Prise de Son & Mixage
Techniques du Son Prise de Son & Mixage
  • Augmenter ou diminuer la taille du texte
  • Imprimer
pédago

Instinct et automation

Le guide du mixage — 113e partie
  • J'aime
  • Tweet
  • Pin it
  • Mail

Aujourd’hui, je vous propose d’aborder un concept relativement simple à comprendre et qui devrait grandement vous aider lors de l’élaboration de vos automations.

158 FR Les chats et leur instinct de chasseur.

Vous l’avez certainement compris, l’un des principaux enjeux de l’automation consiste à capter, et surtout conserver l’attention de l’auditeur tout au long de votre morceau. Mine de rien, c’est beaucoup plus facile à dire qu’à faire. Cela relève même du grand art lorsque le titre à mixer est « simple » en matière de composition et/ou d’orchestration. Cependant, c’est loin d’être impossible, comme nous avons pu le voir à l’occasion de l’analyse de « The look » de Metronomy. Afin de vous faciliter la tâche dans cette quête de l’attention, il me semble fort utile de toujours conserver un concept à l’esprit : malgré des milliers d’années d’évolution, l’homme n’en demeure pas moins à la base un animal…

En quoi cela est-il important dans le domaine du mixage ? C’est, en définitive, assez simple à comprendre. Les animaux sont des proies ou des prédateurs, voire les deux dans la majorité des cas. Pour survivre, la nature les a dotés de sens qui leur permettent d’analyser le monde extérieur. Qu’il s’agisse de l’ouïe, de l’odorat, ou bien encore de la vue, ces sens existent donc à l’origine pour deux raisons : aider à repérer les éventuels dangers dus à l’approche d’un prédateur d’une part, et détecter le moindre frémissement provoqué par une potentielle pitance d’autre part. Par conséquent, un léger bruit, une infime odeur ou un simple mouvement attirent naturellement l’attention des animaux. Vous n’êtes pas convaincu ? Pensez donc à la réaction d’un chat devant lequel vous agiteriez un bête bout de ficelle… Cela vous parle-t-il plus maintenant ? Il s’agit là d’un réflexe, c’est l’instinct qui parle, et c’est plus fort que nous. Oui, j’ai bien écrit « plus fort que nous », car l’être humain est un animal comme les autres de ce point de vue là. Nous pouvons donc exploiter cet état de fait au cœur de nos mix, et l’automation est un outil fantastique pour ça !

Basic Instinct

Pour profiter de notre animalité auditive, rien de plus simple : l’arrivée ou la disparition d’un élément dans le mix, le déplacement d’un des instruments au sein du paysage sonore, ou bien encore un changement de « couleur » du spectre de tout ou partie du titre feront la blague. Mais attention ! Même si une variation soudaine et drastique fera toujours son petit effet, la plupart du temps il convient de la jouer discret sous peine de voler la vedette à la star de votre mix. Le but est de captiver l’auditeur, pas de le distraire de l’essentiel. De plus, la fréquence de ces changements ne doit pas non plus être trop élevée sinon vous risquez de fatiguer, et donc perdre, le public. Imaginez par exemple un violon oscillant à outrance entre les deux extrêmes du champ stéréo, rien de mieux pour refiler la nausée. Bref, une fois de plus la subtilité est de mise ! Quand je vous disais que l’automation était un art à part entière…

La semaine prochaine, nous verrons quelques astuces qui vous permettront d’exploiter au mieux notre animalité via l’automation choisie de certains paramètres.

← Article précédent dans la série :
Automation - Étude de cas : à moi de jouer !
Article suivant dans la série :
Automation - Trucs et astuces →
Réagir à cet article
  • J'aime
  • Tweet
  • Pin it
  • Mail