Devenir membre
Devenir Membre

ou
Continuer avec Google
Connexion
Se connecter

ou
Se connecter avec Google

Les gammes et les modes

Les bases de l’harmonie - 1ère partie
Partager cet article

Il y a parmi vous, je le sais, des musiciens certes talentueux, mais que l’aspect théorique de la musique a toujours un peu rebuté. Il y en a d’autres qui ont suivi un parcours classique, mais ont laissé tomber le solfège dès qu’ils en avaient appris assez pour pouvoir déchiffrer une partition.

Accéder à un autre article de la série...

Oui, mais voilà, on se retrouve souvent, à un moment donné, face à la sensa­tion que, quand même, avoir deux ou trois notions théo­riques supplé­men­taires, ça ferait du bien. Surtout quand on a la sensa­tion de réin­ven­ter à chaque fois la roue dès qu’on essaie de créer une petite chose sonore qui ne soit pas trop bancale.

Cette nouvelle série d’ar­ticles s’est donc fixé comme objec­tif de rappe­ler quelques bases simples d’har­mo­nie à tous ceux qui souhai­te­raient décou­vrir ou redé­cou­vrir le moyen d’amé­lio­rer faci­le­ment leurs compo­si­tions ou leurs impro­vi­sa­tions.

C’est parti !

Les octaves, les inter­valles et les gammes

Avant tout, il faut se rappe­ler que dans la musique occi­den­tale, l’en­semble des sons jouables par un instru­ment de musique est divisé en octaves qui se répètent des graves aux aigus. Une octave est elle-même subdi­vi­sée en 12 notes. On appelle l’en­semble de ces 12 notes l’« échelle chro­ma­tique », ou « gamme chro­ma­tique ».

Mais alors, si l’on a douze notes, quel rapport avec le concept d’« octave », qui implique­rait plutôt « huit » éléments si l’on en croit le préfixe « oct » ? C’est là qu’in­ter­viennent les notions de gamme diato­nique et de système tonal. Toute­fois, avant d’abor­der ces domaines-là, il convient tout d’abord de défi­nir la valeur et le nom de chaque inter­valle entre les notes de l’échelle chro­ma­tique.

Les noms des inter­valles évoquent les modes majeur et mineur, nous verrons très rapi­de­ment de quoi il s’agit. Partons de la note Do (mais nous aurions pu choi­sir n’im­porte quelle autre note de départ…). Nous avons donc :

  • Do-Réb : ½ ton, seconde mineure
  • Do-Ré : 1 ton, seconde majeure
  • Do-Mib : 1 ton et demi, tierce mineure
  • Do-Mi : 2 tons, tierce majeure
  • Do-Fa : 2 tons et demi, quarte juste
  • Do-Fa# : 3 tons, quarte augmen­tée, appe­lée égale­ment le triton
  • Do-Sol : 3 tons et demi, quinte juste
  • Do-Sol # : 4 tons, quinte augmen­tée
  • Do-La : 4 tons et demi, sixte majeure
  • Do-La# : 5 tons, sixte augmen­tée
  • Do-Si : 5 tons et demi, septième majeure
  • Do-Do : 6 tons, octave
Solfège : les harmonies

Bien, main­te­nant que nous avons clari­fié la notion d’in­ter­valle, reve­nons au système tonal dont nous avons parlé plus haut. De quoi s’agit-il ? Pour faire simple, le système tonal agence les douze demi-tons de l’échelle chro­ma­tique afin d’en faire ressor­tir les huit notes qui seront signi­fi­ca­tives (en fait sept notes plus le double­ment de la note d’ori­gine de la gamme, appe­lée tonique). Ces huit notes consti­tuent une « échelle diato­nique ». Pour infor­ma­tion, il existe des gammes consti­tuées d’un nombre diffé­rent de huit notes, qui feront l’objet d’un article ulté­rieur.

Les modes majeur et mineur

Je vous ai dit que le système tonal permet d’or­ga­ni­ser les 12 demi-tons de l’échelle chro­ma­tique afin de consti­tuer des gammes diato­niques. Celles-ci peuvent être agen­cées selon deux modes prin­ci­paux : le mode majeur et le mode mineur. Là aussi, il en existe d’autres (plein, même), mais qui découlent tous de ces deux modes de base. Ils feront l’objet eux aussi d’un futur article. Les notes qui consti­tuent une gamme diffèrent selon que celle-ci soit majeure ou mineure, et donc ainsi diffère égale­ment la « couleur » sonore du morceau. Pour faire très, très, mais alors vrai­ment très cari­ca­tu­ral, on peut dési­gner respec­ti­ve­ment le mode majeur et le mode mineur par : le mode « joyeux » et le mode « triste ».

Afin de vous permettre de vous faire une petite idée des diffé­rences d’am­biance que nous obte­nons selon le mode que l’on choi­sit, voici deux petits exemples sonores, l’un majeur et l’autre mineur, et s’ils sont mélo­dique­ment proches, leur atmo­sphère diffère beau­coup. 

air majeur
00:0000:09
  • air majeur 00:09
  • air mineur 00:09

Dès le prochain article, nous verrons comment s’ob­tiennent ces fameuses gammes majeures et mineures.

Article suivant dans la série :
Comment sont construites les gammes majeures et mineures ? →

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.