Devenir membre
Devenir Membre

ou
Connexion
Se connecter

ou
test
68 réactions
La petite nouvelle
8/10
Partager cet article

C'est une rentrée particulièrement chargée que nous propose Native Instruments cette année, avec l’arrivée, entre autres nouveautés, de la troisième version de Maschine Mikro, étonnante à plus d’un titre.

Test de la Native Instruments Maschine Mikro Mk3 : La petite nouvelle

Sortie le 18 septembre, Maschine Mikro Mk3 surprend d’abord par son prix de 249 €, ce qui consti­tue tout de même une baisse de cent euros par rapport aux versions précé­dentes ! Qu’est-ce que la belle a dans le ventre et que cache cette baisse de tarif ? C’est ce que nous allons voir tout de suite ensemble.

Qui est-elle ?

La Maschine Mikro troi­sième du nom nous est livrée dans sa boîte en compa­gnie d’un câble USB, d’un ensemble de petits flyers compre­nant les infor­ma­tions d’en­re­gis­tre­ment du produit, la mention d’une offre spéciale du site Sounds.com et des auto­col­lants. Aucune docu­men­ta­tion n’est four­nie sur papier mais une version PDF pourra en revanche être télé­char­gée sur le site du fabri­cant. Pour l’ins­tant, le manuel n’existe qu’en anglais mais Native Instru­ments a l’ha­bi­tude de propo­ser ses modes d’em­ploi dans plusieurs langues : je ne me fais donc aucun souci quant à l’ap­pa­ri­tion prochaine d’une version française.

Native Instruments Maschine Mikro mk3 : NI MASCHINE MIKRO MK3 Rendering 04La Maschine Mikro Mk3 mesure 320 × 177 × 45 mm pour un poids de 1,2 kg, ce qui en fait un modèle légè­re­ment moins profond et moins haut qu’une Maschine Mikro Mk2. C’est d’ailleurs moins à cette dernière qu’à la récente Maschine Mk3 que l’on pense en la voyant. La matrice de 4×4 pads est ainsi entou­rée de quasi­ment les mêmes boutons et l’on y retrouve les mêmes commandes de trans­port, volume, swing et d’ac­cès aux para­mètres de plug-ins. On se réjouit enfin de la reprise du ruban tactile et de ses fonc­tions asso­ciées, qui sont désor­mais un stan­dard chez Native Instru­ments.

Accom­pa­gné de trois nouveaux boutons dont nous repar­le­rons, l’écran semble en revanche avoir subi une très forte cure d’amai­gris­se­ment tandis que la face arrière ne propose qu’une prise USB et une encoche Kensing­ton. On n’y verra point d’en­trées et sorties audio comme sur la Mk3 « normale », la Mikro n’em­barquant pas de carte audio inté­grée contrai­re­ment à sa sœur aînée.


D’où vient-elle ?

Native Instruments Maschine Mikro mk3 : touch-stripCe tour du proprié­taire ne laisse aucun doute quant à la nature profon­dé­ment « Maschi­nesque » de la bête et je ne peux pas m’em­pê­cher de re-souli­gner ici le plai­sir éprouvé à jouer sur les pads héri­tés de la Mk3. Leur largeur et leur excel­lente réac­ti­vité offrent un confort qui permet une subti­lité et un plai­sir de jeu énormes, n’ayons pas peur des mots. Mais la filia­tion avec la récente Maschine ne s’ar­rête pas là. Au plai­sir de l’uti­li­sa­tion des pads nouvelle version s’ajoute celui de retrou­ver l’ac­cès simpli­fié aux fonc­tion­na­li­tés de base comme l’ac­ti­va­tion des modes « pad » ou « keyboard » qui ne néces­sitent plus de navi­guer dans des sous-menus sans fin mais sont main­te­nant direc­te­ment acces­sibles d’une simple pres­sion sur un bouton. On se réjouira égale­ment du main­tien du ruban tactile dans le design de ce nouveau contrô­leur, devenu comme je le disais un stan­dard chez Native Instru­ments depuis son appa­ri­tion en huit exem­plaires sur la Maschine Jam il y a deux ans. Et l’on retrouve toujours le même plai­sir de pouvoir béné­fi­cier d’un outil permet­tant à la fois le contrôle continu ou discret d’un para­mètre donné.

Native Instruments Maschine Mikro mk3 : arriereÀ la lecture de ce para­graphe, on pourra remarquer qu’en évoquant la filia­tion de la Mikro Mk3 au sein de la famille Maschine, je parle beau­coup de la Mk3 mais fina­le­ment assez peu de la Mikro mk2, dont elle est pour­tant le succes­seur direct. C’est que, par rapport à cette dernière, la Mikro mk3 présente d’énormes diffé­rences, et notam­ment pas mal d’amé­lio­ra­tions.

Les carac­té­ris­tiques évoquées plus haut comme les nouveaux pads de qualité supé­rieure aux anciens et l’ac­ces­sion directe à certaines fonc­tions rendent de ce point de vue l’in­ter­ac­tion avec la Mikro mk3 infi­ni­ment plus agréable qu’avec les versions précé­dentes. Et je ne parle même pas de l’uti­li­sa­tion des Perform FX que l’ap­pa­ri­tion du ruban tactile rend enfin plei­ne­ment cohé­rente. L’ab­sence de ce dernier sur les modèles précé­dents de Maschine Mikro faisait en effet perdre beau­coup d’in­té­rêt à cette fonc­tion­na­lité.

On assiste donc globa­le­ment sur la Mikro mk3 à une flui­di­fi­ca­tion de l’er­go­no­mie sur un certain nombre de points par rapport aux ancêtres du contrô­leur. Mais au-delà de ces évolu­tions, c’est tout autre chose qui se dessine.

Où va-t-elle ?

Il n’aura échappé à personne que la taille de l’écran de la Maschine Mk3 n’a plus rien à voir avec celle des modèles précé­dents. C’est loin d’être un détail et cela s’avère être fina­le­ment assez révé­la­teur. Il convient à ce stade de consi­dé­rer une chose : les fonc­tion­na­li­tés doré­na­vant acces­sibles direc­te­ment par un bouton et non plus par la navi­ga­tion dans des menus peuvent rendre caduque la mise à contri­bu­tion d’un écran trop large. Vous me rétorque­rez que ce n’était pas le cas sur la Maschine Mk3 qui, malgré l’ac­cès direct aux fonc­tions sus-citées se pare de deux magni­fiques écrans couleur. Ce à quoi je répon­drai tout d’abord que nous avons affaire ici à un contrô­leur dont le design vise à lui faire occu­per le moins d’es­pace possible, et ensuite que la ques­tion centrale n’est pas là.

Cette réduc­tion de l’écran entre la Mikro mk2 et la Mikro mk3 signi­fie bien autre chose. En effet, les anciennes itéra­tions de Maschine Mikro avaient été clai­re­ment imagi­nées comme des contrô­leurs Maschine « normaux » en version réduite. Sur ces dernières, l’ac­cès à certaines fonc­tion­na­li­tés pouvait éven­tuel­le­ment se trou­ver légè­re­ment complexi­fié par l’ab­sence de second écran et celle des enco­deurs rota­tifs des Maschine « normales ». Mais au prix de ces quelques compro­mis ergo­no­miques, on retrou­vait grosso modo la même philo­so­phie d’uti­li­sa­tion entre ces dernières d’un côté et celles au format « Mikro » de l’autre. Si le système Maschine repo­sait déjà sur l’in­ter­ac­tion entre un contrô­leur maté­riel et un logi­ciel, l’idée était tout de même d’of­frir à l’uti­li­sa­teur une expé­rience la plus proche possible de l’uti­li­sa­tion des beat­boxes maté­rielles de type MPC.

Native Instruments Maschine Mikro mk3 : JamAvec la Mikro Mk3, Native Instru­ments instaure un nouveau rapport entre l’uti­li­sa­teur, le contrô­leur Maschine et le logi­ciel asso­cié. Si par le passé, celui-cil pouvait être globa­le­ment cantonné à un fonc­tion­ne­ment en tâche de fond, il est ici plei­ne­ment mis à contri­bu­tion. En effet, contrai­re­ment à ses ancêtres, la Maschine Mikro Mk3 s’avère pensée davan­tage comme un contrô­leur de son soft asso­cié et beau­coup moins comme la maté­ria­li­sa­tion physique de ce dernier. Et c’est bien cette nouvelle philo­so­phie-là que traduit la réduc­tion de l’écran citée plus haut, puisque c’est main­te­nant prin­ci­pa­le­ment l’écran de l’or­di­na­teur qui servira d’aff­chage prin­ci­pal.

Cette nouvelle philo­so­phie s’avère d’ailleurs parfai­te­ment cohé­rente si l’on consi­dère d’autres d’élé­ments de l’uni­vers Native Instru­ments. Tout d’abord, on constate que les claviers Komplete Kontrol S permettent de pilo­ter le logi­ciel Maschine grâce à leurs écrans et enco­deurs rota­tifs presqu’aussi bien que les contrô­leurs dédiés, et que la chose qui leur manque prin­ci­pa­le­ment dans ce contexte, ce sont des pads. On ne s’éton­nera donc guère que les dimen­sions de la nouvelle Maschine Mk3 corres­pondent quasi parfai­te­ment à l’es­pace dispo­nible sur les claviers en ques­tion.

Par ailleurs, comme je l’ai écrit plus haut, Native Instru­ments a sorti il y a deux ans le Maschine Jam, dont nous avons vu qu’il marquait déjà une rupture impor­tante dans la philo­so­phie Maschine de par son approche et ses fonc­tion­na­li­tés tota­le­ment nouvelles. Si la Mk3 « normale » repre­nait certaines des nouveau­tés propo­sées initia­le­ment par le Jam, il manquait à l’éco­sys­tème Maschine un appa­reil moins cher, pouvant s’uti­li­ser en parfaite harmo­nie avec le Jam tout en évitant en bonne partie les doublons de fonc­tion­na­li­tés, et le tout dans un envi­ron­ne­ment se rappro­chant davan­tage de la produc­tion studio que de la scène. C’est là aussi chose faite avec la mikro Mk3 dont le prix addi­tionné à celui du Jam (249 € + 289 € = 538 €) ne dépasse que d’une ving­taine d’eu­ros celui d’une Maschine Mk3 (519 €).

Ceci étant dit, il convient de nous plon­ger un peu plus en détail dans les impli­ca­tions liées à ce chan­ge­ment de philo­so­phie.

Comment y va-t-elle ?

Avec la mikro Mk3, on aban­donne donc l’idée d’un work­flow prin­ci­pa­le­ment centré sur le hard­ware. À ce titre, l’une des suppres­sions les plus révé­la­trices est celle de la fonc­tion « Save » pour­tant emblé­ma­tique des contrô­leurs Maschine ! Le chan­ge­ment de philo­so­phie se ressent dès le début du travail musi­cal : adieu le brow­sing au contrô­leur unique­ment. En effet, le système proposé par la Mikro mk3 et maté­ria­lisé par les trois petits boutons à gauche de l’écran impose de choi­sir via la souris l’on­glet dont on pourra ensuite explo­rer le contenu via l’en­co­deur rota­tif. On peut légi­ti­me­ment se deman­der pourquoi Native Instru­ments n’a pas songé à affec­ter les flèches de son contrô­leur à la navi­ga­tion entre les caté­go­ries du brow­ser.

Native Instruments Maschine Mikro mk3 : browserOn pourra toute­fois accé­der direc­te­ment via le contrô­leur à la liste des favo­ris ou bien encore aux derniers projets en date, et on appré­ciera l’as­pect pratique de ces derniers points. Ce qui est valable pour le char­ge­ment des plug-ins l’est égale­ment pour leur suppres­sion ou bien leur désac­ti­va­tion : tout cela se fait désor­mais unique­ment via l’or­di­na­teur. Au rayon des « pertes d’au­to­no­mie » par rapport aux versions précé­dentes de la Maschine Mikro, on regret­tera égale­ment de ne plus pouvoir béné­fi­cier du plein accès direct aux para­mètres de mixage. Si le volume global du projet et les volumes indi­vi­duels de chaque groupe et Sound peuvent être réglés sans recou­rir à l’or­di­na­teur, il n’en va pas de même pour les pano­ra­miques et les sorties auxi­liaires. Un peu dommage.

Bien entendu, on se doute que la taille de l’écran ne permet plus l’édi­tion de samples sur le contrô­leur. Mais s’il est aussi petit, l’écran n’en est pas moins parfai­te­ment lisible quels que soient la lumi­no­sité exté­rieure et l’angle de vue que l’on adopte, ce qui consti­tue un très bon point.

J’en­tends déjà de nombreuses voix s’éle­ver dans le loin­tain pour s’in­sur­ger contre toutes ces restric­tions d’au­to­no­mie, et c’est un point de vue que je peux tota­le­ment comprendre. Lesdites restric­tions restent toute­fois parfai­te­ment cohé­rentes au vu de l’évo­lu­tion de philo­so­phie que nous avons évoquée. Et il faut recon­naître une chose : l’er­go­no­mie hybride issue de l’uti­li­sa­tion conjointe du contrô­leur maté­riel, de la souris et de l’écran d’or­di­na­teur fonc­tionne parfai­te­ment bien ! On a vite fait de tirer plei­ne­ment parti de cette confi­gu­ra­tion et de se tailler un work­flow effi­cace où même le petit écran de la Mikro révèle toute son utilité en tant qu’af­fi­chage d’ap­point. Et bien entendu, le work­flow est encore accé­léré si l’on dispose d’une Maschine Jam.

Il y a en revanche certaines limi­ta­tions ou suppres­sions de fonc­tion­na­li­tés qui ne s’ex­pliquent pas par ce chan­ge­ment de philo­so­phie. Ainsi, si la Maschine Mikro dispose d’une fonc­tion Snap­shot au même titre que le Jam ou la Mk3, il est impos­sible sur cette dernière d’ef­fec­tuer plus d’une seule sauve­garde des para­mètres. Et cela va malheu­reu­se­ment plus loin, car si vous ouvrez sur votre système un fichier Maschine dispo­sant de plusieurs snap­shots (donc créé avec une Maschine Mk3 ou une Jam), vous ne pour­rez pas accé­der à ces derniers avec la Maschine Mikro mk3. C’est très dommage, et cela pour­rait presque être consi­déré comme de l’in­ci­ta­tion à l’achat de produits supplé­men­taires de la part de Native Instru­ments.

Enfin, je me dois de souli­gner l’in­com­pré­hen­sion que je ressens face à la suppres­sion d’une fonc­tion­na­lité en parti­cu­lier : la possi­bi­lité d’uti­li­ser la Maschine Mikro mk3 comme un simple contrô­leur MIDI/USB auto­nome ! Bien entendu, on peut toujours passer par le logi­ciel Maschine et router des messages MIDI issus de ce dernier vers une STAN-hôte ou bien une sortie physique. Mais ce n’est pas forcé­ment perti­nent lorsque l’on est à la chasse de la moindre ressource proces­seur dispo­nible et que l’on souhaite juste utili­ser les pads de la Maschine pour pilo­ter un VST de percus­sions dans sa STAN habi­tuelle. Espé­rons que Native Instru­ments propose rapi­de­ment une mise à jour afin de corri­ger ça !

Conclu­sion

Avec la Maschine Mikro mk3, c’est à un chan­ge­ment de para­digme que l’on assiste. Tous les précé­dents contrô­leurs de la série repré­sen­taient en quelque sorte des maté­ria­li­sa­tions physiques du logi­ciel auquel ils étaient reliés et propo­saient à l’uti­li­sa­teur une expé­rience aussi décon­nec­tée de l’or­di­na­teur que possible. Il en va autre­ment avec la petite dernière.

Celle-ci se présente bien davan­tage plutôt comme un outil qui vien­drait assis­ter l’uti­li­sa­tion du logi­ciel, et non l’in­verse. On consta­tera même qu’elle complé­tera parti­cu­liè­re­ment bien un setup « Native Instru­ments » déjà consti­tué par exemple d’un clavier Komplete Kontrol S ou d’une Maschine Jam. Bien entendu, ce chan­ge­ment de philo­so­phie se fait au prix de nombreuses coupes dans l’« auto­no­mie » qui carac­té­ri­sait les précé­dents modèles. Mais si vous ne détes­tez pas le travail de produc­tion musi­cale sur un écran d’or­di­na­teur et sur le logi­ciel Maschine en parti­cu­lier et que vous cher­chez un contrô­leur « Maschine » pour un tarif plus que raison­nable, cette petite Mikro Mk3 pour­rait se révé­ler un choix fort inté­res­sant.

  • Native Instruments Maschine Mikro mk3 : NI MASCHINE MIKRO MK3 Rendering 04
  • Native Instruments Maschine Mikro mk3 : touch-strip
  • Native Instruments Maschine Mikro mk3 : browser
  • Native Instruments Maschine Mikro mk3 : Jam
  • Native Instruments Maschine Mikro mk3 : arriere

 

8/10
Points forts
  • Le prix
  • Les pads
  • Le ruban tactile
  • L'accès direct à certaines fonctions
  • Le workflow quand on aime travailler avec un écran d'ordinateur
Points faibles
  • Le workflow quand n'on aime pas travailler avec un écran d'ordinateur
  • La gestion très restreinte des snapshots
  • L'impossibilité d'utiliser la Mikro mk3 comme contrôleur MIDI autonome

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.