Devenir membre
Devenir Membre

ou
Connexion
Se connecter

ou

Les bases du protocole DMX

Le DMX

Toujours plus variés, toujours plus complexes et toujours plus nombreux sur une scène, les différents effets et projecteurs peuvent heureusement être pilotés à partir d'une console grâce à un protocole de communication : le DMX.

 

Schéma d'adressage

Le DMX 512 est un signal de commande numé­rique qui permet de faire passer dans un seul câble 512 canaux d’in­for­ma­tions. Ces infor­ma­tions comportent chacune 256 niveaux (de 0 à 255 = de 0 à 100%). Pour s’ai­der, on peut repré­sen­ter un canal DMX comme un fader : la valeur nulle verra le fader en bas, alors que la valeur 255 sera atteinte avec le fader tout en haut.

Chaque projec­teur (ou bloc, ou machine à fumée, etc., pour simpli­fier, ici, on parlera de projec­teurs) utilise un certain nombre de ces canaux, dans la limite des 512 canaux. Chaque canal corres­pon­dant à une fonc­tion ou à une commande spéci­fique.

On prend ici l’exemple d’un scan­ner de 6 canaux. Pour que chaque projec­teur soit indé­pen­dant, on lui donne une adresse spéci­fique. Celle ci corres­pond au numéro du premier canal qu’il utili­sera (parmi les 512 dispo­nibles). Dans le cas du scan­ner, si on l’adresse en 001, il utili­sera les canaux 1, 2… jusqu’au canal 6. Si on l’adresse en 010, il utili­sera les canaux 10, 11… jusqu’au canal 15.

À noter que la posi­tion de l’ap­pa­reil dans la chaîne DMX n’a pas d’im­por­tance (le dernier projec­teur peut très bien être adressé en 001). Il est cepen­dant diffi­cile d’avoir 512 faders sur une console DMX. C’est pourquoi les fabri­cants ont souvent recours à des pages compre­nant chacune un certain nombre de canaux.

Le grand avan­tage du DMX, c’est qu’il permet de program­mer à l’avance des shows complets. Il tran­site par un câble DMX (d’une résis­tance comprise entre 100 et 120 Ohms) muni de connec­teurs de type XLR à 5 broches. Cepen­dant dans la pratique on retrouve souvent des XLR 3 broches, moins couteux (les broches 4 et 5 n’etant pas utilises). Cela permet egale­ment de mettre du cable micro a la place du DMX. A noter que ce chan­ge­ment peut avoir des effets nega­tifs, sa resis­tance n’etant pas comprise entre 100 et 120Ohms. Certains disent non au cable micro, d’autre oui pour depan­ner et d’autres encore n’uti­lisent que ça. A vous de voir donc.

Il est norma­le­ment néces­saire de mettre un « bouchon » DMX à la fin de la ligne (c’est en fait une résis­tance de 120 Ohms qui relie les broches 2 et 3). Là encore, il n’est pas souvent néces­saire (sauf dans le cas d’un nombre impor­tant de projec­teurs).

 

L’adres­sage

L’adres­sage DMX permet d’af­fec­ter chaque projec­teur à des canaux défi­nis sur la trame des 512 canaux du signal DMX. Ainsi, sur l’en­semble d’une ligne DMX, vous pouvez assi­gner 85 scan­ners à 6 canaux pouvant répondre tout à fait indé­pen­dam­ment les uns des autres (512 divisé par 6).

L’adresse d’un projec­teur corres­pond au numéro du premier canal qu’il va utili­ser. Ainsi, si vous adres­sez un projec­teur en « 001 », il va répondre sur les faders de 1 à 6 sur votre console trad. Si vous l’adres­sez en « 010 », il va répondre sur les faders de 10 à 15 de votre console trad. (voir illus­tra­tion)

Le plus souvent, on adresse les projec­teurs les uns derrière les autres. Le premier projec­teur étant en « 001 », le second est donc en « 007 », le troi­sième en « 013 », le quatrième en « 019 », et ainsi de suite.

Les Dip-Switch :

Les projec­teurs s’adressent soit par utili­sa­tion d’un menu avec affi­cheur, soit par roues codeuses, soit par un petit pavé « Dip-Switch ». Dans les deux premiers cas, il suffit de donner direc­te­ment le numéro voulu, de 1 à 512, pour l’adresse du projec­teur. Dans le cas du dip-switch, c’est un peu plus complexe…

Un dip-switch se compose en géné­ral de 10 switchs qui agissent en posi­tion ON / OFF. (le ON étant déter­miné par le sens de la flèche, ou même souvent indiqué en toutes lettres). C’est un systeme binaire : pour adres­ser un projec­teur, il suffit de mettre sur ON les dip-switch qui vont former en les addi­tion­nant le numéro de son premier canal DMX.

Les switchs numé­ro­tés de 1 à 9 ont une valeur précise qu’il faut connaître :

 

 

Dip-Switch
Valeur
1
1
2
2
3
4
4
8
5
16
6
32
7
64
8
128
9
256

 

Il suffit d’ad­di­tion­ner les valeurs corres­pon­dantes à chaque switch pour former le numéro souhaité :

Par exemple :
pour un adres­sage en numéro 001 = switch 1 sur ON.

Pour un adres­sage en numéro 008 = switch 4 sur ON.
(Puisque le switch 4 = 8, regar­dez sur le tableau ci-dessus)

Pour un adres­sage en numéro 009 = switch 4 et 1 sur ON.
(C’est à dire le switch n°4 = 8, addi­tionné au switch n°1 = 1
regar­dez toujours le tableau ci-dessus)

Pour un adres­sage en numéro 055 = switch 1, 2, 3, 5, 6 sur ON (puisque l’ad­di­tion des valeurs de ces switchs = 55, regar­dez sur le tableau ci-dessus).

 

La connec­tique

Pour contrô­ler les projec­teurs tradi­tion­nels, il est néces­saire d’uti­li­ser un bloc de puis­sance (sauf pour la pour­suite). Celui ci a pour rôle de trans­for­mer le signal DMX en inten­sité de courant.

Son raccor­de­ment est simple :
[list][*] Une grosse alimen­ta­tion élec­trique (appe­lée la « force »), souvent en 380V tétra (3 phases, 1 neutre, 1 terre). Ils distri­buent ensuite toute cette puis­sance dans leurs diffé­rentes voies (prises) en fonc­tion des commandes de la console. Il convient donc de raccor­der la « force » à partir d’une arri­vée spéci­fique et dispo­sant d’une puis­sance suffi­sante pour le bloc de puis­sance et les diffé­rents projec­teurs qu’il doit alimen­ter.

[*] Une arri­vée de signal DMX.[/list]

 

Raccordement bloc de puissance

A l’image d’un projec­teur auto­ma­tique, le bloc de puis­sance doit être adressé. Il dispose d’un certain nombre de canaux, qui sont autant de sorties de puis­sance (nous y revien­drons).

Dans le cas d’une utili­sa­tion conjointe de projec­teurs auto­ma­tiques et de projec­teurs tradi­tion­nels, le ou les blocs de puis­sances seront inté­grés à la chaîne DMX. Pour les projec­teurs auto­ma­tiques, le raccor­de­ment est encore plus simple :
[list][*] Une alimen­ta­tion élec­trique : alimen­ter les projec­teurs en courant élec­trique stan­dard 220V mono­phasé (une arri­vée « directe », surtout pas une voie de bloc de puis­sance !). C’est cette alimen­ta­tion secteur qui va four­nir l’élec­tri­cité aux appa­reils, que ce soit pour la lampe autant que pour les moteurs, la venti­la­tion, etc.

[*] Une arri­vée de signal DMX.[/list]

Raccordement bloc auto

Lorsque le nombre de projec­teurs devient impor­tant, il devient indis­pen­sable de passer par un split­ter. Son rôle est de multi­plier le signal DMX. Il dispose pour cela d’une entrée DMX bien sûr, ainsi que plusieurs sorties.

Son utili­sa­tion a plusieurs avan­tages :
[list][*] Distri­bu­tion du signal DMX dans des zones diffé­rentes (sol, pont, face, etc.) sans avoir à tirer des longueurs de câbles terri­fiantes à travers toute l’ins­tal­la­tion.

[*] Sécu­ri­sa­tion du spec­tacle en répar­tis­sant des lignes diffé­rentes sur certains groupes de projec­teurs. Ainsi, s’il devait y avoir un problème ou une pertur­ba­tion sur une des lignes, les autres conti­nue­raient à fonc­tion­ner tout à fait norma­le­ment.[/list]

Raccordement splitter

 


Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.