Devenir membre
Devenir Membre

ou
Connexion
Se connecter

ou

Métro, radio : bobo

La Loudness War, 5e partie

Suite de notre dossier sur le volume, ses conséquences sur la musique, le son et nos oreilles.

Accéder à un autre article de la série...

Fran­ci­liens, vous souve­nez-vous de cette publi­cité placar­dée naguère sur les murs du métro et des bus d’Île-de-France ?

La Loudness War

 

Cette pub m’a fait réagir dès sa publi­ca­tion. D’abord parce que je ne connais pas beau­coup de personnes capables de tenir une conver­sa­tion via un portable à 86 dB en continu. Les commer­ciaux de la RATP et les pubards à l’œuvre pour cette affiche ont-ils seule­ment conscience de ce que repré­sente un son à un tel volume ? Mais ça fait bien de placer un terme tech­nique, non ? Ensuite, parce que la réponse à la ques­tion finale du précé­dent article, les utili­sa­teurs, les clients, les usagers de la ligne 2 (Nation-Porte Dauphine, voire l’in­ver­se…) la connaissent (et vous aussi main­te­nant). 

Notre bonne régie auto­nome fait donc d’un côté la leçon sur la conver­sa­tion (un problème de civi­lité, qui existe, qui est très pénible, certes, mais l’on peut douter de l’ef­fi­ca­cité de la méthode rete­nue) et de l’autre tue litté­ra­le­ment les oreilles présentes sur les quais à l’ar­ri­vée des trains, via les cris­se­ments épou­van­tables des freins (revoyez les chiffres dans le précé­dent article). Pour­tant, ce qui, à mon sens, est le plus drama­tique, c’est que je ne vois que très rare­ment les gens se proté­ger de ces bruits, avec les mains, des bouchons ou un casque. Mais oui, un casque intra-auri­cu­laire protè­gera vos oreilles de ces freins de l’en­fer, en atté­nuant suffi­sam­ment leur volume pour qu’il soit accep­table. Un circum-aural et d’autres types de casques aussi, bien sûr. À condi­tion de ne pas envoyer un volume encore plus domma­geable dans vos conduits audi­tifs. 

La Loudness War

Prenons un simple exemple avant de déve­lop­per plus tard le sujet : vous souhai­tez écou­ter une musique ayant 20 dB de dyna­mic range (si, si, ça existe enco­re…) dans le métro, avec un casque ne propo­sant pas d’an­nu­la­tion du signal ambiant (on revien­dra sur le sujet). Savez-vous que la plupart du temps, le volume moyen dans un wagon (surtout les lignes les plus anciennes) est compris dans une four­chette de 80 à 85 dB ? Si vous souhai­tez écou­ter votre musique au casque, et en parti­cu­lier ses nuances les plus faibles, il va falloir être plus fort que le bruit du métro, en rajou­tant du volume pour créer un effet de masquage (entre 6 et 10 dB). Faites les comptes : bruit de fond moyen + volume ajouté + niveau crête de votre musique. À combien arri­vez-vous ? Inquié­tant, non ?

Voici l’oc­ca­sion de parler des chan­ge­ments énormes appor­tés dans la façon dont nous écou­tons de la musique, et notam­ment en ce qui concerne l’écoute nomade, qui est une des causes de la course au volume.

Plus fort, nom de ?Ù∆$*∫√¢£ !

Un rappel des origines de ces chan­ge­ments de para­digme s’im­pose. On se souvient que la pratique de la compres­sion a commencé dans les radios (voir précé­dent article). Eh bien, la course au volume vient aussi des stations musi­cales.

La Loudness War

Dans son passion­nant livre Perfec­ting Sound Fore­ver (je recom­mande plutôt la version anglaise, la traduc­tion française montrant des lacunes et des inco­hé­rences, notam­ment au niveau des termes tech­niques), Greg Milner raconte comment, selon lui, tout a commencé en 1974 : Larry Berger, le direc­teur des programmes de la radio WPLJ (fondée en 1948, à ne pas confondre avec le tube « W-P-L-J » des Four Deuces, repris plus tard par Frank Zappa, qui lui signi­fie « White Port & Lemon Juice »), s’éton­nant du petit volume de sa station comparé à celui de ses concur­rentes, a eu l’idée d’uti­li­ser le DAP et ses fonc­tions de limi­teur-crête multi­bande (il s’agit d’un module créé par l’in­gé­nieur Mike Dorrough, le 310 DAP, le premier à propo­ser trois bandes sépa­rées de compres­sion) pour écra­ser tota­le­ment la dyna­mique du signal diffusé. 

Avec l’aide de Dorrough et de l’in­gé­nieur Bob Deutsch, ils ont telle­ment compressé « Benny And The Jets » d’El­ton John, leur premier test, que les aiguilles du VU-mètre ne bougeaient quasi­ment plus ! L’au­teur lui deman­dant s’il se rendait compte des problèmes créés, notam­ment en termes de fatigue audi­tive, Berger lui a rétorqué : « Naan, c’est des conne­ries ! [Nay, that’s bull­shit] ». On a, comment dire, l’en­vie d’être aussi poli et de lui répondre sur le même ton…

Et cheu nous ?

Voilà donc un premier coupable iden­ti­fié, en fait un duo de bouchers, puisque Dorrough a appa­rem­ment regretté son inter­ven­tion assez rapi­de­ment. Évidem­ment, la course au volume était lancée, et tout un chacun derrière sa console radio de trou­ver des astuces pour sonner plus fort que le voisin, allant d’as­sem­blages hété­ro­clites de proces­seurs jusqu’à la surmo­du­la­tion (en théo­rie, et selon la loi, inter­dite).

La Loudness War

Mais, me direz-vous, c’est bien beau tout ça, mais ça se passe aux USA ! Eh bien, il s’est passé exac­te­ment la même chose en France, peu de temps après l’ar­ri­vée des radios libres (1981–1982), époque bénie pour l’in­ven­ti­vité radio­pho­nique, ayant malheu­reu­se­ment dégé­néré : quoi de commun entre le NRJ de main­te­nant et les Carbone 14, Ici et Main­te­nant ou Radio Nova de l’époque ? Rien. Mais ça n’est pas le sujet (quoique). À l’époque, il a fallu mettre de l’ordre, les radios ayant très rapi­de­ment engagé une course à la puis­sance. Car, déjà, il fallait montrer qui était le patron (en termes de volume), prin­ci­pa­le­ment auprès des annon­ceurs, afin de collec­ter les plus grandes parts de la manne publi­ci­taire, trop divi­sée entre tous les impé­trants. Mais ça n’est pas le sujet (quoique).

Souve­nons aussi de quelque chose d’im­por­tant : dans les années 70–80, si la chaîne Hi-Fi commence à rentrer dans les foyers, elle reste rela­ti­ve­ment chère. La plupart des radios sont donc écou­tées non pas sur un tuner dernier cri et une chaîne à la hauteur, mais sur des postes (les tran­sis­tors…) de petits et moyens formats, dotés de haut-parleurs d’as­sez mauvaise qualité, et la plupart du temps mono. Le son impor­tait peu, alors, l’es­sen­tiel étant de pouvoir rece­voir son émis­sion préfé­rée. Les choses ont évolué, bien sûr, et la qualité des récep­teurs aussi. Mais l’on subit toujours le para­doxe déjà évoqué : des outils de plus en plus perfor­mants pour écou­ter/produire un son de qualité toujours décli­nan­te…

Actuel­le­ment, toutes les radios utilisent un « process antenne » qui donne un « son » parti­cu­lier, une signa­ture, même si la majo­rité de ces radios ne propose plus qu’une bouillie sonore surcom­pres­sée, sursa­tu­rée. Il reste encore quelques OVNIs, notam­ment parmi les radios de service public, qui évitent de trop trai­ter le signal émis (tout est rela­tif…). Faites le test : essayez d’écou­ter fort sur un bon système d’écoute, des radios comme NRJ, Skyrock, Ouï FM, RFM, RTL2 et compa­gnie…

Pour­tant, des choses bougent, notam­ment en ce qui concerne la diffu­sion via inter­net, chez YouTube ou iTunes et ses radios par exemple (on y revien­dra).

On commence un peu à comprendre ce qui a justi­fié cette course au volume, et l’as­pect nomade n’y est pas pour rien. Ah, excu­sez-moi, on sonne, je reviens…

← Article précédent dans la série :
Comprendre nos oreilles
Article suivant dans la série :
Les mœurs évoluent →

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.