Devenir membre
Devenir Membre

ou
Connexion
Se connecter

ou

Tout le monde y passe

La Loudness War, 8e partie

Suite de notre dossier sur le volume, ses conséquences sur la musique, le son et nos oreilles.

Accéder à un autre article de la série...

Les épisodes précé­dents nous permettent de donner une première raison à cette course au volume, qui est d’ordre commer­cial, et certai­ne­ment pas artis­tique. Mais il ne faut pas négli­ger l’autre raison fonda­men­tale de l’im­por­tance gran­dis­sante du phéno­mène de maste­ring tel qu’en­tendu actuel­le­ment, et non dans son accep­tion première : la géné­ra­li­sa­tion de l’au­dio­nu­mé­rique, et la possi­bi­lité offerte à tout un chacun de produire de la musique chez soi, avec une qualité parfois très éton­nante ; c’est d’au­tant plus facile si l’on travaille exclu­si­ve­ment « in the box », c’est-à-dire si l’on ne fait aucune prise de son, et que tous les sons proviennent de l’or­di­na­teur (biblio­thèques d’échan­tillons, synthé­ti­seurs, etc.).

Je ne m’en plain­drai certai­ne­ment pas, c’est une richesse immense, qui a permis à de nombreux artistes de s’ex­pri­mer en dehors du circuit délé­tère des maisons de disques et de leurs pratiques qui ont glissé d’une véri­table curio­sité artis­tique (quelqu’un se souvient-il de ce que veut dire « talent scout  » ?) à une démarche exclu­si­ve­ment tour­née vers le profit. 

Mix ou maste­ring ?

Mais cette pratique possible en dehors du circuit tradi­tion­nel a un sérieux corol­laire : il manquera toujours l’élé­ment permet­tant de fina­li­ser la musique ainsi produite, c’est-à-dire l’en­vi­ron­ne­ment acous­tique et maté­riel dans lequel on peut mixer sans subir tous les défauts de sa chambre, de son garage, de sa cave. Certes, il y a des excep­tions, et quelques artistes arrivent à s’en sortir parfai­te­ment. Mais ce sont des excep­tions…

Loudness War

La plupart du temps, le mix présen­tera de nombreuses erreurs dues aux carac­té­ris­tiques de la pièce, au manque de pratique et de connais­sances du musi­cien/compo­si­teur et au maté­riel utilisé (une paire de moni­teurs, fussent-ils d’ex­cel­lente qualité, ne rempla­cera jamais une cabine trai­tée et équi­pée de West­lake, par exemple). On est parfois effaré de décou­vrir que quelqu’un mixe dans une pièce de 10 m2, avec des enceintes surpuis­santes (pour la taille de la pièce) posées sur un bureau, collées au mur et avec un cais­son de basse…

Un des défauts récur­rents est la gestion des basses fréquences, la plupart des moni­teurs ne descen­dant pas assez bas pour qu’elles puissent être émises, sans comp­ter les problèmes (annu­la­tion, addi­tion) dus aux pièces non trai­tées, alors que la tendance est de mettre du bas partout. Et comme il faut beau­coup d’éner­gie pour que ces fréquences soient enten­dues, on rentre dans un cercle vicieux : on booste le bas, on le compresse car on atteint très rapi­de­ment le 0 dB, on remonte le reste car on aime bien quand ça « brille », mais du coup ça manque de graves donc on les remonte, mais il faut alors encore compres­ser, etc. 

Et c’est là, à mon avis, qu’est apparu un défaut de logique : conscients que leurs produc­tions ne sonnaient pas tout à fait comme celles du commerce (le tout est aussi de savoir quelles réfé­rences on prend…), les artistes les ont confiées à des ingé­nieurs de maste­ring afin que ces derniers les améliorent (il me semble qu’il n’y a aucune forma­tion et diplôme pour ce titre, alors que personne ne peut reven­diquer le titre d’in­gé­nieur du son sans en dispo­ser réel­le­ment…). Si un mix ne sonne pas, eh bien il semble logique de l’ap­por­ter à quelqu’un qui pourra refaire ce mix, non ? Donc à un studio de mixage, et non de maste­ring… 

Personne n’est épar­gné

Mais encore une fois, le phéno­mène touche tout le monde, indé­pen­dam­ment des esthé­tiques, ce n’est pas une ques­tion de géné­ra­tion, de style, de genre. Voici une série de captures d’écran de titres assez récents, du jazz à la chan­son, du rock FM à l’elec­tro, de la pop à la fusion, etc.

Il manque à cet ensemble la musique clas­sique (et contem­po­raine), pour l’ins­tant rela­ti­ve­ment épar­gnée, même si elle est confron­tée à d’autres problèmes, à savoir l’en­re­gis­tre­ment des œuvres petit bout par petit bout, passage par passage, au lieu de privi­lé­gier l’exé­cu­tion en continu et le son d’en­semble (le nombre de micros placés sur un orchestre est parfois hallu­ci­nant, avec tous les problèmes que cela suppo­se…). Ce n’est pas récent, pour preuve les quelques lignes consa­crées au phéno­mène dans le très inté­res­sant Dîner Avec Lenny : Le Dernier Long Entre­tien Avec Leonard Bern­stein de Jona­than Cott.

Bref. Retour à notre liste. 

Commençons par le groupe Anti­loops, avec le titre « Michelle », extrait de l’al­bum Elec­tro­shock, 2015. DR de 6 dB.

Loudness War

Aphex Twin, titre « Circlont6a », album Syro, 2014. DR de 3 dB.

Loudness War

Ben L’Oncle Soul, titre « Soul Man », album Ben L’Oncle Soul, 2010. DR de 7 dB.

Loudness War

Björk, titre « Mouth Mantra », album Vulni­cura, 2015. DR de 4 dB.

Loudness War

Daft Punk, titre « Get Lucky », album Random Access Memory, 2013. DR de 8 dB.

Loudness War

David Bowie, titre « I Took A Trip On A Gemini Space­ship », album Heathen, 2002. DR de 6 dB, clips inter­samples.

Loudness War

Depeche Mode, titre « Angel », album Delta Machine de 2013. DR de 4 dB.

Loudness War

Diana Krall, titre « Yeh Yeh », album Wall­flo­wer, 2015. DR de 7 dB, clips inter­samples.

Loudness War

Iamx, titre « Nature Of Invi­ting », album King­dom Of Welcome Addic­tion, 2013. DR de 4 dB.

Loudness War

Ibra­him Maalouf & Oxmo Puccino, titre « Simili Tortue », album Au Pays D’Ali­ce…, 2014. DR de 9 dB.

Loudness War

James Blake, titre « We Might Feel Unsound », album James Blake, 2011. DR de 3 dB.

Loudness War

Kendrick Lamar, titre « Momma », album To Pimp A Butter­fly, 2015. DR de 5 dB.

Loudness War

Marcus Miller, titre « Son Of MacBeth », album Afro­dee­zia, 2015. DR de 7 dB.

Loudness War

Orchestre Natio­nal De Jazz, titre « Je M’Ap­pelle Géral­dine », album The Party, 2014. DR de 8 dB.

Loudness War

Pharell Williams, titre « Happy », album Despi­cable Me 2, 2014. DR de 8 dB.

Loudness War

Prince, titre « Funkroll », album Art Offi­cial Age, 2014. DR de 5 dB, clips inter­samples.

Loudness War

Robin Thicke, titre « Blur­red Lines », album Blur­red Lines, 2014. DR de 9 dB, clips inter­samples.

Loudness War

Selah Sue, titre « Feel », album Reason, 2015. DR de 4 dB. 

Loudness War

Skrillex, titre « First Of The Year (Equi­nox) », album More Mons­ter And Sprites, 2011. DR de 5 dB.

Loudness War 

SLuG, titre « I Wanna Lick Stamps », album Name­kuji, 2012. DR de 5 dB, clips inter­samples.

Loudness War 

Taylor Swift, titre « Style », album 1989, 2014. DR de 5 dB.

Loudness War

Toto, titre « 21 st Century Blues », album Toto XIV, 2015. DR de 6 dB.

Loudness War

Tricky, titre « My Pales­tine Girl », album Adrian Thaws, 2014. DR de 5 dB.

Loudness War

Trilok Gurtu & Simon Phil­lips, titre « Kuruk Setra », album 21 Spices, 2011. DR de 7 dB, clips inter­samples. 

Loudness War 

Au secours.

Avant d’en termi­ner pour cette fois, un petit rappel de la régle­men­ta­tion en cours : « selon l’ar­rêté du 25 juillet 2013 portant appli­ca­tion de l’ar­ticle L.5232–1 du code de la santé publique, […] s’agis­sant des exigences de concep­tion, la puis­sance sonore maxi­male de sortie d’un bala­deur musi­cal ne peut excé­der 100 dB et l’uti­li­sa­teur doit être informé lorsque le niveau sonore dépasse 85 dB. L’écoute d’un bala­deur musi­cal à forte puis­sance peut endom­ma­ger l’oreille de l’uti­li­sa­teur et entraî­ner des troubles audi­tifs (surdité tempo­raire ou défi­ni­tive, bour­don­ne­ments d’oreille, acou­phènes, hyper­acou­sie). Il est donc vive­ment recom­mandé de ne pas utili­ser le bala­deur à plein volume ni plus d’une heure par jour à volume moyen.  »

Car avec n’im­porte quel bala­deur/télé­phone actuel (ne parlons pas du jail­break qui permet à certains télé­phones de monter jusqu’à 130 dB. 130 dB !), une simple écoute en continu d’un seul des albums mention­nés ci-dessus à volume élevé résul­tera en une dégra­da­tion irré­ver­sible de vos oreilles. Pourquoi ? Parce qu’avec un tel manque de dyna­mique, un album écouté fort aura un volume constant bien trop élevé (par exemple 100 dB moins 4 dB de DR, ça fait du 96 dB en quasi continu, repor­tez-vous au tableau sur les durées d’ex­po­si­tion). 

Pas de ques­tion de styles, de modes sonores ou autres consi­dé­ra­tions esthé­tiques. Il s’agit de problèmes de santé publique. De votre santé.

Tout le monde est prévenu.

← Article précédent dans la série :
Mastering et remastering
Article suivant dans la série :
Des normes ? Énorme... →

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.