Devenir membre
Devenir Membre

ou
Continuer avec Google
Connexion
Se connecter

ou
Se connecter avec Google
Agrandir
Ajouter ce produit à
  • Mon ancien matos
  • Mon matos actuel
  • Mon futur matos
Genzler Amplification Magellan 800
Photos
1/16

Test Genzler Amplification Magellan 800

Tête d'ampli Basse de la marque Genzler Amplification

Écrire un avis ou Demander un avis
C’est un fameux deux canaux…
9/10
Award Qualité / Prix 2017
Partager cet article

Profitant d’une distribution en France toute fraîche, c’est aujourd’hui une tête assez récente dans le paysage de la basse que nous testons pour vous : la Magellan 800 de Genzler Amplification.

À vrai dire, tout n’est pas nouveau, puisque Genz­ler Ampli­fi­ca­tion est la toute dernière marque d’un fabri­cant chevronné : Jeff Genz­ler. Ce dernier fut long­temps le PDG de feu Genz-Benz avant que la marque ne dispa­raisse. N’épi­lo­guons pas sur ce destin, la page est tour­née et loin de se repo­ser sur ses lauriers, Genz­ler pour­suit son travail pour mettre à dispo­si­tion des bassistes des inno­va­tions qui sonnent à prix contenu. Genz Benz avait été l’une des premières marques à démo­cra­ti­ser l’am­pli­fi­ca­tion en classe D, tout en propo­sant des têtes souvent très complètes en termes de poly­va­lence, et c’est dans cette lignée que semble s’ins­crire le vais­seau amiral de la nouvelle marque.

Fin comme un oiseau

Genzler Amplifications Magellan 800 : Genzler Amplifications Magellan 800 (25522)

Enchâs­sée dans une coque en alumi­nium selon la marque, la tête ne s’avère pas très métal­lique au touché, au point que l’on pense irré­mé­dia­ble­ment à du plas­tique. Si cet aspect étonne, l’am­pli se rattrappe en propo­sant, dans la pure tradi­tion des têtes en classe D des 10 dernières années, un nombre impres­sion­nant de fonc­tion­na­li­tés au centi­mètre carré. Certaines sont deve­nues des clas­siques que l’on trouve chez nombre de fabri­cants, même si Genz­ler avait été parmi les pion­niers avec ses réali­sa­tions précé­dentes, et d’autres sont propres à la tête ici testée.

Sur la face avant de l’am­pli­fi­ca­teur, les contrôles sont nombreux, mais clai­re­ment orga­ni­sés, et chaque fonc­tion ou presque dispose d’un bouton-pous­soir pour l’ac­ti­ver, avec un témoin lumi­neux asso­cié. De bâbord à tribord on a donc :

  • Une entrée jack, asso­ciée à un bouton « pad » qui permet d’adap­ter cette entrée aux basses actives ou à fort niveau de sortie (-8,5 dB), et un « mute » qui coupe la sortie de l’am­pli ;
  • Deux canaux de préam­pli­fi­ca­tion : l’un « clean » pour un son natu­rel, avec son bouton de volume en sortie de préam­pli (étran­ge­ment, le gain d’en­trée du préam­pli ne semble pas réglable), l’autre « drive » pour un son saturé à la manière des lampes, avec un réglage de gain en plus du volume de sortie du canal, ce qui permet de doser la satu­ra­tion. Le choix entre les deux canaux s’ef­fec­tue au moyen d’un pous­soir « chan­nel », et un témoin lumi­neux indique sur quel canal on se trouve. En revanche on ne peut pas mélan­ger les deux canaux ;
  • Un réglage de « contour », c’est-à-dire de tona­lité géné­rale du son. Deux types de courbes d’éga­li­sa­tion géné­rale sont propo­sées (A/B, on les détaillera plus loin) via un bouton-pous­soir. Un témoin lumi­neux donne d’ailleurs des indi­ca­tions en chan­geant de couleur (du bleu à l’am­bré en fonc­tion de la courbe sélec­tion­née), et un poten­tio­mètre permet de doser l’ef­fet de cette courbe d’éga­li­sa­tion globale, du neutre (« flat ») au « max » ;
  • Une égali­sa­tion de 3 bandes : graves (+/- 15 dB avec une action centrée à 75 Hz), médiums para­mé­triques (un bouton pour sélec­tion­ner la fréquence entre 150 Hz et 3 kHz, ce qui est un spectre assez large pour lais­ser une grande marge de manœuvre, et l’autre pour appliquer le boost ou la coupure +/- 15 dB), et aigus (à nouveau +/- 15 dB avec une action centrée à 6 kHz) ;
  • Un bouton de volume géné­ral inti­tulé « master » vient clore le tableau.

On prend une grande bouf­fée d’air marin et on retourne l’en­gin, à la poupe on trouve donc :

  • Une prise pour alimen­ta­tion au format IEC, avec le bouton on/off. L’ali­men­ta­tion est interne et auto­ma­tique­ment régu­lée ;
  • Deux prises pour baffles au format mixte jack/Spea­kon, avec un sélec­teur d’im­pé­dance : en mode 4/8 ohms on pourra, comme c’est courant avec les têtes d’am­pli­fi­ca­tion pour basse, utili­ser soit un baffle de 8 ohms (la tête délivre alors 400 watts au maxi­mum), soit un baffle de 4 ohms ou deux baffles de 8 ohms (la tête délivre alors 800 watts au maxi­mum). En mode 2.67 ohms, la tête pourra accep­ter trois baffles de 8 ohms, ou bien un baffle de 4 ohms et un baffle de 8 ohms, pour une même puis­sance de 800 watts ;
  • Une série de prises pour diverses options de connexion : une prise casque, une boucle d’ef­fets (envoi en sortie après le préam­pli, retour dans l’am­pli de puis­sance, niveau ligne), une sortie vers l’ac­cor­deur (qui reste active même quand la sortie de l’am­pli est coupée par le switch « mute »), une entrée auxi­liaire de niveau ligne (pour ajou­ter au son de basse n’im­porte quelle source, par exemple votre bala­deur MP3 — la prise est stéréo, mais le signal resti­tué sera mono, d’après le mode d’em­ploi), et une prise pour foots­witch (lequel n’est pas fourni) pour comman­der le chan­ge­ment de canal clean/saturé ;
  • Et enfin une sortie DI au format XLR avec à nouveau des options sélec­tion­nables : un choix pré ou post-égali­sa­tion pour le signal envoyé par la DI, un sélec­teur « ground lift » qui permet de couper la masse en cas de problème de buzz sur scène, et un choix du niveau sonore envoyé par la DI (niveau « ligne » ou « micro » selon la préfé­rence de l’ingé son).

Voilà.

Genzler Amplifications Magellan 800 : Genzler Amplifications Magellan 800 (91057)

Je ne sais pas ce que vous en pensez arri­vés à ce niveau, mais moi je suis assez ébahi : spon­ta­né­ment je dirais qu’il ne manque en fait… rien ! On dispose de 3 fonc­tions succes­sives et cumu­lables pour travailler le rendu sonore : le choix d’un canal clair ou (plus ou moins) saturé, le choix et le dosage de la courbe « contour » d’éga­li­sa­tion globale, et l’éga­li­sa­tion bande par bande. Le design, il faut à nouveau le souli­gner, est d’une limpi­dité remarquable, un bouton = une fonc­tion, des switchs pour acti­ver les diffé­rentes options, des témoins lumi­neux colo­rés et nombreux pour rappe­ler où l’on en est d’un simple coup d’œil. Les boutons ont l’air solides et tournent agréa­ble­ment sous la main, les switchs sont fermes et ont un déclic audible à l’en­clen­che­ment. La connec­tique est incroya­ble­ment complète, je n’ar­rive pas à imagi­ner de situa­tion poten­tiel­le­ment impos­sible à couvrir avec cet engin. La cerise sur la pièce montée est le sélec­teur d’im­pé­dance en mode 2,67 ohms, qui permet de s’as­su­rer de pouvoir utili­ser n’im­porte quels baffles que l’on ait sous la main, puisque la tête est utili­sable même dans le cas où l’on se trouve avec une paire mal asso­ciée d’un baffle de 4 ohms et d’un de 8 ohms, ou bien pour un stack dantesque, on peut cumu­ler 3 baffles de 8 ohms…

Le tout dans un châs­sis d’un peu moins de 3 kg, pour un format non pas de quatre cents tonneaux, mais de longueur/largeur/hauteur à peu près compa­rable à une ramette de feuilles A4. Au débal­lage on trouve dans le carton, outre la tête elle-même, un manuel d’uti­li­sa­tion en vrai papier, un câble d’ali­men­ta­tion, et un court, mais pratique câble pour HP muni de deux connec­teurs Spea­kon. On appré­cie la petite atten­tion. 

Hissez haut

Genzler Amplifications Magellan 800 : Genzler Amplifications Magellan 800 (81634)

Encore un peu submergé par ce tsunami de fonc­tion­na­li­tés, je m’at­taque à la revue de l’as­pect sonore du machin. Tout d’abord, afin de sentir le son « brut » de l’am­pli lui-même, je le connecte via sa prise DI à ma carte son pour tester les nombreux réglages offerts.

Le canal « clean » est d’un réglage simplis­sime : on tourne le bouton de gain/volume jusqu’au niveau adéquat, une LED rouge vient cligno­ter si l’on fait satu­rer le préam­pli, on redes­cend un chouia et c’est bon. Le son lui-même est neutre au sens où l’on recon­nait immé­dia­te­ment le son de la basse elle-même, mais on ne ressent pas de froi­deur exces­sive.

Le canal « drive » est beau­coup plus typé, avec sur le premier tiers de la course du gain, un net effet de coupure des extrêmes graves et aigus au profit de bas-médiums mis en avant. Plus on pousse le gain (en compen­sant avec le poten­tio­mètre de volume asso­cié), plus la satu­ra­tion augmente, mais même à fond, cela reste un vrai son de basse et non une bouillie satu­rée pleine d’ai­gus agres­sifs. À défaut de quali­fier ce canal de « typé lampes », ce qui ne veut rien dire en soi, je n’hé­site pas à le quali­fier de « typé vintage » avec une bande passante et une resti­tu­tion moins fidèle au son de la basse elle-même, mais qui fait merveille dès qu’elle est asso­ciée avec une batte­rie.

Dans les extraits sonores ci-dessous, je joue sur le canal Clean, puis sur le canal Drive en augmen­tant progres­si­ve­ment le gain, de modéré (envi­ron 10 h) à plus soutenu (vers 13 h) puis à fond :

ENCADRE : 

1 Clean
00:0000:41
  • 1 Clean 00:41
  • 2 Drive 01:06

Vient ensuite le réglage de Shape, très puis­sant. Il s’agit d’une courbe globale d’éga­li­sa­tion qu’on peut ajou­ter de manière progres­sive. La courbe A (indi­ca­teur allumé en bleu) est un boost des aigus et des graves asso­cié à un creux dans les médiums (la célèbre courbe en V). Ici la puis­sance du réglage est assez limi­tée et ce n’est pas plus mal, l’ef­fet est subtil sur la première moitié du poten­tio­mètre, plus nette sur la deuxième partie de la course, mais n’est jamais cari­ca­tu­ral et l’on peut envi­sa­ger de le mettre à fond sans risquer de dégra­der complè­te­ment le son obtenu.

Dans les deux extraits suivants, j’ajoute une dose progres­sive de Shape en courbe A sur le son clean (extrait 3) et sur le son Drive avec le gain modéré (envi­ron 10 h – extrait 4) :

3 Courbe A Clean
00:0001:18
  • 3 Courbe A Clean 01:18
  • 4 Courbe A Drive 01:17

La courbe B (indi­ca­teur allumé en orange) propose à l’in­verse une réduc­tion des extrêmes graves et des aigus avec un boost des bas-médiums. Dans cette confi­gu­ra­tion l’ef­fet est toujours aussi progres­sif, mais à fond, le rendu sonore est tout de même assez étouffé, en raison de la coupure des aigus qui est assez sensible. On a l’im­pres­sion de jouer sur une basse passive dont on aurait coupé la tona­lité, ou sur des filets plats bien vieillis.

Dans les deux extraits suivants, j’ajoute une dose progres­sive de Shape en courbe B sur le son clean (extrait 5) et sur le son Drive avec le gain modéré (envi­ron 10 h – extrait 6).

5 Courbe B Clean
00:0001:23
  • 5 Courbe B Clean 01:23
  • 6 Courbe B Drive 01:23
Genzler Amplifications Magellan 800 : Genzler Amplifications Magellan 800 (60956)

Enfin, on peut ajou­ter à ces réglages globaux une égali­sa­tion de 3 bandes très effi­cace. Ici pas de fiori­tures, l’éga­li­seur fait exac­te­ment ce qu’on attend de lui sans rien d’ex­cep­tion­nel à signa­ler. Notons tout de même que les aigus peuvent être pous­sés à fond sans engen­drer de souffle notable (et ça, c’est bien), mais que les poten­tio­mètres ne disposent pas d’un léger cran pour marquer la posi­tion « neutre », ce qui est dommage, car c’est pratique pour être sûr qu’on a désac­tivé l’éga­li­sa­tion, surtout lorsqu’on observe par ailleurs que l’éga­li­seur est juste­ment la seule partie de cette tête d’am­pli qui ne dispose pas d’un petit pous­soir pour l’ac­ti­ver ou non.

Dans les diffé­rentes confi­gu­ra­tions, les sons obte­nus restent assez propres même en jouant sur le canal Drive, mais la poly­va­lence de l’am­pli n’in­ter­dit pas d’al­ler taqui­ner des sons plus agres­sifs qu’on n’ima­gine pas spon­ta­né­ment avec ce type d’am­pli. En témoigne ce dernier extrait (n° 7) au média­tor, sur le canal Drive avec gain à 15 h et Shape en courbe A à mi-course.

00:0000:00

Tiens bon la vague

Genzler Amplifications Magellan 800 : Genzler Amplifications Magellan 800 (38747)

Mon ampli sous le bras, je suis parti en répet pour confron­ter ces premières impres­sions aux flots sonores d’un duo de guita­ristes et d’un batteur vigou­reux dans une config pop-rock plus ou moins éner­vée. J’ai amarré l’en­gin à un 12" Ampeg qui, s’il n’est pas le plus neutre des baffles, est en géné­ral assez repré­sen­ta­tif des quali­tés (et défauts éven­tuels) des têtes que j’y branche. Pour l’oc­ca­sion j’ai même remonté le niveau du twee­ter afin d’avoir le spectre de resti­tu­tion le plus large possible.

À l’usage, la poly­va­lence de l’am­pli est plus que confir­mée. Le canal clean profite agréa­ble­ment de la légère colo­ra­tion du baffle Ampeg et en ressort moins neutre tout en restant très repré­sen­ta­tif du son de la basse elle-même. Un léger coup de filtre en courbe A ou B selon les morceaux m’a permis de trou­ver le son complé­men­taire aux guitares sur les morceaux calmes ou éner­vés. En canal Drive, c’est vite exces­sif en situa­tion de groupe sauf si l’on a l’ha­bi­tude de jouer saturé de toute façon, mais ce canal prend tout son sens si on l’uti­lise comme l’équi­valent d’une pédale de satu­ra­tion, pour soute­nir un passage en parti­cu­lier. D’ailleurs, à mon goût, à fort volume en situa­tion de groupe le complé­ment idéal de ce canal saturé en termes de filtre « Shape » n’est pas la courbe B typée vintage, mais la courbe A et son creux dans les médiums qui permet de « calmer » le côté agres­sif de la satu­ra­tion. À l’in­verse, le canal A parfois un peu trop lisse béné­fi­cie agréa­ble­ment du coté « touche vintage » de la courbe B du filtre. 

J´en ramè­ne­rai plusieurs lingots

Bah oui, des amplis comme ça, ça vaut de l’or, surtout qu’il n’en a pas le prix (970 € eu France, frais de port inclus). Que ce soit sur le plan de la poly­va­lence tech­nique (fonc­tion­na­li­tés et connec­tique) ou des possi­bi­li­tés sonores (du plus neutre au très typé), je ne vois guère de situa­tion où cet ampli ne saurait s’en sortir brillam­ment.

Alors oui, on pour­rait lui repro­cher un look qui sacri­fie l’ori­gi­na­lité au profit de la lisi­bi­lité (le blanc sur gris métal­lisé, un charme désuet qui fleure bon le sous-marin russe plutôt que la marine à voile), même si les nombreuses LED témoins aux couleurs variées rehaussent un peu l’en­semble. On pour­rait aussi arguer qu’un ampli qui veut faire tout, au final ne fait rien de spéci­fique. Mais, même si cet ampli est remarqua­ble­ment poly­va­lent, il ne tombe pas pour autant dans l’écueil du « moyen partout, bon nulle part ». Il sait produire de nombreux types de sons et les propose de manière crédible et utili­sable, plutôt que de manière cari­ca­tu­rale et stéréo­ty­pée.

La perti­nence de cette poly­va­lence est à mettre en rapport avec l’usage attendu. Si vous ne jouez qu’avec un seul type de son, vous pour­rez proba­ble­ment trou­ver ce son dans cet ampli, mais passe­rez peut-être à côté de son prin­ci­pal inté­rêt, qui est la multi­tude d’autres options qu’il offre. Si en revanche vous évoluez dans plusieurs styles, recher­chez une grande variété de sons de basse, ou si vous êtes mobiles et devez fréquem­ment vous adap­ter à des confi­gu­ra­tions aléa­toires en répé­ti­tion ou sur scène (avec ou sans baffles, et sans choi­sir le ou les baffles), la souplesse de cet ampli est sans conteste un atout. La multi­tude d’op­tions tech­niques, connec­ti­vi­tés et fonc­tion­na­li­tés peut aussi être un sérieux argu­ment même si on choi­sit de ne pas exploi­ter entiè­re­ment le spectre sonore. Sans grande hési­ta­tion, cette tête se voit décer­ner un Award « Qualité/Prix » (et une grande rasade de rhum pour fêter ça).

La bonne nouvelle en tout cas est que ces têtes Magel­lan, mais égale­ment les baffles tradi­tion­nels et « line array » propo­sés par M. Genz­ler, sont désor­mais dispo­nibles en France. Le débarque­ment de toute cette flotte est attendu de pied ferme !

  • Genzler Amplifications Magellan 800 : Genzler Amplifications Magellan 800 (38747)
  • Genzler Amplifications Magellan 800 : Genzler Amplifications Magellan 800 (35699)
  • Genzler Amplifications Magellan 800 : Genzler Amplifications Magellan 800 (91057)
  • Genzler Amplifications Magellan 800 : Genzler Amplifications Magellan 800 (90825)
  • Genzler Amplifications Magellan 800 : Genzler Amplifications Magellan 800 (19335)
  • Genzler Amplifications Magellan 800 : Genzler Amplifications Magellan 800 (14319)
  • Genzler Amplifications Magellan 800 : Genzler Amplifications Magellan 800 (11992)
  • Genzler Amplifications Magellan 800 : Genzler Amplifications Magellan 800 (29136)
  • Genzler Amplifications Magellan 800 : Genzler Amplifications Magellan 800 (42575)
  • Genzler Amplifications Magellan 800 : Genzler Amplifications Magellan 800 (6525)
  • Genzler Amplifications Magellan 800 : Genzler Amplifications Magellan 800 (60956)
  • Genzler Amplifications Magellan 800 : Genzler Amplifications Magellan 800 (81634)
  • Genzler Amplifications Magellan 800 : Genzler Amplifications Magellan 800 (76184)
  • Genzler Amplifications Magellan 800 : Genzler Amplifications Magellan 800 (25522)

 

9/10
Award Qualité / Prix 2017
Points forts
  • Un incroyable niveau d’équipements et de fonctionnalités rassemblés dans la même tête
  • Polyvalence, dans le vrai sens du terme : elle sait faire vraiment plein de sons
  • Et un prix même pas cher en plus !
Points faibles
  • Chipotage : l’égaliseur sans switch on/off ni cran central sur les boutons
  • Un design orienté fonction plutôt que look…

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.