Devenir membre
Devenir Membre
Continuer avec Google

ou
Connexion
Se connecter
Se connecter avec Google

ou
pédago

Les Ondes Martenot et l’Ondioline

La synthèse sonore - 28e partie
  • 23

Comme je vous l’annonçais dans le dernier article, je ne peux m’empêcher de terminer ce dossier sur la synthèse sonore par la présentation de quelques instruments un peu hors-normes.

Accéder à un autre article de la série...

Si l’on peut dire qu’il s’agit d’ancêtres de nos outils de synthèse d’aujourd’hui, certains sont encore toujours utilisés. Et vous verrez qu’ils se distinguent chacun d’une manière bien particulière. Mais tout d’abord, regardons de plus près le principe sur lequel se base la production sonore de tous ces instruments, à l’exception de l’Ondioline.

Les oscillateurs à lampes hétérodynes

Derrière cette dénomination qui peut sembler un brin barbare se cache une technologie relativement simple. Les lampes, employées à l’origine principalement dans la fabrication de systèmes radiophoniques, produisent des ondes à des fréquences dépassant largement les capacités auditives de l’être humain. Afin d’obtenir une fréquence audible, l’on fait fonctionner simultanément deux lampes, et l’on soustrait la fréquence de l’une à celle de l’autre (exemple : 80 440 Hz – 80 000 Hz=440Hz, le La du diapason). Ces oscillateurs à lampe ont pour caractéristique de produire des sons très « purs ».

Ondes Martenot

L’un des tout premiers instruments à employer ce principe fut imaginé par un Français, Maurice Martenot, lorsqu’il fut opérateur radio durant la Première Guerre Mondiale. Il en développa sept modèles différents entre 1928 et 1975, année de son décès.

La synthèse sonore

Les Ondes Martenot disposent dès leur création d’un ruban permettant d’effectuer des glissandi de la même manière qu’avec un instrument à cordes, et d’un clavier à partir de la seconde mouture. L’instrument est capable de produire des ondes sinusoïdales, triangulaires, carrées, impulsionnelles ainsi que du bruit rose. Il dispose également d’un filtre. L’instrument permet également la transposition instantanée par quart de ton, demi-ton, tierce et quinte, sans compter que le clavier lui-même est mobile et permet, pendant le jeu, d’obtenir un vibrato naturel (voir article 13).

L’objectif de Maurice Martenot a été double : utiliser la pureté des sons produits par les lampes, et obtenir un instrument qui cumulerait les avantages d’un instrument à clavier et d’un instrument à cordes frottées. En effet, une commande d’intensité actionnée à la main gauche pendant le jeu à la main droite fait ainsi office d’archet et permet d’en retrouver toute la richesse expressive.

Enfin quatre diffuseurs viennent compléter l’arsenal de ce surprenant instrument : un haut-parleur traditionnel, un haut-parleur équipé de ressorts pour créer un résonance acoustique, un haut-parleur sur lequel sont tendues 12 cordes accordées chromatiquement, et enfin un haut-parleur composé d’un gong métallique faisant office de membrane. Les volumes de ces diffuseurs sont réglables individuellement ou relativement l’un par rapport à l’autre directement à partir de l’instrument. Le musicien dispose donc de très nombreuses possibilités de contrôle sur la nature du son produit.

La production des Ondes Martenot s’est arrêtée en 1988, mais elles ont connu une renaissance dans les années 2000 sous la forme de l’Ondea, créé par Ambro Oliva.

L’Ondioline

Le second instrument de notre petite présentation, l’Ondioline, a également été développé par un Français, Georges Jenny, mais beaucoup plus tard, en 1941.

La synthèse sonore

Cet instrument, bien qu’également basé sur un oscillateur à lampes, est comme nous l’avons vu le seul instrument de notre série à ne pas être basé sur le système hétérodyne. Et s’il partage avec les Ondes Martenot un clavier mobile, la comparaison s’arrête là, le ruban dont il dispose également ne permettant pas en effet d’effectuer des glissandi, mais étant plutôt prévu pour produire des sons percussifs.

En fait, contrairement aux Ondes Martenot dont l’objectif de leur inventeur a été de tirer pleinement parti de la « pureté » des sons issus des lampes, l’Ondioline a été créé principalement dans l’idée de recréer artificiellement des sons d’instruments acoustiques. Les sons sont obtenus par l’utilisation d’une banque de filtres, actionnables par une série d’interrupteurs autorisant toutes sortes de combinaisons.

L’un des principaux ambassadeurs de l’Ondioline fut Jean-Jacques Perrey, que l’on peut voir ici démontrer les capacités d’imitation de l’instrument lors d’une émission de télé américaine :

 

← Article précédent dans la série :
Synthèse stochastique et synthèse graphique
Article suivant dans la série :
Le Trautonium et le Thérémine →
  • MaiMai
    MaiMai
    AFicionado
    1755 posts au compteur
    Citation :
    En tous cas il y a des lampes donc c'est bien


    Je ne sais pas, mais en tous cas il y a des lumières!!
    Et assez bien calées pour nous en mettre plein la vue...

    Très instructif!
    Bravo, et continuez...:bravo:
  • newjazz
    newjazz
    Rédacteur
    8677 posts au compteur

    Tout est dit dans la réponse de Mystyx.  icon_wink.gif

  • kosmix
    kosmix
    Vie après AF ?
    24103 posts au compteur
    Ah ben tant que ça synthétise c'est un synthé hein ! :oops2:
  • Buxi.cornet
    Buxi.cornet
    Posteur AFfamé
    295 posts au compteur
    Les ondes Martenot, de toute manière, je trouve que ça n'a rien à voir avec un synthétiseur. Je me place du côté musicien, certes la "matière première" est l'électricité, le "moteur" est une synthèse sonore, mais la manière de jouer est très différente.

    Sur des ondes Martenot, l'expression est tellement incroyable et sensible qu'il est impossible de parler de synthétiseur.
  • Buxi.cornet
    Buxi.cornet
    Posteur AFfamé
    295 posts au compteur
    Haa Mr Levine comme je vous envie !

    Les ondes martenot me passionnent, j'aimerais tant pouvoir en essayer un !

    J'ai bricolé mon modèle de pseudo ondes Martenot et j'ai rencontré Mr Étienne Rolin qui a travaillé avec Maurice Martenot.
  • cslevine
    cslevine
    Posteur AFfolé
    709 posts au compteur
    oui il y a ce que moi j'appellerai un point commun.
    Mais le mot "ancètre" a tendence à signifier une notion de remplacement. Les non connaisseurs pourraient (et ont pu!) penser que les synthés, avec leurs infinies possibilités, ont remplacé l'onde Martenot en incluant ses possibilités...
    ...ce qui n'est pas le cas :
    impossible de jouer les oeuvres pour ondes sur n'importe quel synthé. Même échantillonnées. Et pour cause : c'est l'interface qui fait l'instrument. ( + le fait qu'il faille garder les mêmes timbres pour les instruments nouvellement fabriqués, du fait qu'il faut respecter l'existant )

    il est peut être plus juste d'employer le mot "ancètre", par exemple , concernant les roues phoniques, comme étant les premières recherches de synthèse additive pour les synthés. Recherche d'ailleurs beaucoup plus poussée en terme d'analyse du son, que les timbres du tiroir de l'onde Martenot. Ces derniers sont tout de même tellement rudimentaire que parler de "synthèse" juste parce qu'on peut combiner les quelques timbres entre eux, serait comme de dire que je fais de la politique quand je m'énerve devant BFM parce que tel autre a encore fait des siennes... lol... ;-)
    Ce qui fait justement le caractère de l'onde, c'est l'impression de pureté de l'onde directement jouée par l'instrumentiste. D'où le fait que le mot "onde" colle si bien.
    Un synthés c'est une autre catégorie, avec des sons triturés de toutes les manières qu'on connait, qui n'ont plus rien à voir en général avec une impression de son pur. Dire une "onde" FM Yamaha, non ça le fait pas. On dit bien un synthé.

    Voilà pourquoi aussi je faisais l'analogie entre les cordes pincées. On ne dit pas qu'un qu'une guitare, c'est une espèce de harpe portative, alors que les cordes pincées sont un énorme point commun entre ces 2 instruments.

    Par contre, oui, le trautonium est beaucoup plus cousin de l'onde Martenot, avec un grand rapprochement entre les types de sonorités, et d'interprétation sensible, en soliste avec un orchestre.
    Le thérémin aussi, d'ailleurs. Et les uns les autres sans se remplacer.



    Ou par exemple le DX7 pourrait être plus l'ancètre de FM7 / FM8 (qui reprend même les banques en Sys.ex du célèbre synthé de Yamaha). - et à ceci près que je n'ai jamais eu l'occasion de tester les 2 en même temps. Ca serait intéressant : mais et oui c'est exactement ça : c'est un autre sujet -
    Mais les synthés analogiques, ne sont d'ailleurs pas les ancètres des plugins VST... ( sauf dans le cas d'émulation quasi parfaite, offrant quasiment les mêmes sensations, ou "caractère". (c'est souvent dans les couleurs de filtres, notament. Pas que.) )


  • newjazz
    newjazz
    Rédacteur
    8677 posts au compteur
    Citation de cslevine :
    Une erreur aussi souvent commise par des journalistes ne connaissant l'instrument que de nom, est de croire que l'onde est "l'ancètre du synthétiseur", ce qui n'est pass le cas, pas plus que le piano serait l'ancètre de la harpe par exemple, et dont le point commun = des cordes.Une erreur aussi souvent commise par des journalistes ne connaissant l'instrument que de nom, est de croire que l'onde est "l'ancètre du synthétiseur", ce qui n'est pass le cas, pas plus que le piano serait l'ancètre de la harpe par exemple, et dont le point commun = des cordes



    Tout d'abord, merci pour tes liens.

    J'ai désigné les Ondes Martenot comme un ancêtre des synthétiseurs pour plusieurs raisons.
    Tout d'abord, bien entendu, de par la production électronique du son, même si nous avons vu dans ce dossier que ceci n'était pas forcément une condition sine qua non. Ainsi, de nombreux auteurs s'accordent par exemple pour désigner l'orgue d'église comme la première mise en application (inconsciente) des principes de la synthèse additive!

    D'autre part, les sonorités produites par les Ondes Martenot, tout en ayant leur identité propre, sont basées sur les mêmes éléments que les synthétiseurs, à savoir les ondes, qui ont donné leur nom à l'instrument.
    Bien entendu, on peut prétendre que le son produit par n'importe quel instrument de musique repose sur des ondes, celles-ci étant les constituants basiques de tout évènement audio.
    Sauf que l'un des principes d'un synthétiseur (et des Ondes Martenot) est de pouvoir agir sur le contenu harmonique lui-même du signal sonore produit (d'où la citation de l'orgue d'église ci-dessus), et de produire notamment des sons constitués théoriquement que de la seule fondamentale par exemple (la sinusoïde).

    Cette action sur le contenu harmonique, dans le cas des Ondes Martenot, se fait à la fois par le choix du type d'ondes (sinusoïdale, carré, triangulaire, etc.), mais également par l'utilisation du filtre intégré.
    On a donc tous les éléments d'un synthétiseur.
    Ce qui, encore une fois, n'enlève rien à la qualité unique des sonorités produites par les Ondes.

    Mais je suis totalement ouvert au débat. :)
  • Athena Music Studio
    Athena Music Studio
    Nouvel AFfilié
    29 posts au compteur
    Aaah l'Ondioline... j'en ai une à la maison, achetée chez Emmaüs il y a quelques années, malheureusement pas en état de fonctionnement.

    Je pense avoir toutes les pièces sauf l'alim et l'ampli (si je m'en refère au plan...)

    Il faudrait vraiment que je me mette au boulot pour la restaurer :/
  • Seed Barrette
    Seed Barrette
    Je poste, donc je suis
    8121 posts au compteur
    https://img.audiofanzine.com/images/audiofanzine/interface/smileys/icon_facepalm.gif:bravo:
  • kosmix
    kosmix
    Vie après AF ?
    24103 posts au compteur
    En tous cas il y a des lampes donc c'est bien :-D
  • cslevine
    cslevine
    Posteur AFfolé
    709 posts au compteur
    Pour en savoir plus sur les ondes Martenot, ainsi que le modèle "ondéa" :
    www.cslevine.com/ondes
    www.cslevine.com/ondea




    ( Maurice Martenot est décédé en 1980. Ensuite Mr Manière avait continué la fabrication de quelques ondes Martenot jusque dans les années 1988. )

    Une erreur aussi souvent commise par des journalistes ne connaissant l'instrument que de nom, est de croire que l'onde est "l'ancètre du synthétiseur", ce qui n'est pass le cas, pas plus que le piano serait l'ancètre de la harpe par exemple, et dont le point commun = des cordes.
    La génération des timbres se fait électroniquement, voilà pourrait on dire une partie commune avec un synthé analogique, lointaine, car c'est plutôt une forme d'onde modifiée pour donner qulques timbres combinables, commandés au tiroir de la main gauche.
    L'essentiel des ondes n'est pas là.
  • Seed Barrette
    Seed Barrette
    Je poste, donc je suis
    8121 posts au compteur
    D'autant plus que ça a un certain charme quand même, un instrument qui a quelques années derrière lui a un passé, une histoire, à l'instart d'un stradivarius....je me suis débarassé de ma première guitarre mais aujourd'hui je le regrette parfois, meme si c'était une daube inomable , j'aurais bien aimé la refiler à ma fille en lui disant, tu vois c'est avec elle que tout a commencé pour moi, c'est avec elle que j'ai fait mes premières armes, mes premières compos....tout ça a une valeur sentimentale, a défaut de valeur commerciale réelle........
    on oublie souvent aussi que la rareté d'une chose définit aussi son prix, parfois plus que l'intéret meme de l'objet....par exemple le caviar, c'est extremement rare donc extremement cher et pourtant c'est pas vraiment meilleur que des oeufs de limpe qu'on trouve pourtant dans n'importe quel supermarché et qui est à la portée de toutes les bourses.
Voir les réactions précédentes

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus.