Fender Bassman TV Ten Combo
+
Fender Bassman TV Ten Combo

Bassman TV Ten Combo, Combo Basse de la marque Fender appartenant à la série Bassman.

Avis
Comparateur de prix
Petites annonces
  • Augmenter ou diminuer la taille du texte
  • Imprimer
test Ampli à l'ancienne

Test du Bassman TV Twelve

  • J'aime
  • Tweet
  • Pin it
  • Mail

Les années 50 ont vu naître les premières basses électriques signées Leo Fender, avec la fameuse Precision Bass, et fatalement les premiers amplificateurs Bassman tout de tweed vêtus. À l’occasion de ce non-anniversaire, Fender sort une nouvelle gamme d’amplis très inspirée par ces pionniers.

 

 

Que ce soit pour les guitares ou les basses, Fender a toujours joué la carte de la nostalgie en proposant des instruments suggérant les légendes d’antan, difficilement dénichables de nos jours. Il est donc logique que les amplis de basses n’y échappent pas et c’est avec la série Bassman TV que la marque promet des modèles se rapprochant le plus amplis Bassman du début des années 50, tant au niveau du look que du son.

 

La gamme est composée de quatre modèles : le duo ten doté de deux haut-parleurs 10 pouces Fender Special Design Eminence, le fifteen avec un 15 pouces Celestion Green Label, le ten avec un 10 pouces Celestion Green Label et enfin le twelve muni d’un 12 pouces Celestion Green Label et qui fera l’objet de ce test. Sachez que les modèles duo ten et fifteen sont munis de roulettes, une bonne idée quand on voit leur poids (27,8 kg chacun).

Les premiers instants, en déballant l’ampli, on est forcément séduits : le revêtement en tweed à l’ancienne, le châssis chromé dont l’effet miroitant permet de se recoiffer, les potards noirs « tête de poulet », tout y est ! Le modèle twelve testé par nos soins embarque un haut-parleur de 12 pouces et se fait remarquer par son poids et son volume : 20,23 kg sur la balance et des mensurations de 50,80x55,88x32,39 cm, un beau bébé donc ! La qualité de finition et d’assemblage ne laisse planer aucun doute sur la robustesse de l’engin, il saura à coup sûr résister aux longues heures de répétition, de studio ou de scène. Le vieux logo Fender, la loupiotte rouge et la grille en tissu placée devant la gamelle viennent parachever le look irrésistible du Bassman TV. Un seul petit bémol : on aurait aimé une poignée en cuir plutôt qu’en vulgaire plastique.

Sous la carcasse

 

Le Bassman TV possède un préampli à lampe à base de 12AX7, une amplification en classe D et un circuit passif. Le tout délivrera une puissance de 150 Watts sous 4 Ohms à travers le haut-parleur Celestion 12 pouces Green Label. Pour ce qui est des réglages, point d’extravagance ou de surprise ici, nous sommes devant un ampli de type vintage ne l’oublions pas. L’ampli ne propose donc qu’un seul canal, deux entrées instruments (dont une avec un atténuateur de 6 dB afin de s’adapter à tous les types de basses) et les réglages habituels : gain, bass, mid, treble, volume ainsi que deux switchs Deep et Bright pour booster respectivement les basses et hautes fréquences. Pour finir, on retrouve le Switch de mise sous tension accompagné de sa lampe brillant de mille feux. Pour résumer, même les moins malins d’entre nous devraient s’en sortir. Fender recommande de monter le gain de l’ampli, le volume et même d’utiliser une pédale d’overdrive en entrée, le Bassman aimant être poussé dans ses derniers retranchements. Enfin, Il faudra se pencher vers l’arrière de l’engin pour repérer les deux petits détails anachroniques : une jolie sortie XLR (permettant d’attaquer directement une console ou une interface audionumérique) avec ground lift pour éviter les boucles de masse et un petit ventilateur afin de refroidir un peu le bousin. On retrouve enfin les évents à l’arrière, l’un étant partiellement bouché par une plaque en bois.

 

Et le son ?

 

Il ne reste plus qu’à prendre la première basse qui passe par là, en l’occurrence une Fender Jazz Bass Road Worn qui a été précédemment testée dans nos colonnes, et de mettre un micro Beyerdynamic M88 devant la gamelle.

 

On allume donc l’ampli et le ventilateur se met discrètement en marche. Que ceux qui se posent la question soient rassurés : on ne l’entendra pas sur les enregistrements, l’ampli envoyant tellement la sauce que la moindre note couvre aisément le bruit émit par la petite soufflerie.

 

L’égalisation est à la fois douce, musicale et efficace. Il sera impossible de sortir un mauvais son de cette boîte quels que soient les réglages utilisés, et c’est un point très positif ! Le gain permet de faire ressortir le grain subtil et agréable de l’ampli et le switch Deep remplit très bien son rôle de boost. Le bright est quant à lui plus timide, surtout avec notre Jazz Bass. C’est simple d’utilisation, ça sonne tout de suite, on est heureux. La course du bouton de volume et très bien adaptée et ne délivre pas toute la puissance de l’ampli dans la première moitié, ce qui permet de pouvoir utiliser le Bassman dans une chambre sans faire trembler les murs. On regrette juste l’absence de switch stand-by, pratique pour garder les lampes au chaud tout en coupant le son de l’ampli. La puissance de l’ampli n’étant pas surdimensionnée, on pourra le pousser comme il se doit, afin d’extraire la vraie personnalité de l’ampli, pour notre plus grand bonheur.

 

Alors forcément, le son est typé vintage, rond et chaud, et la polyvalence n’est pas la qualité première du Bassman TV. Mais quand on se tourne vers ce genre d’ampli, on sait à quoi d’attendre, et l’ampli assume pleinement sa démarche passéiste. Vous voilà prévenus. Finalement, la seule petite touche moderne est la sortie XLR, très pratique et remplissant parfaitement son rôle : enregistrer le son de l’ampli sans passer par un micro.

Voici quelques exemples audio avec le micro puis avec la sortie XLR :

00:0000:00
00:0000:00
00:0000:00
00:0000:00
00:0000:00
00:0000:00



00:0000:00
00:0000:00
00:0000:00
00:0000:00
00:0000:00
00:0000:00

 

Conclusion

Fender a bien compris que la nostalgie ne touche pas que les guitaristes et si on peut  reprocher à la marque californienne de faire une fois de plus du neuf avec du vieux, on ne peut en revanche que se réjouir de la qualité du Bassman TV, tant sur le plan sonore qu’esthétique. L’ampli est simple à utiliser, dispose d’un cachet indéniable et sonne du feu de dieu. Alors que lui reprocher ? D’être lui-même, exclusivement : il possède un son et une personnalité qui lui est propre et rien d’autre. On aime, ou pas.

 

  • Look aguicheur
  • Qualité de fabrication
  • Très bon son vintage
  • Simplicité d’utilisation
  • Réglages musicaux et efficaces
  • Sortie XLR
  • De la personnalité...

 

  • ...mais polyvalence limitée
  • Switch Bright un peu timide
  • Pas de stand-by

 

 

Réagir à cet article
  • J'aime
  • Tweet
  • Pin it
  • Mail