Devenir membre
Devenir Membre

ou
Connexion
Se connecter

ou
test
20 réactions
C'est quoi cette bouteille Delay ?
8/10
Partager cet article

Après le test plutôt concluant de la Golden Reverberator développée par Universal Audio, attaquons-nous à la seconde pédale de cette collection UAFX nommée la « Starlight Echo Station ». Comme son nom l'indique, il s'agit d'un delay aux sonorités plutôt « vintage » malgré la conception 100% numérique.

Test de la Starlight Echo Station d'Universal Audio : C'est quoi cette bouteille Delay ?

photo1Bien entendu, rien ne change dans la présen­ta­tion de cette pédale par rapport à ses deux autres compères et on retrouve natu­rel­le­ment un embal­lage tape à l’œil qui donne une impres­sion de produit haut de gamme. La pédale arrive ainsi dans une jolie boite, avec un inté­rieur en mousse et velours du plus bel effet. Tout ceci n’aura aucun impact sur le son, mais au prix de la pédale, on appré­cie le geste.

La Star­light Echo Station possède un boitier qui semble être en alumi­nium avec un design gris et noir qui donne un aspect très actuel à cette pédale. Ses dimen­sions sont de 92 mm x 141 mm x 65 mm et elle pèse un peu plus d’un demi-kilo. Le format reste assez compact, et cette pédale pourra même trou­ver sa place sur des pedal­boards aux formats réduits. La connec­tique a été instal­lée sur la partie haute de la pédale et celle-ci se compose de deux entrées, deux sorties, une prises USB-C, un petit bouton d’ap­pai­rage Blue­tooth et de la prise d’ali­men­ta­tion. Le point qui fâche ici, et qui nous fâchait déjà pendant le test de la Golden Rever­be­ra­tor, c’est le choix du plas­tique pour les connec­teurs jacks. Au prix auquel est affi­chée cette pédale, à savoir envi­ron 400 euros en boutique, c’est vrai­ment dommage. Néan­moins, avec ses six poten­tio­mètres en acier entou­rés de caou­tchouc, ses trois petits switchs et ses deux foots­witchs (silen­cieux), la pédale inspire confiance et devrait surmon­ter tous les aléas de la scène.

photo10L’ali­men­ta­tion se fait en 9VDC pour au mini­mum 400 mA. Celle-ci n’est pas four­nie, au même titre que le câble USB-C et l’éven­tuel adap­ta­teur USB-A qui pour­rait en dépan­ner beau­coup d’entre-nous qui n’avons pas encore d’USB-C sur nos machines, pour­tant pas toujours très vieilles. Une nouvelle fois, à ce prix, four­nir le bloc d’ali­men­ta­tion aurait été justi­fié, même si dans la pratique, beau­coup possèdent une alimen­ta­tion centra­li­sée. La concur­rence est bien plus géné­reuse de ce côté-là.

Enfin, la pédale est fabriquée en Malai­sie, ce qui n’est pas un signe de qualité réduite, loin de là, mais il est vrai que dans cette gamme de prix, on peut s’at­tendre à des pédales fabriquées aux USA, au Royaume-Uni ou en France. C’est un point qu’il faut tout de même souli­gner.

Hé oh ! hé oh… hé oh… hé oh…

Cphoto4ette Star­light Echo Station est un delay numé­rique stéréo avec, d’après Univer­sal Audio, un double proces­seur. D’ori­gine, la pédale intègre trois types de delay. Le premier nommé « Tape EP-III » est un delay à bande, clai­re­ment orienté « vintage », inspiré de maté­riel des années 70, plus préci­sé­ment du Maes­tro Echo­plex 3. Le petit switch de droite permet de choi­sir entre trois modes A/B/C qui repré­sentent ici trois décli­nai­sons « Clean/Used Warm/Dark Worn ». Avec le poten­tio­mètre « COLOR » il est possible de simu­ler le niveau d’en­re­gis­tre­ment et le potard « MOD » permet­tra de doser l’in­ten­sité de l’ef­fet. Les autres poten­tio­mètres « DELAY/FEED­BACK/MIX/DIVI­SION » sont tout à fait stan­dard sur ce type d’ef­fet.

Voici quelques exemples de ce premier delay avec ses diffé­rentes décli­nai­sons :

1-Tape EP-III – mode A – Tout … midi
00:0000:16
  • 1-Tape EP-III – mode A – Tout … midi00:16
  • 2-Tape EP-III – mode B – Tout … midi00:19
  • 3-Tape EP-III – mode C – Tout … midi00:20
  • 4-Tape EP-III – mode A – MOD 800:28
  • 5-Tape EP-III – mode A – MOD 8 – COLOR 800:20
  • 6-Tape EP-III – mode B – MOD 4 – COLOR 700:14
  • 7-Tape EP-III – mode C – MOD 6 – COLOR 600:14

Le rendu est très convain­cant, on retrouve une sono­rité « à l’an­cienne », chaude et orga­nique. Le mode B, qui corres­pond à la variante « Used Warm » apporte une légère satu­ra­tion, qui ne fonc­tion­nera pas pour tout, mais qui est tota­le­ment crédible. Sous les doigts, le delay est agréable, on peut faci­le­ment jouer encore et encore et oublier que l’on a un test à rédi­ger.

photo5Le second delay, que l’on sélec­tionne à l’aide du petit switch de gauche, s’ap­pelle « Analog DMM », dont les dernières initiales font allu­sion au Deluxe Memory Man. Celui-ci se décline en trois variantes « Vibrato/Off/Chorus », des effets de vibrato et chorus que l’on va pouvoir doser à l’aide du poten­tio­mètre « MOD ». Ce potard réagit bien, même si évidem­ment, on ne peut pas vrai­ment rentrer dans les détails. Cela parti­cipe néan­moins à la prise en main aisée de la machine, ce qui est d’après nous, toujours un excellent point. Avec le potard « COLOR », on peut agir sur le gain d’en­trée et aller cher­cher un peu de satu­ra­tion supplé­men­taire. Le construc­teur a donc essayé de recréer les inter­ac­tions que l’on peut avoir sur les machines origi­nales.

Ce delay permet quelques rendus plus expé­ri­men­taux que le précé­dent. Encore une fois, le côté analo­gique de l’ef­fet est assu­ré­ment présent. C’est indé­niable, les équipes d’Uni­ver­sal Audio ont fait un énorme travail de modé­li­sa­tion.

1-Analog DMM – mode A – Tout … midi
00:0000:12
  • 1-Analog DMM – mode A – Tout … midi00:12
  • 2-Analog DMM – mode B – Tout … midi00:13
  • 3-Analog DMM – mode C – Tout … midi00:14
  • 4-Analog DMM – mode A – MOD 700:25
  • 5-Analog DMM – mode C – MOD 600:20

photo9Le troi­sième, et pas tout à fait le dernier, delay dispo­nible sur la pédale est nommé « Preci­sion » et est quant à lui un delay à l’es­prit plus moderne. Il se décline en trois modes « Flan­ger/Off/Chorus ». Là encore, c’est avec le poten­tio­mètre « MOD » que l’on va pouvoir doser le niveau du flan­ger et du chorus, mais sans pouvoir régler indé­pen­dam­ment chaque para­mètre de ces effets. Ce delay est plus trans­pa­rent, notam­ment sur sa posi­tion B qui désac­tive les effets de flan­ger et de chorus. Ici le potard « COLOR » agit sur la brillance des répé­ti­tions. La présence de ce delay donne de la poly­va­lence à la Star­light Echo Station en ne l’en­fer­mant pas tota­le­ment dans la case « vintage » en offrant quelque chose de plus trans­pa­rent.

Voici quelques exemples :

1-Preci­sion – mode A – Tout … midi
00:0000:16
  • 1-Preci­sion – mode A – Tout … midi00:16
  • 2-Preci­sion – mode B – Tout … midi00:16
  • 3-Preci­sion – mode C – Tout … midi00:27
  • 4-Preci­sion – mode A – MOD 3 – COLOR 800:17
  • 5-Preci­sion – mode C – MOD 6 – COLOR 800:23
  • 6-Preci­sion – mode B – COLOR 200:13

Il reste un dernier delay « Cooper Time Cube », c’est un delay maison qui n’est pas dispo­nible au débal­lage de la pédale, mais unique­ment une fois celle-ci enre­gis­trée sur l’ap­pli­ca­tion « UAFX Control » qu’il faut télé­char­ger sur le site d’Uni­ver­sal Audio. Ses trois modes alternent globa­le­ment sur les fréquences des répé­ti­tions avec au choix une égali­sa­tion neutre, d’avan­tage médium ou aigüe. C’est un delay qui offre une couleur plutôt moderne, un peu dans l’es­prit du précé­dent. En voici quelques exemples :

1-Cooper Time Cube – mode A – Tout … midi
00:0000:24
  • 1-Cooper Time Cube – mode A – Tout … midi00:24
  • 2-Cooper Time Cube – mode B – Tout … midi00:16
  • 3-Cooper Time Cube – mode C – Tout … midi00:21
  • 4-Cooper Time Cube – mode A – MOD 0 – COLOR 1000:24

On pourra noter égale­ment que le poten­tio­mètre « DIVI­SION » est plutôt bien fourni, avec le choix entre la noire, la croche poin­tée, la croche, la croche ternaire ainsi que deux combi­nai­sons « stéréo » noire + croche poin­tée et noire + croche. Rien à redire de ce côté-là, c’est parfait.

1-Noire + Croche
00:0000:24
  • 1-Noire + Croche00:24
  • 2-Trio­let de croche00:23
  • 3-Croche point‚e00:35

Côté Control

L’ap­pli­ca­tion dispo­nible sur PC et MAC demeure très sommaire à l’heure de l’écri­ture de ce test vu qu’elle ne sert qu’aux éven­tuelles mises à jour des firm­wares et au char­ge­ment des effets « bonus ». Plus complète, l’ap­pli pour smart­phone permet quant à elle, via Blue­tooth, de para­mé­trer plus d’as­pects de la pédale. comme le fait de savoir si la pédale colore ou non le signal lorsque le bypass est enclen­ché. Concer­nant ce dernier, on dispose d’ailleurs de deux possi­bi­li­tés qui vont agir sur la façon dont les queues des répé­ti­tions sont gérées, comme pour la réverbe : En mode True Bypass, celles-ci ne sont en effet gérées que lorsque l’on passe d’un preset à l’autre, mais pas lorsque l’on désac­tive l’ef­fet, alors qu’en mode Trails-bypass, on entend les queues même lorsque l’on désac­tive l’ef­fet.

photo7Le foots­witch de droite est égale­ment utili­sible suivant trois modes : Preset+­Tap, ou Preset seule­ment ou Tap seule­ment. Dans le cas de Preset+­Tap, il est donc affecté à une double fonc­tion : celle de tap tempo et d’ac­cès au preset. Le tap tempo fonc­tionne dans ce cas de manière tout à fait clas­sique. En revanche, pour sélec­tion­ner l’UNIQUE preset, il faut appuyer 1,5s et relâ­cher. Dans la pratique, cela revient à anti­ci­per le passage du delay qui suit les réglages réels des poten­tio­mètres à celui qui est sauve­gardé en lais­sant le pied appuyé et en le relâ­chant au moment voulu. Bof ! Il aurait été plus confor­table d’avoir un troi­sième foots­witch et ainsi de sépa­rer le tap tempo de la fonc­tion preset. En mode Preset en revanche, le bouton droit permet d’avoir un accès immé­diat au preset, mais on ne dispose plus alors de tap tempo, .. Et vous l’au­rez deviné, en mode Tap, on se retrouve avec le tap tempo, mais sans accès au preset… Encore une fois, trois switches auraient vrai­ment simpli­fié les choses. 

Au rang des regrets, on mention­nera enfin que la pédale est dépour­vue de connexion MIDI, de qui aurait pour­tant un grand inté­rêt pour ce genre d’ef­fet. C’est un réel point néga­tif sur toute cette série « UAFX ».

Conclu­sion

Tphoto9out comme la Golden Rever­be­ra­tor, cette Star­light Echo Station est une belle pédale, solide et aux sono­ri­tés magni­fiques. On retrouve toutes les subti­li­tés des machines qu’Uni­ver­sal Audio a souhaité modé­li­ser. Cepen­dant, au tarif élevé auquel cette pédale se vend, à savoir envi­ron 400 euros, il est regret­table d’avoir fait l’im­passe sur la partie MIDI et sur un troi­sième foots­witch pour acti­ver l’unique preset que l’on peut sauve­gar­der.

Cette pédale reste néan­moins facile à utili­ser, poly­va­lente, compa­tible avec d’autres instru­ments que la guitare et encore une fois très réus­sie sur le plan sonore. Néan­moins, la concur­rence est rude dans ce secteur et le prix pourra sans doute en dissua­der beau­coup.

8/10
Points forts
  • Le son : chaud et organique
  • Le format et le design réussi
  • Une connectique stéréo
  • Pédale polyvalente
  • Facilité de prise en main
  • « trail » lors du passage d’un preset à l’autre
Points faibles
  • Une pédale (trop ?) chère
  • Connecteurs jacks en plastique
  • Aucune interface MIDI alors que les possibilités de la pédale justifient d’en avoir une
  • Un footswitch qui gère à la fois le tap tempo et le preset sauvegardé, pas des plus pratiques à l’usage
  • Alimentation, câble USB-C, adaptateur USB-A, non fournis

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.