Devenir membre
Devenir Membre

ou
Connexion
Se connecter

ou
Agrandir
Ajouter ce produit à
  • Mon ancien matos
  • Mon matos actuel
  • Mon futur matos
Kush Audio Clariphonic
Photos
1/106

Test du Kush Audio Clariphonic

test
17 réactions
Est-ce bien clair ?

Un rack 19’’ / 1U aux couleurs chamarrées censé redonner de la clarté à vos enregistrements et autres mixages ? Fabriqué par Kush Audio dîtes-vous ? Les mêmes qui avaient livré une version «custom» du Fatso d’Empirical Labs ?! Pas très clair tout ça; on transmet tout de suite le dossier à La Brigade du Test !

Clair obscur

Présenté à l’AES de San Fran­cisco en novembre dernier, le Clari­pho­nic est le second produit lancé par Kush Audio. Si cet égali­seur stéréo est censé redon­ner de la clarté à vos enre­gis­tre­ments, l’exis­tence et la philo­so­phie de cette jeune marque améri­caine restent pour le moins obscures. En effet, bien qu’un certain Gregory Scott soit à l’ori­gine du concept, aidé par Kevin Hogan à la réali­sa­tion et au déve­lop­pe­ment de la partie élec­tro­nique, on ne sait que peu de choses les concer­nant…  Fait assez rare pour être souli­gné, je tiens tout de même à rappe­ler que c’est ce même fabri­cant qui avait obtenu l’ap­pro­ba­tion d’un certain Dave Derr (fonda­teur d’Em­pi­ri­cal Labs) pour propo­ser l’UBK Fatso, une version un peu spéciale du non moins célèbre Fatso Jr… Connais­sant le carac­tère pointu du géni­teur du Distres­sor, on a néces­sai­re­ment affaire à une marque sérieuse, dési­reuse de marier qualité sonore et origi­na­lité.

Et c’est déjà le cas avec le concept de cette machine qui, dans sa caté­go­rie, semble bien seule. En effet, contrai­re­ment à ses confrères plus « tradi­tion­nels », le Clari­pho­nic est un égali­seur stéréo « paral­lèle ». La philo­so­phie est assez simple ; on parle de « trai­te­ment » (et bien souvent, de compres­sion) paral­lèle lorsqu’on mélange une source « Dry » (non trai­tée) avec cette même source « Wet »… trai­tée. Dans le cadre de la compres­sion paral­lèle par exemple, l’avan­tage de cette tech­nique réside dans la possi­bi­lité d’ob­te­nir une compres­sion plutôt signi­fiante, sans pour autant perdre les attri­buts du signal d’ori­gine.

Le Clari­pho­nic suit donc le même concept, à ceci près qu’il tota­lise dans sa matrice interne 3 circuits stéréo de trai­te­ment fréquen­tiel mixés ensemble et orga­ni­sés comme ceci :

 

 

Kush Audio Clariphonic

Un premier circuit inti­tulé Full Frequency repré­sente le circuit « Dry » du trai­te­ment. Cette concep­tion est très avan­ta­geuse puisqu’elle assure théo­rique­ment une phase parfaite entre le signal d’ori­gine et le signal trai­té… En façade, deux petits inter­rup­teurs FF situés de part et d’autre du switch de marche/arrêt permettent de bypas­ser ou non ce signal non traité.

Il est donc possible d’uti­li­ser le Clari­pho­nic de manière « tradi­tion­nelle », à savoir en inser­tion directe sur une piste stéréo, ou bien de l’uti­li­ser en égali­sa­tion paral­lèle – en s’af­fran­chis­sant du signal d’ori­gine – et de faire reve­nir le péri­phé­rique sur une autre voie.

Auto-Focus

Les deux circuits suivants corres­pondent aux deux étages d’éga­li­sa­tion. Pour conti­nuer dans l’ori­gi­na­lité, point d’éga­li­sa­tion para­mé­trique ou semi-para­mé­trique « clas­sique » sur le Clari­pho­nic : chaque étage corres­pond à une bande et une utili­sa­tion bien spéci­fique.

Kush Audio Clariphonic

Le premier étage, inti­tulé Focus, se concentre (ou devrais-je dire « se foca­lise » ?) sur les fréquences bas-médium à haut-medium. Un premier inter­rup­teur Lift/Open agit en quelque sorte comme un sélec­teur de fréquence ou plage de fréquences. À ce sujet, les données tech­niques restent plutôt vagues concer­nant les fréquences réelles : Lift corres­pon­drait aux fréquences situées à partir d’en­vi­ron 800 Hz et plus ; Open  agit  un peu plus tard, à partir de 3kHz et au-delà.

Un second sélec­teur 3 posi­tions déter­mine la nature de la courbe du filtre engagé, un peu à la manière d’un réglage de facteur de qualité à deux posi­tions (« wide » et « narrow »). Tight voit le filtre comme une sorte de cloche dont la pente retom­be­rait autour de 14 kHz et Diffuse s’ap­pa­rente plus à un shelf, offrant une réponse qui retombe bien plus tard. Mais là encore, peu de rele­vés réels et point de courbes dans la notice tech­nique…

La posi­tion inter­mé­diaire Out permet, comme son nom l’in­dique, de désac­ti­ver l’étage d’éga­li­sa­tion Focus. Enfin, on trouve le poten­tio­mètre sobre­ment inti­tu­lé… Focus… qui agit simple­ment comme un gain (posi­tif) sur la plage de fréquences sélec­tion­née. Pas de gradua­tion numé­rique en revanche, simple­ment des petits repères qui peuvent tout de même faci­li­ter les recalls.

Kush Audio Clariphonic

Le dernier étage d’éga­li­sa­tion inti­tulé Clarity fonc­tionne de manière légè­re­ment diffé­rente. Pas de sélec­teur de courbe ou de ce qui pour­rait s’ap­pa­ren­ter à un facteur de qualité; ici nous n’avons affaire qu’à des sélec­teurs de fréquence qui sont au nombre de 4, répar­ties sur 2 sélec­teurs. Un premier sélec­teur permet de choi­sir entre Presence (à partir d’en­vi­ron 5 kHz) et Sheen (8 kHz). Le second sélec­teur, quant à lui, gère des fréquences bien plus élevées via la posi­tion Shim­mer (19 kHz) et Silk (39 kHz !). Au milieu de ces 2 sélec­teurs se trouve un autre sélec­teur 3 posi­tions permet­tant de choi­sir entre le binôme Presence/Sheen et Shim­mer/Silk, ou de complè­te­ment bypas­ser cet étage d’éga­li­sa­tion, via la posi­tion Out. En revanche, comme c’est le cas pour Focus, on n’agit que sur une seule « plage de fréquence » à la fois. Un dernier poten­tio­mètre Clarity vient par consé­quent augmen­ter le gain sur la plage de fréquences sélec­tion­née.

En termes de connec­tique, rien d’éso­té­rique pour le coup. Cepen­dant, en plus des deux entrées/sorties au format XLR et la connec­tique d’ali­men­ta­tion, on a tout de même droit à des sorties au format jack, avec en sus un inter­rup­teur Balan­ced/Unba­lan­ced. Le Clari­pho­nic nous permet donc de travailler avec des liai­sons asymé­triques et peut par consé­quent s’in­sé­rer dans n’im­porte quelle chaîne de trai­te­ment audio…

Come Clarity

Kush Audio Clariphonic

Une fois câblé et allumé, le Clari­pho­nic nous dévoile ses deux jolies LED jaune/orange – témoins de son acti­va­tion – qui se fondent à merveille dans son origi­nal look marron/noir orienté « soul/funk années 70 »… La simpli­cité et la sobriété de la face avant nous donne envie de nous amuser et d’éclair­cir très vite nos ternes enre­gis­tre­ments !…

Bien que les termes employés pour la séri­gra­phie restent très imagés, il devient vite frus­trant d’abor­der la machine de façon empi­rique sans réel­le­ment connaître les consé­quences de nos réglages sur le son final… même si ça s’en­tend ! La lecture du manuel devient indis­pen­sable, qui plus est elle est presque… récréa­tive ! Au fil des lignes, malgré le manque d’in­for­ma­tions tech­niques « pures », on comprend un peu mieux la philo­so­phie de la machine, de sa concep­tion et surtout, sa véri­table raison d’être et la façon de l’abor­der…

Voici donc une série d’ex­traits sonores dévoi­lant les diffé­rentes actions des sélec­teurs, pour des réglages de gain (Focus et Clarity) fixés à 1h (et oui, pas de gradua­tion, alors, on explique comme on peut…!). Le Clari­pho­nic est placé en Hard­ware Insert sur une piste stéréo de Protools.

 

Acc Clari­pho­nic bypass
00:0000:16
  • Acc Clari­pho­nic bypass00:16
  • Acc Lift Diffuse00:16
  • Acc Lift Tight00:16
  • Acc Open Diffuse00:16
  • Acc Open Tight00:16
  • Acc Presence00:16
  • Acc Sheen00:16
  • Acc Shim­mer00:16
  • Acc Silk00:16

 

À ce niveau et sur un seul instru­ment, les diffé­rences peuvent paraître très subtiles; il ne faut cepen­dant pas oublier qu’il s’agit là d’une égali­sa­tion paral­lèle. Et encore une fois, d’après la docu­men­ta­tion, certains réglages agissent sur des plages de fréquence à la limite de l’au­di­ble… On a très vite tendance à effec­tuer  des premiers réglages très « extrêmes », avec les poten­tio­mètres posi­tion­nés bien au-delà de la moitié de leur course, afin d’en­tendre l’ac­tion de l’éga­li­seur de manière signi­fi­ca­tive. Néan­moins, comme le dit si bien le manuel : « le lende­main, à la ré-écoute, on a l’im­pres­sion d’être allé trop loin ». Et au final, on redes­cend la course des poten­tio­mètres de moitié !

En revanche, quand on commence à utili­ser le Clari­pho­nic « in situ », sur des groupes d’ins­tru­ments, en le compa­rant au signal d’ori­gine, on entend tout de suite mieux l’ac­tion réelle de l’éga­li­seur en fonc­tion des valeurs « esthé­tiques » (« Eclat », « Soyeux », « Scin­tillant » …) annon­cées par la face avant.

Drums Dry
00:0000:20
  • Drums Dry00:20
  • Drums Clari­pho­nic Lift­Tight­Sheen00:20
  • Drums Clari­pho­nic00:20

 

Idem sur cette mise à plat où, effec­ti­ve­ment, la clarté est sans équi­voque entre l’ex­trait audio d’ori­gine et celui traité. Réglages :

 

Rough Mix Dry
00:0000:27
  • Rough Mix Dry00:27
  • Rough Mix Clari­pho­nic00:27

 

D’un seul coup, le trai­te­ment apporté par le Clari­pho­nic devient signi­fi­ca­tif et, suivant les sources sonores, ne fait pas de doute quant à ses bien­faits sur le signal traité. A la ré-écoute, on comprend mieux les réelles plages d’ac­tion des deux étages d’éga­li­sa­tion, qui fina­le­ment portent bien leur nom. Focus semble redon­ner de la préci­sion au signal, du détail, de la présence, en l’af­fran­chis­sant d’un éven­tuel côté « fouilli » (oui, je me mets à parler comme le manuel !) que l’on peut avoir sur certains enre­gis­tre­ments. D’ailleurs, quand la posi­tion Tight de la partie Focus est enclen­chée, c’est tout l’en­semble du signal qui devient plus précis, pas seule­ment dans le médium/haut-médium, et je serais bien curieux de savoir si ce réglage a une quel­conque inci­dence directe sur le bas/bas-médium… Clarity en revanche se comporte comme un « vernis », ajou­tant une touche de brillance au son, dans des registres aigus (qui vont de la « Présence » à la « Soie »…).

Alors, s’il est vrai que le manuel ne nous fait pas d’ex­posé mathé­ma­tique quant aux perfor­mances du Clari­pho­nic, il nous en apprend suffi­sam­ment sur son utili­sa­tion et sa prise en main. Et si pour une fois nous avions affaire à une machine qui nous demande d’uti­li­ser nos oreilles pour de vrai ? Du look à sa concep­tion, en passant par son utili­sa­tion, le Clari­pho­nic possède un certain « Mojo »… qui agit pour de bon sur le signal sonore. Grâce à lui, on peut redon­ner de la préci­sion dans le médium sans pour autant obte­nir un résul­tat agres­sif. On peut égale­ment redon­ner de la « brillance » ou « de l’air » au signal, sans pour autant qu’il devienne stri­dent ou « vapo­reux ». Bref, vous l’au­rez compris, le Clari­pho­nic porte bien son nom : la clarté, c’est sa grande passion !

J’ai tout de même regretté l’ab­sence d’un switch de Bypass géné­ral agis­sant sur l’en­semble de l’éga­li­seur, afin de pouvoir bête­ment compa­rer les signaux avant et après trai­te­ment. Pour se faire, on est obligé de bypas­ser chaque étage sépa­ré­ment et cela demande déjà pas mal de dexté­rité opéra­toire (puisque je rappelle que le bypass se situe entre les sélec­teurs de plages de fréquences)… Alors, quand on utilise le Clari­pho­nic sur un signal stéréo, l’opé­ra­tion devient vite labo­rieuse.

C’est bien un des seuls reproches que je puisse faire à cette machine qui, après m’avoir dérouté et désta­bi­lisé dans son concept, son approche et sa prise en main, s’est révé­lée redou­table (dans le bon sens du terme) voire indis­pen­sable, et m’a plutôt séduit. L’ap­proche créa­tive de la machine et son ergo­no­mie assez intui­tive me font penser à certains aspects de feu les EQ Pultec qui, bien que très diffé­rents, possé­daient une approche tout aussi récréa­tive dans leur utili­sa­tion… En somme, un outil vrai­ment inté­res­sant !

Conclu­sion

Kush Audio confirme son statut d’out­si­der dans le monde de l’au­dio profes­sion­nel avec ce nouvel égali­seur  paral­lèle stéréo plutôt unique en son genre. Si l’ab­sence d’ex­pli­ca­tions et de repères tech­niques peut dérou­ter les tech­ni­ciens purs, il faut recon­naître que l’uti­li­sa­tion du Clari­pho­nic est très acces­sible, créa­tive et hyper musi­cale. La qualité sonore est au rendez-vous de cette machine vrai­ment origi­nale, aussi bien dans son look que son concept géné­ral et il est fort probable que pour un prix de 1500 € TTC, certains soient aussi au rendez-vous ! C’est clair ? Parfai­te­ment !

Points forts
  • Le concept d’égalisation parallèle
  • La qualité sonore générale vraiment bonne
  • Les deux étages d’égalisation Focus et Clarity
  • Le manuel, dans la lignée de la machine !
  • Le look
  • Le prix !
Points faibles
  • Pas de Bypass général !
  • Quelques courbes et explications techniques un peu poussées dans le manuel auraient été les bienvenues...? À moins que ce soit un secret ??!
  • Dis Monsieur Kush, bon les mediums et les aigus c’est bien mais tu t’occupes quand du grave pour de vrai ? Non parce qu’on ne cracherait pas dessus hein...!

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.