Se connecter
Se connecter

ou
Créer un compte

ou
Agrandir
Ajouter ce produit à
  • Mon ancien matos
  • Mon matos actuel
  • Mon futur matos
Keeley Electronics Retro Super Germanium Phat Mod
Photos
1/35

Test de la Keeley Electronics Retro Super Germanium Phat Mod

Saturation multiple ou autre saturation pour guitare de la marque Keeley Electronics

Écrire un avis ou Demander un avis
Prix public US : $179 incl. VAT
Test écrit
10 réactions
Keeley Keeley !
7/10
Partager cet article

La sortie d’une nouvelle pédale du fabricant américain Robert Keeley est toujours un évènement très attendu. Célèbre autant pour sa gamme très étendue d’effets « made in USA » que pour son indéniable qualité de fabrication, ce passionné d’électronique surprend encore avec cette Retro Super.

Test de la Keeley Electronics Retro Super Germanium Phat Mod : Keeley Keeley !

Après avoir déjà produit plusieurs pédales d’over­drive émulant le son d’un ampli (notam­ment l’El Dorado, très bien reçue par la critique lors de sa sortie), la firme d’outre-Atlan­tique possède une expé­rience évidente dans ce domaine. Et cette expé­rience se ressent en jouant cette Retro Super.

Keeley solide cet over­drive !

Conçue d’abord pour sonner comme un ampli à lampes poussé dans ses derniers retran­che­ments et litté­ra­le­ment au bord de l’ex­plo­sion, cette pédale offre quelques parti­cu­la­ri­tés. À la manière d’un ampli à lampes, la Retro Super possède trois étages de gain dont le premier est un circuit de fuzz Germa­nium. Il s’agit donc d’un ampli combiné à une fuzz au Germa­nium ; sono­ri­tés vintage et rugueuses sont au rendez-vous !

RT-Full-Left-2L’in­ter­face de cette pédale est très simple et on y retrouve les trois contrôles communs à 90% des pédales de satu­ra­tion : volume, Tone, et Gain ici rebap­tisé « Nitro » … ça promet ! Un mini-commu­ta­teur à deux posi­tions vient complé­ter la liste des contrôles et donne le choix entre deux types de réponses en fréquences : Flat et Phat (compre­nez « neutre » et « gros son »). À l’uti­li­sa­tion, ce switch agit davan­tage comme un coupe-bas, et on en vient à se deman­der à quoi sert la posi­tion Flat. 

Comme tous les effets de Keeley Elec­tro­nics, la Retro Super est très bien construite ; châs­sis en alumi­nium qui inspire confiance et soli­dité, et poten­tio­mètres en alumi­nium brossé offrant une certaine résis­tance. Le foot-switch et les entrées jack inspirent la même confiance.

Le dessin futu­riste et coloré qui repré­sente une fusée au décol­lage rythme le dessus de la pédale. Le design est très réussi ; malgré une inter­face qui semble clas­sique au premier coup d’œil, les couleurs et le look rétro-futu­riste des poten­tio­mètres ajoutent une touche d’ori­gi­na­lité à cette pédale.

Super, mais pas si rétro !

Bran­chée en façade sur un ampli au son clair, la Retro Super trans­forme ce dernier en véri­table monstre de satu­ra­tion. La réserve de gain présente sur cette pédale est assez impres­sion­nante. Malgré un niveau de satu­ra­tion très élevé, le son reste clair et précis, on entend distinc­te­ment chaque note, et le circuit Germa­nium ajoute une légère touche de compres­sion comme on peut retrou­ver sur les fuzz. L’ef­fet répond très bien aux nuances de jeu du guita­riste ainsi qu’aux éven­tuelles mani­pu­la­tions du poten­tio­mètre de volume de la guitare. On pour­rait presque avoir la sensa­tion de jouer un véri­table ampli prêt à explo­ser. 

Les trois contrôles répondent de manière très natu­relle et la course assez éten­due des poten­tio­mètres permet de trou­ver le réglage le plus adapté. Même avec le réglage de satu­ra­tion posi­tionné au mini­mum, la pédale trans­forme immé­dia­te­ment le son en ajou­tant un côté rugueux dû au passage du signal dans le circuit Germa­nium. Première ombre au tableau, en mettant le réglage de tona­lité sur sa posi­tion médiane, le son est trop criard et trop chargé en aigus. Il faut presque systé­ma­tique­ment recu­ler le réglage. C’est dommage, d’au­tant que plus on augmente la tona­lité, plus on augmente le niveau de satu­ra­tion des fréquences aiguës. Heureu­se­ment il est toujours possible d’y remé­dier en adap­tant les réglages de l’am­pli. Si le niveau de satu­ra­tion peut atteindre des sommets, il en est de même pour le niveau de boost présent dans la pédale. Avec le réglage de niveau sur sa posi­tion médiane, on béné­fi­cie déjà d’un solide boost de volume. C’est la preuve d’un effet bien construit et bien pensé. 

RT-Close-KnobsIl est à noter que même à un niveau de satu­ra­tion très élevé, le son s’éclair­cit de manière très musi­cale en jouant sur le réglage de volume de la guitare. On se sent en osmose avec l’ef­fet qui réagit de la manière atten­due. Le switch à deux posi­tions, Flat ou Phat, est une sorte de coupe-bas. En posi­tion Flat, ce switch coupe une partie des fréquences basses et affine le son de manière surpre­nante. En posi­tion Phat par contre, le son s’ouvre davan­tage et on récu­père les pleines bandes et la pleine réponse en fréquences de l’over­drive. On ne comprend pas vrai­ment l’uti­lité d’un tel switch. 

Avec une Gibson Les Paul bran­chée dans cet effet, on retrouve des sono­ri­tés rappe­lant les amplis Marshall des années 60/70 mais avec une réglage de Bias très exagé­ré­ment élevé. Le son clas­sic rock à portée de doigts ! On retrouve aussi les sons un petit peu Hendrixiens, un ampli poussé et accen­tué avec une fuzz au Germa­nium. Mais bien sûr, la Retro Super, grâce à sa réserve de gain est capable de bien plus. Le côté quelque peu rugueux et épais du circuit germa­nium évoque la période Grunge et la fin des années 90. On peut aussi, comme tout bon over­drive, le posi­tion­ner en face d’un ampli qui sature déjà, et pous­ser ce dernier encore plus loin. On obtient une grosse compres­sion des fréquences basses et un grain un petit peu plus tran­chant mais avec toujours ce côté rugueux si carac­té­ris­tique de la fuzz.

Malgré une liste de réglages un tanti­net courte et clas­sique, cette Retro Super est très poly­va­lente. Son réglage de gain dotée d’une course très éten­due y est pour beau­coup. La dyna­mique de la pédale est très impor­tante et compa­rable à celle d’un ampli à lampes. L’ef­fet répond très agréa­ble­ment aux diverses solli­ci­ta­tions du guita­riste ; en attaquant moins fort les cordes ou simple­ment en bais­sant le volume de la guitare, on est surpris par la clarté et la propreté de cet over­drive.

Retro­Su­per – Switch FLAT puis PHAT
00:0002:01
  • Retro­Su­per – Switch FLAT puis PHAT02:01
  • Retro­Su­per – Over a crunch01:22
  • Retro­Su­per – Tone 3oClock00:25
  • Retro­Su­per – Gain 3oClock01:33
  • Retro­Su­per – Tone 9oClock00:25
  • Retro­Su­per – Gain 9oClock01:02
  • Retro­Su­per – 12oClock + phat01:09

Pas Phati­gué

Très poly­va­lente, capable à la fois de produire des sons clas­sic rock ou des satu­ra­tions épaisses et rugueuses, la Retro Super a le charme et la soli­dité d’une digne pédale Keeley. 

Quelques points néga­tifs viennent ternir le bilan, mais cela reste un effet agréable et bien construit. On recon­naît la patte de Robert Keeley avec le design simple mais effi­cace et la richesse harmo­nique de la satu­ra­tion. Dans la lignée des pédales de satu­ra­tion El Dorado ou Fila­ments, la Retro Super a un charme et une origi­na­lité indé­niables.

Tarif : 211 €

  • RT-Full-Left-2
  • RT-Full-Left
  • RT-Up
  • RT-Front
  • RT-Close-Knobs
  • RT-Close-Knobs-2

 

7/10
Points forts
  • Tarif attractif
  • Design robuste et compact
  • Originalité du circuit Germanium associé à un étage de gain traditionnel
Points faibles
  • Mini-switch presque inutile
  • Tonalité globale de l’effet trop aiguë
Auteur·rice de l’article Hushman

Guitariste polyvalent, j'aime autant jouer des cocottes funk que des gros riffs en Drop C, en passant par des morceaux des Stones ou encore du Jazz Manouche. Passionné de matos guitare depuis que j'ai posé mes doigts sur le manche de ma première guitare, je suis également technicien du son et enregistre et produis quelques morceaux dans différents styles (blues, soul, techno ...)


Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
Auteur·rice de l’article Hushman

Guitariste polyvalent, j'aime autant jouer des cocottes funk que des gros riffs en Drop C, en passant par des morceaux des Stones ou encore du Jazz Manouche. Passionné de matos guitare depuis que j'ai posé mes doigts sur le manche de ma première guitare, je suis également technicien du son et enregistre et produis quelques morceaux dans différents styles (blues, soul, techno ...)