Devenir membre
Devenir Membre

ou
Connexion
Se connecter

ou
Agrandir
Ajouter ce produit à
  • Mon ancien matos
  • Mon matos actuel
  • Mon futur matos
Sibelius G7 Kontakt Edition
Photos
1/1

Test de Sibelius G7 Kontakt Edition

Editeur de Tablatures de la marque Sibelius

Écrire un avis ou Demander un avis
Avis
Comparateur de prix
Petites annonces
Forums
test
Sibelius à la corde

Saisir des partitions Guitare dont la qualité soit digne des magazines spécialisés et des songbooks du commerce : voici ni plus ni moins ce que propose Sibelius G7.

Sibelius G7

Incon­tour­nable réfé­rence en matière d’édi­tion de parti­tion, Sibe­lius 3 a les défaut de ses quali­tés.

Parce qu’à l’ins­tar de son grand rival Finale, il joue la carte de l’ex­haus­ti­vité, il propose en effet tant de fonc­tion­na­li­tés qu’il s’avère un peu trop touffu pour la plupart des musi­ciens.

Au nombre des ces derniers, les guita­ristes n’ont pas forcé­ment besoin de la kyrielle d’ou­tils propo­sés par la version stan­dard. De ce constat est né le Sibe­lius G7 qui nous occupe aujour­d’hui : un Sibe­lius pensé exclu­si­ve­ment pour la guitare et autres instru­ments à cordes et à manche (banjo, basse, luth, ukulélé, etc.)

 

High Score

Sibelius G7

Outre le CD d’ins­tal­la­tion, la boîte contient un guide utili­sa­teur de 192 pages, très clair et infor­ma­tif, permet­tant de ne jamais se retrou­ver désarmé face aux nombreuses possi­bi­li­tés de G7, ainsi qu’une brochure d’as­sis­tance tech­nique.

Les docs comme le logi­ciel sont en anglais mais sachez qu’une traduc­tion est à l’étude, pour le plus grand bonheur de ceux qui sont fâchés avec le patois grand breton…

L’ins­tal­la­tion se déroule sans aucun problème : il suffit d’ap­pliquer bête­ment la marche à suivre jusqu’à l’en­re­gis­tre­ment client en ligne, puis de double cliquer sur l’icône pour lancer le soft.

Dès le lance­ment surgit des enceintes un jingle annonçant la couleur : une guitare cinglante que n’au­rait pas renié The Edge vient flat­ter nos oreilles. Voilà qui donne envie d’en voir plus.

Et côté visuel, on n’est pas déçu : l’ap­pa­rence graphique du logi­ciel est des plus élégante tout en restant très sobre. En haut de la fenêtre se trouve une barre d’ou­til, donnant accès aux fonc­tions les plus essen­tielles du logi­ciel : créa­tion/ouver­ture/suppres­sion d’un docu­ment, impres­sion, zoom, lecture de la parti­tion en cours, fonc­tions d’an­nu­la­tion (undo / redo) et, plus origi­nal, un bouton 'Scan’ et un accès au «  Guitar guide  » (voir enca­dré).

Le reste des outils et icônes est réparti en plusieurs palettes flot­tantes, qu’on affi­chera, dépla­cera ou masquera selon les besoins.

Petit détail appré­ciable, il est possible d’ac­ti­ver une trans­pa­rence pour les fenêtres, comme cela se fait sur MacOS X : c’est vrai­ment utile pour affi­cher toutes les palettes sans avoir l’im­pres­sion de manquer de place à l’écran. Acces­soi­re­ment, cela contraste agréa­ble­ment avec l’as­pect 'Usine à gaz’ de bien des logi­ciels de nota­tion…

Petit passage en revue des diffé­rentes palettes flot­tantes :

« Navi­ga­tor » permet, à la manière du Navi­ga­teur de Photo­shop, de visua­li­ser l’en­semble des pages du score, et de se dépla­cer rapi­de­ment sur la portée.

« Fret­board » propose la repré­sen­ta­tion d’un manche de guitare. Loin d’être un gadget dédié à la seule visua­li­sa­tion des notes et accords, cette dernière pourra servir à la saisie des notes sur la parti­tion, par simple clic sur les cases.

« Proper­ties » permet de régler les para­mètres typo­gra­phiques des signes sur la portée.

Sibelius G7

« Mixer » donne accès à la gestion du volume et du pano­ra­mique de chaque partie/piste MIDI et permet de rendre une piste muette ou de l’écou­ter en solo.

« Kontakt Player » permet de para­mé­trer le lecteur de samples fourni avec le logi­ciel.

Véri­table organe central du logi­ciel, « Keypad » est enfin une commande à cinq niveaux qui corres­pond au pavé numé­rique du clavier et qui donne accès à tous les types de notes, silences et acci­dents proposé par le logi­ciel.

En pres­sant la touche '+', on accède ainsi au valeurs ryth­miques, alté­ra­tions, accents, indi­ca­tion tech­niques (sens des coups de média­tor, liai­sons), appo­gia­tures, trilles, etc. La chose fonc­tionne extrê­me­ment bien une fois qu’on s’est fami­lia­risé avec les touches…

Dernière petite préci­sion concer­nant le rendu visuel : il est possible de choi­sir plusieurs textures pour le bureau de travail, l’ap­pa­rence du «  papier virtuel  », et la calli­gra­phie (stan­dard, manus­crite, façon «  real book  »). De quoi travailler dans une ambiance de confort…

 

Le Guitar Guide

Le Guitar Guide est un docu­ment PDF doté d’un menu inter­ac­tif et qui permet­tra aux guita­ristes novices de parfaire leurs connais­sances de l’ins­tru­ment. Les diffé­rents modèles de guitare y sont décrits (acous­tique nylon, folk, jazz demi caisse, ainsi que les solid body les plus répan­dues (Les Paul, SG, Stra­to­cas­ter, Tele­cas­ter)), au travers d’une fiche tech­nique qui explique leurs carac­té­ris­tiques en terme de sono­rité. Plusieurs styles de musique dans lesquels la guitare tient une place prépon­dé­rante sont égale­ment présen­tés, parti­tions à l’ap­pui (acous­tique, jazz, heavy-rock, blues, rhythm & blues etc). Pour termi­ner, un onglet décor­tique les diffé­rentes tech­niques appliquées à la guitare (harmo­niques, vibra­tos, legato main gauche). Un précieux pense-bête.

 

Un couteau suisse géant

Sibelius G7

Il est possible d’édi­ter toutes sortes de tabla­tures, de 4 à 8 cordes, et de choi­sir un accor­dage parmi 50 open tunings diffé­rents (sans comp­ter ceux que vous pouvez défi­nir vous-même). Du coup, si le logi­ciel cible en majo­rité des guita­ristes, il s’avère plei­ne­ment perti­nent pour géné­rer des parti­tions de banjo, de luth, de mando­line, de ukulélé ou autres instru­ments à cordes et à manche.

Concer­nant la saisie des notes sur la parti­tion, on dispose de quatre méthodes prin­ci­pales :

1 – Après avoir sélec­tionné une valeur ryth­mique sur le 'Keypad’, on peut placer les notes sur la portée à la souris, ce qui repré­sente l’idéal pour les musi­ciens «  lettrés  » qui pour­ront piocher sur le Keypad les diverses alté­ra­tions, les stac­cato et autres piqués, les accents. Pour sortir de ce mode, il suffit de cliquer escape sur votre clavier d’or­di­na­teur.

Notons que pour la tabla­ture, le chiffre 0 (cordes à vide) s’af­fi­chera forcé­ment. Lorsque le 0 est en surbrillance, il suffit de chan­ger le numéro de frette, soit à l’aide du Fret­board, soit avec les chiffres en haut du clavier.

2 – La seconde méthode, plus fasti­dieuse, consiste à entrer le nom des notes à l’aide du clavier, selon les appel­la­tion anglo-saxonnes : C, D, E, F etc., ou bien avec les chiffres du haut du clavier pour la tabla­ture. En gros, on choi­sit sa valeur ryth­mique sur le Keypad, une croche par exemple, pour la faire appa­raître en surbrillance, en on tape le nom de la note voulue.

3 – Il est aussi possible de rentrer les notes sur la parti­tion à l’aide d’un clavier midi ou, plus inté­res­sant, d’une guitare équi­pée d’un capteur midi, et ce en temps réel grâce à la tech­no­lo­gie Flexi­time de Sibe­lius G7.

4 – Toujours via un instru­ment midi, on peut égale­ment saisir une parti­tion note par note en mode pas à pas. Si la chose sera forcé­ment plus longue, elle pourra s’avé­rer pratique pour ceux qui ont l’ima­gi­na­tion de Steve Vai mais les doigts d’Yves Duteil…

Sibelius G7, c'est aussi une vaste bibliothèque d'accords avec leur diagrammes respectifs....

Notez qu’il est possible, enfin, d’im­por­ter une parti­tion créée avec un autre programme, qu’il s’agisse de tabla­tures en format ASCII, ou de fichiers midi (en glis­sant simple­ment le fichier sur le bureau de G7). Grâce au programme Photo­score Lite four­nit avec le CD d’ins­tal­la­tion, on pourra enfin scan­ner une parti­tion et la trans­for­mer en nota­tion Sibe­lius G7 en quelques clic…

Pour éditer la tabla­ture à partir des notes, il suffit de sélec­tion­ner le solfège, de le copier (Ctrl + C) puis de se posi­tion­ner dans la tabla­ture pour le coller (Ctrl + V). Les notes se tradui­ront auto­ma­tique­ment en tabla­ture. Le petit plus, c’est que Sibe­lius G7 propose de véri­tables doig­tés, cohé­rents et jouables. Si ces derniers ne vous conviennent pas, vous pour­rez accé­der à d’autres possi­bi­li­tés via «  Guitar tab finge­ring options  » dans le menu Notes. Pour peau­fi­ner davan­tage, chaque note peut évidem­ment être retra­vaillée indi­vi­duel­le­ment.

 

Hiéro­glyphes et pattes de mouche

Entrons dans le vif du sujet : Sibe­lius G7 offre des fonc­tions avan­cées pour anno­ter avec une faci­li­tée décon­cer­tante tous les effets que nous utili­sons couram­ment (bend, pré bend, glissé, vibrato, hammer on, pull off, harmo­nique sifflantes etc.).

Voyons comment la chose se passe avec l’un des plus compliqué : le bend.

On entre une note – un ré par exemple, sur la parti­tion (celle qui sera fret­tée).
On tape J sur le clavier, de façon à faire appa­raître un petit «  chapeau chinois  ».
On entre la seconde note qui sera créée par le bend, un Fa# par exemple. Le  » chapeau chinois " relie main­te­nant les deux notes.

Copiez/collez le solfège dans la tabla­ture, et obser­vez : une flèche ascen­dante par du Ré 3ème case sur la corde de Si, avec, au dessus de la pointe, le chiffre 2, indiquant que l’on tire la note de deux tons.

Mais l’on peut évidem­ment partir de la tabla­ture : Entrez 3 dans cette dernière sur la corde de Si, et tapez J sur le clavier. Une flèche s’af­fiche. Entrez ensuite 7 sur la même corde. Un petit 2 s’af­fi­chera au dessus de la pointe. Copiez/collez ensuite dans le solfège. Le bend d’un ton s’af­fiche avec l’in­di­ca­tion «  Full  ».

Pour les micros bend, on sélec­tion­nera la pointe de la flèche qu’on rappro­chera de la note fret­tée. L’in­di­ca­tion ¼ appa­raî­tra alors. Avouez que la chose est simplis­sime !

Hélas, certaines nota­tions donne­ront tout de même un peu de fil à retordre au novice. Citons par exemple l’édi­tion de figures ryth­miques tels que les duolets, trio­lets, sexto­lets ou quin­to­lets. Contrai­re­ment aux autres figures, leur écri­ture ne se réalise à l’aide du «  keypad  », mais en sélec­tion­nant la note ou la valeur de départ, et en pres­sant en même temps Ctrl et la valeur numé­rique souhai­tée sur le clavier prin­ci­pal. Pas très intui­tif, d’au­tant que si l’on­glet 'Help’ permet de trou­ver la solu­tion à la plupart des problèmes, certaines lour­deurs subsistent.

Lorsque le score est terminé et que l’on veut se débar­ras­ser des mesures vierges non utili­sées, il faut cliquer dans la mesure que l’on souhaite suppri­mer en pres­sant Ctrl, et appuyer sur Suppr. Pourquoi pas ? Mais le manuel n’in­dique rien de très clair à ce sujet… Rela­ti­vi­sons tout de même, ce genre de petits détails n’a rien de très gênant une fois qu’on a pris ses repères.

Sibelius G7

Sibe­lius G7 intègre aussi Kontakt player, une version limi­tée du célèbre sampler virtuel signé Native Instru­ments. Permet­tant de jouer jusqu’à huit sons simul­ta­né­ment, ce dernier est ici un bonus appré­ciable, sans pour autant comp­ter parmi les points les plus inté­res­sant du logi­ciel. S’il est inté­res­sant d’avoir un retour son pour travailler ses parti­tions, le rendu offert par les samples n’a en effet rien de très crédible. La chose n’a cepen­dant rien de rédhi­bi­toire dans la mesure où, à ce jour, aucun éditeur de samples n’est jamais parvenu à propo­ser des banques crédibles en toutes circons­tances (les bends ou les subti­li­tés des attaques sonnent très arti­fi­ciel)

 

Conclu­sion

Sibelius G7

Avec le G7, Sibe­lius place la barre assez haut et risque de convaincre bon nombre de guita­ristes habi­tués à utili­ser d’autres softs, tels que Guitar Pro ou Power Tab. Vendu sous la barre des 200 €, G7 a su conser­ver les prin­ci­pales quali­tés de Sibe­lius 3 en les adap­tant à l’uni­vers des instru­ments à cordes pincées : que ce soit pour saisir des rele­vés complexes ou grif­fon­ner de simples idées façon 'bloc-notes’, les guita­ristes trou­ve­ront en lui un outil mariant souplesse, richesse et puis­sance. Au prix d’une incon­tour­nable phase d’ap­pren­tis­sage, ces derniers ne devraient pas se sentir limité avant long­temps…

Ce qui s’avère aussi inté­res­sant avec G7, c’est qu’il permet via le 'Guitar guide’ et l’écri­ture de soli­di­fier les acquis théo­riques tout en progres­sant sur l’ins­tru­ment. Au bout de quelques semaines d’uti­li­sa­tion, le manche que l’on pensait connaître par cœur semble encore plus limpide. Et c’est peut-être là le plus beau compli­ment qu’on puisse faire à ce logi­ciel : il donne envie de jouer…


Points forts
  • Une interface aussi belle que bien pensée.
  • Les nombreuses possibilités en terme de notation.
  • Possibilité de créer des partitions pour d'autres instruments que la guitare.
  • Le 'Guitar Guide'.
  • Plusieurs façons de travailler avec la possibilité de passer des tabs aux partitions traditionnelles.
  • Intuitivité du logiciel dans l'ensemble.
  • Qualité des partitions générées.
Points faibles
  • Certaines fonctions mal documentées font qu'on tâtonne au début.
  • Le Kontakt Player tient plus de la goodies qu'autre chose.
Soyez le premier à réagir à cet article

    Vous souhaitez réagir à cet article ?

    Se connecter
    Devenir membre
    cookies
    Nous utilisons les cookies !

    Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
    Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

    Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

    Tous nos cookies
    Cookies non soumis à consentement
    Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
    Google Analytics
    Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
    Publicités
    Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

    Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

    Tous nos cookies
    Cookies non soumis à consentement

    Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

    Google Analytics

    Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

    Publicités

    Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


    Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
    Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.