel­conque ratio­na­lité), commençons par parler de notre oreille. Outil formi­dable, tota­le­ment méconnu de, et maltraité par, la plupart d’entre nous. Je ne rentre­rai pas dans les défi­ni­tions médi­cales, physiques et physio­lo­giques. Mais notre oreille est réel­le­ment formi­dable : durant toute l’évo­lu­tion humaine, elle s’est spécia­li­sée dans la recon­nais­sance de la parole ; l’homme étant devenu un animal sociable, le prin­ci­pal souci de notre système audi­tif a été de faci­li­ter la compré­hen­sion de son inter­lo­cu­teur. 

Comprendre

Il se trouve que les fréquences fonda­men­tales pour la discri­mi­na­tion de la parole (compré­hen­sion des mots) sont concen­trées dans les fréquences médiums (entre 200 et 5000 Hz, en moyenne). Figu­rez-vous que l’oreille agit comme un filtre en fonc­tion du volume global : plus ce dernier est faible, et plus l’oreille « coupe » les fréquences graves et aiguës afin de privi­lé­gier les médiums.

Loudness War

Faites le test : sur votre système d’écoute, lisez une chan­son bien produite (je me sers pour ces démons­tra­tions de produc­tions du type Steely Dan, ou d’un autre titre de pop West Coast des années 80) et deman­dez à quelqu’un (afin de garder la distance avec vos enceintes) de bais­ser progres­si­ve­ment et assez lente­ment le volume d’écoute (ou placez le morceau dans votre STAN préfé­rée et effec­tuez une auto­ma­tion de volume linéaire et lente). Vous devriez litté­ra­le­ment entendre des effets de palier, pendant lesquelles la voix vous paraît rester au-dessus alors que la musique vous semble bais­ser. Cela peut néces­si­ter plusieurs écoutes, mais persé­vé­rez. Et si vous conti­nuez à entendre d’autres instru­ments, c’est tout simple­ment que leurs fréquences sont aussi concen­trées dans le médium.

Ce phéno­mène est parfai­te­ment connu (via les courbes isoso­niques, contro­ver­sées suivant les époques…), et sert notam­ment à cali­brer les cabines d’écoute à un certain volume de réfé­rence, censé être le plus linéaire en termes de percep­tion des fréquences. Une appli­ca­tion aussi connue est le réglage Loud­ness que l’on trou­vait naguère sur toutes les chaînes hi-fi, qui permet­tait de rajou­ter les graves et aigus manquants à faible écoute, et qu’il fallait bien entendu désac­ti­ver lorsque l’on remon­tait le volume. 

Résu­mons : il est tout à fait normal d’en­tendre moins d’ai­gus et de graves à faible volume (on y revien­dra).

Nos oreilles

Loudness War

Autre phéno­mène parti­cu­lier : vous l’au­rez constaté, nos oreilles ne disposent pas de l’équi­valent de paupières. Il est donc diffi­cile pour elles de se proté­ger contre toute agres­sion sonore externe. Pour­tant, ce qu’elles encaissent natu­rel­le­ment est impres­sion­nant (le rapport d’in­ten­sité entre les sons les plus faibles et les plus forts audibles est de… mille milliards !). Et, par chance, elles sont plus sensibles aux varia­tions du volume moyen qu’aux tran­si­toires. Encore heureux, parce que la diffé­rence entre les deux peut être telle­ment grande que sans cette capa­cité, nous serions obli­gés de nous boucher les oreilles à chaque son percus­sif. À l’in­verse, enle­vez les tran­si­toires d’un morceau, et l’oreille vous dira immé­dia­te­ment que votre son est mou, sans dyna­mique, sans pêche.

L’oreille dispose cepen­dant d’un système de protec­tion très perfor­mant, mais hélas aussi très sensible, et non conçu pour de grandes durées (préci­sons qu’il est très rare que des sons longs et forts soient produits dans la nature, ils sont quasi systé­ma­tique­ment le résul­tat de l’évo­lu­tion indus­trielle). Il s’agit du réflexe stapé­dien, exercé sur un muscle de l’oreille interne (muscu­lus stape­dius, en latin, et pas de cuisine), le plus petit de tout le corps humain (un peu plus d’un milli­mè­tre…), qui, entre autres, atté­nue les trop fortes pres­sions acous­tiques pendant un temps donné (il y a cepen­dant une latence dans le déclen­che­ment du réflexe, d’à peu près 90 ms, le temps, hélas de lais­ser passer des crêtes fortes). 

Ses capa­ci­tés d’at­té­nua­tion peuvent ainsi durer un quart d’heure pour un volume de 100 dB, et seule­ment quelques secondes pour un volume de 120 dB, avant que l’oreille ne soit défi­ni­ti­ve­ment abîmée. 

Loudness War

Pour rappel, la norme actuelle défi­nis­sant la durée suppor­table d’un volume sonore au travail est de 80 dB (A) pendant huit heures. Le (A) accolé à dB corres­pond à une pondé­ra­tion (pondé­ra­tion A de la norme CEI 61672–1), une tenta­tive de repro­duc­tion de la réponse moyenne en fréquences de l’oreille humaine, pour chaque bande de fréquences. Toute mesure effec­tuée avec cette pondé­ra­tion sera donc consi­dé­rée comme reflé­tant la façon dont la plupart des oreilles humaines aurait perçu le son mesuré.

Regar­dons le tableau suivant, qui indique clai­re­ment le temps maxi­mum pendant lequel vous pouvez suppor­ter un volume déter­miné (la règle est simple, dimi­nu­tion de moitié du temps à chaque augmen­ta­tion de 3 dB). Il existe des appli­ca­tions très perfor­mantes pour smart­phones (Alpine, pour n’en citer qu’une, gratuite), et évidem­ment vous pouvez aussi utili­ser des déci­bel­mètres ou sono­mètres profes­sion­nels, et il faut prendre l’ha­bi­tude de mesu­rer régu­liè­re­ment le bruit autour de vous, et d’ef­fec­tuer des audio­grammes complets (à faire faire par un profes­sion­nel) si vous tenez à garder le plus long­temps possible votre prin­ci­pal outil de travail : vos oreilles. 

Tableau d’une Expo­si­tion (au volume)

Niveau sonore en dB (A)

Durée d’ex­po­si­tion maxi­male

80

8 h

83

4 h

86

2 h

89

1 h

92

30 mn

95

15 mn

98

7 mn 30 s

101

225 s

104

112,5 s

107

56,2 s

110

28,1 s

113

14 s

116

7 s

119

3,5 s

122

1,7 s

 

Loudness War

Petite ques­tion pour en finir avec cette quatrième partie : qu’est-ce qui fait subir tous les jours à des milliers de personnes un balayage de fréquences comprises entre 3000 et 7000 Hz, à un volume compris entre 100 et 103 dB (A) durant deux à trois secondes, sans qu’elles ne réagissent ?

 

← Article précédent dans la série :
Les conséquences de la guerre du volume
Article suivant dans la série :
Métro, radio : bobo →

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.