Devenir membre
Devenir Membre

ou
Connexion
Se connecter

ou
Agrandir
Ajouter ce produit à
  • Mon ancien matos
  • Mon matos actuel
  • Mon futur matos
Reason Studios Reason 5
Photos
1/66

Test du Propellerhead Reason 5

Séquenceur électro de la marque Reason Studios appartenant à la série Reason

test
17 réactions
Huit Rex et un Kong

Qu’a donc à offrir la cinquième version du logiciel historique de Propellerhead ? Tour d’horizon.

Sans refaire tout l’his­to­rique de Reason, il faut recon­naître à Propel­le­rhead de la constance, au sens où ils n’ont jamais dévié de la ligne de départ : offrir un logi­ciel auto­nome, fermé (en ce sens qu’il ne permet pas d’uti­li­ser de logi­ciels de tierce partie en son sein), mais quand même ouvert à l’ex­té­rieur (grâce au ReWire) et offrant tous (ou presque) les outils néces­saires à la produc­tion de musique plus ou moins à conso­nance élec­tro­nique.

L’ar­ri­vée de Record (test à venir) conforte Reason dans cette posi­tion, puisqu’au lieu d’im­por­ter l’en­re­gis­tre­ment audio dans le premier (quoique…), on l’in­té­grera, avec toutes ses quali­tés, dans le premier logi­ciel dont l’une des fonc­tions est de remé­dier aux “manques” du premier.

 

Cette cinquième version du studio virtuel inté­grant synthés, sampleurs, effets et compa­gnie, apporte amélio­ra­tions et nouveau­tés. Passons à la revue de détail.

 

 

Intro­du­cing Reason 5

 

Propellerhead Reason 5

Reason 5 est livré dans une boîte conte­nant un DVD, un livret de prise en main (plus de manuel papier, mais une aide HTML, en anglais seule­ment…), une plaquette sur laquelle sont inscrits numéro de licence et numéro d’en­re­gis­tre­ment, néces­saires pour l’ac­ti­va­tion du logi­ciel et l’ac­cès aux mises à jour. Petite remarque : que l’édi­teur cherche à faire des écono­mies de papier, c’est tout à son honneur, d’où le peu de docu­ments impri­més. Mais pourquoi alors propo­ser une boîte carton­née, dont les 6 à 7 centi­mètres sont de trop, là où 2,5 auraient large­ment suffi ? Ce qui, ramené à la quan­tité de logi­ciels vendus, repré­sente quand même un sacré gâchis ? J’avoue être dépassé par cette logique…

 

Pas de raison de reve­nir sur l’ins­tal­la­tion, tout est suffi­sam­ment clair pour pouvoir ouvrir son premier projet après une quin­zaine de clics.

Petite préci­sion : j’ai utilisé pour le test la version en anglais (une petite bidouille à faire dans les Resources du paquet, rien de compliqué) tant la fran­ci­sa­tion du logi­ciel m’a rappelé certaines expé­riences tentées avec celle de Logic 8, comme les traduc­tions mot à mot sans compré­hen­sion du sens musi­cal (ceux qui se souviennent des fameux “Images par Clique avec Poids” ou “Appliquer des Bémols” compren­dront…). Et après tout, l’aide en ligne étant en anglais unique­ment, c’est le plus sûr moyen de retrou­ver à quoi corres­pondent les expli­ca­tions du manuel.

 

Un sampleur sachant sampler…

 

 

Propellerhead Reason 5

Chaque nouvelle version apporte son lot d’amé­lio­ra­tions graphiques et utili­taires. En haut du rack figurent donc quatre boutons pour ouvrir/fermer les para­mètres avan­cés audio et Midi et un Big Meter confi­gu­rable en VU, PPM, Peak, VU+Peak ou PPM+­Peak, avec sélec­tion du canal de sortie, ou d’en­trée. Car Reason 5 accepte enfin l’au­dio, non pour enre­gis­trer des pistes à la façon d’un séquen­ceur, mais pour trans­for­mer ses échan­tillon­neurs en “vrais” échan­tillon­neurs. Il y a en effet abus de langage de la plupart des éditeurs qui consi­dèrent, malgré toutes leurs possi­bi­li­tés parfois assez hallu­ci­nantes, leurs lecteurs/éditeurs d’échan­tillons comme des sampleurs.

 

Mais chez Propel­le­rhead, grâce à cette version, les NN-XT, NN19, Redrum et Kong (nouveau module, voir plus bas) peuvent enfin récu­pé­rer l’au­dio entrant par n’im­porte laquelle des entrées recon­nues, ou direc­te­ment depuis un des modules du rack, avec circuit indé­pen­dant de moni­to­ring du signal entrant. On peut même router de l’au­dio direc­te­ment au sein de l’or­di­na­teur, si l’on utilise Sound­flo­wer par exemple (une créa­tion de boucle audio est aussi possible sur la carte son, même si moins pratique). La possi­bi­lité d’échan­tillon­ner les modules pour­rait pous­ser nombre d’édi­teurs à utili­ser les possi­bi­li­tés de Reason pour créer des banques de sons depuis ses instru­ments (qui offrent un pano­rama sonore très vaste, rappe­lons-le), ce qui n’était pas impos­sible avant, bien sûr, mais qui obli­geait à faire appel au ReWire, à des éditeurs externes, etc.

 

Propellerhead Reason 5

Ici, tout se passe en interne. On sélec­tionne l’en­trée ou le module en les routant dans le Sampling Input à l’ar­rière du rack, on clique sur l’icône “forme d’ondes” du module choisi (ou dans la fenêtre Outils), l’en­re­gis­tre­ment démarre aussi­tôt (on aurait préféré avoir la main sur le départ…). On peut ainsi imagi­ner des confi­gu­ra­tions extrêmes, puisque Sampling peut accep­ter tout signal stéréo : rien n’in­ter­dit d’em­pi­ler les modules et de récu­pé­rer la sortie Main (ou les Send) d’une table de mixage, elle-même reliée à plusieurs tables, etc. Possi­bi­li­tés illi­mi­tées en interne, donc, n’ayons pas peur des mots… Une fois l’ac­qui­si­tion faite, on clique sur “Éditer”, qui ouvre l’édi­teur d’échan­tillons inté­gré.

 

 

Propellerhead Reason 5

 

Affi­chage de la forme d’onde, sélec­tion, options de bouclage, crop, norma­li­sa­tion, inver­sion, fondus entrant et sortant, et trois modes de lecture (normal, en boucle, en boucle avant-arrière), que du basique (l’im­pres­sion de se retrou­ver devant l’un de nos “chers” vieux échan­tillon­neurs maté­riels), mais ample­ment suffi­sant si l’on veut prépa­rer un sample. Ensuite, toutes les modi­fi­ca­tions de resyn­thèse se feront dans l’un ou l’autre des modules, les échan­tillons deve­nant alors dispo­nibles pour tous les instru­ments compa­tibles, y compris dans l’autre monde, celui des AudioU­nits, VST, etc. Même si par défaut, les échan­tillons enre­gis­trés seront sauve­gar­dés avec le Song en cours, on peut en effet choi­sir de les expor­ter, ce qui permet de les utili­ser avec n’im­porte quel outil compa­tible .Wav.

 

 

 

Encore, et toujours plus de Rex ?

 

Machine de test


MacPro Xeon 3,2 GHz

OS 10.6.4

Reason 5.0

Reason a béné­fi­cié à chaque nouvelle incar­na­tion de nouveaux modules. La version 5 ne déroge pas à la règle, et en dehors des amélio­ra­tions et fonc­tions déjà évoquées (plus la gestion du Multi­core, de nouvelles entrées CV dans Combi­na­tor, de nouveaux outils d’édi­tion, l’en­re­gis­tre­ment Midi multi­piste, quelques amélio­ra­tions d’er­go­no­mie, etc.) il propose Dr Octo­Rex et Kong. Peu de compa­gnies peuvent se vanter d’avoir inventé à la fois un logi­ciel très spécia­lisé et (au départ) fermé comme Reason, et un format audio depuis devenu un stan­dard, compa­tible avec pratique­ment tous les produits de la concur­rence, le format Rex. Au sein de Reason, on l’uti­lise la plupart du temps avec Dr:rex, le lecteur dédié, qui permet d’uti­li­ser plei­ne­ment les avan­tages du format, à savoir les modi­fi­ca­tions de hauteur et/ou de tempo avec le mini­mum d’ar­te­facts (à condi­tion de rester dans des propor­tions raison­na­bles…).

 

Propellerhead Reason 5

Dr Octo­Rex multi­plie ces possi­bi­li­tés par huit, et prend la place du Dr:rex, qui a tout simple­ment disparu. Propel­le­rhead a conçu le module avec une première inter­face regrou­pant les contrôles de base et un Program­mer donnant accès à tous les para­mètres. Dans la première, les habi­tuelles molettes, la quan­ti­fi­ca­tion pour le déclen­che­ment de la boucle à venir : mesure, batte­ment (4/4, noire, 3/8, croche, etc.) ou seizième de note (toujours en rela­tion avec la métrique choi­sie), on aurait cepen­dant aimé plus de choix. Ensuite on trouve huit boutons et leurs mini-écrans permet­tant de char­ger huit boucles diffé­rentes dans huit slots diffé­rents. Passées les habi­tuelles commandes de gestion de presets (à noter un format regrou­pant les réglages des huit slots, le .drex), on trouve un bouton de trans­po­si­tion globale, un de lecture (Run), un de volume, une Led Mute et un Enable Loop Play­back (qui fait ce qu’il dit…).

 

Des Blocks à fond


La quasi-tota­lité des séquen­ceurs audio­nu­mé­riques offrent main­te­nant la possi­bi­lité de travailler avec des sélec­tions de pistes, nommées Blocks, Pattern et autres Parts, que l’on peut placer à loisir dans l’ar­ran­ge­ment, pour éviter de réen­re­gis­trer un refrain, un pont, etc.

Propel­le­rhead a implanté cette fonc­tion dans Reason, à laquelle on accède via le bouton Block, qui bascule la page Sequen­cer de Song à l’af­fi­chage des Blocks. On peut en créer 32 diffé­rents, les nommer, chan­ger leur couleur, leur longueur, etc.

Encore une amélio­ra­tion du work­flow, bien venue.

Donc, on clique sur Run, et là, surprise, on ne peut lire qu’une boucle à la fois ! Même en essayant toutes les astuces, les commandes via clavier Midi et autres tenta­tives, on doit se rendre à l’évi­dence : une boucle à la fois ! Alors qu’on rêvait d’un équi­valent inté­gré à Reason de ce qui fonde les prin­cipes de Stylus RMX par exemple, on ne se retrouve qu’avec un “bête” lecteur “mono­pho­nique” surmul­ti­plié. La décep­tion est à la hauteur des atten­tes… Alors, évidem­ment, le Program­mer donne accès à toutes les fonc­tions du Dr:rex d’ori­gine (plus quelques nouvelles, notam­ment dans l’édi­tion de Slices, comme Reverse, un offset sur le filtre, des sous-groupes pour la lecture aléa­toire, etc.), indé­pen­dantes pour chaque boucle et pouvant être sauve­gar­dées (aussi bien dans le Song que dans un patch .drex).

 

Bon. On en vient à espé­rer qu’il ne s’agit que d’une stra­té­gie de l’édi­teur, qui lui permet­tra de sortir un 5.0.1 appor­tant cette possi­bi­lité de lecture “poly­pho­nique”.

 

Kong, peuchère...

 

 

Propellerhead Reason 5

Alors, au regard de la décep­tion causée par Dr Octo­Rex (même si le module sera satis­fai­sant pour d’autres utili­sa­teurs), que doit-on attendre de Kong (quel nom…), le Drum Desi­gner ajouté à Reason ? Disons sans trop en dévoi­ler tout de suite que la barre est placée haut. Et que Propel­le­rhead a su tirer les leçons de la concur­rence, qu’il s’agisse de BFD2, Super­ior ou RMV, tout en faisant réfé­rence à d’an­tiques BAR comme les Roland, Linn, Simmons et autres ancêtres de la “batte­rie synthé­ti­sée”, la séri­gra­phie de certains éléments y renvoyant de façon plus ou moins avouée. Qu’on ne se méprenne pas : on n’a pas affaire ici à du multi­sam­pling avec 127 niveaux de vélo­cité (si c’est ce qu’on recherche, un NN-XT s’en char­gera sans problèmes). Quand je cite les produits concur­rents, c’est plus par rapport à une philo­so­phie d’usage, à des astuces de routing, de possi­bi­li­tés de synthèse, de trai­te­ments…

 

L’in­ter­face est fami­lière, propo­sant un ensemble de 16 Pads (avec envoi de vélo­cité de 0 à 127), un écran bien dimen­sionné affi­chant des raccour­cis sur quelques fonc­tions d’édi­tion, et un ensemble de boutons sous le Master Level, fonda­men­taux quant à l’usage des Pads et sons. Le module recon­naît 16 canaux de sons diffé­rents (Drum sound chan­nel, ce qui corres­pond en gros à un instru­ment), iden­ti­fiés via le gros chiffre sous le mot Drum visible dans l’écran. Par défaut le Pad 1 commande le son 1, etc. On peut modi­fier les assi­gna­tions, rassem­bler les Pads en groupe, choi­sir quel(s) groupe(s) mute(nt) l’autre, etc.

 

 

Propellerhead Reason 5

 

Une appli­ca­tion typique sera d’as­si­gner plusieurs Pads à un instru­ment, par exemple le char­ley, instru­ment 3, via le pavé Drum Assi­gn­ment. On peut ensuite appliquer à chaque Pad une des quatre nuances dispo­nibles, fermée, demi-fermée, demi-ouverte, ouverte via les quatre boutons Hit Type.

 

À noter, Propel­le­rhead a programmé une inter­face très pratique d’édi­tion rapide, qui super­pose aux Pads une grille permet­tant de visua­li­ser et saisir très rapi­de­ment des choix d’as­si­gna­tion (accès via le petit bouton loupe).

 

De l’autre côté du rack, on dispose de 16 sorties libre­ment assi­gnables et d’une entrée/sortie Gate par Pad, de deux départs d’ef­fets, d’une entrée audio de commandes des effets, d’un point d’in­ser­tion pour un effet (ou une chaîne d’ef­fets) supplé­men­taire, etc.

 

 

Synthèse à la Kong

 

Propellerhead Reason 5

Au cœur de Kong reposent trois moteurs de synthèse, que l’on choi­sira dans le Drum Module : moteur à base d’échan­tillons, de modé­li­sa­tion physique ou de modé­li­sa­tion analo­gique. Plus un petit lecteur Rex baptisé Nurse­Rex, mais qui embarque quand même des fonc­tions d’édi­tion par Slice, ce qui permet, au choix, d’iso­ler un élément d’une boucle pour le tritu­rer dans tous les sens, ou de déclen­cher des boucles complètes via les Pads, avec action de la vélo­cité sur l’at­taque, la chute, le release (deux types d’en­ve­loppe au choix, ADSR ou Gate), la hauteur et le niveau, pas mal…

 

 

Effets à la Kong


Propel­le­rhead a réel­le­ment conçu la synthèse de son Drum Desi­gner par asso­cia­tion d’un moteur et d’ef­fets.

Ces effets sont tous dotés d’une inter­face graphique vintage du meilleur effet, et plus impor­tant, ils sonnent bien. Pas autant que des plugs dédiés, mais ils ne visent pas cette excel­lence-là.

On dispose donc, en sus des Noise et Tone, d’un Tape Echo (GUI à la RE-201…), d’un Compres­sor, d’un Filter, d’une Over­drive/Reso­na­tor (Reso­na­tor qui est semblable à Body dans Scream 4), d’un Tran­sient Shaper (pas mal du tout), d’une Drum Room Reverb, d’un Para­me­tric EQ (très pratique pour renfor­cer les fréquences en retrait des moteurs Physi­cal Model­ling, par exemple), d’un Ring Modu­la­tor (très bien dans son genre) et d’un Rattler, qui permet de rajou­ter un timbre de caisse claire à tout instru­ment.

On conti­nue avec le moteur Physi­cal Model­ling. Ou plutôt les trois moteurs (appe­lons-les PM) : un pour la grosse caisse, un pour la caisse claire et le dernier pour les toms. Chacun offre un nombre respec­table de réglages, de la batte à l’ac­cord des peaux, de l’étouf­fe­ment au timbre des baguettes (eh oui…), de la réso­nance de la peau oppo­sée au pitch, de la taille du fût à la tension du timbre, etc. Si l’on est content de trou­ver autant de réglages, en revanche le son des PM Bass Drum et PM Snare Drum seuls n’est pas renver­sant. On arrive à créer de jolis tambours, avec une réelle sensa­tion de volume, de bois, mais le timbre de la caisse, par exemple, a un compor­te­ment peu réaliste si l’on veut une caisse très réso­nante.

 

Il y a cepen­dant quelques astuces : Propel­le­rhead a inté­gré quelques effets (voir enca­dré) à insé­rer à côté du moteur (quel qu’il soit), afin de peau­fi­ner la concep­tion du son. Notons aussi que l’on dispose d’un Bus FX et d’un Master FX. Et les choses prennent alors une autre dimen­sion, sans néces­sai­re­ment être plus convain­cantes au niveau des SD et BD version PM…

 

 

Dans l’exemple suivant, on entend une Snare avec ses effets (Para­me­tric EQ en insert, Drum Room Reverb en Bus), puis sans, puis en annu­lant le Damp (l’étouf­fe­ment). On entend aussi quelques exemples sans le timbre, avec diffé­rents accords :

 

 

00:0000:00

 

 

Propellerhead Reason 5

Parmi les effets dispo­nibles, deux sont d’une grande aide dans le sound design, bapti­sés par l’édi­teur Support Gene­ra­tor : le premier, Tone, est un oscil­la­teur avec enve­loppe AD, une fonc­tion Bend (avec Decay et répon­dant à la vélo­cité) et un  réglage d’ajouts d’har­mo­niques (sans préci­sion d’une forme d’onde quel­conque). Le second, Noise, est un géné­ra­teur de bruit, avec enve­loppe AD, réso­nance, déca­lage de sweep et niveau de “clic” dans l’at­taque. Ces deux modules peuvent être assi­gnés au choix à l’un des quatre Hit Type (et à n’im­porte quelle combi­nai­son de ceux-ci).

 

Dans l’exemple suivant, cette cloche est compo­sée d’une caisse claire PM, d’un Tone (puis les deux ensembles), un Ring Modu­la­tor et de la Drum Room Reverb :

 

 

00:0000:00

 

 

On trouve aussi de jolies timbales d’or­chestre construites à partir du Tom Tom PM, de Noise et du Filter plus la réverbe.

 

 

00:0000:00

 

 

Analog analogue ?

 

Propellerhead Reason 5

On connaît la qualité de l’échan­tillon­neur de Reason, elle est au cœur de ce mini-sampler qu’est NN-Nano. Au menu, la possi­bi­lité d’en­re­gis­trer de l’au­dio, bien sûr, mais aussi quatre Layers corres­pon­dant aux quatre Hit Type, avec réglages de déclen­che­ment par la vélo­cité, Level et Pitch indé­pen­dants par Layer. Pas de véri­table son multi-échan­tillon sur un même Pad, donc, dommage. Le reste des commandes est commun à tous les échan­tillons char­gés (enve­loppe, réac­tion à la vélo­cité, hauteur, etc.).

 

Dernier moteur, le Analog Model­ling (AM), décliné en quatre versions : Bass Drum, Hi Hat, Snare et Tom Tom. Elles ont toutes en commun les réglages de niveau, de hauteur et d’en­ve­loppe. Puis selon l’ins­tru­ment, on trouve des géné­ra­teurs de bruit, de click, de réso­nance, de Bend avec propor­tion et durée (indis­pen­sables pour les sons à la Simmons…). On retrouve bien sûr les sons typiques du genre, et encore une fois, les diffé­rents FX permettent bien des combi­nai­sons et créa­tions sonores. Ainsi, ce Vibras­lap est consti­tué du moteur Snare Drum AM, d’un modu­la­teur en anneau et du Reso­na­tor (ici en combi­nai­son avec le moteur SD AM, on entend très clai­re­ment la sensa­tion de profon­deur ajou­tée) :

 

 

00:0000:00

 

 

Kong est vrai­ment un ajout de poids, qui permet de créer rapi­de­ment toutes sortes de sons de batte­rie, réalistes (sans la sophis­ti­ca­tion des instru­ments logi­ciels dédiés, bien sûr) ou élec­tro­niques (son terrain de prédi­lec­tion). Une fois accou­tumé aux diffé­rents moteurs et FX, tout va très vite, et la plupart du temps, ça sonne bien. Le fichier suivant compile plusieurs presets enchaî­nés au hasard, une façon de donner un aperçu de l’orien­ta­tion sonore du module :

 

 

00:0000:00

 

 

Sur celui-ci, on enten­dra le Tran­sient Shaper à l’œuvre :

 

 

00:0000:00

 

 

 

Bilan

 

L’in­con­tes­table avan­tage de cette version est l’in­tro­duc­tion du véri­table échan­tillon­nage au sein du logi­ciel, et dans tous les modules gérant de l’au­dio, bravo Propel­le­rhead ! De quoi donner des idées, on l’es­père, à la concur­rence. On peut toute­fois espé­rer pour une mise à jour (ou une prochaine version ?) un éditeur d’échan­tillons plus sophis­tiqué, offrant plus de fonc­tions.

 

Côté modules, malgré la décep­tion du Dr Octo­rex et son impos­si­bi­lité à lire plusieurs boucles de façon simul­ta­née, Kong fait très bien son travail, en gardant à l’es­prit que Reason est avant tout un logi­ciel idéal pour la musique élec­tro­nique. On peut cepen­dant regret­ter l’im­pos­si­bi­lité d’avoir de vrais pads à quatre layers.

 

En ce qui concerne les autres nouveau­tés, qu’elles soient ergo­no­miques ou fonc­tion­nelles, l’équipe de déve­lop­peurs maîtrise son sujet depuis main­te­nant un certain temps, et Reason 5 en béné­fi­cie autant que ses prédé­ces­seurs. Bref, si l’en­re­gis­tre­ment direct d’échan­tillons dans un module pouvant l’uti­li­ser immé­dia­te­ment et un instru­ment perfor­mant dédié au sound design ryth­mique vous inté­resse, n’hé­si­tez pas. Et comme l’édi­teur propose une version démo du logi­ciel, rien n’em­pêche de se faire sa propre idée.

 

Points forts
  • Échantillonnage incorporé au sein des modules
  • Édition intégrée des samples
  • Module Kong
  • Nombreux échantillons de batterie
  • Trois moteurs de synthèse pour Kong
  • Module Dr OctoRex
  • Amélioration de l’édition
  • Export possible des échantillons enregistrés
  • Gestion du Multicore
  • Blocks
  • Enregistrement Midi multipiste
  • Aide HTML
Points faibles
  • Pas de lecture de boucles Rex simultanées dans Dr OctoRex
  • Pas de véritable Pad quatre Layers
  • Modules Snare Drum PM et Bass Drum PM peu convaincants
  • Aide HTML en anglais seulement
  • Pas de déclenchement manuel de l’enregistrement des samples
  • Localisation française parfois étrange
  • Plus de manuel papier
  • toujours pas de Rewire 64 bits

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.