Devenir membre
Devenir Membre

ou
Continuer avec Google
Connexion
Se connecter

ou
Se connecter avec Google
De la T8 dans les idées
9/10
Award Qualité / Prix 2021
Partager cet article

Sortie en 2020, la nouvelle série d’enceinte T d’Adam Audio serait, aux dires du constructeur, la solution économique pour accéder au « son Adam ». On se demandait donc si ces enceintes sauraient tenir leur promesse.

Il était temps de les soumettre à un test, et pour celui-ci nous avons choisi de nous concen­trer sur les T8V, les grosses dernières dans cette série, sorties en avril de l’an­née précé­dente. Comme d’ha­bi­tude nous procé­de­rons d’abord à une présen­ta­tion complète de l’objet avant de passer à un test et aux écoutes subjec­tives.

Boomer et T8ter

FaceAtten­tion, si vous avez envie de vous lais­ser tenter par ces enceintes, autant qu’on vous prévienne immé­dia­te­ment : elles sont assez impo­santes. 40 cm de hauteur, 25 cm de largeur pour une profon­deur de presque 33,5 cm : ce sont de beaux bébés qu’il vous faudra posi­tion­ner par rapport à votre poste de travail.

De plus, les évents bass reflex sont situés à l’ar­rière. Ainsi, pour bien profi­ter du grave et mini­mi­ser les problèmes de phase, il vous faudra pouvoir tenter diffé­rents écar­te­ments par rapport à votre mur arrière. Pour cette raion, il vous faudra béné­fi­cier d’un certain espace pour profi­ter correc­te­ment de leurs perfor­mances.

Les T8V pèsent 9,8 kg, ce qui reste raison­nable pour des appa­reils de cette taille. Elles embarquent une double ampli­fi­ca­tion de classe D : 70 watts pour les graves, 20 watts pour les aigus. Le construc­teur avance un SPL max ≥ 118 dB (par paire, mesuré à 1 mètre).

Au point de vue du look, la série T tranche légè­re­ment avec le look Adam habi­tuel, en étant beau­coup plus sobre, presque spar­tiate : pas de vis, pas de commandes, pas même un commu­ta­teur ou une LED à l’avant. C’est assez élégant, même si certains y verront des manques.

boomerSur le baffle, on trouve deux haut-parleurs : un grave de 8 pouces (20,32 cm) en poly­pro­py­lène (même matière pour toute la série T) et un twee­ter U-ART (en film de poly­amide) encas­tré dans un guide d’ondes. Le modèle U-ART, comme les autres twee­ters Adam Audio, est basé sur une tech­no­lo­gie AMT (Air Motion Trans­for­mer) et non ruban, comme on le lit souvent.

settingsLe panneau arrière réserve toutes les commandes : marche/arrêt, filtre aigu shelf (2, 0, +2 dB), filtre grave shelf (-2, 0, +2 dB). L’en­ceinte peut être raccor­dée en XLR symé­trisé (+4 dBu), ou RCA (-10 dBV), suivi d’un réglage du gain.

Pour finir cette présen­ta­tion, préci­sons que le construc­teur avance une plage de fréquence de 33 Hz – 25 kHz. Lors des écoutes, à l’aide d’un géné­ra­teur de fréquences, et de nos oreilles, nous avons en effet entendu des fréquences basses jusqu’à 35 Hz.

Écoute 

Dans le cadre de cette écoute, nous avons utilisé en compa­rai­son une paire d’Adam Audio A7X, que nous utili­sons souvent dans nos locaux et que nous connais­sons bien. Il ne s’agit pas d’un vrai test compa­ra­tif, mais d’un point de réfé­rence pour juger d’élé­ments spéci­fique sur les T8V.

Richard Hawley – Don’t Get Hung Up In Your Soul (sur True­lo­ve’s Gutter)

Une ballade acous­tique, avec beau­coup de reverb et une diffé­rence de dyna­mique impor­tante entre la voix et la guitare. Le rendu de ces enceintes est vrai­ment superbe, tout parti­cu­liè­re­ment sur la voix, et la basse. Compa­rai­son a été faite avec les A7X. On retrouve bien le « son » des twee­ters Adam Audio : préci­sion, aigus très défi­nis (on perçoit des légers sons de plectre)… Sur la contre­basse, c’est moins probant. On l’en­tend plus, certes, mais pas néces­sai­re­ment avec beau­coup de préci­sion dans les attaques.

À noter, sur les T8V, le sub est réel­le­ment présent sous 60Hz, et reste audible jusqu’à 35Hz envi­ron (alors qu’il est presque complè­te­ment absent sur les A7X). On retrouve égale­ment plus de médiums (les A7X ont un creux autour de 1kHz).

Pour cette raison, les T8V peuvent donner une impres­sion diffé­rente de l’équi­libre géné­ral du spectre, et les aigus peuvent paraître un tout petit peu plus en retrait. Pour en avoir le cœur net, on véri­fie la courbe avec un géné­ra­teur basse fréquence. En fait il n’y a aucune diffé­rence entre les T8V et les A7X au delà 4 kHz.

Sun Kil Moon – Butch Lulla­bye (sur Common As Light And Love…)

Sur l’in­tro, on doit entendre à la fois les notes graves, les harmo­niques médiums ajou­tées par la distor­sion, l’at­taque légè­re­ment piquée des notes, tout en sépa­rant bien la grosse caisse qui sonne assez sèche et médium. Là, l’ex­ten­sion dans le grave fait une grosse diffé­rence : les T8V suivent sans problèmes les notes les plus graves, même flir­tant avec un registre « infra », sans varia­tions ni dans l’am­pli­tude ni dans le timbre. La pres­sion acous­tique bien équi­li­brée sur tout le spectre fait le boulot… Pour autant, l’at­taque de la grosse caisse ne se retrouve pas noyée, mais reste au contraire bien dyna­mique. C’est donc géné­reux tout en restant assez précis dans le grave : résul­tat excellent pour des enceintes de ce gaba­rit.

Massive Attack – Tear­drop (sur Mezza­nine)

Un titre avec beau­coup d’ex­trême grave, mais qui ne doit jamais masquer les nombreux détails dans le haut médium et l’aigu. Un peu comme pour le morceau précé­dent : les T8V tranchent grâce à leur équi­libre. Elles traitent les extrêmes du spectre avec une égalité remarquable. Dans la coda du morceau, on est parti­cu­liè­re­ment frappé par les attaques aussi précises dans le grave que sur les percus­sions aigües. L’image stéréo est égale­ment remarquable, avec une répar­ti­tion vrai­ment très précise des éléments dans l’es­pace du mix. Cepen­dant, la préci­sion dans l’aigu est telle qu’on commence à ressen­tir, sur ce morceau, une légère fatigue audi­tive.

Char­lie Mingus – Solo Dancer (sur The Black Saint And The Sinner Lady)

Voilà un morceau avec beau­coup de souf­flants jouant dans des tessi­tures simi­laires : c’est très touffu et le but est d’es­sayer de discer­ner les timbres. L’écoute de ce morceau consti­tue toujours un petit piège audi­tif, car la densité d’in­for­ma­tion complique vrai­ment les choses. Le but n’est donc pas de réus­sir à parfai­te­ment entendre le trom­bone-basse, mais de saisir l’équi­libre des éléments. On peut dire que les T8V tirent leur épingle du jeu. Les cymbales, très présentes, ne « mangent » pas les cuivres. La ligne descen­dante de contre­basse à 3:12 min est assez bien lisible (plus que sur les A7X). Dans les médiums, on remarque peu de diffé­rence avec les A7X, si ce n’est que certaines fréquences (et donc certains instru­ments) sont légè­re­ment plus souli­gnées (on mettra cette diffé­rence sur la petite baisse des A7X autour de 1 kHz). Il ne s’agit pas d’une diffé­rence trop accu­sée, plutôt d’une « signa­ture » sonore légè­re­ment diver­gente.

Edgar Varèse – Ioni­sa­tion (New York Phil­har­mo­nic, dir. Pierre Boulez)

Ici on cherche à juger de l’image stéréo et du suivi de la réver­bé­ra­tion natu­relle de la salle, qui joue sur l’im­pres­sion d’es­pace. L’écoute se fait entre 0:30 et 1:15. Les twee­ters à ruban qui font la célé­brité de la marque sont connus pour leur défi­ni­tion précise des aigus. Sur un tel morceau, tout en attaque, et où la caisse claire joue un rôle prépon­dé­rant, on s’at­tend à un rendu satis­fai­sant. Les T8V ne nous déçoivent pas, lais­sant paraître à l’écoute les nombreux détails de l’œuvre : tambou­rin tout en légè­reté par-dessus la réson­nance profonde de la grosse caisse d’or­chestre, rendu impres­sion­nant du timbre étendu du tam-tam (un gong ayant un son proche du bruit blanc). La réver­bé­ra­tion de la salle est bien suivie, l’image stéréo est très précise et les percus­sions graves, aux réson­nances longues, donnent un senti­ment de profon­deur remarquable.

  • T8VvsA7X
  • Face
  • Faceboomer
  • back
  • settings
  • boomer
  • tweeter

Conclu­sion

En conclu­sion, il serait diffi­cile de ne pas être séduit par ces enceintes. Si l’on peut avan­cer que leur taille et la présence d’un évent arrière ne les rendent pas adéquates pour tous les home-studios du monde, on est bien obligé de recon­naître que leur qualité sonore est assez remarquable, et tout parti­cu­liè­re­ment dans cette gamme de prix (en moyenne 264 euros). Non seule­ment les T8V propose une écoute d’une préci­sion élevée, mais en outre elles tiennent plutôt bien leurs promesses sur leur plage de fréquences éten­due. Le trai­te­ment des graves est excellent (bien qu’un peu moins précis sur les instru­ments acous­tiques), et les aigus sont toujours aussi beaux que dans d’autres séries du construc­teur (parfois un peu fati­guants, mais c’est le contre­coup de leur présence très défi­nie). Les petites pertes dans le médium que nous avions souli­gnées sur d’autres modèles nous ont semblé moins présentes ici. On a donc le senti­ment d’être face à une excel­lente porte d’en­trée dans le monde des enceintes de qualité, ou tout au moins dans le son Adam Audio.

9/10
Award Qualité / Prix 2021
Points forts
  • Plage de fréquences étendue
  • Précision sonore
  • Très beaux aigus
  • Tweeters assez peu directionnels
  • Élégance du design
  • Poids correct pour leur taille
Points faibles
  • Tous les contrôles à l’arrière
  • Bouton marche/arrêt à l’arrière
  • Pas de LED indicatrice
  • Évent à l’arrière

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.