Se connecter
Se connecter

ou
Créer un compte

ou
Agrandir
Ajouter ce produit à
  • Mon ancien matos
  • Mon matos actuel
  • Mon futur matos
Bogner Alchemist Head
Photos
1/156

Test de l'Alchemist de Bogner

Tête d'ampli guitare tout lampe de la marque Bogner appartenant à la série Alchemist

Test écrit
1 réaction
C'est que du Bogner

Reinhold a, depuis sa plus tendre enfance en Allemagne, toujours manié le fer à souder avec dextérité afin de fabriquer ses propres amplis de guitare. Après avoir déménagé à Los Angeles, ses modèles et ses modifications d’amplis commencèrent à intéresser d’illustres noms du monde la six cordes dont notamment Steve Vai, Steve Stevens et Eddie Van Halen. Alors quand il sort un ampli sous la barre des 1500€, on est curieux de voir ce que ça donne.

Rein­hold a, depuis sa plus tendre enfance en Alle­magne, toujours manié le fer à souder avec dexté­rité afin de fabriquer ses propres amplis de guitare. Après avoir démé­nagé à Los Angeles, ses modèles et ses modi­fi­ca­tions d’am­plis commen­cèrent à inté­res­ser d’illustres noms du monde la six cordes dont notam­ment Steve Vai, Steve Stevens et Eddie Van Halen. Alors quand il sort un ampli sous la barre des 1500€, on est curieux de voir ce que ça donne.
Alchemist

C’est ce nouveau modèle baptisé Alche­mist, un joli 40W à lampes, que nous testons aujour­d’hui. Il se décline en trois modèles : deux combos, le premier muni d’un haut-parleur de 12 pouces et le second équipé de deux haut-parleurs de 12 pouces diffé­rents, et le modèle tête + cabi­net 2×12. C’est le modèle combo 2×12 qui nous a été gracieu­se­ment prêté par Bogner et que nous allons passer en revue aujour­d’hui.

C’est donc par un beau jour de prin­temps qu’un colis frappé du logo Bogner débarque dans les bureaux du meilleur site inter­net du monde. Denfert, qui passait par là, déballe la bête et l’on se retrouve devant un gros combo (deux haut-parleurs de 12 pouces, ça prend de la place !) d’un certain poids (36 kilos quand même) et arbo­rant un look néo-vintage fort sympa­thique. Le tout a l’air solide et semble résis­ter aux quelques coups de pied que nous lui asse­nons et à la passe à dix qui suivra. Certes, c’est du Bogner de série mais du Bogner quand même ! Les autres modèles plus onéreux de la marque deviennent par consé­quent des « Custom Shop », classe. Niveau cosmé­tique, la grille, le logo, les potards et les petites diodes qui brillent rendent bien et le tout garde un côté très soigné. Nous n’avons pas une seule seconde l’im­pres­sion d’être devant un ampli au rabais et le tout respire la qualité. Le bougre semble paré pour la scène et le décap­su­lage sauvage de bières.

Mais voyons voir ce que l’Al­che­mist a dans le ventre…

Dans la boîte

Haut-parleurs

Un coup d’oeil aux carac­té­ris­tiques tech­niques permet de voir que l’on dispose bien de 40 Watts (en class AB) sous le capot, mais qu’il est aussi possible de réduire cette puis­sance de moitié. Ceci est très pratique lorsque l’on veut garder de bonnes rela­tions avec ses voisins et que l’on désire pous­ser un peu l’am­pli… Méfiez-vous tout de même, car même en 20 Watts, l’Al­che­mist crache bien comme il faut ! Au niveau des lampes, puisque l’on est ici en présence d’un ampli à lampes, le dernier né de chez Bogner possède deux 6L6 pour la section puis­sance et cinq 12AX7 pour la section préam­pli­fi­ca­tion, du clas­sique donc. Pour ce qui est des deux haut-parleurs 12 pouces, la boîte renferme un Celes­tion G12M Green­back et un Celes­tion G12H Anni­ver­sary. Cette confi­gu­ra­tion est inté­res­sante, car elle permet­tra d’avoir deux sono­ri­tés assez diffé­rentes lors d’une prise de son : un bon point ! L’Al­che­mist intègre donc des compo­sants clas­siques, mais de qualité.

Pour ce qui est des entrées et sorties, on a évidem­ment le droit à l’en­trée guitare (le contraire nous aurait étonné) en face avant, en plus de deux sorties haut-parleurs (8/16 Ohms et 4 Ohms) sur le panneau arrière. Le XLR sert à bran­cher le péda­lier possé­dant un switch pour chan­ger de canal, un pour acti­ver le boost, un pour acti­ver le délai et enfin un pour la réverbe. Pour finir, on retrouve la boucle d’ef­fet et son réglage de niveau. Sachez qu’elle n’est pas bypas­sable et que le signal « sec » ne quitte jamais l’am­pli, ce qui permet d’être sûr que le signal n’est pas dégradé par un élément exté­rieur.

Main­te­nant que l’on a bran­ché la guitare, commençons à tritu­rer les boutons comme il se doit…

HP 1 HP 2
Un travail soigné à l'intérieur

A titre d’in­for­ma­tion voici l’antre de la bête : mallory, orange drops et tutti quanti. C’est tres bien monté c’est robuste et fiable (dixit juani­to007 qui signe aussi cette photo.


Main­te­nant que l’on a bran­ché la guitare, commençons à tritu­rer les boutons comme il se doit…


Des boutons

Potards

En ce qui concerne les réglages, sachez que l’am­pli propose deux canaux : le « Gold » qui se destine aux sons clairs et crunch, et le « Mercury » qui se tourne vers des gains plus élevés. Pour le premier canal on retrouve les clas­siques réglages de gain, basses, medium et aigus, un switch « Clean/Crunch », un switch « Bright » pour ajou­ter de la brillance, un autre switch « Deep » pour ajou­ter du bas médium et enfin un potard de volume. Au dessus du switch « Gold/Mercury », on retrouve un « Boost » qui permet­tra, lorsque vous serez sur le canal Gold, de rajou­ter du gain et de l’épais­seur (avec plus de bas médium) à vos sons. Sur le canal Mercury, le boost augmen­tera aussi le gain et gros­sira votre son sans pour autant augmen­ter son volume. Pour ce deuxième canal, on retrouve aussi les gains, volume, l’éga­li­sa­tion, bright, mais aussi un switch Punch qui poussé à gauche donnera un son plus cali­for­nien, et poussé à droite un son plus Britan­nique avec notam­ment plus de gain. Un autre switch Mid Shift permet­tra de creu­ser les moyennes fréquences.

Potards

Au niveau des effets, le petit alchi­miste inclus un délai (avec le petit bouton tap délai qui permet de caler faci­le­ment et rapi­de­ment sa vitesse sur le tempo) à trois sono­ri­tés : ducking (se coupe rapi­de­ment), analo­gique et tape (délai à bande). Il est aussi possible de régler le nombre de répé­ti­tions via le potard « Repeats ». L’am­pli propose aussi trois réverbes : spring, plate et hall sélec­tion­nable via le réglage idoine.

Vu le nombre de switch, on devrait avoir pas mal de possi­bi­li­tés sono­res… Voyons ça tout de suite!

Potards

Du son

Arrière

Pour commen­cer, vous pouvez faire un petit tour sur le site de Bogner, qui propose bon nombre de sons de démons­tra­tion. On remarquera sur ces samples que le petit Alche­mist se débrouille très bien lorsque l’on branche une guitare à micros simples bobi­nages et qu’on le fait crun­cher légè­re­ment ou moins légè­re­ment… Il retrans­crit vrai­ment très bien le son flûté de la Stra­to­cas­ter et le Twang de la Nocas­ter ! Pas de problème pour avoir un son crunch qui sent la rouille et l’am­pli réagit bien aux varia­tions de coups de média­tors (merci les lampes…) : un coup de poignet un peut plus vigou­reux, et l’on entend l’Al­che­mist crun­cher d’une jolie manière, miam ! Cela rajoute incon­tes­ta­ble­ment de l’ex­pres­si­vité dans le jeu du guita­riste. L’exemple fait avec une Les Paul rend en revanche moins justice à ce magni­fique instru­ment, sa rondeur si carac­té­ris­tique nous manque un peu…

Boucle d'effet

Les sons satu­rés enre­gis­trés avec la Hamer révèlent un son assez gras, avec beau­coup de grain, mais qui peut manquer de préci­sion. Ça bave, ce qui peut plaire à certains et en fâcher d’au­tres… Ques­tion de goût! On recom­man­dera plus cet ampli aux fans de rock stoner qui tâche plutôt qu’aux adeptes de métal qui aiment shred­der en utili­sant un son très précis, droit et à la limite du chirur­gi­cal. L’am­pli a en effet tendance à baver dans le bas médium. On a plus l’im­pres­sion d’être plus en présence d’un ampli poussé dans ses derniers retran­che­ments que d’un véri­table ampli « hi-gain ».

En ce qui concerne nos propres prises de son, nous avons utilisé une Gretsch G5129 qui est équi­pée de micros simple bobi­nage DeAr­mond et un micro Senn­hei­ser MD421 placé devant la gamelle. Astuce pour placer le micro : il y a une barre en bois verti­cale placée au centre de chaque haut-parleur, pratique pour avoir un repère et bien placer ses micros face aux gamelles, car la toile tendue est opaque. Voici tout d’abord le son de chaque haut-parleur, avec les mêmes réglages sur l’am­pli et la guitare : le Celes­tion G12M Green­back et le G12H Vintage. On remarque donc une nette diffé­rence entre les deux modèles et cela décuple les possi­bi­li­tés lors d’une prise de son. On pourra aussi placer un micro en direc­tion du centre du premier haut-parleur et décen­trer le deuxième micro par rapport à l’axe du deuxième haut-parleur.

Arrière

Les autres prises on été faites avec le G12M Green­back :

Sans trop de surprises, les exemples confirment ce qui a été dit plus haut. Les délais sont assez typés et pour­ront donner une couleur sympa s’ils sont utili­sés avec parci­mo­nie. Les réverbes sont de la même trempe : assez jolies et très exploi­tables. Les exemples permet­tront au lecteur de se rendre compte de l’uti­lité de chaque switch de l’am­pli.

Conclu­sion

PlumeRein­hold Bogner

Bogner a voulu se rendre acces­sible et c’est un pari réussi. On est en présence d’un ampli à moins de 1500€ (pour le modèle 2×12) avec deux canaux aux carac­tères bien diffé­rents et deux haut-parleurs qui étendent consi­dé­ra­ble­ment la palette sonore. Ajou­tez à cela un petit look néo-vintage bien sympa­thique, un clean crun­chi­sant comme il faut et un son saturé bien gras et vous obte­nez un ampli qui fera des heureux à coup sûr.

Alors, les râleurs pour­ront dire qu’il pèse un âne mort, qu’il faut une pince à épiler pour mani­pu­ler les minus­cules switchs et qu’il est impos­sible d’avoir un son saturé moderne, tran­chant, précis et droit. Ils n’au­ront pas tort. Mais l’Al­che­mist a de la person­na­lité, et cela implique qu’il ne plaira sans doute pas à tout le monde… Mais quel ampli guitare fait l’una­ni­mité ? Aucun je pense.

[+] Un Bogner à moins de 1500€ !
[+] Qualité de fabri­ca­tion
[+] Bon son clair/crunch
[+] Deux haut-parleurs diffé­rents
[+] Une bonne palette sonore
[+] 40 ou 20 Watts, au choix
[+] Look sympa
[+] Qualité de la réverbe et du délai

[-] Pas facile à trans­por­ter, car lourd et impo­sant
[-] Petits switchs peu acces­sibles
[-] Sons satu­rés qui ne plai­ront pas à tout le monde!

Points forts
  • Un Bogner à moins de 1500€ !
  • Qualité de fabrication
  • Bon son clair/crunch
  • Deux haut-parleurs différents
  • Une bonne palette sonore
  • 40 ou 20 Watts, au choix
  • Look sympa
  • Qualité de la réverbe et du délai
Points faibles
  • Pas facile à transporter, car lourd et imposant
  • Petits switchs peu accessibles
  • Sons saturés qui ne plairont pas à tout le monde!
Auteur·rice de l’article Rédacteur en chef

J'ai commencé à pratiquer la musique avec des cours de piano et de violoncelle à 6 ans, mais la passion n'a vraiment débuté qu'à l'âge de 12 ans, lorsque j'ai commencé à me pencher sérieusement sur la guitare, afin de former mes premiers groupes, écrire mes premières compositions, jouer mes premiers concerts et enregistrer mes premières maquettes. Après des études scientifiques, j'ai intégré l’ISTS, une filière de l’ESRA, puis j’ai enrichi mon expérience en travaillant en studio dans les secteurs de la musique et du son à l’image, ainsi que dans le domaine du spectacle, notamment le théâtre. Ces expériences variées m’ont permis de développer une compréhension approfondie des différents aspects de la production sonore, ce qui m'a préparé idéalement pour assumer d'abord le rôle de rédacteur, puis celui de rédacteur en chef chez Audiofanzine. Je mets à profit ces compétences pour offrir un contenu écrit et vidéo précis et engageant, tout en veillant à ce que nos publications répondent aux attentes de nos lecteurs et spectateurs. Mon rôle implique également de maintenir des relations solides avec les professionnels de la musique et du son, assurant ainsi une communication fluide et efficace.

  • Julius_K 68 posts au compteur
    Julius_K
    Posteur·euse AFfranchi·e
    Posté le 30/12/2022 à 13:06:44
    Effectivement tout est dis avec clarté

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
Auteur·rice de l’article Rédacteur en chef

J'ai commencé à pratiquer la musique avec des cours de piano et de violoncelle à 6 ans, mais la passion n'a vraiment débuté qu'à l'âge de 12 ans, lorsque j'ai commencé à me pencher sérieusement sur la guitare, afin de former mes premiers groupes, écrire mes premières compositions, jouer mes premiers concerts et enregistrer mes premières maquettes. Après des études scientifiques, j'ai intégré l’ISTS, une filière de l’ESRA, puis j’ai enrichi mon expérience en travaillant en studio dans les secteurs de la musique et du son à l’image, ainsi que dans le domaine du spectacle, notamment le théâtre. Ces expériences variées m’ont permis de développer une compréhension approfondie des différents aspects de la production sonore, ce qui m'a préparé idéalement pour assumer d'abord le rôle de rédacteur, puis celui de rédacteur en chef chez Audiofanzine. Je mets à profit ces compétences pour offrir un contenu écrit et vidéo précis et engageant, tout en veillant à ce que nos publications répondent aux attentes de nos lecteurs et spectateurs. Mon rôle implique également de maintenir des relations solides avec les professionnels de la musique et du son, assurant ainsi une communication fluide et efficace.