Devenir membre
Devenir Membre

ou
Connexion
Se connecter

ou
pédago
6 réactions

Comparatif de 4 pianos électriques virtuels modéllisés

On the (virtual) Rhodes again!

Les progrès de la modélisation associés à ceux de la puissance de l’informatique aident à la généralisation de cette technologie qui peut prendre le pas sur l’échantillonnage, notamment lors de la création d’instruments reproduisant les pianos électromécaniques, comme ceux comparés ici.



Commençons par les présen­ta­tions, avec d’avance des excuses : ne seront pas présents MrRay73 Mark II et Elec­tric Grand EG70 de l’édi­teur GSI qui n’a pas donné suite à nos demandes, ni le tout récent Blue Reeds (et sa version gratuite Glue Reeds) de l’édi­teur Moka­fixau­dio (qui a par ailleurs parti­cipé au déve­lop­pe­ment de l’OTR-88) qui ne sont malheu­reu­se­ment dispo­nibles que sur PC (pour le moment), ce compa­ra­tif étant effec­tué sur Mac.

On retien­dra donc pour ce petit tour d’ho­ri­zon l’evp88 inté­gré à Logic Pro 9, le Lounge Lizard EP-3 d’Ap­plied Acous­tics Systems (version 3.1.2), Elec­tric, l’ex­ten­sion de Piano­teq tout récem­ment passé en version 3.5, en même temps qu’en version Pro, et l’OTR-88 de Devine Machine. À l’ex­cep­tion de l’evp88 limité à Logic et donc Mac seule­ment, tous sont dispo­nibles en version stan­da­lone et en plug-ins VST, AU et RTAS pour Mac et PC.

La four­chette de prix est cohé­rente, puisqu’il faut comp­ter 229 € pour l’OTR-88, 209 € pour le Lounge Lizard EP-3 et 399 € pour le Piano­teq Pro (249 € pour la version stan­dard) auxquels il faut rajou­ter 49 € pour l’ex­ten­sion Elec­tric. Piano­teq est un peu plus cher, mais n’ou­blions pas que l’ins­tru­ment en lui-même est d’abord une modé­li­sa­tion extrê­me­ment convain­cante de pianos acous­tiques.

Quant à l’evp88, au départ payant, il est inté­gré à Logic depuis la version Logic Pro 6, il faudra donc d’une certaine manière débour­ser 499 € pour l’avoir. Il faut bien sûr prendre en compte tout ce que contient le packa­ge…

Les mêmes fichiers Midi, à quelques excep­tions près, sont utili­sés sur chaque instru­ment, pour un exemple sonore donné. Le niveau des fichiers audio a été adapté de façon uniforme et les logi­ciels program­més pour sonner de façon la plus proche possible, du moins sur les exemples de base.

Vous êtes encou­ra­gés à télé­char­ger les fichiers de manière à pouvoir les compa­rer confor­ta­ble­ment.

À fin de compa­rai­son, je vous invite à visi­ter le site Fender­Rhodes.com qui offre de nombreux fichiers audio de réfé­rence.

Modèles

Le plus ancien (2001), l’evp88 est aussi celui qui dispose du plus petit nombre de réglages. Mais au fur et à mesure des mises à jour de Logic, des amélio­ra­tions et nouveaux modèles ont été ajou­tés, et l’evp88 semble être une version stabi­li­sée depuis plusieurs années. Au menu, les modèles que l’on choi­sit avec la molette parmi trois pianos (Rhodes, Wurlit­zer et Hohner Elec­tra) décli­nés en divers sous-modèles, dix pour le Rhodes (incluant MkI, MkII, Suit­case, etc.) et quatre pour le Wurlit­zer. C’est le seul piano de ce compa­ra­tif à utili­ser ce prin­cipe.

01-Basi­cRevp
00:0000:17
  • 01-Basi­cRevp00:17
  • 02-Basic­Wevp00:14
  • 03-Basi­cRLL00:17
  • 04-BasicWLL00:14
  • 05-Basi­cRPPE00:17
  • 06-BasicWPPE00:14
  • 07-Basi­cROTR00:17
  • 08-Basic­WOTR00:14


Voici un premier exemple de piano, avec un modèle Stage MkI (01-Basi­cRevp). Et un autre avec le Wurlit­zer (02-Basic­Wevp).

De son côté, le Lounge Lizard EP-3 (2002) ne comporte pas à propre­ment dire de modèles à sélec­tion­ner direc­te­ment, mais émule bien entendu les Rhodes et Wurlit­zer. Il faudra ici régler les compo­santes du son à partir des nombreux réglages, ou partir d’un son basique façon MkI (03-Basi­cRLL) ou Wurly (04-BasicWLL).

Piano­teq Pro et son exten­sion Elec­tric (2009) ne permettent pas non plus de choi­sir un modèle précis, mais offre deux séries de présets qui servi­ront de base de départ pour obte­nir un Rhodes (05-Basi­cRPPE.wav) et un Wurlit­zer (06-BasicWPPE.wav) et toutes les autres décli­nai­sons.

L’OTR-88 (2009) adopte un prin­cipe encore diffé­rent, avec des présets “globaux” et des Piano Presets, que l’on peut consi­dé­rer comme des modèles, même si le piano de réfé­rence reste le Rhodes. Ici, un Rhodes de base (07-Basi­cROTR.wav) et un Wurlit­zer-like (08-Basic­WOTR.wav).

On remarque déjà combien chaque logi­ciel à sa propre signa­ture sonore, sa propre “idée” de l’ins­tru­ment. Car même en ayant procédé aux réglages des para­mètres physiques pour unifier le plus possible les présets de base, et en n’ayant utilisé ni EQ, ni effets, bref, en utili­sant chaque instru­ment nu, il est très diffi­cile d’ob­te­nir une sono­rité unique ou très appro­chante sur chacun des instru­ments.

Vélo­cité

Avant de parler des possi­bi­li­tés de réglages offertes par chacun des instru­ments virtuels, rappe­lons un des gros avan­tages de la modé­li­sa­tion par rapport à l’échan­tillon­nage : la conti­nuité sonore sur toute l’éten­due dyna­mique due, entre autres, à l’ab­sence de “couches” de vélo­cité. Faisons l’es­sai avec ce fichier Midi qui passe par toutes les vélo­ci­tés en cres­cendo et dont chaque note est de même durée : d’abord l’evp88 ( 09-Veloevp ), ensuite le Lounge Lizard ( 10-VeloLL ), puis l’OTR-88 ( 11-VeloOTR ) et pour finir le Piano­teq Pro ( 12-VeloPPE ). À titre de compa­rai­son, voici le même fichier lu par deux réfé­rences dans le domaine de l’échan­tillon­nage, l’Elek­trik Piano 1.5 ( 13-VeloEP ) de Native Instru­ments et le Scar­bee Clas­sic Elec­tric Piano ( 14-VeloS­CEP ). Notons tout de même que les valeurs les plus faibles sur le Lounge Lizard laissent entendre un certain volume, que l’OTR-88 montre un saut brusque à la vélo­cité 27.

09-Veloevp
00:0000:37
  • 09-Veloevp00:37
  • 10-VeloLL00:37
  • 11-VeloOTR00:36
  • 12-VeloPPE00:37
  • 13-VeloEP00:39
  • 14-VeloS­CEP00:39


Autre avan­tage de la modé­li­sa­tion, c’est qu’en théo­rie, les possi­bi­li­tés de modi­fi­ca­tion sonore sont bien plus vastes, puisque, toujours en théo­rie, il est rare que l’on modé­lise un son global, mais plutôt les diffé­rentes compo­santes de ce son. Donc, en ce qui nous concerne ici les tines, leur accord, les micros, leur posi­tion, le maté­riau des marteaux, des étouf­foirs, les bruits méca­niques, les effets, etc. Ce qui prenait des heures de réglages sur un vrai instru­ment est donc en théo­rie possible virtuel­le­ment.

evp88 : réglages

On dispose d’abord de réglages de poly­pho­nie (jusqu’à 88 notes) et d’ac­cord global (en centièmes de ton), d’une enve­loppe rudi­men­taire offrant Decay et Release, puis deux rota­tifs, un pour le volume des lamelles et l’autre pour celui de l’étouf­foir après relâ­che­ment de la note et pour finir un réglage de la largeur stéréo (atten­tion, la plupart des pianos étaient mono).

Peu de possi­bi­li­tés, mais suffi­sam­ment quand même pour passer d’un Suit­case en bon état ( 15-Clea­nevp ) à un autre ayant beau­coup vécu ( 16-Oldevp ). Voire à le trans­for­mer en un impro­bable instru­ment ( 17-Whata­nevp ).

À côté, on dispose de réglages Stretch, un pour les aigus, l’autre pour les graves, et un Warmth, qui sont sensés repro­duire les varia­tions que l’on rencontre sur l’ac­cord d’un piano acous­tique. À employer avec parci­mo­nie (voire pas du tout), le faux chorus en résul­tant n’étant pas très heureux (avant, après( 18-Stret­chevp )).

Suivent un EQ grave et aigu dont le type change suivant le modèle choisi, qui ne méritent aucun commen­taire parti­cu­lier, puis une émula­tion de préam­pli à lampes et son réglage de tona­lité qui, si l’on reste dans des réglages discrets fait plutôt bien son travail, en donnant un peu de rondeur au son ( 19-Drivevp ). Poussé à fond, c’est une autre histoire, mais pas inin­té­res­sante non plus, ici sur un piano en stéréo ( 20-Full­dri­veevp ).

On finit par les effets, Chorus, Tremolo et Phaser, du très clas­sique mais, en théo­rie, exac­te­ment ce qu’il faut pour les pianos émulés. Au départ plutôt spar­tiate avec son seul réglage d’in­ten­sité, le Chorus a gagné lors de mise à jour un réglage de fréquence en Hz (acces­sible dans les réglages cachés, en bas de l’in­ter­face). Très agréable sur des accords ballade ( 21-Choru­sevp ).

Le Tremolo permet de repro­duire au choix celui du Wurlit­zer ( 22-Tremevp ), en le lais­sant mono (autour de 5 Hz et en variant la propor­tion unique­ment), et des premiers Rhodes, ou celui des Suit­case en le mettant en stéréo ( 23-Trem­ste­revp ). Pas de choix de la forme d’onde, dommage (triangle pour Wurli, sinus ou plus ou moins carré suivant les modèles de Rhodes), mais un de la vitesse.

Le Phaser tout aussi indis­pen­sable, est bien dans l’es­prit vintage, avec une belle qualité “vocale”, et offre trois réglages, largeur stéréo, Rate et Color ( 24-Phase­revp ).

15-Clea­nevp
00:0000:20
  • 15-Clea­nevp00:20
  • 16-Oldevp00:20
  • 17-Whata­nevp00:21
  • 18-Stret­chevp00:11
  • 19-Drivevp00:10
  • 20-Full­Dri­veevp00:18
  • 21-Choru­sevp00:09
  • 22-Tremevp00:15
  • 23-Trem­ste­revp00:19
  • 24-Pase­revp00:20


On regret­tera que nulle part sur le plug n’ap­pa­raissent les valeurs des réglages, il faut donc acti­ver l’au­to­ma­tion de la piste sur laquelle est enclen­ché l’ins­tru­ment, puis aller cher­cher le para­mètre désiré. En revanche, la possi­bi­lité de chan­ger de modèles sans écra­ser les réglages en cours est un vrai plus.

Tous les para­mètres peuvent être modi­fiés en temps réel, avec des contrô­leurs ou par auto­ma­tion, sans que cela ne provoque de bruits, de para­sites ou de surac­ti­vité du CPU.

Lounge Lizard EP-3 : réglages

Deux panneaux A et B regroupent les réglages du logi­ciel. Sur le second, on trouve les réglages de l’ins­tru­ment propre­ment dit, répar­tis en cinq sections : Mallet pour tout ce qui concerne le marteau et la frappe, Fork pour l’en­semble lamelle (tine ou reed) et réso­na­teur (tone bar), Pickup pour le micro, Damper pour le son de l’étouf­foir, un Tremolo et un EQ. Un gros bouton de Volume et deux vumètres à jauge à l’an­cienne (ils me rappellent un vieux Grun­dig…) sont communs aux deux panneaux, ainsi que le réglage Midi et celui du nombre de voix de poly­pho­nie (de 2 à 32).

Mallet permet d’ajus­ter le “maté­riau” du tip (bout du marteau frap­pant la lamelle), le bruit propre de sa frappe et la force avec laquelle il frappe. Chacun de ces trois para­mètres dispose d’un suivi de clavier, et les deux premiers de réponse à la vélo­cité. Voici un exemple de tip doux, avec peu de force et bruit ( 25-Softi­pLL ) et son inverse ( 26-Hard­ti­pLL ).

Ensuite, la partie Fork permet d’ajus­ter préci­sé­ment le son du piano, avec le contenu harmo­nique et la durée du son de la lamelle, ainsi que la durée et le volume de la tone bar. On dispose aussi d’un suivi de clavier et d’un release global. En n’uti­li­sant que les réglages de cette section, on peut obte­nir un piano avec beau­coup de “métal” ( 27-Metal LL ), ou au contraire très étouffé ( 28-SoftLL ), voire quelque chose de complè­te­ment diffé­rent ( 29-WhatanLL ).

Autre élément fonda­men­tal, le micro. La section permet de simu­ler la posi­tion du micro face ou au-dessus d’une ligne imagi­naire prolon­geant la lamelle et de sa distance. On choi­sit ici le type de micros utili­sés, R pour Rhodes ( 30-Rhodes­mi­keLL ), W pour Wurlit­zer ( 31-Wurli­mi­keLL )(aucun autre réglage n’a changé entre les deux derniers exemples), le niveau d’en­trée, de sortie vers la section effets, ce dernier béné­fi­ciant d’un suivi de clavier.

Ensuite, Damper simule le bruit des étouf­foirs, lors de l’at­taque ou du relâ­che­ment de la note, avec réglages de tona­lité, volume et répar­ti­tion entre attaque et release.

Avant de termi­ner par les effets, un survol rapide des autres fonc­tions : trans­po­si­tion par octave (± 3) et demi-tons (± 12), accord global (de 427,4 à 452,8 Hz), import des fichiers Scala pour le microac­cord, un géné­ra­teur de tempo, un enre­gis­treur audio (enre­gistre ce qui est joué en Wav ou AIFF en 16 bits) et un EQ trois bandes (plateau haut et bas et peak).

Côté effets, un trémolo avec choix de la forme d’onde (triangle ou sinus), mono ou stéréo et réglages de profon­deur et de vitesse (qui s’af­fiche en Hz, bien vu) et Sync possible au tempo interne ou de l’hôte (de la triple croche en trio­let à six mesures). Donc Rhodes ( 32-TremRLL ) ou Wurlit­zer ( 33-TremWLL ) sans problème.

Et une belle section multief­fet, offrant deux slots d’ef­fets A et B à “remplir” (13 effets et varia­tions, de chorus à distor­sion) et un slot R pour Reverb (9 types de pièce). Chaque slot dispose d’un bouton d’ac­ti­va­tion, de trois réglages variant suivant l’ef­fet choisi et d’une fonc­tion Sync pour les deux premiers. On choi­sit un routage en série ou en paral­lèle (A et B dans R quoi qu’il en soit). Les effets sont de bonne qualité ( 34-FXLL ), et offrent une source interne suffi­sam­ment puis­sante pour répondre à quasi tous les cas de figure quand on utilise le Lounge Lizard en stan­da­lone, comme en plug-in. Et n’ou­blions pas que le Lounge Lizard est aussi un superbe instru­ment de design sonore ( 35-SoundLL ).

Tous les para­mètres peuvent être modi­fiés en temps réel, avec des contrô­leurs ou par auto­ma­tion, sans que cela ne provoque de bruits, de para­sites ou de surac­ti­vité du CPU.

25-Softi­pLL
00:0000:11
  • 25-Softi­pLL00:11
  • 26-Hard­ti­pLL00:11
  • 27-MetalLL00:11
  • 28-SoftLL00:10
  • 29-WhatanLL00:12
  • 30-Rhodes­mi­keLL00:11
  • 31-Wurli­mi­keLL00:11
  • 32-TremRLL00:21
  • 33-TremWLL00:21
  • 34-FXLL00:20
  • 35-Desi­gnLL00:19

Piano­teq Pro & Elec­tric : réglages

Une fois l’ex­ten­sion instal­lée, l’in­ter­face de Piano­teq passe au rouge, et de nouveaux présets sont ajou­tés à la liste (sept Rhodes, six Wurlit­zer). La plupart des fonc­tions de base du logi­ciel ont déjà été évoquées lors du test de Piano­teq 2 réalisé par Resex­tensa sur AF, on ne repren­dra pas tout ici, donc. Il y a déjà suffi­sam­ment de matière avec le passage en version Pro, qui amène un nombre assez consé­quents d’évo­lu­tions.

On retrouve la désor­mais connue inter­face avec son prin­cipe de modules, dont quelques réglages ont été adap­tés par l’ému­la­tion des pianos élec­triques. Ainsi, dans le module Voicing, les réglages de Strike Point et Soft Pedal ont fait place à de plus appro­priés Pickup symme­try et Pickup distance, permet­tant de modi­fier l’em­pla­ce­ment du micro ( 36-MikePPE ). Du côté du module Design, String length est désac­tivé, ce qui paraît normal, mais qui aurait pu donner aussi des sono­ri­tés inté­res­santes (des lamelles de deux mètres de long, ça a quel son ?).

Une des amélio­ra­tions impor­tantes de la version 3 est le panneau permet­tant de régler les sorties et le type de prise de son. Les Stereo­pho­nic et Mono­pho­nic n’ap­pellent pas de commen­taires parti­cu­liers, tandis que Binau­ral offre un modèle de tête (légè­re­ment) réglable, idéal pour l’écoute au casque. Sound Recor­ding en revanche permet de placer à loisir jusqu’à cinq micros à router vers une des cinq sorties dispo­nibles, avec réglages de retard et niveau (ici, on entend deux place­ments de deux micros  37-Mike­RecPPE )). Appré­ciable, la fenêtre se détache, ce qui permet d’édi­ter tout en ayant accès aux micros virtuels.

La pano­plie des effets s’est agran­die, avec Tremolo, Limi­ter et Action en supplé­ment de la réver­bé­ra­tion. Action, mais qu’est-ce ? L’édi­teur a regroupé sous ce nom des para­mètres asso­ciés à des éléments méca­niques, tels les bruits des étouf­foirs, des Key release, de la pédale forte ( 38-NoisePPE ). Tremolo permet­tra de repro­duire celui des Wurlit­zer ( 39-Wurli­TremPPE )(en passant en mono le préset d’ori­gine) et d’ap­pro­cher ceux des Rhodes ( 40-RhodesPPE ). Une possi­bi­lité de synchro est offerte. Le limi­teur est bien­venu, si l’on a la main un peu lourde sur les réglages oou le jeu, les valeurs les plus hautes déclen­chant une satu­ra­tion assez “violente”…

L’ap­port parti­cu­lier de la version Pro, en plus de la possi­bi­lité de travailler jusqu’à 192 kHz (48 seule­ment en version stan­dard), est l’édi­tion complète de 22 para­mètres, de façon indé­pen­dante pour chaque note (seule­ment Volume et Accord pour la version stan­dard). On sélec­tionne le para­mètre visé, puis on édite en dessi­nant simple­ment note à note via des faders simples ou bipo­laires suivant le para­mètre (ou par repro­duc­tion des modi­fi­ca­tions à chaque octave, bien vu pour des effets spéciaux sur une tona­lité donnée par exemple ( 41-TonalFXPPE )), otu de façon aléa­toire (Random), en adou­cis­sant la courbe déjà dessi­née (Smooth), en jouant sur par exemple sur la distance du micro ( 42-Mike­DistPPE ) ou sur la Note Reso­nance ( 43-Note­Re­soPPE ). On peut défi­nir des notes de contrôle qui font office de poignées pour modi­fier plusieurs notes à la fois. La fenêtre se détache aussi, ce qui fait que l’on peut affi­cher les trois fenêtres à la fois pour visua­li­ser rapi­de­ment tous les réglages.

La puis­sance offerte par cette richesse de para­mètres est assez fara­mi­neuse, et il devient vite tentant de sortir du strict cadre du piano (élec­trique ou acous­tique) ( 44-Desi­gnPPE ). D’au­tant que la partie contrôle Midi est aussi bien pour­vue, et permet avec une surface de contrôle suffi­sam­ment dotée en faders et rota­tifs, de comman­der la quasi-tota­lité des réglages avec la quasi-tota­lité des contrô­leurs Midi.

Tous les para­mètres peuvent être modi­fiés en temps réel, avec des contrô­leurs ou par auto­ma­tion, sans que cela ne provoque de bruits, de para­sites ou de surac­ti­vité du CPU. Il y a parfois un petit temps de calcul, et l’au­to­ma­tion des place­ments de micros ne donne qu’un résul­tat haché, les calculs deman­dés semblant prendre trop de temps pour pouvoir être effec­tués en temps réel. Pas une ques­tion de CPU, la jauge de la bécane de test indiquant 9 % à ces moments-là.

Nous avons quand même eu un problème avec l’au­to­ma­tion de Logic : si les para­mètres sont parfai­te­ment auto­ma­ti­sés en lecture, dès que l’on essaye de faire un Bounce en temps réel, plus rien ne bouge, l’au­to­ma­tion n’est plus prise en compte. La solu­tion est de choi­sir l’op­tion offline. L’édi­teur est prévenu, est géné­ra­le­ment très réac­tif, donc le correc­tif devrait voir le jour très rapi­de­ment…

36-MikePPE
00:0000:11
  • 36-MikePPE00:11
  • 37-Mike­RecPPE00:12
  • 38-NoisePPE00:08
  • 39-Wurli­TremPPE00:12
  • 40-Rhodes­TremPPE00:11
  • 41-TonalFXPPE00:08
  • 42-Mike­DistPPE00:06
  • 43-Hammer­Noi­sePPE00:06
  • 44-Desi­gnPPE00:21

Devine Machine OTR-88 : réglages

Dédié a priori au Rhodes, mais quand même doté d’un modèle/préset de Wurlit­zer, l’OTR-88 dispose lui aussi d’une pano­plie de réglages note à note (c’est même le premier à être sorti en étant doté de telles possi­bi­li­tés). On affiche le panneau de contrôle des para­mètres en cliquant sur l’icône clé à molette. Une repré­sen­ta­tion en 3D de la méca­nique permet une visua­li­sa­tion pratique (et pour certains une compré­hen­sion des modi­fi­ca­tions effec­tuées), d’au­tant que l’élé­ment en cours de réglage passe en couleur bleue.

Les réglages sont au nombre de 17, pour la lamelle (symé­tries verti­cale et hori­zon­tale, distance du micro par rapport à la tine ( 45-Mike­Dis­tOTR ), ampli­tudes verti­cale et hori­zon­tale qui corres­pondent au dépla­ce­ment après la frappe), le marteau (dureté et type de maté­riau, pour simu­ler le feutre ou le néoprène( 46-Hamme­rOTR )), l’étouf­foir (temps de decay et de release, volume du release), l’ac­cord (pitch tuning), le micro (volume, tona­lité), les divers bruits et arte­facts ( 47-NoiseOTR )(bruit de touche, consé­quences de l’âge, déca­lage irré­gu­lier de l’os­cil­la­tion de la lamelle) et pano­ra­mique.

Une boîte à outils offre des possi­bi­li­tés d’in­ter­po­la­tion entre deux points, pratique quand on veut effec­tuer un réglage rapide, des options pour dépla­cer tous les faders à la fois (là aussi simples ou bipo­laires suivant le para­mètre) et une fonc­tion de réglage aléa­toire (Chaos) et une autre de lissage (Smooth). Une atten­tion fort bien vue de l’édi­teur : la possi­bi­lité d’im­por­ter des fichiers de tempé­ra­ments Scala, mais surtout le fait d’en livrer 500 d’ori­gine, ce qui fera le bonheur des adeptes d’ac­cords étranges, de musique folk­lo­rique, d’au­tant qu’ils pour­ront être impor­tés dans les logi­ciels compa­tibles.

Là aussi on dispose de courbes réglables de réponse à la vélo­cité, de réglages de poly­pho­nie (jusqu’à 88 notes, atten­tion, bécane puis­sante exigée). Côté Midi, c’est aussi rela­ti­ve­ment complet, puisque volume, tona­lité et tous les para­mètres d’ef­fets des pédales de la section effets peuvent être assi­gnés via un simple Midi Learn. En revanche, les para­mètres d’édi­tion du piano n’en béné­fi­cient pas.

Passons à la collec­tion de pédales virtuelles, une belle réus­site, quasi indis­so­ciable du son global. On peut ajou­ter jusqu’à cinq effets simul­ta­nés à choi­sir parmi un beau chorus ( 48-Choru­sOTR ), une réverbe, un delay old school, avec les effets typiques de varia­tion du son en mani­pu­lant le potard Time( 49-DelayOTR ), une distor­sion ( 50-DistoOTR ) parfaite pour repro­duire une légère satu­ra­tion d’am­pli, mais pas pour du lead hyper saturé, une wah bien­ve­nue (pas d’au­to­wah, dommage), un trémolo mono ou stéréo ( 51-TremOTR ), un phaser ( 52-PhasOTR ) et un flan­ger ( 53-Flan­gOTR ). Tous les effets tempo­rels disposent d’une option de synchro et l’en­semble a une indé­niable qualité roots. Un petit Looper est même inté­gré, permet­tant de boucler en temps réel un phrasé de une à huit notes, parfois un peu capri­cieux, tout du moins dans la version stan­da­lone.

45-Mike­Dis­tOTR
00:0000:08
  • 45-Mike­Dis­tOTR00:08
  • 46-Hamme­rOTR00:11
  • 47-NoiseOTR00:10
  • 48-Choru­sOTR00:10
  • 49-DelayOTR00:20
  • 50-DistoOTR00:22
  • 51-TremOTR00:20
  • 52-PhasOTR00:09
  • 53-Flan­gOTR00:09


Diffi­cile d’au­to­ma­ti­ser les para­mètres du piano en eux-mêmes, ça n’a visi­ble­ment pas été prévu, ça crachote, ça para­site, quand ça ne plante pas… L’OTR-88 n’aime pas non plus que l’on sauve­garde ses présets via l’in­ter­face de l’hôte (ici Logic) plutôt que par son proces­sus interne ; on s’y fait… Notons aussi qu’en mode stan­da­lone, l’OTR-88 n’aime parfois pas parta­ger le pilote audio avec une autre appli­ca­tion. En revanche du côté de l’au­to­ma­tion des effets, aucun problème, ça fonc­tionne très bien. On souhai­te­rait même que ces effets soient propo­sés en plugs indé­pen­dants.

Bonus

Puisqu’on est dans le virtuel, il me semblait inté­res­sant de voir ce que l’on pouvait propo­ser en termes d’am­pli­fi­ca­tion ou d’ef­fets virtuels pour ces pianos. Voici donc quelques exemples réali­sés avec le VKFX de Scar­bee, à ma connais­sance le seul effet spéci­fique­ment dédié aux claviers qui nous inté­ressent ici. Puis ces mêmes exemples avec l’Ampli­tube Fender d’IK Multi­me­dia, qui offre (entre autres) une modé­li­sa­tion très inté­res­sante d’un Fender Twin Reverb, l’am­pli large­ment utilisé avec les Rhodes, et donc proposé ici. Ne manque plus qu’une modé­li­sa­tion réus­sie d’un JC-120…



Tout d’abord divers pianos obte­nus avec le VKFX à partir de l’evp88 ( 54-evpVKFX ), du Lounge Lizard ( 55-LLVKFX ), de l’OTR-88 ( 56-OTRVKFX ) et du Piano­teq Pro ( 57-PPEVKFX ). Ensuite plusieurs plans passés dans l’Ampli­tube Fender à partir de l’evp88 ( 58-evpAF ), du Lounge Lizard ( 59-LLAF ), de l’OTR-88 ( 60-OTRAF ) et du Piano­teq Pro ( 61-PPEAF ).

54-evpVKFX
00:0000:55
  • 54-evpVKFX00:55
  • 55-LLVKFX00:54
  • 56-OTRVKFX00:55
  • 57-PPEVKFX100:54
  • 58-EvpAF01:01
  • 59-LLAF101:01
  • 60-OTRAF01:01
  • 61-PPEAF01:01


Très surpre­nant, sur l’un et l’autre logi­ciel, de voir comment le son est modi­fié, donnant parfois l’im­pres­sion d’uti­li­ser un autre piano que celui réel­le­ment employé.

Le choix, l’em­bar­ras ?

En termes de possi­bi­li­tés de réglages, on a donc clai­re­ment un premier clas­se­ment, mais atten­tion, ce clas­se­ment n’est pas forcé­ment quali­ta­tif : dans l’ordre crois­sant, l’evp88, qui paye certai­ne­ment son ancien­neté, le Lounge Lizard qui ne dispose pas de réglages note à note, l’OTR-88 qui est le premier à offrir ce type de réglages et le Piano­teq Pro, le plus fourni.

Au niveau des effets, les choses s’in­versent : Piano­teq Pro, evp88, Lounge Lizard et le plus fourni l’OTR-88. D’un point de vue qualité des effets, ce dernier est au-dessus de la mêlée, suivi par le Lounge Lizard. Le Piano­teq et l’evp88 s’en tirent correc­te­ment, même si le logi­ciel d’Apple l’em­porte en termes de choix appro­priés.

Midi et auto­ma­tion, indis­pen­sables pour une utili­sa­tion aussi bien en stan­da­lone avec surface de contrôle ou clavier de commande doté de suffi­sam­ment de contrô­leurs qu’en plug-in dans une des nombreuses DAW : Piano­teq est large­ment en tête, suivi par l’OTR-88 et le Lounge Lizard, qui disposent tous deux d’un Midi Learn très simple à utili­ser. L’evp88 est un peu hors compé­ti­tion, ne pouvant être utilisé en stan­da­lone, mais il béné­fi­cie de l’au­to­ma­tion inté­grée de Logic.

Ques­tion son : avant toute chose, rappe­lons que pas un Rhodes ne sonne comme un autre, et qu’il est donc diffi­cile de défi­nir un son type. Posses­seur d’un “Mark II Stage Piano Seven­ty­Three”, je ne peux prétendre que le son qu’il délivre est l’éta­lon-or du genre… Sont aussi très impor­tants le souve­nir ou la connais­sance que l’on a du son. Certains instru­ments paraî­tront extrê­me­ment réalistes à ceux qui ne connaissent le Rhodes ou le Wurlit­zer que sur disque, mixé, égalisé, compressé, bourré ou non d’ef­fets. D’autres ne retrou­ve­ront pas l’ex­tra­or­di­naire toucher de l’ori­gi­nal, ni les sensa­tions que l’on ressent face à un ampli Suit­case ou une Fender Twin poussé dans ses retran­che­ments. Le tout est de savoir comment se comporte l’ins­tru­ment en situa­tion, cette situa­tion étant la plupart du temps la créa­tion d’un titre, d’un mixage complet.

L’evp88 semble un peu “fin”, manquant d’as­sise, de rondeur, et il faut utili­ser l’EQ, le Drive et les effets pour obte­nir un son agréable à jouer. Le côté par trop répé­ti­tif des bruits de lamelle et d’étouf­foirs est aussi parfois gênant, surtout quand on cherche à créer un piano “brillant”. On peut se faire une idée du son inté­gré à une vraie produc­tion dans l’ex­cellent album de Uri Caine & Bedrock, Shelf-Life.

Le Lounge Lizard possède la qualité presque hyper­acous­tique propre à tous les instru­ments de son éditeur. S’il a beau­coup progressé depuis ses premières versions et reste un superbe outil de sound design de claviers, en géné­ral ses attaques et sons satu­rés sont excel­lents, mais il manque encore un peu de bas en géné­ral, et il faut pas mal travailler les para­mètres pour obte­nir un son rond et plein. Sa réponse à la dyna­mique est aussi un peu trop rapide, et il faudra passer un peu de temps à adap­ter la courbe de vélo­cité et les diffé­rents suivis de clavier pour ne pas déclen­cher d’ef­fets de barking en jouant juste forte. Et le Wurlit­zer ressemble plus à un Rhodes “stressé”, étran­glé, qu’à un vrai A200…

Concer­nant le Wurlit­zer, le reproche est le même pour l’OTR-88. Les sons basiques (présets de piano sans effets) surprennent au départ, semblant un peu nus. Mais en restant avec les mk1, mk2, suit­case ou Dyno-my-OTR88 (une bonne idée d’avoir proposé une modé­li­sa­tion de cette modi­fi­ca­tion), on retrouve les carac­té­ris­tiques des pianos, avec peut-être une légère brillance métal­lique et un petit manque de rondeur. Les nombreux para­mètres permettent de régler son et réponse en fonc­tion de ses goûts et souhaits sonores. Et dès que les effets rentrent en piste, le piano prend une autre dimen­sion. Avec la Petite Disto et le trémolo, l’ob­ten­tion de sons plus gras ne pose plus de problèmes.

On termine avec le Piano­teq Pro et son exten­sion, dont les nombreux réglages permettent là aussi d’adap­ter parfai­te­ment le piano à son jeu et à son clavier maître, ce qui est une des condi­tions fonda­men­tales de la réus­site du son. Le Wurlit­zer est plus proche de ce qu’on en attend et le Rhodes remplit très bien son rôle, avec l’im­pres­sion parfois d’une exagé­ra­tion de la dyna­mique. On pourra se faire une idée de la véra­cité du logi­ciel en écou­tant le dernier album d’Art Mengo, par exemple.

Voilà, comme on peut l’en­tendre dans les nombreux exemples, la modé­li­sa­tion a fait d’énormes progrès et on approche à grands pas de l’ému­la­tion idéale. Ne serait-ce que par la possi­bi­lité d’ef­fec­tuer en direct (même si virtuel­le­ment) des modi­fi­ca­tions qui n’étaient aupa­ra­vant possibles qu’au prix de longues heures de réglages, quand il ne fallait pas les confier à tout prix à un spécia­liste.

Avant de conclure, on peut dire que du côté des Rhodes, les divers éditeurs ont appro­ché et repro­duit l’ins­tru­ment (ou plutôt les instru­ments) avec réus­site. Côté Wurlit­zer, en revanche, on reste un peu sur notre faim, il manque encore un petit quelque chose dans toutes les émula­tions.

Enfin, sachez qu’à l’ex­cep­tion de l’evp88, les logi­ciels sont dispo­nibles en version d’es­sai chez leurs éditeurs respec­tifs. L’idéal pour véri­fier par vous-même celui qui convien­dra le plus à votre jeu, vos attentes, vos oreilles.

Remer­cie­ments à IK Multi­me­dia pour avoir mis son
Ampli­tube Fender à notre dispo­si­tion pour le dossier.

 


Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.