Prise de Son & Mixage
Techniques du Son Prise de Son & Mixage
  • Augmenter ou diminuer la taille du texte
  • Imprimer

Le guide du mixage — 69e partie

Bien débuter Les réflexions primaires
  • J'aime
  • Tweet
  • +1
  • Pin it
  • Mail

La semaine dernière, nous avons étudié le temps de réverbération, ce qui correspond finalement peu ou prou à la durée de la queue de réverbe — « reverb tail » en anglais. Aujourd’hui, nous allons nous intéresser à ce qui se passe de l’autre côté de notre réverbération, à savoir les réflexions primaires - ou « early reflections » dans la langue de Shakespeare.

Au commencement

Les réflexions primaires, comme leur nom le laisse supposer, sont constituées des tout premiers rebonds du son sur les parois les plus proches. Ces premiers rebonds sont essentiels, car ils contiennent les informations indispensables à notre cerveau pour identifier la taille de la pièce (largeur, hauteur et profondeur), ainsi que la distance nous séparant de la source sonore. Moralité, les premières réflexions sont à surveiller de très près si votre but est de restituer une sensation d’espace réaliste.

Il n’est pas rare de retrouver sur les plug-ins de réverbération un potentiomètre permettant de régler le niveau de ces premières réflexions, et c’est tant mieux ! En effet, le niveau sonore des premiers rebonds est responsable de plusieurs choses. Tout d’abord, il informe l’auditeur sur la grandeur de la pièce, mais de façon contre-intuitive… Plus la pièce sera grande et moins fortes seront ces réflexions ! Pourquoi ? Eh bien tout simplement parce que le son qui rebondit sur une paroi lointaine mettra plus de temps à revenir à nos oreilles à cause de la distance à parcourir.

Inside graphic

D’autre part, ce niveau renseigne également sur la nature des matériaux constituants la pièce. Par exemple, une cuisine carrelée produira logiquement un niveau plus élevé qu’une chambre à coucher avec moquette et rideaux.

Enfin, en ce qui concerne la sensation de distance, le volume des premiers rebonds est encore une fois des plus instructifs, mais toujours d’une façon pouvant paraître contre nature. En effet, plus une source sonore est éloignée de l’auditeur et plus la différence de niveau relative entre le signal source et les premières réflexions est faible. Par conséquent, pour éloigner un instrument, il convient de baisser son niveau et d’augmenter le niveau des réflexions primaires de la réverbération lui étant appliquée.

Avant de finir, une petite remarque. Ces « early reflections » peuvent facilement détériorer le timbre des instruments, car il s’agit là des sons les plus proches du signal source, ce qui peut provoquer un filtrage en peigne. Si vous constatez ce phénomène, plusieurs solutions s’offrent à vous. Vous pouvez tout d’abord essayer de jouer avec le pré-delay afin de les « éloigner » du signal source, mais cela peut ne pas convenir à votre choix de placement dans l’espace de cette source. Il vous est également possible de baisser leur niveau, voire carrément de les supprimer, mais cela nuira à la localisation précise de la source ainsi qu’au naturel du rendu sonore global de la réverbération. Enfin, vous pouvez envisager de minimiser le phénomène moyennant l’usage d’une égalisation adéquate du signal réverbéré. D’ailleurs, ça tombe bien puisque la semaine prochaine nous attaquerons justement l’étude de l’égalisation en milieu réverbérant. Rendez-vous donc dans le prochain épisode pour la suite de nos aventures !

← Article précédent dans la série :
Le temps de réverbération
Article suivant dans la série :
L’égalisation avant la réverbe →
Réagir à cet article
  • J'aime
  • Tweet
  • +1
  • Pin it
  • Mail