Se connecter
Se connecter

ou
Créer un compte

ou
Test écrit
48 réactions
Un PolyTune attachant
8/10
Partager cet article

Vous connaissiez la PolyTune, cette pédale qui a révolutionné le monde des accordeurs il y a 5 ans en proposant un mode polyphonique permettant de visualiser d’un seul coup la hauteur de toutes ses cordes. Après avoir sorti une V2 et une version Mini, TC Electronic nous propose une version se clipsant sur la tête de votre instrument. Sympa, mais ça marche toujours aussi bien  ?

Les quali­tés des Poly­Tune ne sont plus à démon­trer, et les petites boîtes blanches ont envahi peu à peu les pedal­boards des guita­ristes du monde entier, grâce notam­ment à leur mode poly­pho­nique. Imagi­nez : entre deux chan­sons pendant un concert, vous n’avez plus qu’à balayer d’un geste noncha­lant les six cordes de votre instru­ment pour véri­fier d’un coup d’œil son accor­dage. Cela évite les blancs toujours un peu gênants.

On s’at­tache

TC Electronic PolyTune Clip

La série Poly­Tune voit donc un nouveau membre arri­ver, il est moins cher (49 €), plus petit et se « clip » sur la tête de votre instru­ment. Du coup, vous pour­rez l’uti­li­ser faci­le­ment sur votre guitare acous­tique préfé­rée (par exemple), à la maison, pépère. Sur scène, on préfè­rera évidem­ment les modèles clas­siques, bien logés dans votre pedal­board (ou simple­ment posés par terre), qui restent plus robustes et qui peuvent être alimen­tés par secteur. Cela évitera de devoir chan­ger la pile entre deux chan­sons… Car ce Poly­Tune Clip, défi­ni­ti­ve­ment plus « casual », ne pourra être alimenté que par une simple pile bouton (CR 2032), ce qui reste néan­moins assez clas­sique sur ce genre d’ac­cor­deurs.

Le Poly­Tune Clip est très léger, et son poids restera imper­cep­tible lorsqu’il sera juché sur la tête de votre instru­ment. Malgré tout, le construc­teur préco­nise de ne pas lais­ser l’ac­cor­deur tout le temps sur la tête, certaines fini­tions pouvant mal suppor­ter le contact constant avec le Poly­Tune Clip. Petite déli­ca­tesse de la part de TC Elec­tro­nic : on retrouve dans la boîte un code pour télé­char­ger le plug-in Poly­Tune gratui­te­ment, afin de l’uti­li­ser dans votre STAN préfé­rée. Sympa !

Afin de vous montrer l’uti­li­sa­tion du Poly­Tune Clip, nous avons réalisé une petite vidéo :

 

TC Electronic PolyTune Clip

Il est donc impor­tant de noter que le Poly­Tune Clip s’éteint tout seul au bout de 3 minutes, qu’il possède un mode basse et un mode guitare, qu’il peut descendre jusqu’au Si et monter jusqu’à la 7e case avec le capo­dastre (la réfé­rence sera réglable de 435 à 445 Hz). Le fait que l’écran se mette auto­ma­tique­ment à l’en­droit est une très bonne chose, et l’on retrouve évidem­ment les mêmes quali­tés que les Poly­Tune clas­siques : une bonne préci­sion, les modes guitare et basse, les modes aiguilles et stro­bo­sco­piques… Le seul manque concerne le mode Drop D, absent du Poly­Tune Clip. Dommage. On aurait aussi aimé avoir une petite séri­gra­phie sur l’ap­pa­reil, car même s’il n’y a que trois boutons, on tâtonne parfois avant de trou­ver le bon. De plus, il n’y a toujours pas de mode Open Tuning en poly­pho­nique, il faudra donc le faire corde par corde.

Conclu­sion

TC Elec­tro­nic nous livre ici une version « clipable » de son fameux Poly­Tune, qui ravira les utili­sa­teurs d’ins­tru­ments acous­tiques ou ceux qui auront la flemme de bran­cher leur pedal­board. Sa taille est minus­cule, ce qui ne l’em­pêche pas de propo­ser un grand écran lumi­neux, et son poids est tout à fait anec­do­tique. Évidem­ment, il garde presque toutes les quali­tés de ses grands frères, à savoir le fameux mode poly­pho­nique, une bonne préci­sion, les modes aiguille et stro­bo­sco­pique, et les diffé­rents accor­dages possibles. On notera juste l’ab­sence de séri­gra­phie, qui aurait pu aider les premiers temps, et l’omis­sion du mode Drop D pour­tant présent sur la Poly­Tune clas­sique, en plus du mode Open Tuning en poly­pho­nique. Malgré cela, le Poly­Tune Clip est un accor­deur très effi­cace, joli et compact. Le prix de 49 € nous semble tout à fait justi­fié vu ses quali­tés indé­niables.

8/10
Points forts
  • Tout petit
  • Design
  • Pas trop cher (49 €)
  • Précision de l’accordage
  • Un vrai Polytune polyphonique
  • Descends jusqu’au Si, et capo jusqu’à 7
  • Guitare et basse
  • Mode stroboscopique
  • Grand écran lumineux
Points faibles
  • Plus de mode Drop D
  • Pas de sérigraphie
  • Toujours pas d’open tuning en mode polyphonique
Auteur·rice de l’article Rédacteur en chef

J'ai commencé à pratiquer la musique avec des cours de piano et de violoncelle à 6 ans, mais la passion n'a vraiment débuté qu'à l'âge de 12 ans, lorsque j'ai commencé à me pencher sérieusement sur la guitare, afin de former mes premiers groupes, écrire mes premières compositions, jouer mes premiers concerts et enregistrer mes premières maquettes. Après des études scientifiques, j'ai intégré l’ISTS, une filière de l’ESRA, puis j’ai enrichi mon expérience en travaillant en studio dans les secteurs de la musique et du son à l’image, ainsi que dans le domaine du spectacle, notamment le théâtre. Ces expériences variées m’ont permis de développer une compréhension approfondie des différents aspects de la production sonore, ce qui m'a préparé idéalement pour assumer d'abord le rôle de rédacteur, puis celui de rédacteur en chef chez Audiofanzine. Je mets à profit ces compétences pour offrir un contenu écrit et vidéo précis et engageant, tout en veillant à ce que nos publications répondent aux attentes de nos lecteurs et spectateurs. Mon rôle implique également de maintenir des relations solides avec les professionnels de la musique et du son, assurant ainsi une communication fluide et efficace.


Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
Auteur·rice de l’article Rédacteur en chef

J'ai commencé à pratiquer la musique avec des cours de piano et de violoncelle à 6 ans, mais la passion n'a vraiment débuté qu'à l'âge de 12 ans, lorsque j'ai commencé à me pencher sérieusement sur la guitare, afin de former mes premiers groupes, écrire mes premières compositions, jouer mes premiers concerts et enregistrer mes premières maquettes. Après des études scientifiques, j'ai intégré l’ISTS, une filière de l’ESRA, puis j’ai enrichi mon expérience en travaillant en studio dans les secteurs de la musique et du son à l’image, ainsi que dans le domaine du spectacle, notamment le théâtre. Ces expériences variées m’ont permis de développer une compréhension approfondie des différents aspects de la production sonore, ce qui m'a préparé idéalement pour assumer d'abord le rôle de rédacteur, puis celui de rédacteur en chef chez Audiofanzine. Je mets à profit ces compétences pour offrir un contenu écrit et vidéo précis et engageant, tout en veillant à ce que nos publications répondent aux attentes de nos lecteurs et spectateurs. Mon rôle implique également de maintenir des relations solides avec les professionnels de la musique et du son, assurant ainsi une communication fluide et efficace.