Jr0001 18/05/2020

Clavia Nord Wave : l'avis de Jr0001

« Très grosses possibilités de création, mais sonorités trop froides »
4

  • J'aime
  • Tweet
  • Partager
  • Mail
Rapport qualité/prix : Excellent Cible : Les utilisateurs avertis
Synthétiseur acheté d’occasion en 2017 pour 800 euros. 
Cet avis est donné après une utilisation de 3 ans. Durant tout ce temps, il a été mon unique polyphonique en home studio et en répétition. Je m’en sers pour enregistrer mes maquettes et jouer en groupe. 
Avant d’acquérir ce synthétiseur, j’ai possédé plusieurs monophoniques (MS20, Little Phatty) et un seul polyphonique (Polysix). J’ai néanmoins testé et joué sur de nombreuses machines analogiques et VA.



I - Ce que je recherchais avant d'acquérir le synthé
J’étais à la recherche d’un synthétiseur polyphonique facilement programmable et qui sonne pas trop mal, avec une façade très accessible et facilement manipulable en live. Je cherchais aussi un synthétiseur poids plume facile à transporter dans les transports en commun. C’est un point pour moi très important car on ne s’organise pas de la même manière lorsque l’on porte notre matos à bout de bras et sur le dos.
Enfin, je cherchais un synthétiseur fiable. Il faut dire que l’expérience polysix m’avait enchanté par le son mais un peu refroidi par le poids très important (impossible en transport en commun avec un autre clavier et un pedalboard) et une maintenance que je ne maitrise pas.
Le nord wave réunit ces différents critères : sa façade est simple et très accessible, il est poids plume et se transporte sans aucune difficulté sur le dos (et les housses souples Clavia sont vraiment super bien pensées et conçues) ; du fait qu’il soit récent et VA, peu de risque d’avoir des problèmes de maintenance.



D’un point de vue plus musical, je suis pianiste : je voulais donc un vrai clavier taille standard avec au minimum 4 octaves. Le clavier est pas exceptionnel mais il est jouable. Je joue du rock psychédélique, je cherchais donc un clavier capable de faire des sons classiques (pluck type juno, leads, nappes et orgues) et capable d’être programmé à la volée pour partir dans des effets.


e fait que le clavier soit équipé d’une reverb, d’un écho et d’une distorsion m’apparaissait comme un sacré Lbonus. Je suis moins enthousiaste sur ce point, j’y reviendrai dans la partie sur les effets. 




II LA QUALITE SONORE


Le nordwave a une architecture tout à fait classique pour quelqu’un qui maitrise la synthèse soustractive. 2 oscillos, 2 LFO, 3 enveloppes, 1 module filtre et quelques effets. C’est bien pensée, on s’y fait très vite et on se retrouve à naviguer très aisément pour construire les sons de notre choix.

- Les LFO
Les 2 LFO sont plutôt pas mal, avec chacun ses propres formes d’ondes et ses 6 modulations. Les autres avis et le test reviennent sur ce point en détail, qui peut être frustrant à l’usage : par exemple, seul le LFO 1 propose une forme triangulaire ascendante mais seul le LFO 2 propose la résonance en source de modulation. On ne peut donc pas assigner un LFO triangulaire ascendant à la résonnance. A l’usage, ce n’est pas très grave, on contourne le problème facilement mais lorsque l’on pense un son, c’est parfois frustrant. 

Les LFO peuvent avoir une vitesse très rapide, ce qui permet de scultper des sons intéressants. Néanmoins, dans les vitesses lentes, il y a des seuils : on passe d’une vitesse de 3 hz à 3,2hz puis 3,5hz par exemple. On ne peut pas avoir une vitesse intermédiaire. C’est un manque de nuance qui peut-être frustrant à l’usage. 



- Les filtres

Le module filtre est très interessant : il permet de choisir entre 6 types de filtres différents, dont certains assez rares. Cela permet d’avoir en théorie un superbe panel de sons, mêmee si on utilise qu’un seul filtre à la fois. A l’usage, je ne me sers quasiment que des filtres les plus classiques (HPF et LPF). Et c’est l’un des point faible de la machine : ils sont très précis mais en même temps très froids. Lorsque la résonance est trop importante, on perd une partie du volume. Pour moi qui suis habitué à des machines aux filtres analos très marqués et colorés, c’est parfois une frustration.

- Les enveloppes 

Les enveloppes sont super : elles peuvent être à la fois très rapides ou très lentes, elles se règlent avec finesse, c’est un régal de les utiliser 



Les oscilos et les samples
C’est le très gros point fort du clavier. Je me sers des samples sur quasiment tous mes sons. On trouve très facilement sur le net des packs de samples. J’ai trouvé une banque d’oscillateurs bruts de prophet 6. Ce sont mes formes d’onde de base, plus chaudes que les oscillos de base du NW. Pour mon groupe, j’ai besoin de sons classiques d’orgues et de mellotron : la banque de son clavia propose des sons de méllotron en grande quantité, j’ai récupéré les flutes. Pour les orgues, je les ai fabriqué moi même depuis mon nord electro et d’autres synthétiseurs. J’ai complété mes banques avec des sons d’orgues trouvé sur le forum nord (des philacordia, des panthers…). Une partie de la froideur de la machine est ainsi facilement contournée en même temps que des possibilités de création sonores énormes sont ouverts.


- La FM et les wave
Le Synthé offre une ouverture dans ce monde, mais il faut le maitriser. Je n’aurai pas grand chose d’interessant à dire sur ce point, à part que les possibilités de synthèse sont élargies. 
Les waves peuvent êtres interessantes : on trouve quelques samples d’orgues, de cordes, mais ils sont de base assez cheap, il faut les retravailler. Je maitrise mal cette forme de synthèse, je n’ai pas d’avis interessant à donner sur ce point. 
Dans tous les cas, des possibilités de création énormes sont ouvertes par ces deux possibilités. Et même sans les maitriser, j’arrive à sortir des sons qui sont plus interessant qu’un « simple » analo.


- Aftertouch, layering et modulations


L’aftertouch n’est assignable qu’à un seul vibrato, non configurable. Quelle est cette aberration ? C’est finalement assez peu utile dans le jeu tant le son de base est caricatural. 
C’est d’autant plus frustrant que la machine brille par ses possibilités de modulations gigantesques en utilisant la vélocité, en utilisant la molette (ou une pédale d’expression) ou la position sur le clavier. On peut assigner presque n’importe quel paramètre du synthé à une de ces modulations : ainsi, la vitesse du LFO pour etre plus ou moins rapide selon notre frappe, l’ouverture du filtre ou des enveloppes plus ou moins lente… cela ouvre des possibilités de modulation et d’expressivité quasi infinis. J’aime ce synthé pour cette raison : il est l’un des plus expressif que je n’ai jamais essayé. Je peux apporter beaucoup de nuances à mon jeu, faire évoluer un son vers des formes totalement inattendues. 
La programmation de ces modulations est très facile et intuitive et l’on peut faire des patch très complexes dont on maitrise chaque paramètre sur le bout des doigts ou à l’aide de la pédale d’expression. C’est très utile en live. Et lorsque l’on voit ces possibilités, on se demande pourquoi l’aftertouch ne peut pas être programmé de la sorte. Du vrai gachi. 

Enfin, pas de bitimbralité possible. On peut contourner en créant des samples qui utilisent deux parties du clavier (mais adieu la possibilité de sculpter les samples) ou avec le morphing entre la partie grave et aigue du clavier, mais ce n’est pas très satisfaisant.
 De fait, pour pouvoir jouer deux sons différents, j’utilise deux synthés / claviers en live. 


- Les effets
Le chorus est ok, mais je ne l’aime pas trop : je le trouve un peu trop froid et mécanique pour un chorus. Pas de possibilité de le régler dans sa vitesse et sa profondeur avec un potard. Ca permet néanmoins d’apporter un peu de couleur et de chaleur aux sons du nordwave, c’est un outil pratique à défaut d’être attachant. 

Les reverb et les delay sont tout à fait corrects. Les delays ont un tap tempo, ce qui est encore une fois très pratique. Je préfère utiliser ma propre pédale de delay pour ce synthé, mais lors des jams, on fait très bien avec le delay integré. 

La saturation est mauvaise. Elle est froide et métalique. Ca ne ressemble en rien à une simulation d’ampli réaliste. Je préfère utiliser mes propres pédales de saturation pour obtenir une coloration légère et plus de chaleur. 

Un petit equalizer permet de régler les basses et les aigus. C’est extrêmement utile pour sculpter finement le son et bien s’adapter à nos autres amis musiciens pour ne pas se bouffer des fréquences.


III - LA QUALITE MATERIELLE

C’est très bien construit, léger mais solide. Aucun problème depuis 3 ans alors que je le transporte régulièrement entre mon home studio et les studios de répétition. Je n’ai pas eu le moindre problème matériel. Pourvu que ça continue ainsi. 

J’apprécie particulièrement les molettes de modulation et de pitch de Clavia, qui se prennent très bien en main. 
Les touches sont un peu trop « synthé » à mon gout mais sont tout à fait jouables. 

J’utilise en live une pédale d’expression et une pédale de sustain. C’est très utile et pratique. Je n’ai jamais eu le moindre problème de configuration, c’est du plug & play.


Les potards de contrôles sont ramassés sur la gauche de l’instrument, il reste une large partie inutilisée. J’aime beaucoup, ça me permet de poser des pédales d’effets (Flanger, saturation et delay) et un sampler (akai MPX 16) dont je me sers pour le live. Tout est sous ma main très facilement comme ça.






CONCLUSION
Le synthé idéal n’existe pas, mais celui ci aurait pu se rapprocher de mon idéal : il est très complet et facile à programmer, les samples permettent de couvrir un large panel de sons dont on peut avoir besoin en live, les possibilités de modulations et de nuances sont énormes. 
La qualité de construction est super. 

Par contre, les oscillos de base et le filtre sont moyens, ils manquent de personnalité et de chaleur. Certains effets sont dispensables et nécessitent un complément d’effets externe. 

Pour un synthé fabriqué il y a 12 ans, c’est tout de même superbe. Les technologies ont évolués et les synthés qui sortent ont un meilleurs son, même si le NW se défend bien. Il reste d’actualité en terme de puissance de synthèse et de modulation. 

Avec le recul, c’est un choix que je ne regrette pas. Peut-être évoluerais-je vers un analo polyphonique moderne type prophet rev2 ou prologue, tout à fait accessible en occasion. De ce que j’ai testé, les sons sont meilleurs et plus chaleureux mais les possibilités de modulation et d’expressivité sont moins poussées. Et le poids est plus important.