Devenir membre
Devenir Membre

ou
Connexion
Se connecter

ou
Agrandir
Ajouter ce produit à
  • Mon ancien matos
  • Mon matos actuel
  • Mon futur matos
E-MU Virtuoso 2000
Photos
1/114

Un expandeur dédié aux sons d'orchestres

test
Test E-MU Virtuoso 2000

Disons le tout de suite : le Virtuoso 2000 de Emu a pour but quasi unique de recréer des sons d'orchestre. Vous reconnaîtrez dans les démos qui accompagnent chaque son des ambiances bien connues de certains films.

Des carac­té­ris­tiques tech­niques impres­sion­nantes

Emu Virtuoso 2000 : un orchestre dans votre home studio ...Il faut l’avouer, les compa­gnies améri­caines font rare­ment les choses à moitié (elles ont même tendance à en faire de trop parfois…). Le Virtuoso 2000 respecte plei­ne­ment cet aspect : là où certains expan­deurs sont limi­tés à 8 ou 16 Mo de ROM, le Virtuoso possède 64 Mo de ROM de sons d’or­chestre, 128 voix de poly­pho­nie, 512 presets et 512 programmes utili­sa­teur.

Au niveau des contrôles, on dispose sur la face avant de la machine de 4 poten­tio­mètres qui peuvent chacun contrô­ler 3 para­mètres, soit 12 para­mètres direc­te­ment acces­sibles : tone (la fréquence de coupure), presence (la réso­nance), shape (ampleur de l’en­ve­loppe), et image (rapport de niveau entre les diffé­rents sons compo­sant le programme). En appuyant sur le « control button », on passe de ces 4 para­mètres à 4 autres : l’at­taque, le rela­che­ment, et un para­mètre bien sympa­tique de rota­tion spatiale du son dont on peut régler la vitesse. Enfin, par un nouvel appui sur le control button, on a accès aux para­mètres dyna­mic 1 et 2 (expres­sion…), et à la balance des effets avec le son d’ori­gine.

Mention­nons en outre que le Virtuoso possède 2 MIDI IN / THRU pour gérer sa multi­tim­bra­lité de 32 voies (et 1 OUT). Enfin, au niveau audio, il ne déçoit pas puisqu’il possède 6 sorties analo­giques sépa­rées (Jack 6'35) et une sortie numé­rique SPDIF. Les posses­seurs de tables de mixage numé­riques regret­te­ront qu’il n’y ait pas d’en­trée Word­clock. Ceci dit, la présence même de cette sortie numé­rique est une excel­lente initia­tive puisque, ne l’ou­blions pas, les diffé­rences de dyna­mique les plus grandes sont obser­vées en musique clas­sique. A ce propos, la réponse de l’ins­tru­ment au clavier est para­mé­trable (14 courbes de vélo­cité). Par défaut elle est très sensible. Du coup, ce n’est pas évident de jouer un son augmen­tant progres­si­ve­ment car la moindre diffé­rence de vélo­cité d’une note altè­rera de façon audible le son. Si l’on maîtrise parfai­te­ment la vélo­cité de son clavier, en revanche, on pourra atteindre des nuances assez précises.

A l’écoute

Passons aux choses sérieuses. On dispose d’une banque de sons assez gigan­tesque (voir liste dans fiche tech­nique), mais on regret­tera l’ab­sence d’un piano qui aurait certai­ne­ment été le bien­venu pour boucler la liste des instru­ments. On trouve prin­ci­pa­le­ment des cordes frot­tées (ensembles de violons…).

La première écoute a été faite au casque et là, j’étais plei­ne­ment convaincu par le réalisme des instru­ments, leur largeur spatiale etc. Une seconde écoute plus atten­tive et sur les moni­tors m’a fait rela­ti­vi­ser cette impres­sion : si certains sons parti­cu­liè­re­ment réus­sis sortent du lot, une grande partie des sons sont assez déce­vants et parfois sonnent comme une « boîte de son MIDI »… Pour­tant, tous les sons du Virtuoso 2000 ont été enre­gis­trés dans les meilleures condi­tions, à partir d’un orchestre réel. Alors, pourquoi le réalisme n’est-il pas toujours au rendez vous ? La réponse est simple : il est extrè­me­ment diffi­cile de recréer les nuances du jeu d’un musi­cien sur un instru­ment, comme un violon par exemple, à partir d’un synthé­ti­seur, d’au­tant plus que les sons d’or­chestre enre­gis­trés sont « figés ». A ce propos, on comprend pourquoi la modé­li­sa­tion physique a été créée : en modé­li­sant un intru­ment non pas à partir d’une onde PCM mais en recréant les para­mètres acous­tiques réels, on peut s’ap­pro­cher beau­coup plus des nuances d’un instru­ment acous­tique réel. Mais bon, là je m’écarte du sujet.

Ne blâmons tout de même pas la machine : certains sons sont assez réalistes, chose dont on peut faci­le­ment se rendre compte car Emu a pris la peine d’en­re­gis­trer 120 patterns permet­tant une préécoute des sons dans leur meilleure confi­gu­ra­tion. Ainsi, il est plus aisé de connaître rapi­de­ment le rôle d’un son dans l’or­chestre et éviter d’uti­li­ser par mégarde une contre­basse dans les aigües, par exemple.

Notons au passage que, même si le Virtuoso est spécia­lisé dans les sons d’or­chestre, il dispose de sons synthé­tiques assez forts (nappes par exemple) et autres sons élec­tro­niques, qui plaî­ront certai­ne­ment à beau­coup d’entre vous. D’autre part, les nombreux filtres et effets permet­tront de créer soi-même des sons parti­cu­liers et créa­tifs dans le domaine pure­ment synthé­tique. Quant au mélange de sons d’or­chestre avec des effets et filtres synthé­tiques, leur rendu sera des meilleurs.

Conclu­sion et avis person­nel

Les ambiances des musiques de films « clas­siques » pour­ront faci­le­ment être recréées grâce à des strings plus qu’ho­no­rables, cepen­dant il est diffi­cile de recréer le jeu de vrais sons d’or­chestre via un synthé­ti­seur à base d’ondes PCM. Du coup, le prix élevé de la machine s’ex­plique tech­nique­ment (sorties analo­giques nombreuses et SPDIF, ROM abon­dan­tes…) mais ne se justi­fie peut-être pas plei­ne­ment du point de vue du réalisme des sons. A ce prix, on aurait – naïve­ment ? – espéré d’avoir un orchestre extrè­me­ment proche de la réalité.

Fiche tech­nique et bilan

Formes d’onde et sons : 64 Mo exten­sible à 128, 512 presets, 512 programmes utili­sa­teur
Types de sons : Violons, violes, violon­celles, contre­basses, trom­pettes, cors français et anglais, trom­bonnes, tubas, picco­los, flutes, haut­bois, clari­nettes, harpes, xylo­phones, et multiples percus­sions orches­trales.
Poly­pho­nie et multi­tim­bra­lité : 128 voix de poly­pho­nie, 32 de multi­tim­bra­lité
Filtres : 50 types (passe haut, passe bas, passe bande, coupe bande…) d’ordres 2 à 12
Connec­tique audio : – 6 sorties sépa­rées, dont 4 peuvent être utili­sées comme entrées et mixer ainsi à 4 sons exté­rieurs ce qui sort du main.
- Une sortie numé­rique SPDIF
- Sortie casque
Connec­tique MIDI : 2 IN, 2 THRU, 1 OUT
Réso­lu­tions : PCM de 16 bits 44,1 KHz, conver­tis­seurs DA delta-sigma 20 bits (main) et 18 bits (submix)
Proces­seur d’ef­fets : 24 bits
Rapport signal / bruit : > 92 dB
Dyna­mique : > 90dB
Réponse en fréquence : 20 Hz – 20 KHz +2/-1 dB
Points forts
  • Patterns de préécoute adaptés à chaque son
  • Certains sons sont de très bonne facture, et seront réalistes si l'on prend la peine de les mêler de façon adéquate.
  • 6 sorties séparées + sortie numérique
Points faibles
  • Pas de piano
  • Beaucoup de sons restent encore peu réalistes ou redondants
  • Le prix
Soyez le premier à réagir à cet article

    Vous souhaitez réagir à cet article ?

    Se connecter
    Devenir membre
    cookies
    Nous utilisons les cookies !

    Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
    Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

    Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

    Tous nos cookies
    Cookies non soumis à consentement
    Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
    Google Analytics
    Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
    Publicités
    Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

    Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

    Tous nos cookies
    Cookies non soumis à consentement

    Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

    Google Analytics

    Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

    Publicités

    Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


    Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
    Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.