Devenir membre
Devenir Membre

ou
Connexion
Se connecter

ou
pédago
10 réactions

Flanger, phaser, chorus et modulation

La synthèse sonore - 14e partie

Nous poursuivons dans le présent article notre exploration, débutée la dernière fois, des principaux effets que l’on peut trouver sur un synthétiseur.

Accéder à un autre article de la série...

Flan­ger, phaser, chorus

Le flan­ger et le phaser sont des effets issus du prin­cipe de signal retardé. Selon ce prin­cipe, un signal est, soit réinjecté à partir de sa sortie vers son entrée avec un léger retard, soit dédou­blé et mixé, là aussi avec un déca­lage tempo­rel. Dans les deux cas, ce déca­lage crée alors une diffé­rence de phase entre les deux signaux, avec les consé­quences que l’on connaît (voir article 2) : certaines fréquences vont s’en trou­ver augmen­tées, alors que d’autres vont être au contraire atté­nuées, voire tota­le­ment annu­lées. On parle égale­ment, dans ce cas précis, d’un filtrage en peigne, car l’af­fi­chage du spectre d’un tel signal alterne entre les pics (fréquences en phase) et les creux (fréquences hors phase), à la manière d’un peigne.

Les effets dans la synthèse sonore

Les résul­tats sonores produits par le flan­ger et le phaser sont très proches. Les diffé­rences entre les deux effets proviennent surtout de leurs modes de fonc­tion­ne­ment. Le flan­ger produit des pics et des creux fréquen­tiels de dimen­sions et à inter­valles régu­liers. Avec un phaser, l’es­pa­ce­ment, la profon­deur et la largeur des creux et pics peuvent être modi­fiés.

Un exemple de flan­ger : 

00:0000:00

Un exemple de phaser :

00:0000:00

Le chorus repose sur la multi­pli­ca­tion des voix sonores et sur la légère diffé­ren­cia­tion entre elles, que ce soit au niveau du délai entre elles, des alté­ra­tions de leur fréquence fonda­men­tale ou grâce à l’uti­li­sa­tion d’un vibrato désyn­chro­nisé. 

Exemple de chorus :

00:0000:00

La modu­la­tion en anneau

Les effets dans la synthèse sonore

Une forme évoluée de modu­la­tion de l’am­pli­tude est la modu­la­tion en anneau. Cette dernière tire son nom de la struc­ture même de l’as­sem­blage élec­tro­nique dont elle est le produit. Un modu­la­teur en anneau est en effet à l’ori­gine consti­tué d’une série de diodes dispo­sées… en anneau.  

Son prin­cipe de fonc­tion­ne­ment repose sur une onde porteuse P dont l’am­pli­tude vient être modu­lée par une onde modu­lante M. Cette dernière est souvent une onde sinu­soï­dale, mais pas obli­ga­toi­re­ment. N’hé­si­tez pas d’ailleurs à tester d’autres formes d’ondes quand votre modu­la­teur en anneau le permet, vous obtien­drez des résul­tats très diffé­rents ! La porteuse peut être tout signal, simple ou non, là aussi selon ce qu’au­to­rise l’ar­chi­tec­ture de votre synthé. L’ef­fet produit par la modu­la­tion en anneau est d’ailleurs très inté­res­sant.

Pour simpli­fier les choses, admet­tons que chacune des ondes, P et M, soit une sinu­soïde. Tant que la modu­lante ne dépasse pas 20 Hz – donc tant qu’elle n’entre pas dans le champ théo­rique­ment audible de l’être humain – le modu­la­teur en anneau se comporte un peu comme un LFO (voir article 6), et l’on obtient un effet de tremolo. Par contre, au-dessus de 20 Hz, P et M sont trai­tées avec le résul­tat suivant. Les fréquences des deux ondes d’ori­gine dispa­raissent et sont rempla­cées par deux autres fréquences : l’une résul­tant de l’ad­di­tion des deux fréquences d’ori­gine et l’autre de la sous­trac­tion de ces deux mêmes fréquences.

La modu­la­tion en anneau produit un son jugé souvent assez dur, les deux fréquences résul­tant de l’ad­di­tion/sous­trac­tion des fréquences d’ori­gine n’ayant souvent aucun rapport harmo­nique entre elles.

Dans le cas de formes d’ondes plus complexes, la modu­la­tion en anneau va géné­rer deux fréquences pour chaque compo­sant sinu­soï­dal de la porteuse et de la modu­lante.

00:0000:00

Modu­la­tion de largeur d’im­pul­sionMLI (anglais : Pulse width modu­la­tion – PWM)

Une autre forme de modu­la­tion souvent présente sur les synthé­ti­seurs est la modu­la­tion de largeur d’im­pul­sion. De manière géné­rale, en élec­tro­nique, la MLI sert à synthé­ti­ser un signal continu à partir d’un signal de type « on/off ». Ce dernier est le mieux repré­senté par l’onde rectan­gu­laire asymé­trique (« Pulse Wave ») telle que nous l’avons vue dans l’ar­ticle 4 de cette série, que je vous invite à relire rapi­de­ment si ce qui suit vous semble trop obscur. 

Les effets dans la synthèse sonore

Dans le cas de la MLI, l’état haut de l’onde repré­sente le mode « on », et l’état bas le mode « off ». L’idée est que l’on peut simu­ler tout type de signal continu en agis­sant sur le rapport cyclique de l’onde rectan­gu­laire en ques­tion, sans en chan­ger la fréquence.

Ce prin­cipe est notam­ment utilisé en élec­tro­nique domes­tique, par exemple dans les ther­mo­stats de chauf­fage afin de main­te­nir un niveau de tempé­ra­ture stable sans solli­ci­ter une consom­ma­tion conti­nue d’éner­gie.

En synthèse sonore, ce genre de problé­ma­tique n’a pas réel­le­ment cours. Mais alors, me deman­de­rez-vous, quel est donc l’in­té­rêt d’em­ployer la MLI en musique ? Tout simple­ment le fait que lorsque l’on fait varier le rapport cyclique, on modi­fie le contenu harmo­nique de l’onde sonore (mais ni la fréquence fonda­men­tale ni l’am­pli­tude géné­rale). La modu­la­tion peut être comman­dée par un LFO qui va impri­mer un mouve­ment cyclique à la modi­fi­ca­tion. 

Dans notre exemple toute­fois, c’est manuel­le­ment que nous avons fait varier la largeur d’im­pul­sion.

00:0000:00

 

← Article précédent dans la série :
Pitch bend, unisson, portamento et vibrato
Article suivant dans la série :
La synthèse soustractive →

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.