Devenir membre
Devenir Membre

ou
Connexion
Se connecter

ou

Les mœurs évoluent

La Loudness War, 6e partie

Suite de notre dossier sur le volume, ses conséquences sur la musique, le son et nos oreilles.

Accéder à un autre article de la série...

On commence, depuis le début de ces articles consa­crés à la guerre du volume, à ses causes et consé­quences, à y voir un peu plus clair, notam­ment sur ses origines (toutes les consé­quences seront abor­dées bien­tôt, rassu­rez-vous).

Mais, avant de conti­nuer, je reviens rapi­de­ment sur ce qui fait aussi la richesse d’Au­dio­fan­zine, ses forums. De nombreuses discus­sions ont émergé, dont une lecture exhaus­tive montre le chemin restant à parcou­rir, tant incom­pré­hen­sions, posi­tions polé­mistes, ou expli­ca­tions surréa­listes se sont fait jour : des tenta­tives inutiles de compa­rer tel ou tel style de musique, en disant qu’un type de musique est mieux qu’un autre (ce qui n’a n’a jamais été le propos de ces articles) aux concep­tions du mix consis­tant à le modi­fier jusqu’à ce qu’il permette de faire le maste­ring que l’on souhai­te…

La loudness war

Il faut redire que rien, abso­lu­ment rien, ne justi­fie qu’on abîme, détruise le son (surcom­pres­sion, satu­ra­tion) quand on produit. Un titre techno/élec­tro (pour ne pas rentrer dans la sur-sous-clas­si­fi­ca­tion qui ne relève que d’une chose : du marke­ting), correc­te­ment mixé, avec un respect de la dyna­mique, des tran­si­toires, de l’équi­libre fréquen­tiel et de toute autre consi­dé­ra­tion tech­nique sonnera bien mieux à fort volume que ce même titre bousillé par la mode actuelle du soi-disant maste­ring. Rares sont les esthé­tiques musi­cales créées autour d’une absence totale de dyna­mique. Et pour­tant nombreux sont les albums de tous styles effroya­ble­ment « produits », avec une dyna­mique ne dépas­sant que rare­ment les 5 ou 6 dB. 

Et ça touche tout le monde, même les musi­ciens/produc­teurs les plus atten­tifs. Trevor Horn, immense produc­teur de ces trente dernières années, dont nous parlions dans nos précé­dents articles, a sorti un album, Made In Basing Street, sous le nom de groupe Produ­cers (sic.), dans une esthé­tique pop mi-rétro mi-actuelle. Inécou­table, hélas : plage dyna­mique globale ? 6 dB, clip­ping inter­samples, etc.

 Clip­ping inter­samples ? C’est un des risques de la conver­sion numé­rique/analo­gique, quand le filtre de recons­truc­tion peut produire des niveaux dépas­sant le 0 dBFS. Voir cette vidéo de FabFil­ter, expliquant, dans sa première partie, le phéno­mène (en anglais seule­ment, hélas).

 

De ces discus­sions est aussi remon­tée l’idée que l’on pouvait accep­ter la compres­sion de dyna­mique au vu des nouvelles condi­tions d’écoute (je ne parle pas de la compres­sion de dyna­mique que l’on utilise au mixage, ou de façon créa­tive, side­chain et compa­gnie, mais bien de celle appliquée par des proces­sus de maste­ring qui n’en ont que le nom) : eh bien, là encore, rien ne justi­fie que l’on dimi­nue la plage dyna­mique d’une musique simple­ment pour qu’on puisse l’écou­ter dans sa voiture ou de façon nomade (sous-entendu au casque). Que fait-on quand on rentre chez soi ? Les artistes doivent-ils propo­ser un mix pour l’écoute nomade et un autre pour l’écoute domes­tique ? Même si Nine Inch Nails a proposé cette solu­tion sur un de ses derniers albums (sans les faire corres­pondre aux deux distinc­tions précé­dem­ment mention­nées), s’il fallait géné­ra­li­ser un double mix/maste­ring (et pourquoi pas triple, quadruple, un pour la voiture, un pour le métro, etc.), on commen­ce­rait un peu à marcher sur la tête…

Évolu­tion de l’écoute

Une des grandes problé­ma­tiques, liée à ce qui était évoqué dans les précé­dents articles, est ce chan­ge­ment total d’habi­tus, d’hexis. Enten­dons-nous bien : pas de passéisme, pas de remise en cause par prin­cipe de l’évo­lu­tion de la société, ni des bien­faits aisé­ment iden­ti­fiables du progrès. Mais, sans en appe­ler à Orwell, Bour­dieu, Ellul, Michéa ou Kurz­weil (voire K. Dick), on sait que les possi­bi­li­tés offertes par une tech­nique n’abou­tissent pas forcé­ment en son exploi­ta­tion perti­nente.

La Loudness war

L’écoute de musique est deve­nue nomade, d’abord grâce aux radios portables (souvent d’une qualité sonore à pleu­rer), puis des ancêtres tels que les Walk­mans de Sony (autour de 1980) : les oreillettes orange, une cassette (la Compact Cassette, format intro­duit en 1963), et pleu­rage, scin­tille­ment, diapho­nie, bruit de fond asso­ciés. L’ar­ri­vée des Walk­mans CD (ou Disc­man, tel le D-50 datant de 1984) a bien sûr amélioré gran­de­ment les problé­ma­tiques dues au support, mais abso­lu­ment pas celles intrin­sèques à la musique, si tant est que l’on puisse parler de « problé­ma­tiques » quand on parle de nuances, de dyna­mique : dans la rue ou dans tout milieu autre que domes­tique ou dédié, même avec le meilleur lecteur et le meilleur casque, on ne peut lutter contre le bruit ambiant, et une partie de la musique dispa­raît sous celui-ci.

La Loudness war
La Loudness war

 

Quadra­ture du cercle

Avec le numé­rique arrive une réponse à une ques­tion posée dès l’ar­ri­vée du compres­seur et de son proche cousin, le limi­teur. Dans le monde du hard­ware, aucun compres­seur/limi­teur ne peut agir en temps réel. Rappe­lons le prin­cipe : un compres­seur est un fader de volume auto­ma­tisé, dont l’au­to­ma­tion découle de l’ana­lyse d’un signal (qu’il soit celui à trai­ter, ou en prove­nance d’une autre source, via le side­chain par exemple). 

La Loudness war

Or, aucune analyse temps réel ne peut être prédic­tive : donc, même le plus rapide des compres­seurs (le 1176 LN, par exemple, 2 µs…) lais­sera passer une partie des tran­si­toires, empê­chant un réel apla­tis­se­ment des crêtes (il existe néan­moins quelques solu­tions, quand le side­chain est dispo­nible, au prix de quelques contor­sions et avec certains risques…).

En audio­nu­mé­rique, il suffit, non pas de rendre l’ana­lyse prédic­tive, ce qui n’est toujours pas possible, mais de prendre en compte le temps d’ana­lyse et de trai­te­ment, de déca­ler tout autre audio simul­tané d’au­tant de temps, et de donner ainsi l’im­pres­sion du temps réel. Faites l’es­sai : prenez un projet bourré de pistes, ajou­tez des compres­seurs (capables de soi-disant « temps réel  ») au fur et à mesure, et véri­fiez ce que cela donne en termes de latence avec un clavier MIDI…

Et voilà la porte ouverte à toutes les fenêtres (de Hann…) : on peut écra­ser, à fond. Sans crainte de dépas­ser le fati­dique 0 dB FS (mais sans tenir forcé­ment compte du dB FSTP, voir plus haut et aussi ici). Si tous les produc­teurs ne se sont pas rués sur l’op­por­tu­nité à l’ar­ri­vée du CD, la tendance étant même de préser­ver le plus fidè­le­ment possible les origi­naux, l’ha­bi­tude de tout massa­crer/compres­ser va vite être prise. 

Ah, les pommes de terre vapeur à la cocotte-minute, 10 à 15 min, pas plus. Je vous laisse. 

← Article précédent dans la série :
Métro, radio : bobo
Article suivant dans la série :
Mastering et remastering →

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.