Devenir membre
Devenir Membre

ou
Connexion
Se connecter

ou
Agrandir
Ajouter ce produit à
  • Mon ancien matos
  • Mon matos actuel
  • Mon futur matos
E-MU Proteus X
Photos
1/19

Test E-MU Proteus X

Sampler né sous X

Prenez une carte son 24/192 munie d'un DSP, ajoutez-y un lecteur d'échantillon logiciel doté de 53 types de filtres et compatible Akai, GigaSampler & HALion. Remuez le tout et servez dans une belle boîte rouge au prix de 149 € : voici la recette du ProteusX d'E-MU. A table !

Emu, sous la houlette de Crea­tive, conti­nue d’éton­ner avec des produits au rapport qualité/prix canon. Hybride de carte son 0404 et d’Emu­la­torX, ProteusX emprunte à la première son hard­ware et au deuxième une partie de sa puis­sance logi­cielle et sa banque de sons. Lecteur d’échan­tillons, synthèse, effets DSP, banques de sons signés EMU, le tout pour 149€ : il y a de quoi être… ému.

 

In the Box

E-MU Proteus X : la carte (une 0404 en fait)

A l’ou­ver­ture de la boîte, on trouve d’abord la carte 0404 (déjà testée par Audio­Fan­zine). Il s’agit, rappe­lons-le, d’une carte son PCI dotée de deux entrées/sortie analo­gique en jack 6,35, de sorties numé­riques S/PDIF optiques et coaxiales ainsi que de connec­teurs MIDI in et out. N’ou­blions pas le DSP qui permet de profi­ter d’ef­fets inté­grés, ce dont ProteusX ne se prive pas, bien évidem­ment.

E-MU Proteus X : la boîte

Viennent ensuite un CD de driver (ceux de la 0404), un CD d’ins­tal­la­tion pour ProteusX propre­ment dit puis 4 CDs de son.

 

Nous testons égale­ment ici 4 banques d’échan­tillons addi­tion­nelles (69€ pièce), certaines étant inspi­rées de modules sonores EMU du même nom (rappe­lez vous la série d’ex­pan­deurs qui fit les beaux jours de la marque) : Virtuoso pour les sons clas­siques, Planet Earth pour les sons ethniques, Street Kits pour les percus Urban/Dance et Mo’Phatt pour les gros sons de synthé digi­taux. La confi­gu­ra­tion mini­mum pour utili­ser ProteusX est un Pentium III à 1GHz, 512MB de Ram, un disque dur rapide (7200 tours/minute, 8MB de cache) le tout sous Windows 2000 ou XP. Notez qu’un P4 à 2,0 Ghz et 1Go de Ram sont recom­man­dés pour exploi­ter au maxi­mum les possi­bi­li­tés de ProteusX.

Instal­la­tion

L’ins­tal­la­tion commence par les pilotes de la 0404 puis conti­nue par ProteusX lui-même. Viennent ensuite les quatre CDs de sons four­nis : 2 pour un piano multi-échan­tillon­nés et 2 autres conte­nant des sons variés (dont un ensemble géné­ral MIDI). Ces sons sont les mêmes que ceux livrés avec Emula­torX. Cela fait donc 6 CDs à insé­rer à tour de rôle, bonjour le grille pain ! ProteusX peut être utilisé seul ou comme VSTi (ce qui n’était pas le cas d’Emu­la­torX à sa sortie, oubli réparé depuis).

Petite chose éner­vante, à la première exécu­tion, il est néces­saire de remettre le CD pour une phase « d’au­to­ri­sa­tion ». ProteusX dispose de para­mètre d’op­ti­mi­sa­tion divers qui ont trait à la latence audio, au strea­ming disque, etc. Globa­le­ment, depuis la sortie d’Emu­la­torX, on a le senti­ment que la qualité des pilotes et des logi­ciels a bien progressé, preuve qu’EMU ne s’en­dort pas sur ses lauriers.

 

Premier contact

E-MU Proteus X

Au premier abord, ProteusX ressemble comme deux gouttes d’eau à Emula­torX, seule la couleur sombre du logi­ciel marque la diffé­rence.

 

Quand on creuse un peu plus, on s’aperçoit que ProteusX ne possède pas les capa­ci­tés de sampling de son grand frère, nous avons bien affaire à un lecteur d’échan­tillons dotée toute­fois des mêmes capa­ci­tés de synthèse qu’Emu­la­torX, ce qui ne gâche rien.

 

Une point fort de l'E-MU ProteusX : la possibilité d'importer des banques Akai, Giga, HALion, SoundFont, etc.

En plus des banques propres à EMU, un logi­ciel de trans­fert (ProteusX Trans­la­tor) permet d’im­por­ter des fichiers aux formats aussi variés que Sound­Font, Akai S5000/6000, EXS, HALion ou Gigas­tu­dio mais aussi d’im­por­ter direc­te­ment des CDs aux formats EMUIII ou Akai S1000/S3000 !

 

Recherches des instruments et presets dans l'E-MU Proteus X

La prise en main de ProteusX est plutôt simple : il suffit de char­ger une banque de sons, de choi­sir une entrée MIDI et le tour est joué !

 

Petit conseil, un onglet « Library » offre la possi­bi­lité de cher­cher sur vos disques les banques de sons et faci­lite ensuite l’ac­cès à ceux-ci par un système de recherche textuelle. Il ne faut donc surtout pas hési­ter à réali­ser cette opéra­tion dès le début.

Pour utili­ser ProteusX comme VSTi, il est néces­saire d’uti­li­ser le driver ASIO EMU (si vous avez une autre carte, vous ne pour­rez donc pas l’uti­li­ser). Petite anec­dote à ce sujet, à l’ins­tal­la­tion, les compo­sants VST de ProteusX se sont instal­lés dans C:> Program Files > Stein­berg > Vstplu­gins ce qui empê­chait appa­ram­ment Cubase SX3 de trou­ver ProteusX. Une copie du réper­toire EMU dans C:> Program Files > Stein­berg > Cubase SX 3 > Vstplu­gins a réglé le problème.

Autre petit bémol, le mixeur logi­ciel Patch­MIX est toujours aussi confus sur certains points (voir les tests précé­dents). Heureu­se­ment, les réglage de base sont suffi­sants.

Archi­tec­ture sonore

Accès aux presets dans l'E-MU Proteus X

L’ar­chi­tec­ture sonore de ProteusX ressemble à celle de nombre d’ex­pan­deurs maté­riels. A la base se trouve soit un échan­tillon soit un multi-échan­tillon. Il très facile de gérer graphique­ment l’as­si­gna­tion de zones du clavier à des échan­tillons donnés. Pour former une « voice » en terme EMU, on passe un échan­tillon ou un multi-échan­tillon à travers un filtre et un ampli. Si la partie ampli­fi­ca­tion n’ap­pelle pas de commen­taire parti­cu­lier, la partie filtre est, elle, assez avan­cée.

 

E-MU Proteus X

On trouve 53 types de filtre, des clas­siques passe-haut ou passe-bas à des choses plus sophis­tiquée telles que des filtres à morphing (passage d’un type de filtre à un autre dans le temps). L’aide en ligne sous forme de fichier PDF est d’ailleurs très bien faite à ce sujet, et en français s’il vous plait.

 

S’ajoute à cela des possi­bi­li­tés de modu­la­tion (6 géné­ra­teurs d’en­ve­loppe, 2 LFOs) ainsi qu’un routing sophis­tiqué entre ces possi­bi­li­tés de modu­la­tion. Une voice se comporte donc comme un synthé­ti­seur sous­trac­tif à base d’échan­tillons.

 

A un niveau supé­rieur, un preset est un ensemble de voices, chacune d’entre elles pouvant être assi­gnée à des zones diffé­rentes du clavier. Pour ceux qui ont connu les D50 et autres M1, que de chemin parcouru en bien­tôt 20 ans !

 

Enfin, le dernier niveau est nommé multi­se­tup, il permet d’as­si­gner un preset à chacun des 32 canaux MIDI gérés par ProteusX. Un multi­se­tup peut être sauve­gardé pour être réuti­lisé plus tard. ProteusX se comporte donc comme un expan­deur multi-timbral, une seul instance pouvant jouer jusqu’à 32 presets en simul­tané (dans la limite des capa­ci­tés de votre PC bien sûr !). Pour finir, n’ou­blions pas que les effets DSP de la 0404 peuvent faire partie inté­grant de chaque preset.

Gestion des contrôleurs dans l'E-MU Proteus X

On trouve égale­ment un effet auxi­liaire qui peut s’ap­pliquer à tous les presets d’un multi­se­tup (pour une réverb géné­rale par exemple). Enfin, last but not least (au diable l’aca­dé­mie française), 16 contrô­leurs MIDI peuvent être utili­sés pour tritu­rer nombre de para­mètres, voilà qui peut être inté­res­sant surtout au prix des surfaces de contrô­le…

Et les banques ?

Parmi les sons livrés (qui sont peu ou prou les mêmes que ceux livrés avec Emula­torX), on trouve tout d’abord un piano qui prend 2 CDs. Il n’est pas mal du tout et fera illu­sion dans un mix, même s’il ne se hisse pas, selon moi, au niveau des ténors du genre.

Viennent ensuite des ensemble de cordes assez réus­sis, une banque Gene­ral MIDI très inégale et un certain nombre de kits de batte­ries qui sonnent rela­ti­ve­ment bien. De son côté, la banque nommée « Hip Hop Produ­cer » est un peu un fourre-tout de sons plus actuels. Globa­le­ment, les instru­ments acous­tiques (hors batte­rie, cordes et piano) sont rela­ti­ve­ment moyens. En revanche, les sons typés « grosse synthèse digi­tale » et les percus­sions sont nette­ment plus réus­sis.

 

Dans l’en­semble, on regret­tera que les presets ne fassent pas assez appel aux puis­sants filtres et surtout aux effets qui, pour le coup, passent rela­ti­ve­ment inaperçus. Mais comme pour tout bon synthé/lecteur d’échan­tillons qui se respecte, vous aurez le loisir de retra­vailler les presets de base pour les adap­ter à votre sauce. Dans ce cadre, les capa­ci­tés de synthèse de la bête devraient expri­mer tout leur poten­tiel créa­tif. Et n’ou­blions pas la possi­bi­lité d’im­por­ter faci­le­ment des CDs AKAI ou autre !

 

Nous avons aussi testé 4 banques de sons vendues 69 € l’unité. Issues de l’énorme réserve de samples qu’E-MU a accu­mu­lée au fil du temps, elles ont pour la plupart été utili­sées dans des expan­deurs ou des claviers qui étaient, il n’y a pas si long­temps, vendus plusieurs milliers de francs !

 

Une fois instal­lées, il est néces­saire, avant d’uti­li­ser chacune d’entre elles, de réin­tro­duire le CD d’ins­tal­la­tion pour une phase d’au­to­ri­sa­tion (toujours aussi éner­vant). Ceci fait, un petit 'Update libra­ry’ dans le menu 'file’ force ProteusX à repar­cou­rir vos disques pour y inclure les nouveaux presets et autres samples dans sa bioblio­thèque. Petit détail impor­tant, chaque banque est livrée avec un petit livret donnant la liste des presets et quelques infor­ma­tions sur les assi­gna­tions de presets aux zones du clavier.

E-MU Street Kits

Commençons par la banque nommée « Street Kits » qui pèse dans les 300 Mo une fois instal­lée et qui rassemble des kits de batte­rie « Urban/Dance » (dixit E-MU). Oscil­lant entre la Dance, le Rap et le R’n’B, cette collec­tion n’est pas là pour propo­ser une repro­duc­tion fidèle d’ins­tru­ments acous­tiques mais pour faire dans le synthé­tique et le traf­fiqué. Or, il faut admettre qu’E-MU réus­sit ici parfai­te­ment son pari : les sons sont assez réus­sis et la banque s’avère en défi­ni­tive la plus homo­gène du lot, réser­vant peu ou pas de mauvaises surprises. Une valeur sûre en quelque sorte si ce style de sons vous attire.

E-MU Planet Earth X

Vient ensuite la banque nommée Planet Earth qui déles­tera votre disque dur de 38 Mo seule­ment. Repre­nant les sons de l’ex­pan­deur eponyme d’EMU, sorti à l’époque où la World Music était très à la mode, elle se divise en deux parties : la première comporte des dizaines d’ins­tru­ments ethniques tandis que la seconde propose des kits de percus­sions et des sons plus synthé­tiques d’ins­pi­ra­tion ethniques. Autant le dire : cette banque a assez mal vieilli. Certains sons sont inté­res­sants comme la harpe celtique (à essayer avec un arpé­gia­teur et beau­coup de réverb), certaines percus­sions (l’en­semble de percus­sions afri­caines) et les sons synthé­tiques. Reste que pas mal de choses ne sont pas au niveau de ce qu’on est en droit d’at­tendre aujour­d’hui en matière de sampling : le oud ou le saz sont notam­ment trop pauvres pour convaincre. Bref, il sera déli­cat d’uti­li­ser cette banque à des fins réalistes sauf peut-être pour les percus­sions. Elle consti­tuera toute­fois une bonne matière première pour tous les amateurs de bidouillages synthé­tiques…

 

E-MU Virtuoso X

Si vous vous sentez l’ame d’un Mozart du 21ème siècle, la banque Virtuso, issue de l’ex­pan­deur du même nom est, selon EMU, faite pour vous. Les ensembles violons ou orches­traux sont réus­sis (presets « Unison Orch » ou « Voice Strings » par exemple) mais seront certai­ne­ment plus effi­caces dans un contexte pop plutôt qu’une imita­tion réaliste d’un orchestre.

 

Les instru­ments percus­sifs type marimba ou xylo­phone sont eux moins réus­sis : ils manquent un peu de dyna­mique et de profon­deur. Les vents sont de qualité inégale (mention spéciale au basson). Quant aux cuivres, je n’au­rais que 2 mots à dire : bof bof. On trouve même quelques instru­ments synthé­tiques tels que des cuivres ou violons, il en faut pour tous les goûts !

 

Pour résu­mer, une banque sympa­thique pour donner un côté 'sympho­nique’ à des ballades sucrées, mais pas de quoi imiter un orchestre de façon réaliste. Il faut dire que du haut de ses 72 Mo, la collec­tion Virtuoso aurait peine à riva­li­ser avec les banques 10 à 1000 fois plus grosses qu’on trouve aujour­d’hui sur le marché.

 

E-MU Mo'Phatt X

Nous avons gardé le meilleur pour la fin : la banque Mo’Phatt. Parce qu’elle n’es­saye pas d’imi­ter d’ins­tru­ment acous­tique, elle est sans aucun doute celle qui exploite le mieux le poten­tiel de synthèse du ProteusX. Avec ses 50 Mo, elle donne dans le très gros son digi­tal (genre D50 qui a mangé des Corn Flakes). On trouve ainsi des nappes (presets « MadDramA », « Synthe­tic »), des cuivres (« Prof­Brass »), des basses slap­pées ou encore des kits de batte­ries (« Baby­Doll »).

 

Si l’on regret­tera le manque de gros sons Lead et la tendance « effet spécial » de beau­coup de presets qui seront, de ce fait, assez durs à placer, on appré­ciera en revanche l’uti­li­sa­tion de contrô­leurs qui modi­fient avec bonheur certains presets (essayez ne serait-ce que la modu­la­tion sur le susnommé « Synthe­tic »). Un vrai bonheur synthé­tique qui vous amenera faci­le­ment à créer vos propres presets.

 

Notez que les quatre banques citées ici ne sont pas les seules qu’E-MU propose. On en trouve ainsi quatre autres : trois dévo­lues à l’his­toire des synthé­ti­seurs et autres pianos élec­triques (Vintage Pro X) et une compo­sée de boucles et samples de batte­rie (Beat Shop Two). De quoi faire !

Conclu­sion

A 149 € seule­ment (soit seule­ment 49 € de plus qu’une 0404 seule), l’en­semble ProteusX est indé­nia­ble­ment une affaire car il réunit deux produits au rapport qualité/perfor­mance/prix stupé­fiant : d’un côté la sympa­thique 0404 et ses effets DSP, de l’autre le lecteur d’échan­tillons virtuel ProteusX qui n’a pas à rougir devant un Kompakt ou un HALion Player, en terme de synthèse comme d’ou­ver­ture. Outre les possi­bi­li­tés offertes concer­nant le soud design, le soft d’E-MU donne en effet accès, via son logi­ciel de conver­sion, à des milliers de sons, le tout avec une consom­ma­tion CPU très faible (sur un Athlon 64 3400+, soit).

La réus­site du logi­ciel est telle qu’on en vient à regret­ter qu’il ne fonc­tionne que dans le contexte d’une carte EMU, même s’il est possible de l’uti­li­ser avec une autre carte son (la 0404 faisant alors office de dongle de luxe).

 

Points forts
  • Le rapport qualité/prix stupéfiant.
  • L'ouverture aux principaux formats de samples.
  • Les possibilités en terme de synthèse.
  • La gestion des contrôleurs.
  • La banque Mo'Phatt.
Points faibles
  • PatchMix, puissant mais lourd à utiliser.
  • Sons livrés pas toujours excellents...
  • A quand une version du ProteusX indépendante du Hardware E-MU ?
  • CROPUS 1397 posts au compteur
    CROPUS
    AFicionado
    Posté le 29/06/2012 à 11:41:09

    Ne fonctionne plus sous wind 7 64 bits ( pour la version gratuite offerte avec le clavier X-BORD 61  )

     

  • dogfacedgremelin 1819 posts au compteur
    dogfacedgremelin
    AFicionado
    Posté le 12/07/2012 à 13:41:17
    Rien ne vaut le hardware le proteus 2000 en midi fonctionne avec un Mac, un Atari ou un Amiga un Pc bien sur (All OS) et même sous Linux :mdr:

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.