Devenir membre
Devenir Membre

ou
Continuer avec Google
Connexion
Se connecter

ou
Se connecter avec Google
Agrandir
Ajouter ce produit à
  • Mon ancien matos
  • Mon matos actuel
  • Mon futur matos
DigiTech SDRUM
Photos
1/157

Test DigiTech SDRUM

Chéri(e), j’ai rétréci l’batteur
8/10
Award Innovation 2018
Partager cet article

Amis guitaristes et bassistes, vous ne connaissez pas de batteur et les boîtes à rythmes conventionnelles sont trop compliquées pour vous ? Alors imaginez-vous créer des patterns de batterie sans jamais lâcher votre instrument à cordes. C’est beau de rêver, non ? Pourtant, Digitech l’a bel et bien fait.

Digi­tech occupe une place à part dans l’uni­vers des effets pour guitares. Rare­ment cité parmi les marques qui comptent, le fabri­cant n’en reste pas moins une valeur sûre dont les produits présentent souvent un bon rapport qualité/prix. Surtout, le construc­teur se permet régu­liè­re­ment des folies en déve­lop­pant des machines au concept inno­vant. Décou­vrez la SDRUM !

Le concept

La SDRUM s’ins­crit dans la droite lignée des pédales Trio de Digi­tech. La Trio ? Mais oui, rappe­lez-vous, cette éton­nante machine propo­sait aux guita­ristes un accom­pa­gne­ment basse/batte­rie auto­ma­tique­ment généré en fonc­tion du jeu de l’ins­tru­men­tiste. Il suffi­sait de jouer une série de notes pour que la basse suive le musi­cien et que la batte­rie s’adapte à son rythme. La SDRUM reprend le prin­cipe de géné­ra­tion auto­ma­tique d’un accom­pa­gne­ment musi­cal, mais se concentre exclu­si­ve­ment sur les sons de batte­rie. De plus, il ne s’agit plus de jouer une mélo­die pour créer un morceau, mais bien de litté­ra­le­ment jouer de la batte­rie en frot­tant les cordes d’une guitare ou d’une basse. Ça y est, nous avons capté votre atten­tion ? Alors, permet­tez-nous un bref retour en arrière. 

DigiTech SDRUM : Digitech SDRUM 2

La SDRUM prend la forme d’une pédale dont les dimen­sions et le poids sont quasi-simi­laires à celle de la Trio première du nom (13,34 × 7,62 × 6,22 cm, et 0,52 kg). Le châs­sis blanc est sobre, mais il est parsemé de nombreux boutons lumi­neux et d’une séri­gra­phie élégante. C’est plutôt joli ! Deux gros potards permettent de régler le volume et le tempo des rythmes de batte­rie géné­rés, alors que deux autres, cette fois cran­tés, offrent la possi­bi­lité de navi­guer entre diffé­rents sons de batte­rie et de régler certains para­mètres. Huit petits boutons donnent accès à diffé­rentes fonc­tions, et deux gros pads façon MPC permettent de jouer des rythmes direc­te­ment sur la pédale. On peut donc géné­rer des batte­ries en frot­tant les cordes de sa guitare, ou bien en s’im­pro­vi­sant beat­ma­ker.

La pédale est équi­pée d’un port USB pour les mises à jour, d’une connexion dédiée aux loopers JamMan afin de synchro­ni­ser les machines, d’une entrée pour instru­ment, d’une entrée pour un foots­witch externe, et de trois sorties diffé­rentes : Amp, Mixer L et Mixer R. La première est dédiée aux amplis guitares et basses. Si vous l’uti­li­sez seule, le son de votre guitare et les batte­ries créées par la SDRUM sorti­ront de votre ampli. Les sorties Mixer L et Mixer R sont de niveau ligne et permettent de diffu­ser les sons de guitare et de batte­ries dans une sono ou une inter­face audio. Si vous en utili­sez une seule, le son sera mono, alors qu’il sera stéréo en connec­tant les deux. Atten­tion, le son de guitare ressem­blera à celui d’un instru­ment bran­ché dans une DI, et le signal est plus faible que celui des batte­ries. Heureu­se­ment, il existe une alter­na­tive : utili­ser les trois sorties à la fois ! En faisant cela, le signal de la guitare se retrou­vera unique­ment dans la sortie Amp, et le signal des batte­ries dans les sorties Mixer. De cette manière, vous pour­rez diffu­ser la batte­rie sur un système son en stéréo, et jouer de la guitare à travers un véri­table ampli. Il est même possible de connec­ter la sortie Amp à une inter­face audio pour utili­ser les simu­la­tions d’am­plis et de baffles de votre choix. Enfin, il n’y a pas de sortie casque contrai­re­ment à la Trio.

La créa­tion de motifs ryth­miques

DigiTech SDRUM : Digitech SDRUM 5

Comme nous l’avons indiqué, il est possible de créer des motifs de batte­rie en frot­tant les cordes d’une guitare. Pour être précis, cela marche avec une guitare élec­trique, une guitare élec­troa­cous­tique, ou une basse. Une tech­no­lo­gie appe­lée BeatS­cratch offre la possi­bi­lité d’as­si­gner aux cordes graves de l’ins­tru­ment un « kick », et une « snare » aux cordes aiguës. Un mode de cali­brage est d’ailleurs là pour s’as­su­rer que la SDRUM compren­dra vos inten­tions.

Cela peut paraître éton­nant, mais le système marche à merveille ! Il faut par contre s’y prendre de la bonne manière. En effet, on comprend rapi­de­ment qu’il faut utili­ser le BeatS­cratch en bloquant la réso­nance des cordes avec la main gauche, et en grat­tant avec la main droite comme on le ferait avec une Wah Wah pour obte­nir un effet façon Voodoo Child (Slight Return). Il est alors très facile de créer un enchai­ne­ment assez fluide de kicks et de snares. Une fois que l’on adopte cette tech­nique et que l’on a bien cali­bré la guitare, le tracking est bon. Il faut un peu d’en­trai­ne­ment, mais l’on arrive à réali­ser les ryth­miques Kick/snare que l’on a en tête. Il arrive que la pédale bafouille et qu’un kick remplace une snare, mais c’est la plupart du temps dû au manque de préci­sion du musi­cien. L’uti­li­sa­tion d’un média­tor peut d’ailleurs aider.

Les kicks et les snares que l’on produit avec la guitare vont servir de base à la géné­ra­tion d’une ryth­mique complète. En acti­vant le foots­witch de la pédale, celle-ci va se mettre en mode « appren­tis­sage ». Il suffit alors de jouer un rythme, puis d’ac­ti­ver à nouveau le foots­witch. C’est magique : votre motif basique va se boucler et prendre vie avec la créa­tion auto­ma­tique de hats et de rides. Comme avec la Trio, une fois le mode « appren­tis­sage » enclen­ché, la pédale va attendre le premier grat­tage de cordes avant de commen­cer à enre­gis­trer. Par contre, il faudra « boucler » votre pattern en appuyant une seconde fois sur le foots­witch bien en rythme, de façon à ce que la tran­si­tion soit natu­relle. Sachez qu’il est possible de créer une base kick/snare de quatre mesures maxi­mum.

Grâce à diffé­rents boutons, vous pouvez choi­sir les sons de kicks et de snares, diffé­rents styles de hats et rides, et même modi­fier le tempo. On peut faire cela après avoir créé un motif, ou bien avant ! Il est donc possible de prépro­gram­mer les sons de la batte­rie et le tempo avant de jouer.

Écou­tons tout de suite des extraits dans lesquels nous géné­rons des motifs de batte­rie en utili­sant le système BeatS­cratch. Dans le premier son, nous avons prépro­grammé le tempo avant de créer le pattern afin qu’il colle au delay utilisé. La SDRUM pousse à faire de la musique et, pris par l’ins­pi­ra­tion, nous n’avons pas pu nous empê­cher de rajou­ter a poste­riori une autre piste de guitare pour ajou­ter des petits orne­ments. Pour le second extrait, nous n’avons rien prépro­grammé. La pédale s’est calquée sur le rythme que nous avons produit en grat­tant la guitare.

1 Beats­cratch E Pop tempo pré­pro­gram­mé
00:0002:06
  • 1 Beats­cratch E Pop tempo pré­pro­gram­mé 02:06
  • 2 Beats­cratch PWR Tempo repe­ré par la pédale 02:10

Sachez qu’il est aussi possible d’uti­li­ser les pads pour apprendre un rythme à la SDRUM. C’est certes plus instinc­tif et peut-être plus précis, mais c’est bien moins fun. Surtout, il faudra avoir la pédale près de ses doigts, ce qui complique les choses. D’ailleurs, nous aurions aimé que les pads aient une sensi­bi­lité légè­re­ment accrue. Ce n’est toute­fois pas si gênant, puisque, comme avec le BeatS­cratch, la vélo­cité n’est pas prise en compte.

La program­ma­tion des batte­ries

DigiTech SDRUM : Digitech SDRUM 10

La SDRUM est certes là pour géné­rer des parties aléa­toires, mais l’as­pect program­ma­tion de batte­ries est essen­tiel. La person­na­li­sa­tion des batte­ries est basée sur quelques potards et des petits boutons permet­tant d’ac­ti­ver des fonc­tions alter­na­tives. Les LED et les boutons lumi­neux jouent donc un rôle essen­tiel pour avoir un retour visuel des diffé­rents para­mètres, et savoir où l’on en est. On peut, bien entendu, créer un pattern, puis modi­fier chacun des réglages pour obte­nir le rythme et les sons que l’on aime. Mais lorsqu’on maîtrise bien la pédale, on peut faire ces choix en amont, puis enre­gis­trer et boucler à la volée. C’est là que la SDRUM est puis­sante, d’au­tant plus que l’on peut enre­gis­trer des « chan­sons » avec des réglages prédé­fi­nis. Il est alors possible de prépa­rer des sets à l’avance tout en les jouant réel­le­ment pour adap­ter le tempo à l’hu­meur du jour.

En parlant de tempo, la SDRUM recon­naît parfai­te­ment le rythme que vous produi­rez avec votre instru­ment ou les pads. Il est aussi possible de taper le tempo sur un bouton façon Tap Tempo, mais il faut utili­ser ses doigts puisque le foots­witch ne permet pas cela. Le bouton permet de visua­li­ser le rythme grâce à une LED, et cette dernière s’illu­mine en rouge à chaque début de mesure. Si vous tenez vrai­ment à gérer le rythme avec votre pied, il faudra ache­ter le foots­witch externe Digi­tech FS3X. Enfin, sachez que le tempo peut être fixé avant l’en­re­gis­tre­ment, ou bien être modi­fié a poste­riori. Pour vous faci­li­ter la tâche, il est possible d’ac­ti­ver un métro­nome (quand aucune boucle n’est encore enre­gis­trée) ou un décompte (avant qu’une boucle exis­tante ne se lance).

La SDRUM embarque 5 kits de batte­rie, avec une varia­tion kick/snare pour chacun. Les styles sont variés et couvrent un panel assez large. Jetons une oreille à tout cela.

3 Sons Clean
00:0001:00
  • 3 Sons Clean 01:00
  • 4 Sons PWR avec chan­ge­ment de Tempo 01:22
  • 5 Sons Perc 01:00
  • 6 Sons Brush 01:08
  • 7 Sons E Pop 01:08

Les sons de batte­rie proviennent de Reali­Tone et Digi­tal Sound Factory, des spécia­listes de la banque de samples. Il s’agit d’échan­tillons, mais il y en a de nombreux avec des vélo­ci­tés diffé­rentes de façon à créer l’illu­sion d’un jeu humain. Les sons sont convain­cants, mais cari­ca­tu­raux. Ce sont des grands stan­dards sans grande origi­na­lité et un peu géné­riques. Ne vous atten­dez pas à être souf­flé, mais ce n’est pas pour autant ridi­cule. La stéréo offre une belle ampleur, et il paraît clair que les sorties Mixer sont à privi­lé­gier. Nous avons tout de même bran­ché la SDRUM dans notre Fender Twin Reverb et le résul­tat n’était pas mauvais.

DigiTech SDRUM : Digitech SDRUM 9

Digi­tech applique un trai­te­ment parti­cu­lier au signal de batte­rie qui provient de la sortie Amp, de façon à ce qu’il ait un meilleur son. Toute­fois, le fabri­cant ne peut faire de miracle, et certaines fréquences ont tendance à se chevau­cher, ce qui déna­ture légè­re­ment le son de guitare. Vous vous écla­te­rez sans problème à la maison, mais une utili­sa­tion plus profes­sion­nelle exigera un bran­che­ment avec les sorties Mixer.

Comme vous avez pu l’en­tendre, Digi­tech a inté­gré une réverbe à la SDRUM. Elle provient de chez Lexi­con et parti­cipe gran­de­ment à la qualité du son. Vous aurez aussi remarqué que la pédale n’a eu aucun mal à repé­rer que le rythme de l’ex­trait 5 est en 3/4. Elle s’est adap­tée auto­ma­tique­ment à notre jeu ! Atten­tion, seules les mesures 4/4 et 3/4 sont prises en compte.

À présent, écou­tons les diffé­rents sons de hats/rides. Il existe trois banques avec 12 varia­tions essen­tiel­le­ment ryth­miques et parfois tonales. Le manuel détaille assez bien les carac­té­ris­tiques de chaque son et les éléments de la batte­rie que l’on enten­dra (tom, shaker, tambou­rin, etc.). Il ne faut donc pas hési­ter à le consul­ter.

8 Sons Hats Rides Clean
00:0002:44
  • 8 Sons Hats Rides Clean 02:44
  • 9 Sons Hats Rides PWR 02:36
  • 10 Sons Hats Rides Perc 02:34
  • 11 Sons Hats Rides Brush 02:52
  • 12 Sons Hats Rides E Pop 02:46

En plus des kits et des diffé­rents sons de hats/rides, de nombreuses options permettent de varier les batte­ries. On peut notam­ment modi­fier l’in­ten­sité des hats/rides, chan­ger l’in­ten­sité géné­rale, ou encore passer d’un groove Straight à un groove Swing. Une dernière fonc­tion modi­fie la richesse de la batte­rie : Simple, inter­mé­diaire, ou Busy. Écou­tez :

13 Chan­ge­ment inten­si­té Hats Rides E Pop
00:0000:40
  • 13 Chan­ge­ment inten­si­té Hats Rides E Pop 00:40
  • 14 Chan­ge­ment inten­si­té partie Brush 00:50
  • 15 Straight puis Swing Perc 00:38
  • 16 Modes Simple, Inter­mé­diaire, puis Busy PWR 00:48

Si la rela­tive faible quan­tité de kits de batte­rie peut inquié­ter, il faut bien avouer que les nombreuses varia­tions de hats/rides et les para­mètres d’in­ten­sité et de groove offrent une grande poly­va­lence. Sans riva­li­ser avec d’autres solu­tions en termes de quan­tité, la SDRUM devrait combler la plupart des guita­ristes et bassistes.

La compo­si­tion de chan­sons

Avant de conclure ce test, nous nous devons d’abor­der la section « chan­son » de la SDRUM. Il est possible d’en­re­gis­trer jusqu’à 36 presets de sons de batte­ries, compo­sés de trois parties chacun. Ces parties corres­pondent aux trois grands moments d’un morceau : le refrain, le couplet et le pont. À tout moment, on peut navi­guer entre chaque partie en appuyant une fois sur le foots­witch de la pédale. Le chan­ge­ment de partie se fait dans l’ordre suivant : Couplet —> Refrain —> Pont. Si vous appuyez deux fois rapi­de­ment sur le foots­witch alors qu’un couplet est en train de jouer, vous passez auto­ma­tique­ment au pont. Ce n’est pas forcé­ment évident, et il faudra ache­ter le foots­witch FS3X pour pouvoir sélec­tion­ner exac­te­ment la partie que vous souhai­tez avec votre pied.

DigiTech SDRUM : Digitech SDRUM 4

Afin d’ap­por­ter un peu de vie à votre chan­son, vous pour­rez modi­fier l’in­ten­sité de chaque partie. Vous souhai­tez avoir des couplets dyna­miques et des refrains plus calmes ? C’est possible, et l’in­verse aussi. Les tran­si­tions entre les parties sont natu­relles avec des roule­ments aléa­toires assez crédibles. Surtout, nous ne sommes pas face à un looper, et la pédale est donc permis­sive. Il suffit d’ap­puyer un peu avant la fin d’une mesure pour que la SDRUM change auto­ma­tique­ment la partie à la fin de cette mesure. De plus, Digi­tech a corrigé l’un des gros défauts de la Trio. Cette fois, l’on peut arrê­ter les chan­sons de manière moins brutale puisqu’un appui long sur le foots­witch d’ac­ti­va­tion stop­pera la batte­rie et enclen­chera une cymbale qui réson­nera jusqu’à ce que l’on relève le pied.

Enfin, si vous ne souhai­tez pas vous embê­ter à créer vous-même diffé­rentes parties, il est possible de géné­rer auto­ma­tique­ment un refrain et un pont à partir de l’en­re­gis­tre­ment d’un pattern pour le couplet. La géné­ra­tion auto­ma­tique d’un refrain ou d’un pont est assez cari­ca­tu­rale, et il faut souvent repas­ser derrière la machine. Toute­fois, c’est très pratique pour se lancer en un rien de temps.

Conclu­sion

La SDRUM est une pédale unique grâce à la tech­no­lo­gie BeatS­cratch et aux possi­bi­li­tés de program­ma­tion. L’on peut créer des rythmes de batte­rie complexes sans jamais lâcher sa guitare, et c’est une véri­table petite révo­lu­tion. Pour cela, la SDRUM mérite notre Award Inno­va­tion. De plus, l’on peut se repo­ser sur l’as­pect auto­ma­tique de la pédale, ou bien program­mer rela­ti­ve­ment fine­ment, en amont et en aval, des sons et des rythmes. La SDRUM va donc plus loin que la section batte­rie de la Trio, et c’est un excellent point.

Toute­fois, la SDRUM est moins intui­tive que la Trio. On ne retrouve pas ce côté immé­diat et magique qui consiste à jouer une suite d’ac­cords pour géné­rer un morceau en un rien de temps. Il faut connaître la dernière pédale de Digi­tech avant de s’amu­ser réel­le­ment, mais, une fois que cela est fait, on s’éclate !

Malgré des défauts mineurs comme la non-sensi­bi­lité à la vélo­cité ou l’im­pos­si­bi­lité de régler fine­ment le volume des hats/rides, la SDRUM est une réus­site propo­sée à un tarif très correct vu les possi­bi­li­tés (à partir de 189 €).

  • DigiTech SDRUM : Digitech SDRUM 1
  • DigiTech SDRUM : Digitech SDRUM 2
  • DigiTech SDRUM : Digitech SDRUM 3
  • DigiTech SDRUM : Digitech SDRUM 4
  • DigiTech SDRUM : Digitech SDRUM 5
  • DigiTech SDRUM : Digitech SDRUM 6
  • DigiTech SDRUM : Digitech SDRUM 7
  • DigiTech SDRUM : Digitech SDRUM 8
  • DigiTech SDRUM : Digitech SDRUM 9
  • DigiTech SDRUM : Digitech SDRUM 10

 

8/10
Award Innovation 2018
Points forts
  • Le système BeatScratch est innovant, et ça marche !
  • Sons de batterie génériques, mais crédibles
  • Réverbe Lexicon de qualité
  • Véritable variété sonore malgré le faible nombre de kits
  • Peut fonctionner de manière très automatisée ou bien plus programmée
  • Sorties offrant plein de possibilités, dont la stéréo
  • Possibilités de stocker jusqu’à 36 chansons avec 3 parties distinctes
  • Métronome intégré
  • La synchronisation avec les JamMan
  • Arrêt de la pédale moins brutal qu’avec les Trio
  • Les pads peuvent être pratiques
  • Alimentation fournie
  • Manuel très complet avec des astuces pour créer des motifs classiques
  • Une astuce permet de débloquer du MIDI, cherchez sur le web…
  • Le footswitch FS3X apporte un vrai plus (Tap Tempo, sélection de parties spécifiques, etc.)
  • Prix correct
Points faibles
  • Pas sensible à la vélocité lorsqu’on crée un pattern
  • Utilisation peu intuitive à base de doubles fonctions, la lecture du manuel est obligatoire
  • Malgré le réglage de l’intensité, on aurait aimé un contrôle du volume des hats/rides
  • Impossible d’enregistrer plusieurs couches de batterie pour créer un pattern
  • Les pads manquent un poil de sensibilité

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.