Devenir membre
Devenir Membre

ou
Connexion
Se connecter

ou
Agrandir
Ajouter ce produit à
  • Mon ancien matos
  • Mon matos actuel
  • Mon futur matos
8dio Adagio Violins Vol.1
Photos
1/11

Test du 8dio Adagio Violins Vol. 1

Violon ou alto virtuel de la marque 8dio appartenant à la série Adagio

Écrire un avis ou Demander un avis
Prix public US : $499 incl. VAT
test
88 réactions
Les violons à l'aise

Plutôt connu pour des produits hors normes, 8DIO s'attaque avec Adagio Violins Vol. 1 aux cordes de l'orchestre. Voyons quelle approche a été retenue, pour ce premier volume d'une série de quatre.

Ah, l’or­ches­tre… Que l’on remonte simple­ment de 10 à 15 ans en arrière, pour se souve­nir des outils dont on dispo­sait alors pour simu­ler un orchestre : l’ex­cel­lente (toutes propor­tions gardées) Rom orches­trale du Kurz­weil K2500, l’ex­pan­deur Virtuoso d’E-mu, les Peter Sied­lac­zek’s Advan­ced Orches­tra Vol. 1–5 pour Akai/Roland ou Miro­slav Vitous Sympho­nic Orches­tra multi­for­mat et quelques autres, qui deman­daient des trésors de patience et d’as­tuce pour faire sonner la plupart des parties, pour cause d’ab­sence d’ar­ti­cu­la­tions, de problèmes de phase, d’em­pi­le­ment d’ins­tru­men­tistes (les divisi à 48 violons, ça fait mal…). Et puis l’ar­ri­vée progres­sive des divers éditeurs employant les possi­bi­li­tés en perpé­tuelle évolu­tion de l’in­for­ma­tique (stockage, Ram, puis­sance de la CPU), aidés par le déve­lop­pe­ment de plate­formes adap­tées (Kontakt, HALion, Inde­pen­dence, exs24 mkII, etc.) ou se lançant dans la produc­tion d’ou­tils maison (VSL, East­West…), et tout un monde qui s’ouvre, grâce à des progrès fonda­men­taux sur la resti­tu­tion (jusqu’à 127 layers de vélo­cité en théo­rie, les échan­tillons Round Robin, les legato, porta­mento réels, etc.), sans comp­ter le déve­lop­pe­ment en paral­lèle de tech­niques comme la modé­li­sa­tion, avec Synful Orches­tra ou le Wivi Player et les hybrides tels ceux de Sample Mode­ling.

L’offre est main­te­nant plétho­rique et est un vrai casse-tête pour nous sur AF en termes de suivi, de mises à jour, de nouvelles versions tota­le­ment diffé­rentes, et pour tout utili­sa­teur poten­tiel ou déjà embarqué dans l’aven­ture, puisqu’il peut deve­nir très diffi­cile de faire un choix entre l’un ou l’autre des produits commer­cia­li­sés. Le tour d’ho­ri­zon commencé depuis quelques années devrait, on l’es­père, éclair­cir un peu la situa­tion. Lors de la scis­sion de Tone­ham­mer en deux enti­tés, 8DIO et Soun­dI­ron, on avait d’abord été déçu et inquiet (j’étais un client assidu de leurs produc­tions souvent hors du commun, offrant d’ex­cel­lents outils pour le travail à l’image), puis rassuré devant les nouveaux produits propo­sés par l’un et l’autre. Et quand Troels Folmann, big boss de 8DIO, a fait savoir il y a quelques mois qu’il travaillait sur une nouvelle approche des cordes orches­trales, autant dire que le radar avait sonné avec force. Et voici donc qu’ar­rive le premier volume de la série, Adagio Violins Vol. 1, réalisé en colla­bo­ra­tion avec Colin O’Mal­ley, compo­si­teur et orches­tra­teur, avec une grosse mise en avant de son approche du legato.

Intro­du­cing Adagio Violins Vol. 1

8dio Adagio Violins Vol. 1

Conçue pour Kontakt (version complète seule­ment, à partir de la version 4.2), la biblio­thèque n’est dispo­nible qu’au télé­char­ge­ment sur le site de l’édi­teur. Elle est consti­tuée de plus de 33 000 échan­tillons en 24 bits/44,1 kHz, compres­sée avec l’al­go­rithme non destruc­tif de Native (pour un poids final de 24 Go au lieu des 50 d’ori­gine) et est décom­po­sée en 27 fichiers .rar d’à peu près 896 Mo. 8DIO a laissé tomber l’ap­pli­ca­tion Java de Conti­nuata pour son propre gestion­naire, le 8DIO­Down­loa­der. On rentre son numéro de série, on valide, et ça se met à télé­char­ger. Enfin, ça devrait. Autant le dire sans détour, l’ap­pli­ca­tion est une catas­trophe (des pics de conso CPU ahuris­sants, voir capture d’écran), ainsi qu’ap­pa­rem­ment certains serveurs sur lesquels sont stockés les fichiers auxquels un accès direct est proposé en cas de problèmes ; l’édi­teur prévient que les serveurs en ques­tion n’aiment pas certains four­nis­seurs, ce qui a résulté dans mon cas à certaines vitesses de télé­char­ge­ment infé­rieures à 30 ko/s (pour une connexion ADSL véri­fiée à 7,59 Mb/s…).

8dio Adagio Violins Vol. 1

Sans rentrer dans le détail, il m’a fallu l’équi­valent de deux jours complets pour tout char­ger (48 heures, oui), d’au­tant plus que l’on ne sait jamais si le fichier est complet, puisqu’il affiche son poids final dès le début. Ce n’est qu’en voyant le message d’er­reur dans l’ap­pli­ca­tion d’ex­trac­tion (UnRar dans mon cas) que l’on est mis au courant. Et l’on est donc bon pour recom­men­cer le télé­char­ge­ment.

Machine de test

MacPro Xeon 3,2 GHz
OS 10.6.8
Logic Pro 9.1.7
8DIO Adagio Violins Vol. 1
Kontakt 5.0.2

L’édi­teur, visi­ble­ment au courant, promet une version 1.1 très prochai­ne­ment, toujours pas dispo­nible au moment de la rédac­tion du test. Mais ça ne résou­dra pas les temps en accès direct. C’est bien la première fois que je suis confronté à un tel problè­me… En dehors de ce cas sérieux, rien d’autre à signa­ler, la biblio­thèque s’ins­talle simple­ment, et présente trois familles de programmes, Divisi, Ensemble et Solo, chaque dossier conte­nant plusieurs instru­ments, avec parfois versions sépa­rées pour Kontakt 4 et Kontakt 5.

Spicc & Specs

8dio Adagio Violins Vol. 1

Toute la banque dispose de trois prises de son, une de proxi­mité (Close), une plus éloi­gnée (Far) et une Mix (comme son nom l’in­dique, un mix de tous les micros utili­sés dans Adagio). Les notes courtes béné­fi­cient de jusqu’à dix échan­tillons Round Robin, et les inter­valles Legato de jusqu’à quatre. L’in­ter­face, très sobre, se décom­pose en trois parties : d’abord Settings, regrou­pant selon les cas, les para­mètres Dyna­mics (via CC1) et Expres­sion (via CC11), tous les deux très utiles pour faire varier le volume et passer en continu d’un layer de vélo­cité à l’autre, ainsi que Rel Volume (le volume des échan­tillons de relâ­che­ment, notam­ment implé­menté sur les programmes courts), Tight­ness (la préci­sion des sons courts) ou Speed (permet­tant de para­mé­trer la vitesse des inter­valles de legato). Ensuite l’écran central affiche les diffé­rentes arti­cu­la­tions char­gées ainsi que leur KeyS­witch (le chan­ge­ment de KS se fait via un double-clic, ou un simple cliqué-tiré, rapide et effi­cace, merci). Enfin, on trouve Mic Posi­tions, qui permet de char­ger (via un switch lumi­neux) et régler les volumes des diffé­rentes prises de son. Pas de fiori­tures inutiles, du concret, de la simpli­cité. Chaque famille contient d’abord un programme nommé Dyna­mic Bowing. Il contient tout un ensemble d’at­taques de notes suivant diverses inten­tions, nuances ou dyna­miques. Ainsi, on peut passer via KS d’un cres­cendo/decres­cendo « pfp Medium » à une attaque « ff Vib », puis à un « pfp Short » avec aller-retour, ou des Sordino, des decres­cen­dos (spécial dédi­cace à E.), etc. Voici quelques exemples du programme Ensemble, avec les trois prises de son acti­vées (les contrô­leurs CC1 et CC11 ne sont pas solli­ci­tés, afin d’en­tendre les nuances natu­relles).

00:0000:00
8dio Adagio Violins Vol. 1

On entend parfois quelques imper­fec­tions, mais c’est ce qui apporte aussi du carac­tère et du réalisme aux phrases, à condi­tion bien sûr qu’elles ne soient pas trop pronon­cées… Pas trop de problème de phase, malgré les trois prises ouvertes. On dispose bien entendu de programmes courts et Sustain, sans lesquels une biblio­thèque de cordes ne serait pas digne de ce nom. Ainsi, dans les Ensemble Shorts, même prin­cipe d’ar­ti­cu­la­tions multiples via KS. Du Feather Spicc au Pizzi­cato (Bartok inclus), du Col Legno au Stac­cato, il ne manque quasi rien (10 arti­cu­la­tions diffé­rentes). Voici un exemple de quelques-unes de ces arti­cu­la­tions (prises de son CF).

00:0000:00

Une des arti­cu­la­tions est une vraie aubaine pour les passages rapides répé­tés, Arp Spicc ; en effet, elle déclenche une note de même valeur au relâ­che­ment de la touche, ce qui donne deux notes pour une jouée. Il y a un petit coup à prendre, mais le jeu en vaut la chan­delle. Un exemple : 

00:0000:00

Les Sustains sont tout aussi inté­res­sants, avec 13 arti­cu­la­tions diffé­rentes. Voici le Sustain 1.

00:0000:00

On note le rattra­page de justesse au début ainsi que la réat­taque du bouclage sur le La b aigu :

00:0000:00

Un deuxième programme Sustain permet presque de dispo­ser de deuxièmes violons. Mais plus inté­res­sants sont les divers trilles, puisqu’ils vont jusqu’à quatre demi-tons, joués norma­le­ment, ou avec cres­cendo (pour cet exemple, les Release Samples ont été désac­ti­vés). 

00:0000:00
 

Autre bel ajout, on dispose enfin de trémo­los s’adap­tant aux chan­ge­ments de tempo, Measu­red Tremo­los, avec des Trem Slow, pour les tempos lents et Fast pour les tempos… rapides, oui. L’édi­teur four­nit aussi une version Sordino, et divers effets de glis­san­dos.

00:0000:00

L’édi­teur a aussi fourni des phrases complètes et des effets, que l’on pourra ajus­ter au tempo grâce à l’al­go­rithme Time Machine Pro, et dont on pourra déca­ler le départ avec la molette de modu­la­tion. Autre programme très inté­res­sant, les Louré, offrant plusieurs types de répé­ti­tion, suivant diffé­rentes nuances, cres­cen­dos, etc., qui seront, étant joués, plus réalistes que des program­ma­tions (ou alors en y passant trop de temps, pour un résul­tat non garanti). Voici quelques exemples (les contrô­leurs CC1 et CC11 ne sont pas solli­ci­tés, afin d’en­tendre les nuances natu­relles des phra­sés).

00:0000:00
 

Recettes de legato

8dio Adagio Violins Vol. 1

Jusque-là, la banque offre de belles choses, mais rien de révo­lu­tion­naire dans l’ap­proche. C’est parce que l’édi­teur a tout misé sur sa gestion du legato (et du porta­mento) pour faire la diffé­rence. Les grands moyens sont de la partie : en effet, on dispose de sept programmes Legato pour les Ensemble, deux pour les Divisi, et un pour les Solo, chacun avec une gestion des inter­valles bien parti­cu­lière, de discrète à pronon­cée, de longue à courte, etc. Et chaque programme Legato dispose à son tour d’ar­ti­cu­la­tions, entre Natu­ral, diffé­rentes durées d’ar­chet, des Loure Rep, diffé­rents vibra­tos, etc. Chaque Legato a quasi­ment été conçu en réfé­rence à un compo­si­teur holly­woo­dien, les cordes, depuis le son Newman (Alfred, qui, en tant que direc­teur musi­cal et chef d’or­chestre aimait leur donner un côté lyrique, avec beau­coup d’in­ten­sité et de glis­sando), étant un des marqueurs du genre. Ainsi, Legato Soft Emo Slur est inspiré du son Mancini, parfait pour ceci (d’abord seul, puis avec une réverbe utili­sant une IR du studio de la Fox) : 

00:0000:00

Perdi­tion est quant à lui une réfé­rence à Thomas Newman (le neveu de l’autre, ci-dessus), avec des violons con Sordino. L’idéal pour ce type d’am­biance, entre tempo lent et moyen (seul, puis avec réverbe externe) : 

00:0000:00
8dio Adagio Violins Vol. 1

D’autres sont des clins d’œil évidents à John Williams (ET, Schind­ler) ou Jerry Gold­smith (Instinct), etc. La grande force de tous ces programmes est d’abord, bien entendu, ce qui les distingue du point de vue de la gestion des legato, et ensuite le fait de dispo­ser de toutes les arti­cu­la­tions autour de ce legato parti­cu­lier à chaque préset, four­nies au sein d’un même programme. L’ap­proche est là tota­le­ment inédite, et parti­cu­liè­re­ment réus­sie. Car il suffit de défi­nir une esthé­tique de jeu (si l’on veut du holly­woo­dien tout craché, on prend Emo Slur par exemple), et on dispose immé­dia­te­ment d’un ensemble d’ar­ti­cu­la­tions respec­tant l’in­ten­tion de la compo­si­tion, tout en offrant suffi­sam­ment de varié­tés (en les complé­tant avec les Shorts, Sustains, Trills et compa­gnie) pour jouer et enre­gis­trer/program­mer des parties vivantes et réalistes (voir le manuel, télé­char­geable ici. Le seul problème étant qu’on ne dispose pour le moment que des violons…

Télé­char­gez les fichiers sonores : flac article

Bilan

Sur de très nombreux points, 8DIO frappe fort. La concep­tion autour du legato, point faible de nombreuses biblio­thèques, fait ici mouche, tant l’idée de dispo­ser de plusieurs types semble l’évi­dence même. Le son est impec­cable, fina­le­ment peu réver­béré. Ce qui pose parfois problème, la chute du son de certaines notes ou programmes montrant moins de réso­nance que les tenues elles-mêmes (un problème d’édi­tion certai­ne­ment). Il suffit d’y remé­dier en utili­sant une bonne réver­be… Le parti pris est aussi assumé de par la qualité des échan­tillons, peu nettoyés, présen­tant des bruits humains et d’ins­tru­ments ; quelques bouclages cepen­dant pour­raient être amélio­rés, d’abord au niveau des cross­fades (on a parfois des chutes de volume au bouclage), puis concer­nant les bruits (tolé­rables quand ils sont le reflet de l’hu­ma­nité derrière l’ins­tru­ment, moins quand ils sont mis en boucle et créent un effet de ryth­me…) ou les échan­tillons de relâ­che­ment pour­raient être program­més de manière à ne pas se déclen­cher sur les programmes dont les notes ne sont pas bouclées et dimi­nuent natu­rel­le­ment jusqu’au silence.

Le prin­ci­pal reproche de la biblio­thèque en l’état étant sa parfois trop grande consom­ma­tion en ressources CPU ; il faut espé­rer une amélio­ra­tion sur ce point, sinon, une fois les quatre sections complètes, il devien­dra diffi­cile de les faire tour­ner sur un seul ordi­na­teur. Cela doit-il passer par une opti­mi­sa­tion des scripts, du nombre de voix ? Seul l’édi­teur peut le dire pour le moment. Ne reste qu’à attendre les altos, violon­celles et contre­basses, qui, s’ils sont de la même qualité, et surtout reprennent exac­te­ment les inten­tions musi­cales à l’œuvre derrière et pour les Violons, consti­tue­ront indé­nia­ble­ment avec ce premier volume un orchestre à cordes holly­woo­dien de toute première gran­deur, voire the Orchestre holly­woo­dien (virtuel…). Bravo pour ce premier produit, et wait and see

Points forts
  • Conception classique, plus concept autour du Legato
  • Son global
  • Dix esthétiques Legato différentes
  • Programmes Divisi, Ensemble et Solo
  • Nombre d’articulations par programme
  • Articulation Arp Spicc
  • Échantillons Round Robin pour les notes ET les intervalles Legato
  • Trilles jusqu’à quatre demi-tons
  • Trémolos suivant le tempo
  • Phrases et FX, pouvant être adaptés au tempo
Points faibles
  • Consommation ressources CPU
  • Quelques bouclages à parfaire
  • Quelques bruits faisant rythme, à cause du bouclage
  • Quelques notes faisant entendre un accord, ou légèrement fausses
  • Échantillons de relâchement se déclenchant sur les notes devenues silencieuses
  • Pizz manquant de grosseur, d’impact

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.