Devenir membre
Devenir Membre

ou
Connexion
Se connecter

ou
Agrandir
Ajouter ce produit à
  • Mon ancien matos
  • Mon matos actuel
  • Mon futur matos
Nyrv Systems Agent
Photos
1/9

Test de Nyrv Systems Agent

Rack Virtuel/Hôte pour Plug-in de la marque Nyrv Systems

Écrire un avis ou Demander un avis
Prix public US : $249 incl. VAT
test
31 réactions
Prenez un enfant et faites-en un roi…
4/10
Partager cet article

Comme tous les milieux, le monde des plug-ins audio est sujet à des phénomènes de mode. Il y a eu les processeurs à convolution, le recours à l’oversampling systématique, ou bien encore la fameuse vague de modélisation analogique qui d’ailleurs ne désenfle pas. En ce moment, c’est plutôt la tendance rack virtuel qui commence à prendre une certaine ampleur.

J’en veux pour preuve le Virtual Mix Rack de Slate Digi­tal, ou la récente sortie de la version 5 du bundle Sound­Toys avec son Effect Rack. Aussi bien soient-ils, ces produits ont pour incon­vé­nient commun de ne fonc­tion­ner qu’avec les plug-ins de leurs éditeurs respec­tifs. Afin de se consti­tuer un rack person­na­lisé avec des plug-ins prove­nant de n’im­porte quel hori­zon, il existe cepen­dant quelques solu­tions comme par exemple Patch­work du français Blue Cat Audio. Et puis il y a Agent, le premier né de la toute jeune société Nyrv Systems. Sorti en mai dernier, celui-ci adopte une approche du rack virtuel assez nova­trice comme nous allons le voir…

Hep, monsieur l’Agent

Dispo­nible aux formats VST, VST 3, AU et AAX pour Mac et PC (32 et 64-bit), Agent permet de combi­ner jusqu’à 16 de vos plug-ins VST ou AU au sein d’un rack virtuel. Au passage, notez qu’il peut donc servir de wrap­per VST/AU pour Pro Tools. Sachez égale­ment qu’il est possible de l’uti­li­ser avec un instru­ment virtuel… Mais un seul, car la philo­so­phie du plug-in ne tend pas réel­le­ment vers ça, dommage. L’ins­tal­la­tion est rela­ti­ve­ment simple, tout comme l’au­to­ri­sa­tion qui néces­site toute­fois que votre ordi­na­teur soit connecté à inter­net pour créer un compte utili­sa­teur et passer par le Nyrv License Mana­ger, le logi­ciel de gestion de licence maison. Lors de son premier lance­ment, Agent doit logique­ment scan­ner votre ordi­na­teur afin de réper­to­rier l’en­semble de vos plug-ins. Il est bien entendu possible de lui indiquer plusieurs dossiers à analy­ser ainsi que le type de plug-ins à recher­cher (VST, VST 3 ou AU). Et c’est là que les choses se gâtent. Lors de mon test, les premiers scans ne sont jamais arri­vés à terme… Il m’a fallu pas moins de quatre essais pour enfin voir l’en­semble de mes plugs accep­tés. Bref, passons à la suite…

L’in­ter­face d’Agent comporte trois pages : « Config », « Route » et « Live ». Pour commen­cer à créer un rack, il faut bien entendu passer par la première d’entre elles. Là, une grille 8×6 vous attend… Mais de quoi s’agit-il ? Ah oui, j’ai oublié de vous dire : Agent permet de consti­tuer des racks virtuels de vos plug-ins, mais avec une petite parti­cu­la­rité en plus, c’est vous qui créez l’in­ter­face graphique selon les para­mètres de chaque plug-in du rack auquel vous souhai­tez avoir accès ! Rendez-vous compte, sur le papier il est tout simple­ment possible d’éla­bo­rer de A à Z le Chan­nel Strip ultime avec l’in­ter­face graphique – et donc l’er­go­no­mie – de vos rêves… Joli programme !

Dans les faits, voyons comment cela se passe. Le rack virtuel se décom­pose en deux parties, Chan­nel Strip et Effects Rack, avec 8 slots chacun pour insé­rer des plug-ins VST ou AU. L’in­ser­tion s’ef­fec­tue soit par un clic droit sur l’un des slots situé à gauche de la page « Config », soit via un glis­ser/dépo­ser vers un slot depuis l’ex­plo­ra­teur de plug-ins esca­mo­table situé sur la droite de l’in­ter­face. Afin de mieux vous retrou­ver dans la jungle de vos plug-ins, il est possible de clas­ser ces derniers par genre, par éditeur, par ordre alpha­bé­tique, ou selon l’ar­bo­res­cence de votre dossier de plug-ins. De plus, l’ex­plo­ra­teur intègre une fonc­tion de recherche qui faci­lite encore le proces­sus.
Une fois un plug-in inséré dans l’un des slots, il faut alors choi­sir quels seront les para­mètres qui s’af­fi­che­ront dans la page « Live ». Pour ce faire, il y a deux possi­bi­li­tés. Soit vous glis­sez l’un des para­mètres du plug-in listés sous les slots vers l’une des cellules de la grille, soit vous faites un clic droit sur la cellule de votre choix et vous utili­sez la fonc­tion « Listen for para­me­ter change » qui asso­ciera à la cellule le premier réglage que vous mani­pu­le­rez sur l’in­ter­face origi­nale du plug-in. À l’usage, c’est rela­ti­ve­ment simple, mais il y a tout de même un bémol de taille. En effet, une fois un para­mètre assi­gné à la grille, il faut systé­ma­tique­ment l’édi­ter via le panneau « Control Settings » afin de défi­nir son type (potard, bouton ou switch), son nom, sa couleur, son compor­te­ment, etc. Mine de rien, c’est extrê­me­ment long et l’er­go­no­mie du panneau ne faci­lite pas réel­le­ment les choses. De plus, il n’y a pas de fonc­tion undo/redo. Il n’y a pas non plus de copier/coller pour les boutons ou les slots, pas de sélec­tion grou­pée pour éditer plusieurs para­mètres en même temps… Et je ne vous parle là que de l’édi­tion « fonc­tion­nelle » des para­mètres, pour les « graphiques d’or­ne­ments » c’est encore une autre histoire que nous verrons plus tard.

Bref, pour un plug-in censé vous donner la main sur l’er­go­no­mie, il faut bien avouer que lui-même en manque sérieu­se­ment même si la prise en main est simple. Si vous êtes du genre à chan­ger votre chaîne de trai­te­ment tous les quatre matins et/ou si vous avez du mal à faire des choix, autant vous dire qu’Agent n’est pas fait pour vous tant sa confi­gu­ra­tion est chro­no­phage. À titre d’exemple, sachez qu’il m’a fallu pas moins de 3 heures pour confi­gu­rer mon Chan­nel Strip (presque) parfait avec une simu­la­tion de console, une émula­tion d’en­re­gis­treur à bande, un Gate, une premier égali­seur de nettoyage, un compres­seur et un égali­seur de « colo­ra­tion ». Pourquoi presque parfait ? Et bien parce que certains cas de figure ne semblent pas prévus. Par exemple, il est impos­sible d’in­ver­ser le compor­te­ment d’un bouton. L’uti­li­sa­teur n’a pas la main sur les unités des valeurs s’af­fi­chant en pop-up lors de la mani­pu­la­tion d’un para­mètre, il faut que le plug-in source envoie lui-même les unités, ce qui n’est pas toujours le cas. Il n’y a pas non plus de possi­bi­lité d’af­fi­cher la réduc­tion de gain pour un compres­seur. Les fonc­tions de grou­pe­ment entre plug-ins offertes par des produits du genre émula­tion de consoles ne sont pas prises en compte. Impos­sible égale­ment d’in­té­grer les éven­tuelles fonc­tions de side­chain externe.

Bon ceci étant, Agent apporte tout de même quelques petits plus non négli­geables. Il y a tout d’abord le MIDI Learn dispo­nible pour l’en­semble des para­mètres, même si le plug-in source ne propose pas cette fonc­tion à la base. L’édi­teur a égale­ment inté­gré un système de présets assez inté­res­sant. Au niveau des plug-ins héber­gés, on retrouve les présets d’usine lorsque l’on ouvre la fenêtre « normale » des plugs… Enfin pas toujours, cela dépend du bon vouloir de l’édi­teur origi­nal des plug-ins en ques­tions, mais dans l’en­semble ça marche plutôt bien. Ensuite, il est possible de sauve­gar­der des présets pour les plug-ins de chacun des slots. De plus, Agent gère en interne deux niveaux supplé­men­taires de présets : un pour chacune des parties du rack (Chan­nel Strip et Effects Rack), et un autre global. Ces présets peuvent être « tagués » et accom­pa­gnés d’une descrip­tion. Enfin, Nyrv Systems a inté­gré une fonc­tion de compa­rai­son A/B pour chacun des slots, encore une fois même si le plug source n’en était pas pourvu.

Ces fonc­tions sont assez pratiques, mais à l’usage il me semble qu’il y a certains manques. Par exemple, il aurait été inté­res­sant de pouvoir fusion­ner des présets entre eux, cela aurait pu faire gagner du temps lors de la fasti­dieuse étape de confi­gu­ra­tion. D’autre part, s’il y a bien une fonc­tion A/B pour les plug-ins héber­gés, curieu­se­ment il n’y en a pas au niveau d’Agent en soi…

Passons main­te­nant à l’édi­tion pure­ment esthé­tique de ce rack virtuel.


Le temps, c’est de l’Agent

Outre le fait de choi­sir entre bouton, potard ou switch pour les para­mètres, il est donc possible de choi­sir l’ap­pa­rence de tout ce beau monde, y compris les images de fond. De base, Agent est livré avec 3 thèmes. Si le premier, baptisé « Vintage », n’est pas désa­gréable, les deux autres en revanche piquent un peu les yeux et ne sont pas des plus lisibles.

En plus de ces thèmes, vous avez la possi­bi­lité de combi­ner des éléments graphiques ainsi que des labels afin de déli­mi­ter et iden­ti­fier des zones du rack, ce qui faci­li­tera son utili­sa­tion au jour le jour. Seule­ment voilà, une fois de plus l’er­go­no­mie n’est pas au rendez-vous… Premiè­re­ment, les graphiques et autres labels ne sont pas magné­ti­sés à la grille et il n’y a aucune fonc­tion d’ali­gne­ment. Je vous laisse imagi­ner la galère pour obte­nir quelque chose de propre. D’au­tant qu’il n’y a pas là non plus de réel undo/redo. Il est permis de reti­rer le dernier ajout graphique ou toutes les images… Et c’est tout ! Donc si au bout d’un moment vous vous aper­ce­vez qu’un élément irait mieux ailleurs et qu’entre temps vous avez fait autre chose, pardon­nez-moi l’ex­pres­sion, mais vous l’avez alors dans l’os et la seule solu­tion et de tout recom­men­cer dès le début. Je vous jure que c’est vrai­ment extrê­me­ment frus­trant.


D’autre part, les éléments graphiques ne sont pas vecto­riels donc impos­sible de les redi­men­sion­ner. Et comme parmi les compo­sants dispo­nibles, tous les cas de figure n’ont pas été envi­sa­gés, une fois de plus c’est un véri­table casse-tête chinois. Enfin, il n’est pas possible de person­na­li­ser le texte des labels et il faudra forcé­ment faire avec ceux propo­sés. C’est tout de même un comble pour un plug-in dont le prin­ci­pal argu­ment est la custo­mi­sa­tion, non ?

Alors je suis mauvaise langue, il y a tout de même une solu­tion pour pallier tout cela. En effet, on peut inté­grer ses propres éléments graphiques, labels ou même thèmes. Mais vu le cauche­mar que j’ai vécu en tritu­rant ceux four­nis de base, je vous avoue que je n’ai pas eu le courage de tester la chose en rajou­tant en plus les aller-retour avec un éditeur graphique externe.

Une fois la doulou­reuse étape de confi­gu­ra­tion digé­rée, voyons ce que donne cet Agent à l’usa­ge…


Jeu d’Agent

Avant toute chose, quelques petites consi­dé­ra­tions tech­niques. Sur ma machine de test (Mac Pro fin 2013 Hexa­cœurs Xeon 3,5 GHz), l’usage d’Agent engendre un surplus de consom­ma­tion CPU oscil­lant entre 0,07 et 0,10 % par rapport à l’uti­li­sa­tion des mêmes plug-ins en dehors de ce rack virtuel, ce qui est plutôt raison­nable. D’autre part, il n’in­duit aucune latence supplé­men­taire. À ce propos, sachez que ce rack virtuel reporte la latence des plug-ins qu’ils hébergent de façon conforme à ce que ces plug-ins déclarent à votre DAW lors d’une utili­sa­tion normale, mais que, si d’aven­ture il y avait un problème à ce niveau-là, il est possible d’ajus­ter la latence au cas par cas. Bien vu !

Pour les besoins de ce test, j’ai utilisé Agent avec Reaper, Able­ton Live et Garage Band. Notez ici au passage l’un des avan­tages prin­ci­paux du concept de rack virtuel, on peut passer d’une STAN à l’autre tout en conser­vant les présets de rack.


Dans toutes les situa­tions, le char­ge­ment des présets était assez lent, mais c’est quelque part compré­hen­sible, car cela corres­pond fina­le­ment au char­ge­ment de plusieurs plug-ins en même temps. Le véri­table point noir, c’est que le passage d’un préset à un autre a entrainé un crash au moins une fois sur trois, et ce, qu’im­porte le DAW… Et je vous assure que d’or­di­naire, ma machine est d’une stabi­lité exem­plaire.

Hormis ça, il y a d’autres petits détails qui m’ont chagriné à l’usage. Tout d’abord l’ab­sence de remise à zéro d’un poten­tio­mètre lors d’un double-clic ou Ctrl+­clic. De plus, depuis la page « Live » qui permet l’uti­li­sa­tion du rack en soi, certains effets de lumière sont à mon sens mal fichus. En effet, il est possible de « bypas­ser » les plug-ins héber­gés ou d’ou­vrir leurs inter­faces graphiques grâce à des boutons situés sur la gauche de cette page, mais bizar­re­ment, mon œil inter­prète le retour visuel de ces boutons de façon inverse et je crois donc souvent qu’un plug-in n’est pas actif alors que c’est le cas. Mais cela vient peut-être de moi après tout, même si je n’avais jamais subi ce phéno­mène aupa­ra­vant.


Autre détail ennuyeux selon moi, il est possible de chan­ger à la volée l’ordre des plug-ins héber­gés, mais pas depuis la page « Live ». Il faut pour cela impé­ra­ti­ve­ment bascu­ler sur la page « Route », pour­tant il me semble que cela aurait pu être faci­le­ment implé­menté, mais bon.

Finis­sons tout de même par du posi­tif. La page « Live » offre des crête­mètres pour l’en­trée et la sortie du rack, ainsi que pour chacun des plug-ins présents. De plus, la balis­tique ainsi que la plage dyna­mique de ces crête­mètres est person­na­li­sable.
La page « Route » permet quant à elle de modi­fier le gain en sortie de chaque slot afin de gérer au mieux la struc­ture de gain inter plug-ins. Chaque slot s’ac­com­pagne égale­ment d’un réglage du mixage entre signal source et signal traité. Enfin, un clic sur le bouton « Swap » chan­gera direc­te­ment l’ordre de chaî­nage entre le Chan­nel Strip et l’Ef­fects Rack.


Le beurre et l’Agent du beurre

Voici quelques exemples sonores pour vous faire une idée. Commençons par une ligne de basse.Concer­nant les modules en soi, nous avons droit à un EQ graphique 10 bandes (10Q), un autre plus simple avec seule­ment 3 bandes (3Q), un compres­seur (Compres­sion G), une satu­ra­tion « à lampe » (Drive), un double filtre réson­nant (Filter-Q), un exci­ter harmo­nique (H-Boost), des filtres passe-haut et passe-bas, un limi­teur (The Wall), et un tran­sient desi­gner (Trans­For­mer). Leur utili­sa­tion n’en­traîne aucune latence supplé­men­taire et leur consom­ma­tion CPU est déri­soire. Cepen­dant, la qualité de ces trai­te­ments est pour le moins versa­tile de l’un à l’autre. Les EQs sont sympas et font le job, mais sans plus. Le limi­teur itou. Drive et H-Boost sont plutôt réus­sis. Filter-Q aurait pu être pas mal, mais il manque un LFO pour le rendre vrai­ment inté­res­sant. Quant au compres­seur et au proces­seur de tran­si­toire, le rendu est un poil trop aléa­toire à mon goût. Pour termi­ner ce banc d’es­sai, je vous propose de débor­der légè­re­ment du support. En plus d’Agent (249 $), Nyrv Systems commer­cia­lise un bundle de plug-ins exclu­si­ve­ment utili­sables au sein du rack virtuel. Baptisé Nyrv Devices Bundle (99 $), ce dernier comprend sur le papier 12 modules, mais pour l’heure, deux d’entre eux manquent à l’ap­pel : le de-esseur « dSr » et la satu­ra­tion « Red ». D’autre part, même si dans le manuel (PDF en anglais) ces modules semblent « prêts à l’em­ploi », ce n’est pas tout à fait le cas. En fait, tous les éléments graphiques sont présents dans Agent et il faut les assem­bler soi-même dans la page « Config ». Cela m’a paru étrange au premier abord, et puis fina­le­ment, ça colle tout de même avec la philo­so­phie DIY d’Agent.

01 Bass dry
00:0000:11
  • 01 Bass dry 00:11
  • 02 Bass drive 1 00:11
  • 03 Bass drive 2 00:11
  • 04 Bass drive 3 00:11
  • 05 Bass drive 4 00:11
  • 06 Bass trans 1 00:11
  • 07 Bass trans 2 00:11

Le premier extrait se résume au signal source. Les deux suivants utilisent une bonne dose de Drive, d’abord en mode pentode puis en triode. Pour le 4 et le 5, la satu­ra­tion est beau­coup plus pous­sée avec un Bias prononcé, toujours en mode pentode puis triode. Le sixième exemple est légè­re­ment traité avec le proces­seur de tran­si­toire en mode « Vintage VCA ». Le septième résulte du passage en mode « Modern VCA »… Et ça fait mal…

Passons à une boucle de batte­rie.

08 Drums dry
00:0000:22
  • 08 Drums dry 00:22
  • 09 Drums wet 1 00:22
  • 10 Drums wet 2 00:22
  • 11 Drums wet 3 00:22

Comme toujours, le premier extrait sert de réfé­rence. Le deuxième utilise le compres­seur pour travailler l’im­pact. Le troi­sième ajoute le Trans­For­mer pour calmer un peu le jeu. Enfin, le dernier est affu­blé en sus d’une petite dose de Drive afin d’ob­te­nir un peu plus de carac­tère.


L’Agent ne fait pas le bonheur…

Est-il possible de conclure ce banc d’es­sai de façon posi­tive ? Je ne vois vrai­ment pas comment… Pour­tant, l’idée était bonne, mais la réali­sa­tion laisse fran­che­ment à dési­rer. Les problèmes de stabi­lité et l’édi­tion plus que fasti­dieuse sont vrai­ment des facteurs rédhi­bi­toires à mon sens. D’au­tant que le tarif n’est pas des plus attrac­tifs, même si on fait l’im­passe sur le bundle de Devices maison – au demeu­rant très dispen­sable. C’est fran­che­ment dommage, car le concept est extrê­me­ment sédui­sant. Je vous en pris Monsieur Nyrv Systems, revoyez votre copie ! Ça en vaut la peine, car il ne manque pas grand-chose à votre Agent pour qu’il devienne le plug-in qu’il mérite d’être.

4/10
Points forts
  • Concept de rack virtuel DIY ouvert aux plug-ins tiers
  • Wrapper VST/AU pour Pro Tools
  • Installation simple
  • Facilité de prise en main
  • Fonctions de classement et de recherche des plug-ins
  • MIDI Learn
  • Plusieurs niveaux de présets
  • Faible consommation CPU
  • Latence nulle
  • Ajustement du report de latence au cas par cas
Points faibles
  • Installation nécessitant une connexion internet
  • Stabilité douteuse
  • Édition fastidieuse et chronophage
  • 2 thèmes sur 3 piquent les yeux
  • Pas de fusion entre présets
  • Pas de fonction A/B globale
  • Pas de possibilité de sidechain externe
  • Impasse sur les fonctions de groupement de plug-ins
  • Tarif élevé
  • Bundle Nyrv Devices en sus
  • Qualité inégale des Devices

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.