Devenir membre
Devenir Membre

ou
Continuer avec Google
Connexion
Se connecter

ou
Se connecter avec Google
test
T’as de Bogner tu sais ?

Test des 3 pédales d’overdrive/distorsion Bogner Ecstasy Blue, Esctasy Red et Überschall

Elles nous font les yeux doux les premières pédales pour guitare du constructeur allemand/californien…

On a tous bavé (ou saigné du nez pour nos amis japo­nais) devant les excel­lents amplis que propose depuis 1989 l’en­tre­prise de Rein­hold Bogner. Malheu­reu­se­ment leurs tarifs exor­bi­tants, comp­ter au moins 3500 € pour une tête Ecstasy, ont laissé cette idée à l’état de fantasme pour la plupart d’entre nous. Par contre ça n’a pas empê­ché Steve Vaï, Richie Sambora, Joe Satriani, Dave Navaro, James Root, Steve Miller, Jerry Cantrell, Tool, Helmet, Limp Bizkit, Anthrax, SUM 41, Meat Loaf, Korn, ou même les guita­ristes de Madonna, Sting, Pink, etc. de se conver­tir durant les années 90 et 2000 à l’am­pli­fi­ca­tion Bogner.

Quand le construc­teur a annoncé la produc­tion de ses premières pédales d’Over­drive/Distor­sion, censées repro­duire le son de deux de ses amplis les plus clas­siques : L’Ecstasy et l’Über­schall, on a dû être plusieurs milliers sur la planète à se frot­ter les mains (ou se flat­ter la bedaine pour nos collègues Québé­cois).

Alors 250 à 300€, ça fait cher pour un effet, mais pour le son Bogner on ferait des folies… Va-t-on encore ou enfin craquer pour une pédale de distor­sion ? Et, ques­tion haute­ment philo­so­phique, faut-il choi­sir en amour ?

Les Triplettes de Los Angeles

Si nos 3 pédales sont très diffé­rentes de par leurs multiples para­mètres et surtout par le rendu sonore final, elles ont quand même quelques carac­té­ris­tiques communes, du moins dans leur construc­tion.

Bogner Ecstasy Blue, Esctasy Red et Überschall

Tout d’abord la qualité de l’objet : c’est du solide et du pur analo­gique. Il n’y a donc pas de modé­li­sa­tion, il n’y a pas non plus de lampe et tous les circuits et les pièces sont d’ori­gines alle­mande, améri­caine ou japo­naise. L’ali­men­ta­tion se fait en 9V, soit par pile (incluse et à ce prix là le cadeau est bien­venu) soit par n’im­porte quel adap­ta­teur stan­dard. Petite préci­sion au niveau de l’élec­tro­nique : le circuit interne augmente le voltage à l’in­té­rieur de la pédale pour amélio­rer sa dyna­mique et se rappro­cher du grain sonore d’un ampli.

Les entrées et sorties jack sont à l’ar­rière, asso­ciées à une troi­sième entrée « remote » qui permet de connec­ter et de contrô­ler la pédale via un contrô­leur/swit­cher indé­pen­dant.

Le petit plus c’est la présence sur chacune des pédales d’un boos­ter inté­gré avec switch et réglages de volume et de gain sépa­rés. Bref une pédale de Boos­ter incluse en cadeau, merci Mr Bogner !

Chers lecteurs je suis faible et je ne puis plus résis­ter à l’ap­pel des sirènes et aux promesses d’une joie musi­cale extrê­me…

L’Ex­tase à portée de Jack

Bogner Ecstasy Blue, Esctasy Red et Überschall

On peut s’avan­cer à dire que c’est la tête d’am­pli Ecstasy, sortie en 1992, qui a rendu la marque célèbre. Sa réus­site sur le long terme est due au son qui est à la fois chaud comme sur un vieil ampli à lampe, mais aussi moderne car d’une dyna­mique et d’une préci­sion redou­table. Mais elle s’est tout d’abord fait remarquer par son origi­na­lité pour l’époque : ses 3 canaux swit­chables et para­mé­trables indé­pen­dam­ment, et surtout avec des couleurs sonores et des modu­la­tions très person­nelles. D’ailleurs ils ont été astu­cieu­se­ment nommés canal Green pour le son clair, canal Blue pour les disto légères et canal Red pour les plus grosses satu­ra­tions.

Nos deux pédales sont donc censées repro­duire respec­ti­ve­ment le son des canaux Blue et Red de cet ampli à lampe. Pour ce faire elles disposent, en plus des tradi­tion­nels poten­tio­mètres Volume, Treble, Middle, Bass et Gain, de 4 switchs permet­tant une multi­tude de varia­tions du son. Il y a tout d’abord le Variac qui permet en mode « on » d’ajou­ter un peu plus de compres­sion et de préci­sion, qui sont déjà les points forts de ces pédales.

Bogner Ecstasy Blue, Esctasy Red et Überschall

Ensuite le switch Mode permet sur l’Ecs­tasy Blue d’al­ter­ner entre le magni­fique son Plexi à la disto très légère et entre le non moins char­meur Blue, qui lui est plus saturé. Sur l’Ecs­tasy Red on a le choix entre les modes Tight, Mellow et Full qui ajustent l’éga­li­sa­tion et ajoutent de plus en plus de gain.

Le 3e switch est un Pre Eq qui permet d’ou­vrir ou de fermer les harmo­niques hautes. C’est assez flagrant lors d’une écoute au casque, et pour simpli­fier il vaut mieux les ouvrir pour une utili­sa­tion scénique et les fermer pour du studio. La dernière modu­la­tion, mais non la moindre, est nommée Struc­ture. Elle permet d’avoir accès aux spéci­fi­ci­tés des 3 diffé­rentes éditions de l’am­pli Ecstasy. On a donc un mode 100 qui traduit le son de l’am­pli d’ori­gine, un mode 101 pour la version modi­fiée en 1995 et un mode 20th Anni­ver­sary qui s’ap­proche du son de la réédi­tion de 2012. C’est un petit plai­sir pour les fans de cet ampli, mais c’est surtout une propo­si­tion de 3 couleurs bien distinctes.

Bogner Ecstasy Blue, Esctasy Red et Überschall

Je tiens à insis­ter sur le fait que ce ne sont pas des pédales typées « Métal ». La Red est à mon avis parfaite pour du « lead rock clas­sique », ou utili­sée en « higher crunch ». Il faudra la pous­ser dans ses derniers retran­che­ments pour jouer Punk ou Métal, mais cela reste envi­sa­geable grâce à ses multiples réglages.

La Blue est quant à elle clai­re­ment un crunch léger en mode plexi et un vintage over­drive quand on passe sur Blue. Pour­tant, alors que je cher­chais du gras et du lourd en essayant ces pédales, c’est l’Ecs­tasy Blue qui a été en fait mon gros coup de cœur ; que ce soit en la pous­sant à fond, ou en à la jouant « rocka­billy » en mode plexi, pour­tant un style de disto dont je n’étais a priori pas très friand.

Ecstasy Blue 1
00:0000:47
  • Ecstasy Blue 1 00:47
  • Ecstasy Blue 2 00:46
  • Ecstasy Blue 3 00:47
  • Orange 00:44
  • Tube Screa­mer Mix 3 00:54
  • Ecstasy Red 1 01:03
  • Ecstasy Red 2 00:53
 

Mais peut-être avez-vous envie de crier plus fort ? Alors allons nous défou­ler en bran­chant l’Über­schall…

Un son Über sale !

Über­schall est le mot alle­mand pour Super­so­nique et c’est aussi le nom de l’am­pli aux satu­ra­tions les plus éner­vées de chez Bogner. Sorti en 2001, c’est un des best-sellers de la marque qui propose comme d’ha­bi­tude une produc­tion de très haute qualité « câblée à la main », alliée à des possi­bi­li­tés de réglages multiples et modernes. Sa parti­cu­la­rité est de privi­lé­gier cette fois les fréquences graves et surtout les hauts niveaux de gain adap­tés aux types de jeux métal, thrash, etc.

Bogner Ecstasy Blue, Esctasy Red et Überschall

La pédale a été conçue pour se rappro­cher au plus près de la tête mère et, effec­ti­ve­ment, une atten­tion parti­cu­lière a été prêtée aux fréquences basses et bas médiums. Cette pédale convient parfai­te­ment aux guitares en drop ou 7 cordes.

Pour les para­mètres, elle est beau­coup plus simple que ses consœurs, avec les poten­tio­mètres Volume, Treble, Middle, Bass et Gain. Ils sont malgré tout très effi­caces et la pédale a quand même une bonne poly­va­lence. Elle propose elle aussi le switch de boost mais ne propose que le poten­tio­mètre de volume en indé­pen­dant. C’est ma foi déjà bien pratique. Son côté plus simple va d’ailleurs avec son prix, légè­re­ment moins élevé que pour les autres (comp­ter envi­ron 250€).

Uber­schall 1
00:0000:54
  • Uber­schall 1 00:54
  • Uber­schall 2 00:49
 

Les sépa­ra­tions sont doulou­reuses, mais il est malheu­reu­se­ment le temps de faire le bilan.

La passion selon Bogner

Ces trois pédales sont char­mantes, c’est sûr, et j’ai eu le cœur brisé de devoir les quit­ter. Je ne sais pas si j’avais déjà connu des pédales de satu avec un rendu aussi précis et dyna­mique, mais force est de consta­ter que je n’ai pas le budget pour entre­te­nir une poly­ga­mie de distor­sions. Comme elles sont loin main­te­nant, je peux vous dévoi­ler quels ont été mes véri­tables senti­ments à l’égard de chacune des sœurs Bogner.

L’Ecs­tasy Red (299€) est vrai­ment réus­sie, effi­cace, poly­va­lente et plai­sante. Son rendu sonore est excellent. Je dois quand même confes­ser que la magie n’a pas toujours opéré pour moi, peut-être que je me suis perdu dans sa grande variété de sons.

C’est fina­le­ment de l’Ecs­tasy Blue (299€) dont je suis tombé amou­reux. C’est le genre de pédale qui donne envie de jouer, qui fait oublier sa montre ou qu’on veut essayer sur toutes les parties, même celles qui n’ont rien à voir… Seul bémol, le volume boos­ter qui part de vrai­ment trop haut, donc à utili­ser avec précau­tion.

Quant à l’Über­schall, elle est à mon avis plus mineure, fort sympa­thique, mais au prix un peu trop élevé pour un rendu simple­ment bon. Mais elles sont loin main­te­nant…

Points forts
  • Le Booster inclus
  • La précision et la dynamique
  • Les belles possibilités de modulation
  • Le crunch de l’Ecstasy Blue
Points faibles
  • Le prix
  • La magie n’opère pas toujours

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.