Zoom Q3
+
Zoom Q3

Q3, Pocket cam de la marque Zoom appartenant à la série Q.

  • Augmenter ou diminuer la taille du texte
  • Imprimer

Test du Zoom Q3

Test L'oeil écoute
  • J'aime
  • Tweet
  • +1
  • Pin it
  • Mail

Après avoir fait un beau carton sur le marché des enregistreurs de poche avec ses modèles H2 et H4 puis H4n, Zoom revient à la charge avec le Q3 et une nouveauté de taille : la vidéo…



Si une telle initiative peut en surprendre certains, elle n’est en définitive pas si inattendue qu’il y paraît. Au moment même où le marché des enregistreurs de poche numériques explosait dans le monde de l’audio, celui des caméscopes low-cost se développait dans le monde de la vidéo. Entre les caméscopes USB à 150 € et les enregistreurs stéréo à 200 €, il y avait donc un produit à sortir et c’est Zoom, fort du succès écrasant de sa gamme H, qui s’y colle avec le Q3.




 


Q3, qui es-tu ?

Livré avec un petit étui en tissu, une bonnette et un câble Audio/Vidéo dans un packaging rappelant furieusement celui de l’iPhone/iPod Touch d’Apple, le Q3, une fois déballé, se présente sous la forme d’un petit boîtier en plastique bleu un peu plus élancé que le trapu H2, et dont je vous propose de faire le tour. En façade se trouvent le capteur stéréo derrière une grille de protection chromée (en fait, un couple de capsules disposées en X/Y, le même qui équipe le H4n), un petit haut-parleur et le capteur vidéo, aux côtés d’une LED rouge indiquant si l’appareil enregistre ou non, et au-dessus d’une trappe où se logent les 2 piles LR6 qui suffisent à alimenter l’appareil.
Les commandes et la connectique sont ensuite réparties sur les côtés, le dessous et le dos de l’appareil. Sur ce dernier, on trouve ainsi un bel écran LCD de 2,4 pouces affichant une résolution de 320 x 240 pixels, surmontant 4 boutons (Lecture, Enregistrement, Menu, Effacer) et un pavé de 4 commandes (+ , - , avance et retour rapide).


Sur le côté gauche, on dispose d’un bouton de mise en/hors fonction de l’appareil, d’un sélecteur de gain pour le micro (Low, High ou Auto), d’un autre pour déterminer le type d’enregistrement (audio ou audio+vidéo), d’une sortie casque/ligne et d’une prise pour alimenter la bête via transformateur (non fourni).


C’est tout ? Non, car sur la tranche opposée se trouvent la trappe permettant d’accéder à la carte SD (une carte de 2 Go est fournie avec le Q3), une sortie Audio/Vidéo pour le connecter à une télé et une prise USB rétractable pour l’interfacer avec un ordinateur. Finissons avec le dessous de l’appareil qui, outre 3 petits patins antidérapants assurant sa stabilité, propose un pas de vis pour fixer la bête sur un pied (non fourni)…


Evidemment, ceux qui connaissent bien le H2 ou le H4n remarqueront que nombre de fonctionnalités de ces modèles ont disparues au profit de la vidéo : dépourvu d'entrée audio, le Q3 ne dispose pas non plus de section d'effets ou de possibilités de mixage comme le H4n, ni même d'un accordeur ou d'une commande de volume comme le H2. Enfin précisons-le, il n'est pas comme ses cousins capable d'enregistrer en 24/96 et se limite à un déjà très honorable 48 kHz en 24 bits.


Reconnaissons toutefois qu'en dépit de ces quelques coupes franches bien compréhensible, l'appareil est relativement complet pour ce qu'il se propose de faire : du son à l'image? Non, de l'image au son plutôt, comme nous allons le voir en allumant la bête...

Fais l’amour caméra !

Tout comme la partie physique, la partie logicielle est un modèle de simplicité : autour de l’aperçu vidéo qui occupe la moitié de l’écran, on  dispose ainsi de toutes les infos nécessaires pour bosser : état de la batterie, temps d’enregistrement restant, vumètres, format et résolution audio, réglage du gain du micro (Low, High ou Auto) et opération en cours (recording, play, pause, etc.).

 

Une pression sur la touche Menu permet encore d’accéder à d’autres paramètres : qualité audio (du MP3 48 kbps au PCM 48 kHz en 24 bits), coupe-bas, type de piles (pour que l’estimation du niveau des batteries soit fiable), format de la sortie TV (PAL ou NTSC) et date (histoire que la date et l’heure correctes soient associées à vos enregistrements). Et ce n’est pas tout ! Car sur la carte SD livrée vous attend encore un utilitaire permettant de couper une vidéo (supprimer le début ou la fin) et de l’uploader ensuite directement sur votre compte YouTube ou MySpace ! Bon, disons-le franchement, ce petit soft est très très loin de valoir ne serait-ce qu’un iMovies ou même un Windows Movie Maker, mais Il est probable qu’il suffira à la plupart des utilisateurs…

 

En effet, entre le côté rudimentaire de cet utilitaire, les possibilités audio de l’appareil et le peu d’options ou de réglages vidéos proposés (aucun contrôle sur le format ou les paramètres d’encodage qui demeurera du MPEG 4 à 30 images par secondes, ni sur la résolution bloquée en 640 x 480, soit un format plus informatique que vidéo), on sent poindre en effet la vraie vocation de cet appareil et sa nature : ce n’est clairement pas un caméscope dont la partie audio aurait été améliorée, mais bien plutôt un enregistreur audio stéréo embarquant une webcam, à la façon de ce qu’on trouve aujourd’hui sur nombre de téléphones portables, comme nous allons le voir en manipulant l’appareil…


Silence, on tourne !

Il va sans dire que vu que l'appareil reprend certaines caractéristiques du H2 et du H4n sur le plan audio, l'enjeu de ce test porte moins sur cet aspect que sur la partie vidéo. Et histoire de nous faire une idée sur la chose, nous nous sommes amusés à prendre des vidéos simultanément avec l’appareil de Zoom et un iPhone 3GS, lumière allumée puis lumière éteinte.

Les fichiers au format MOV vous attendent compressés dans l'espace médias du produit. Le temps de lire le paragraphe suivant et vous aurez fini de les télécharger pour voir de quoi il retourne.

Au-delà du grand intérêt artistique de ces scènes et de la différence de format vidéo, on se rend compte immédiatement de la supériorité du Zoom du côté audio. Il enregistre en stéréo d’abord, là où l’iPhone fait du mono, mais c’est surtout la différence dans la qualité des capteurs et dans la résolution audio qui saute aux oreilles : le bas est absent de la vidéo faite sur l’iPhone, tandis que l’algo de compression utilisé par le téléphone d’Apple tend à faire crachoter les aigus. Côté image, on notera que les couleurs sont mieux restituées sur le Q3 (mon sweat est bleu marine) et que les blancs y sont moins cramés que sur l’iPhone. Si différence il y a, abstraction faite du cadrage, elle n’est toutefois pas démente : la compression de l’image produit des artefacts sur les deux vidéos, et les deux appareils ont du mal à se dépatouiller avec la fenêtre à l’arrière plan, dont le store était pourtant baissé.

 

Mais c’est lorsqu’on éteint la lumière que l’on sent le plus qu’on est en présence d’un téléphone et d’un enregistreur audio : la nuit dans le bureau était loin d’être totale (17 heures un 13 novembre) et le contraste offert par la fenêtre devient alors un vrai problème pour le premier plan. L’iPhone, sans doute parce que la fenêtre n’est pas dans son cadre, s’en sort mieux avec une image très bruitée, mais dans un cas comme dans l’autre, on ne peut pas parler de résultat exploitable. Ca ne veut pas dire que filmer un live est impossible, comme on le voit avec la vidéo ci-contre, mais disons qu'il ne faudra pas trop en demander au Q3 dans son aptitude à gérer les lumières difficiles, faibles ou encore les très forts contrastes.


Qu’en conclure ? Que le Zoom Q3 n’est certainement pas un appareil qui passionnera les vidéastes, même amateur. Son premier atout, c’est le son, l’image étant un plus. Un plus qui n’a rien d’un gadget toutefois, car pour peu que vous ayez des conditions potables en terme de lumières, il vous permettra de filmer un concert, une répète ou même une conférence et d’obtenir une vidéo ‘YouTubable’.

Conclusion

On ne change pas une formule qui gagne et en reprenant une partie de l'ergonomie du H2 et  les capteurs du H4n, Zoom ne déçoit pas sur le terrain purement audio. Doté d’une excellente ergonomie, le Q3 est donc un enregistreur portable stéréo tout à fait pertinent qui se différencie par l’intégration de la vidéo. Ce faisant Zoom crée un type de produit qui n'existait pas jusqu'alors.

N’espérez toutefois pas trop de cet aspect, le Q3 se situant du côté de l'image au niveau d’une bonne webcam ou d'un bon smartphone sans plus : pas d’autofocus ni de zoom optique, pas de stabilisateur, pas de fonctions de correction de l’image ni de contrôle de l’encodage, une résolution vidéo loin des standards établis dans l’entrée de gamme des caméscopes…

Bref, ce n'est pas avec lui qu'on réalisera un clip... Si vous voulez une solution homogène son + image à moindre coût, vous aurez tout intérêt à mettre deux cents euros de plus pour utiliser un H2 en conjonction avec une DV low-cost. Reste que si votre objectif est d’alimenter votre MySpace ou votre page YouTube avec des vidéos vite faites bien faites, cette petite boîte bleue s’en sort à merveille. Et comme elle n’est pas beaucoup plus chère qu’un H2…

 




Notre avis :
Points forts Points faibles
  • Prix très attractif : pas beaucoup plus cher qu'un H2 à son lancement.
  • Ergonomie frisant la perfection : aucun besoin du manuel.
  • Qualité audio digne du reste de la famille et bien au-dessus de celle des camescopes low cost.
  • Le concept très séduisant, et un nouveau marché qui s'ouvre...
  • Pas mal de fonctions et de connectiques audio retirées pour faire de la place à la vidéo.
  • Une caméra très (trop) basique en regard des camescopes d'entrée de gamme.
  • Aucun réglage sur la partie vidéo et un format limité au 640x480.
  • A quand le Q4n?
À propos de nos tests
Réagir à cet article
  • J'aime
  • Tweet
  • +1
  • Pin it
  • Mail