LiveNous sommes en train de donner nos avis sur la Komplete 14 en live !
Devenir membre
Devenir Membre

ou
Connexion
Se connecter

ou
pédago
22 réactions

Gérer les transitions intro-couplet-refrain avec l’automation

Le guide du mixage — 116e partie

Dans cet épisode, nous allons clôturer notre volet « trucs et astuces » concernant l’automation en considérant la chose du point de vue de la structure même du titre en cours de mixage. Cette fois-ci, notre terrain de jeu sera l’agencement des pièces du puzzle que sont l’intro, les couplets, les refrains, les ponts, les solos, etc.

Accéder à un autre article de la série...

Comme un Lego…

La première astuce que nous allons voir n’est pas vieille comme le monde, mais « presque », puisqu’elle doit remon­ter aux premiers véri­tables mixages stéréo. Le prin­cipe est on ne peut plus simple : restreindre la largeur stéréo sur les couplets afin de pouvoir mieux « lâcher les chiens » lors des refrains. Ça n’a vrai­ment l’air de rien dit comme cela, mais ça fait toujours son petit effet. Si vous ne connais­siez pas cette astuce, je vous invite à l’es­sayer sur-le-champ, vous m’en direz des nouvelles ! Il en existe bien entendu de nombreuses variantes, toutes plus ou moins basées sur le même concept. Vous pouvez par exemple la jouer « extré­miste » avec des passages unique­ment en mono pour mieux marquer la diffé­rence avec les climax en stéréo et ainsi obte­nir un impact émotion­nel survi­ta­miné. Il est égale­ment envi­sa­geable de déséqui­li­brer volon­tai­re­ment l’es­pace stéréo durant certains passages (instru­men­ta­tion globa­le­ment plus à droite ou à gauche) pour reve­nir à l’équi­libre aux moments qui vous semblent oppor­tuns. Bref, libre à vous de décli­ner cette méthode comme bon vous semble, soyez créa­tif !

Structure automation

Deuxième astuce d’au­to­ma­tion en lien direct avec la struc­ture d’un morceau : le trai­te­ment à part des breaks. Il est courant d’ap­pliquer des effets spéci­fiques sur ces sections de coupe du morceau afin de renfor­cer leur rôle de tran­si­tion musi­cale. Ces effets peuvent être employés dans deux sens anta­go­nistes : soit pour ajou­ter du liant entre deux sections conti­guës trop dispa­rates, soit, au contraire, pour accen­tuer la distinc­tion d’un passage à un autre. Dans le premier cas, il s’agira d’in­tro­duire progres­si­ve­ment la pâte sonore du passage à venir en partant de la couleur de la section actuelle ; par exemple en faisant une sorte de morphing entre des réverbes via le fade-out du bus auxi­liaire de l’une en conjonc­tion avec le fade-in de l’autre. Dans le second, il est plutôt ques­tion d’ef­fets « agres­sifs », ou tout du moins suffi­sam­ment marqués, par exemple des distor­sions, des filtres passe-haut ou passe-bas ayant des pentes assez raides, voire une réso­nance, ou bien encore des effets de modu­la­tion de type chorus, flan­ger, etc. Ces effets sont géné­ra­le­ment appliqués à l’en­semble des éléments du break (mais rien ne vous inter­dit de les restreindre à un ou deux éléments clés) et l’au­to­ma­tion de leurs para­mètres rendra la « cassure sonore » plus vivante, sans parler du côté « fun » de la manœuvre !

Pour finir, voici une astuce un peu plus subtile, mais ô combien effi­cace : l’éga­li­sa­tion tempo­raire des aigus du début d’une section, typique­ment un refrain. En effet, ajou­ter un petit déci­bel dans le haut du spectre à l’en­semble du mix au début d’un passage via un filtre en plateau est une tech­nique couram­ment utili­sée pour ajou­ter à ce dernier un supplé­ment d’élan. Une auto­ma­tion en douceur du gain de ce filtre en plateau pour reve­nir à une balance de mix natu­relle est bien évidem­ment de mise afin de garan­tir la trans­pa­rence du subter­fuge.

Voilà, c’est tout pour aujour­d’hui ! Notez que toutes les méthodes évoquées lors des trois derniers articles ne sont que des exemples dont il faut vous inspi­rer plutôt que de les appliquer à la lettre. De plus, il est évident qu’il ne faut pas tout utili­ser systé­ma­tique­ment pour chacun de vos mix. À vous de voir ce qui sera le plus adapté en fonc­tion du titre sur lequel vous travaillez.

Dans le prochain épisode, nous verrons quels sont les pièges à éviter à l’heure de l’au­to­ma­tion.

← Article précédent dans la série :
Mettre en valeur les instruments secondaires
Article suivant dans la série :
Les pièges de l’automation →

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.