Devenir membre
Devenir Membre

ou
Connexion
Se connecter

ou
interview
24 réactions
C'est l'été : Los Teignos partage sa playlist

La playlist de Los Teignos

En panne de découverte musicale pour cet été ? C’est l’heure de demander un petit coup de pouce à l’équipe d’Audiofanzine… Cette semaine, c’est au tour de Los Teignos, nimportequoitiste d’AF, de s’y coller !

La playlist de Los Teignos : C'est l'été : Los Teignos partage sa playlist

Arnaud, alias Los Teignos, c’est l’une des têtes de l’hydre édito­riale chez AF, celle qui fait l’édito mais aussi les 2 minutes, entre autres. Mais c’est aussi un guita­riste home-studiste marqué autant par la pop et le rock que la chan­son française, comme en attestent les titres qu’il vous recom­man­de…

La play­list de Los Teignos

Nous lui avons demandé une chan­son, une track ou son pour…

Avoir la pêche en se levant le matin ?

The Beatles – Here come the sun
J’avais mis le même Daryl Hall & John Oates que Red Led alors fina­le­ment, je me rabats sur Here come the sun des Beatles, lumi­neuse ballade qui, quelle que soit la météo dehors, impose son propre soleil à la jour­née, avec douceur et entrain…

MessageinabottleConduire, courir ou galo­per ?

The Police – Message in a bottle
Pour conduire la nuit de préfé­ren­ce… Dur de ne pas appuyer sur l’ac­cé­lé­ra­teur tant le trio pousse la chan­son : super riff, super mélo­die de voix, et comme d’hab Cope­land fait de la magie avec sa char­ley… Je pense que si Ryan Goss­ling avait eu ça dans Driver, la fin du film n’au­rait pas été la même…

Faire se lever les gens dans une soirée ?

Stretch – Why did you do it?
Oui, j’au­rais pu mettre Kiss ou Billie Jean parce que ça marche assu­ré­ment, mais déni­cher un groupe de funk anglais des 70’s monté de toutes pièces pour se faire passer pour Fleet­wood Mac lors d’une tour­née, ça a un peu plus de panache, d’au­tant que j’adore le son de la prod : « One, two ! »

Faire l’amour ?

Radio­head – Nude
C’est doux, lanci­nant et du coup lascif, avec toujours ce truc très fort chez Radio­head où chaque musi­cien joue une partie hyper intel­li­gente, pensée et sentie, où le silence a sa place pour que ça respi­re… Peut-être pas la meilleure musique pour baiser spor­tif, non, mais pour dire à l’autre qu’on l’aime avec son corps, ça me semble pas mal…

tveyeDéclen­cher une baston ?

The Stooges – T.V. Eye
C’était ça où le « Kick Out the Jam, Mother­fu­ckers » du MC5. Parce que je trouve ça plus violent que n’im­porte quelle chan­son de Metal­lica, de Slayer, trop propres, ou de la gentille Drill, trop molle, et qu’on sent que les musi­ciens lâchent complè­te­ment la rampe en mode Shei­tan. Peut-être aussi pour ce souve­nir d’Iggy se bles­sant le bras à un concert et léchant son sang avec un air de défi…

Calmer une baston ?

Alison Krauss – Down to the river to pray
Ça sort tout droit d’O’­Bro­thers, le film très réfé­rencé des Frères Cohen qui est un hymne à la coun­try et au blues. Et comme toujours avec la Coun­try d’Ali­son Krauss, ça chante laser mais avec une âme… Sérieux : on peut pas se battre là dessus !

Dépri­mer ?

Haen­del – De Torrente in via bibet
J’au­rais pu dire Some­times it snows in April de Prince, mais cette pièce d’Haen­del dans sa version Gardi­ner l’em­porte haut la glotte. On y entend toute la beauté et la misère de l’hu­ma­nité, capable de peindre des Chapelle Sixi­tine comme de clouer des prophètes sur des croix… Et puis comme j’aime bien faire mon empê­cheur de tour­ner en rond, j’ai mis On the Beach en couv de l’ar­ticle parce que la pochette elle-même, autant que le titre éponyme, est un monu­ment de dépri­me…

Rêvas­ser au coin du feu ?

Jack­son C. Frank – Blues run the game
Il y a une nostal­gie dans cette chan­son qu’on retrouve dans toute l’oeuvre de Jack­son C. Frank, laquelle a marqué telle­ment de song­wri­ters par la suite… Il faut dire que le gars Jack­son a eu une vie si drama­tique que le destin s’est excusé comme il a pu en versant des notes orphiques dans sa guita­re…

alamoS’en­dor­mir ?

Dimi­tri Tiom­kin – Tenesse Babe 
J’ai beau­coup écouté ce disque enfant et je l’ai beau­coup chanté pour endor­mir mon fils quand il était bébé. Que dire si ce n’est que les choeurs sont magni­fiques, et que ça prend aux tripes de douceur comme de puis­sance, avec la satu­ra­tion des micros et préamps qui parti­cipent de l’émo­tion. C’est dans la BO du film Alamo : c’est le crépus­cule, et les occu­pants du fort Alamo savent qu’ils vont mourir dans le combat du lende­main. Alors le capi­taine Jim Bowie pense à Lisa, sa bien aimée qu’il ne reverra jamais, en regar­dant les torches danser dans la nuit… Je donne­rais l’in­té­grale de John Williams et Hans Zimmer pour ce titre, en regret­tant que plus personne ne semble en mesure à Holly­wood d’écrire de vraies parti­tions pour des chorales, ni de vraies chan­sons. Marre des osti­na­tos sur nappes et swells qu’on nous sert à longueur de films, marre du sous-Gustav Holst !

Presque croire en Dieu ?

Jacques Brel – La quête
Quel texte ! Et même si les roule­ments de R sont d’au­tre­fois, qu’est ce que c’est bien chanté, bien campé sur ses deux jambes, face à l’ho­ri­zon ! J’y pense souvent en regar­dant les toiles de Nico­las de Staël, à ces villes qui s’écla­bous­se­raient de bleu, et à cet élan d’un type qui voudrait de toute son âme embras­ser la foi… Pas sûr qu’on y arrive mais ça n’em­pêche pas de consa­crer une vie à cet effort…

Premier disque acheté ?

Télé­phone – Un Autre Monde
Eh bien avec mes sous à moi, il me semble bien que c’est Un autre monde de Télé­phone, qui avait une belle pochette carton­née et une prod comme on ne savait pas en faire en France à l’époque : Glyn Johns (Who, Led Zep, Stones) s’y est collé et ça s’en­tend . C’était sur le marché du Blanc-Mesnil, le dimanche, entre les compils K7 vendues pas chères (parce que jouées par un orchestre « à la manière de… ») et les jogging Mike… Avec le meilleur solo jamais pondu par Berti­gnac…

Le titre que tu as honte d’ai­mer ?

Nicole Croi­sille – Une femme avec toi
Soyons clairs, je ne suis pas du genre à avoir honte en matière de goûts musi­caux, mais vu que j’ai en géné­ral une aver­sion pour les chan­teuses à voix des 80’s/90’s (Whit­ney, Mariah, Céline, etc.), j’ima­gine qu’ado­rer ce titre de Nicole Croi­sille révèle une contra­dic­tion. Feeeeeeeeeemmmmmme !

troutmaskLe titre le plus WTF que tu connaisses ?

Captain Beef­heart – Frown­land
Je ne me suis toujours pas remis de Trout Mask, d’au­tant que contrai­re­ment à ce qu’on pour­rait croire, les musi­ciens jouent des morceaux répé­tés et ne font pas d’im­pros. Comme Zappa, c’est barré, irré­vé­ren­cieux et ça place un vrai jalon dans l’his­toire du rock…

Et sinon, ton disque de chevet, celui dont tu peux dire qu’il y a un avant et un après l’avoir écouté ?

Led Zeppe­lin – III
J’au­rais pu dire Grace de Buck­ley qui m’a séché à sa sortie, ou encore le fabu­leux Revol­ver des Beatles, Face to Face des Kinks ou OK Compu­ter de Radio­head, mais c’est fina­le­ment le plus animal Led Zep 3 qui aura ma préfé­rence, parce que je l’ai poncé, parce que toutes les chan­sons y sont énormes de finesse et d’éner­gie, parce que les quatre musi­ciens sont chacun des monstres de leur instru­ment, et même parce que la pédale de grosse caisse grince sur Since I’ve been Loving You… Et puis, on sent que ça tire autant du côté du blues que du folk­lore irlan­dais ou du Magh­reb, dans une sauce souvent imitée mais jamais égalée…

Et ton disque de l’an­née 2021–2022 (pas forcé­ment publié cette année là, mais que tu as décou­vert cette année-là) ?

Anna B Savage – A common turn
Vu le Led Zep 3, ce choix n’aura rien de très surpre­nant car on y retrouve le même goût pour les Open Tunings qui permettent à la voix magni­fique de cette anglaise de s’en­vo­ler bien haut. Ça sent la terre, l’herbe, la pluie : tout ce que j’ai­me…

Exten­sions pour désac­ti­ver la vidéo sur Youtube

Histoire que tout le monde puisse avoir accès aux titres, nous avons rassem­blé ça dans une play­list YouTube, sachant que si vous voulez être sympa avec l’en­vi­ron­ne­ment et écono­mi­ser la bande passante parce qu’après tout, la musique s’écoute plus qu’elle ne se regarde, vous pouvez utili­ser les exten­sions suivantes :

Écou­ter tout ça via YouTube

Auteur de l'article Los Teignos

Si j'avais eu le physique, nul doute que j'aurais fait un grand Sumo, mais vu que je ne pèse que 80 kg, j'occupe mon temps comme je peux entre musique et littérature.


Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.