Devenir membre
Devenir Membre

ou
Continuer avec Google
Connexion
Se connecter

ou
Se connecter avec Google
test
Piano hi-teq

Test de Pianoteq de Modartt

Partager cet article
Ajouter ce produit à
  • Mon ancien matos
  • Mon matos actuel
  • Mon futur matos
Modartt Pianoteq 2
Photos
1/1
Modartt Pianoteq 2

Piano acoustique virtuel de la marque Modartt .

Un piano VST conçu grâce à la modélisation et tenant sur quelques mégas, voilà ce que nous propose aujourd’hui Modartt, un jeune éditeur français. À l’heure du gigantisme des grands expandeurs de piano VST, cela semble un peu cheap, non ? Alors, méfiez-vous des a priori, car ce poids plume pourrait nous réserver bien de lourdes surprises !

Interface

La moder­nité, c’est beau, hein, personne ne peut le nier ! Enfin proba­ble­ment pas vous, qui en ce moment même, souris à la main, avez les yeux qui dégou­linent sur les surbrillances hert­ziennes de votre écran plat, toutes les fentes synap­tiques connec­tées à l’Uni­vers via un modem presque aussi indis­pen­sable à votre orga­nisme que la plus petite molé­cule de vos neuro­trans­met­teurs…

Donc, si en plus vous êtes pianiste, ce qui arrive lors de certaines mani­pu­la­tions géné­tiques, comme le goût du suicide ou la pédo­phi­lie, paraît-il, vous n’avez pas pu passer à côté de la ques­tion fonda­men­tale du nouveau siècle : pourquoi prendre un crédit sur 2000 ans en défonçant les murs de ma piaule avec un Stein­way double queue, alors que je peux le caser tranquille dans mon portable en m’of­frant pour quelques boules le résidu numé­risé du pres­ti­gieux dino­saure ? Bref, en craquant pour l’un des innom­brables VST que nous proposent aujour­d’hui les non moins innom­brables éditeurs en matière de piano?



AudioFanzine décerne au Pianoteq 2 de Modartt l'Award de l'innovation.

A la lueur de ce test, Audio­Fan­zine décerne au Piano­teq 2 de Modartt l’Award de l’in­no­va­tion.



C’est sûr, si t’as­sures, ce n’est pas dur. Cela dit, non seule­ment on n’est pas entiè­re­ment convaincu de la finesse de la sensa­tion obte­nue (enfin ça encore, en ces temps de plas­tique indis­pen­sable, on peut encore s’y rési­gner !), mais en plus, je ne sais pas si vous avez remarqué, mais désor­mais, faire rentrer un piano virtuel sur un disque dur, ça demande autant de largesse que d’ins­tal­ler un Bech­stein dans une chambre de bonne, tant les banques aujour­d’hui propo­sées sont gargan­tuesques. Des tas de gigas partout qui asphyxient les capa­ci­tés de stockage de nos bécanes, voilà ce que, malgré leurs indé­niables quali­tés, repré­sentent pour le clavier maoïste tous ces Ivory, Virtual Grand, NI Acous­tik, et autres géants de la digi­ta­li­sa­tion.

Maux d’el­le…

C’est en partant de cette réflexion qu’un nouvel éditeur français, Piano­teq, a décidé d’abor­der le problème sous l’angle de la modé­li­sa­tion. En effet, ce procédé, qui a été déjà utilisé sous plusieurs angles par quelques concep­teurs, par exemple Artu­ria avec Brass, ou Synful avec Orches­tra, permet de recons­truire la sono­rité d’un instru­ment acous­tique grâce à des formules mathé­ma­tiques complexes permet­tant de calcu­ler en temps réel les compor­te­ments harmo­niques et dyna­miques de celui-ci. La tâche, on s’en doute, est parti­cu­liè­re­ment complexe, mais offre l’in­dé­niable avan­tage de se dispen­ser du sampling (ou d’y avoir très peu recours, comme le fait Synful qui se sert de phrases musi­cales enre­gis­trées pour donner du réalisme à ses algo­rithmes), et donc de propo­ser des instru­ments n’exi­geant que très peu de place sur le disque.

Interface controles

Piano­teq utilise donc cette tech­no­lo­gie, et nous propose aujour­d’hui déjà une version 2 de son piano acous­tique, que vous pouvez télé­char­ger faci­le­ment en démo sur le site de l’édi­teur, puisque celui-ci tient seule­ment sur… non, ce n’est pas une faute de frap­pe… 8 mégas! Cela donne presque envie de ressor­tir les disquettes !

Léger, léger…

Avec un poids plume pareil, l’ins­tal­la­tion ne fait pas plus de dégâts que la caresse du sirocco sur le sommet d’une pyra­mide, et mis à part l’éter­nelle demande d’au­to­ri­sa­tion qui néces­site une connexion Inter­net, mais qui se fait en l’oc­cur­rence le plus faci­le­ment du monde, on peut commen­cer à sortir les partoches au bout d’une minute et demie. Le soft se présente avec 2 décli­nai­sons, la version VST et la version Stan­da­lone. Cette dernière propose un petit bonus : un lecteur de fichier midi, et un petit séquen­ceur Midi une piste pour enre­gis­trer à la volée vos perfor­mances du moment, plus un conver­tis­seur au format audio wav pour concré­ti­ser ce cher Midi.

Côté inter­face, on est encore dans le domaine aérien, puisque celle-ci appa­raît parti­cu­liè­re­ment simple, n’étant consti­tuée que d’une seule fenêtre à partir de laquelle on a accès à tous les para­mètres regrou­pés en 2 sections prin­ci­pales, l’une dédiée aux carac­té­ris­tiques clas­siques du piano acous­tique (tuning, harmo­ni­sa­tion, concep­tion) et l’autre consa­cré à la modi­fi­ca­tion du son (EQ, réverbe, courbe de réponse en vélo­ci­té…).

Commençons donc par construire un peu notre nouveau piano…

Dessine-moi un piano !

Malgré la simpli­cité de l’in­ter­face, Piano­teq offre la possi­bi­lité de déter­mi­ner le carac­tère fonda­men­tal de l’ins­tru­ment. Tout d’abord au niveau de la facture, dans la section design, qui permet de para­mé­trer les quali­tés acous­tiques de la table harmo­nique comme l’im­pé­dance (durée du son), la fréquence de coupure (richesse en harmo­niques aiguës), le facteur Q (décrois­sance des harmo­niques aiguës). On peut jouer ensuite sur la longueur du piano, (donc longueur des cordes), la réso­nance globale de l’ins­tru­ment, l’in­ten­sité des réso­nances sympa­thiques, et l’ef­fet quadra­tique qui souligne plus ou moins la réponse aléa­toire des cordes en fonc­tion de la dyna­mique.

Egaliseur

La section harmo­ni­sa­tion permet quant à elle de régler la dureté des marteaux, le profil spec­tral (inten­sité des 8 premières harmo­niques du tuyau), la quan­tité de percus­sion des marteaux, l’ir­ré­gu­la­rité des inten­si­tés harmo­niques, et le degré d’adou­cis­se­ment de la soft pedal. Enfin, la section accord permet à son tour de régler le diapa­son entre 415 et 466 Hz, de choi­sir parmi diffé­rents tempé­ra­ments propo­sés (Equal, Zarlino, Pytha­gore, Meso­to­nic, bien tempéré, et Werck­meis­ter) ou d’im­por­ter un fichier au format Scala pour les gammes micro­to­nales. On a accès aussi au réglage de l’ac­cord de l’unis­son des trois cordes de la note, à l’éti­re­ment des octaves (rapport harmo­nique de 2 plus ou moins augmenté) et à la durée du son direct. De quoi donc conter fleu­rette aux mouches, pour rester poli !

Encore un peu de tweak !

La seconde section de para­mètres donne d’abord accès à un éditeur graphique qui permet de régler un égali­seur para­mé­trique et une courbe de réponse en vélo­cité du clavier. On y distingue ensuite la repré­sen­ta­tion graphique des 4 pédales (una corda, harmo­nique, soste­nuto et forte), grâce à laquelle on peut chan­ger les assi­gna­tions de commandes midi. Sont égale­ment présents des curseurs pour le volume, l’am­pli­tude dyna­mique (la diffé­rence de force entre la note la plus faible et la plus forte) et le pano­ra­mique.

Quelques réglages machine sont ici aussi acces­sibles, comme la fréquence d’échan­tillon­nage (de 11025 à 44100 Hz), la poly­pho­nie, la sauve­garde des presets que l’on édite, le bruit de la pédale de sustain ou de la touche relâ­chée… de la vraie dentelle ! Vient enfin une réver­bé­ra­tion propo­sant 3 réglages : quan­tité, longueur et ampli­tude. Un para­mètre supplé­men­taire permet de déter­mi­ner l’ou­ver­ture du couvercle : ouvert, demi-ouvert ou fermé. Quelques confi­gu­ra­tions de base donnent les prin­ci­paux types d’am­biances clas­siques : studio, audi­to­rium, cham­bre… Là encore, malgré la simpli­cité, une effi­ca­cité remarquable, permet­tant d’ob­te­nir des ambiances très ‘wet’ sans sombrer dans le bris de glace sanglant.

Du preset

Bien entendu, tous ces para­mètres sont regrou­pés sous forme de presets, et l’édi­teur nous en four­nit une petite ving­taine pour nous faire profi­ter instan­ta­né­ment des joies du jeu sans prise de tête. Et là, oh volupté, nul besoin d’at­tendre 20 minutes que votre disque dur ait régur­gité les 30 Go d’échan­tillons de la banque : à peine après avoir cliqué, le son jaillit des moni­tors comme un cris­tal pur : Grand C1 ou C2, grand M1… les prin­ci­paux styles de piano sont ici repré­sen­tés (jazz, honky, clas­sique, rock…), ainsi que quelques « claviers » éclec­tiques, comme le marimba, le pianorga ou le métal­lo­phone. De plus, on peut aller télé­char­ger de nouvelles program­ma­tions sur le site de l’édi­teur, avec notam­ment une petite collec­tion de 4 piano­forte histo­riques, le Schöff­stoss, le Schmidt, le Schantz ou le Graf. Enfin, une sympa­thique fonc­tion « Random » permet de se lancer dans la recherche acous­tique facile en déter­mi­nant de façon aléa­toire tous les para­mètres d’édi­tion : on s’amuse bien, et en plus on s’aperçoit de la puis­sance de créa­tion sonore mise à dispo­si­tion par le soft.

Gros buzz

Vélocité

Même avant de lais­ser courir ses gros doigts sur le clavier pour voir si ça décolle, on ne peut s’em­pê­cher d’être impres­sionné par le buzz instan­tané qui se fait autour de ce nouvel accor­déon du riche. Car à peine sorti de l’œuf, on doit avouer que Piano­Teq fait grosse sensa­tion ! En effet, musi­ciens aux styles très diffé­rents, mais répu­tés pour leur exigence aussi bien niveau toucher que produc­tion, de nombreux pianistes et compo­si­teurs lui réservent d’ores et déjà un accueil enthou­siaste. De Dave Stewart (Euryth­mics) à Mike Barson (Madness), en passant par Hugh Sung (inter­prète clas­sique) ou Miles Black (Pianiste de jazz et auteur de méthodes de piano jazz excel­lentes), les harmo­niques intel­li­gentes du petit (par la taille) soft français semblent briller sur l’ho­ri­zon des instru­ments virtuels comme la queue d’une comète gigan­tesque éclai­rant sur son passage des décen­nies d’obs­cu­ran­tisme élec­tro-pianis­tique. Ça dégage, et les témoi­gnages dithy­ram­biques pleuvent comme les décla­ra­tions d’im­pôt début mai : « révo­lu­tion­nai­re… extra­or­di­nai­re… simplis­si­me… presque comme un vrai… versa­ti­le… très expres­sif… l’ave­nir du piano numé­rique… Arrê­tez ! On n’en peut plus ! Ce pané­gy­rique, c’est un peu comme si toute la frus­tra­tion accu­mu­lée depuis 2 décen­nies par les pianistes obli­gés pour des raisons diverses (encom­bre­ment, prix, faci­lité de produc­tion…) de bredouiller leur talent en se cassant les doigts sur un billot avaient enfin le pouvoir de briser leurs chaînes et de s’ex­pri­mer enfin libre sans passer pour d’af­freux rétro­grades et intran­si­geants acous­tiques.

Du son…

Charge CPU

Et bien il faut avouer que dès les premières notes effleu­rées sur le clavier maître connecté à notre piano, on comprend immé­dia­te­ment pourquoi une telle mobi­li­sa­tion est en marche autour de notre coco­rico plug. Dire « impres­sion­nant » serait presque encore manier la litote, tant la sensa­tion de réalisme est intense. La réac­ti­vité est impec­cable, et l’on est tout de suite à l’aise dans ce son, retrou­vant la juste traduc­tion de toutes les nuances de toucher, quelle que soit la rapi­dité des traits joués. Sur toute la tessi­ture, on se régale par la chaleur des diffé­rents groupes harmo­niques, qui, placés de gauche à droite depuis les basses jusqu’à l’aigu, déve­loppent ici un bain de fréquences fluides et pétillantes. Les tenues ne sont pas métal­liques dans les médiums, et le dessin des extrêmes aigus est d’une préci­sion jamais atteinte même sur des lecteurs d’échan­tillons. Sans être acides, ces derniers ont une présence redou­table, raffer­mie par la présence subtile de l’ac­tion des marteaux, si diffi­cile à synthé­ti­ser à partir de C6.

Enfin, les basses sont à leur tour profondes, douillet­te­ment enve­lop­pées sans jamais être boueuses, et l’on peut sans problème utili­ser ici les mêmes voicings qu’avec un piano acous­tique, sans perdre aucune préci­sion dans le dessin harmo­nique des accords. Les tierces tiennent en effet très bien jusqu’au C2, et les septièmes restent parfai­te­ment claires jusqu’au C1, voire même au-delà, si l’on ne force pas trop sur la dyna­mique. Les amateurs de clus­ter dans les basses ne perdront donc pas ici leurs lunettes dès le premier petit glis­se­ment à gauche, et même si l’on peut éven­tuel­le­ment repro­cher un tout petit manque d’at­taque dans les extrêmes basses, qui ne béné­fi­cient pas de la même préci­sion de marteau que les aigus, le trait reste pur, et d’une cour­bure irré­pro­chable.

De plus, le cross fade entre les diffé­rentes tessi­tures s’avère beau­coup plus homo­gène que sur la plupart des grands pianos VST, démon­trant ici la supé­rio­rité incon­tes­table de la modé­li­sa­tion en matière de linéa­rité instru­men­tale. On peut ainsi parcou­rir tout le clavier sans entendre le moindre saut de dyna­mique ou de fréquence.

T’es sympa, comme réso­nance

La prise en compte des réso­nances sympa­thiques, qui est ici, proba­ble­ment pour la toute première fois dans l’his­toire du piano numé­risé, véri­ta­ble­ment concrète et mesu­rée, apporte avec netteté la rondeur du son qui a fait pendant long­temps la faiblesse de la virtua­li­sa­tion. On peut ainsi sans s’em­bour­ber tenir les notes et utili­ser même avec un peu d’em­phase la pédale de sustain : tout baigne dans la clarté !

Certes, cette parti­cu­la­rité si carac­té­ris­tique du piano, qui consiste à entendre les réso­nances d’une note tant que celle-ci est tenue enfon­cée et que l’on en joue d’autres, n’est pas aussi riche que sur un véri­table instru­ment, dont les désac­cords infi­ni­té­si­maux entre les cordes (quoique Piano­teq permet d’in­tro­duire de tels déca­lages avec le para­mètre d’ac­cord de l’unis­son) créent un véri­table chaos de fréquences, et la tenue peut, si on la teste à froid (avec une seule note enfon­cée pendant assez long­temps), paraître un peu mono­li­thique. Mais dans un contexte de jeu normal, l’ap­port en souplesse et en chaleur est impres­sion­nant, et fait effec­ti­ve­ment passer Piano­teq dans une autre caté­go­rie d’ins­tru­ment.

Et des écono­mies !

Démo

Inutile ici de vous concoc­ter une démo maison, puisque non seule­ment celles qui sont propo­sées sur le site, et réali­sées par diffé­rent endor­sés, sont tout à fait réalistes et non « arran­gées », mais qu’en plus vous pouvez pour une fois faci­le­ment télé­char­ger la démo fonc­tion­nant pendant 45 jours et faire chan­ter vos propres fichiers midi, ou vous convaincre l’oreille en écou­tant Chopin clopant la jolie valse opus 64 propo­sée par le soft ! A vos souris !


Côté CPU, on reste aussi dans la perfor­mance, puisque malgré la puis­sance de calcul que néces­site la tech­no­lo­gie de modé­li­sa­tion, Piano­teq s’avère plutôt écono­mique. En effet, comme on peut le consta­ter sur la capture d’écran, en utili­sant à fond la poly­pho­nie de 64 notes (il faut tenir la pédale de sustain enfon­cée tout en faisant une gamme chro­ma­tique sur 4 bonness octaves du clavier !), et en faisant tour­ner notre piano en Vst dans Live 6 d’Able­ton, on ne dépasse pas les 50% de charge CPU, le test étant réalisé sous XP, avec un Dual Core 4300 1.8Ghz et 1 Go de Ram.

Ainsi, sur une partie de piano courante, même avec des voicings char­gés, nous avons rare­ment dépassé les 20–22% de charge. Que les inter­prètes de Rach­ma­ni­noff se rassurent cepen­dant, le soft offre plusieurs réglages de la poly­pho­nie, et permet d’ob­te­nir jusqu’à 256 notes simul­ta­nées. Notons aussi que 2 modes auto­ma­tiques (opti­mis­tic et pessi­mis­tic !) permettent de déci­der pour vous de ce réglage en fonc­tion des perfor­mances de votre bécane.

Conclu­sion

Bon, vous l’avez peut-être légè­re­ment ressenti, Piano­teq ne laisse pas de glace. Grâce à la tech­no­lo­gie « True Model­ling » mise au point par l’édi­teur français, celui-ci réus­sit la perfor­mance d’of­frir à notre avis l’un des meilleurs sons de piano virtuel du marché et de le présen­ter contenu dans une jolie petite boîte de 8 mégas tout mouillé ! Inutile de dire qu’à ce poids-là (et égale­ment à ce prix-là, 249 euros, ça va encore !), c’est une perfor­mance qui, si elle a déjà fait beau­coup parler d’elle, risque en plus de remettre les pianis­tiques pendules VST à l’heure en matière de qualité : réalisme du toucher, sensi­bi­lité sur toute l’échelle dyna­mique, préci­sion du trait harmo­nique, foison­ne­ment des réso­nances sympa­thiques, puis­sance poly­pho­nique et sobriété en besoin de ressources CPU, profon­deur des niveaux d’édi­tion… Il ne vous reste vrai­ment plus qu’à télé­char­ger la démo et à craquer comme tout le monde !

[+] Le poids, le son, le réalisme de jeu, les réson­nances sympa­thiques
[-] Un léger manque de défi­ni­tion de l’at­taque dans les extrêmes basses

Points forts
  • Le poids, le son, le réalisme de jeu, les résonnances sympathiques
Points faibles
  • Un léger manque de définition de l’attaque dans les extrêmes basses
Soyez le premier à réagir à cet article

    Vous souhaitez réagir à cet article ?

    Se connecter
    Devenir membre
    cookies
    Nous utilisons les cookies !

    Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
    Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages (en savoir plus).

    Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

    Tous nos cookies
    Cookies non soumis à consentement
    Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
    Google Analytics
    Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
    Publicités
    Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste.

    Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

    Tous nos cookies
    Cookies non soumis à consentement

    Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

    Google Analytics

    Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

    Publicités

    Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste.


    Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
    Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.