Devenir membre
Devenir Membre

ou
Connexion
Se connecter

ou
Agrandir
Ajouter ce produit à
  • Mon ancien matos
  • Mon matos actuel
  • Mon futur matos
Sennheiser ew 300 IEM G2
Photos
1/256

Test du Sennheiser EW 300 IEM G2

Système sans fil de la marque Sennheiser appartenant à la série EM

test
Au creux de l'oreille

Si Beethoven a pu composer malgré sa surdité, on sait à quel point bien entendre est essentiel pour bien jouer. C'est un des grands problèmes sur scène : comment prendre du plaisir et préserver sa fragile audition dans ce lieu bruyant ? La réponse vient peut-être des in-ears monitors, à l'instar du système EW 300 IEM G2 de Sennheiser.

Si Beetho­ven a pu compo­ser malgré sa surdité, on sait à quel point bien entendre est essen­tiel pour bien jouer. C’est un des grands problèmes sur scène : comment prendre du plai­sir et préser­ver sa fragile audi­tion dans ce lieu bruyant ? La réponse vient peut-être des in-ears moni­tors, à l’ins­tar du système EW 300 IEM G2 de Senn­hei­ser.

EW 300

In-ears signi­fie litté­ra­le­ment « dans l’oreille ». Contrai­re­ment à des écou­teurs de type walk­man qui se mettent à l’en­trée de l’oreille sans obstruer celle-ci, les in-ears moni­tors sont conçus de façon à en fermer le pavillon pour isoler des bruits exté­rieurs. On pour­rait en quelque sorte les compa­rer à des bouchons anti­bruit munis d’un casque audio.

Les modèles d’en­trée de gamme se présentent un peu comme des casques de bala­deurs qui s’en­fon­ce­raient dans le pavillon de l’oreille. Ils comportent des enve­loppes en mousse ou en caou­tchouc qui assurent l’iso­la­tion. Géné­ra­le­ment, plusieurs tailles d’en­ve­loppes sont four­nies pour offrir à l’uti­li­sa­teur le choix le plus adapté à sa morpho­lo­gie.

Les modèles plus haut de gamme sont, eux, moulés (par un audio­pro­thé­siste) à la morpho­lo­gie de l’ar­tiste. Géné­ra­le­ment, ils comportent une enve­loppe plus impor­tante qui couvre en grande partie le creux de la partie externe de l’oreille, renforçant l’iso­la­tion phonique. Par ailleurs, ils sont munis d’une sorte de branche en plas­tique qui vient se mettre derrière l’oreille, assu­rant une parfaite tenue en place du système.

Voilà pour le casque. Celui-ci se branche ensuite géné­ra­le­ment dans un récep­teur sans fil porté à la cein­ture qui reçoit des signaux d’un émet­teur connecté à un canal de retour. À noter que rien n’oblige à fonc­tion­ner avec un système HF. Par exemple, rien n’em­pêche un musi­cien qui ne bouge pas sur scène (comme un violon­cel­liste ou un contre­bas­siste, ou encore un clavier) de bran­cher direc­te­ment son in-ears sur un ampli casque clas­sique.

Descrip­tion du produit

Pour ceux dési­reux d’avoir tous les détails tech­niques, nous vous invi­tons à consul­ter la fiche sur le site de Senn­hei­ser.

En résumé, nous avons :

  • Modu­la­tion FM MPX stéréo.
  • Gamme de fréquences de 518 à 866 MHz
  • 1440 fréquences réglables par pas de 25 kHz
  • Rapport signal-bruit de 91 dB(A)
  • Distor­sion harmo­nique (DHT) infé­rieure à 0,9 %
  • Prise casque : 100mW (32 Ohm)
  • Récep­teur 82 × 64 × 24 mm, 170 g
Clip

Comme le système est un appa­reil profes­sion­nel, il ne semble pas soumis à la norme des 100 dB maxi. En tout cas, aucune indi­ca­tion à ce sujet ne figure dans la docu­men­ta­tion, mais celle-ci rappelle en plusieurs points de faire très atten­tion à une éven­tuelle utili­sa­tion à fort niveau. Par contre, le récep­teur comporte une fonc­tion limi­teur permet­tant de limi­ter le volume de sortie à un seuil défini par l’uti­li­sa­teur. Parfait pour éviter tout acci­dent sur scène lorsque l’ingé son retour fait ses réglages.

Au niveau des fréquences, le système fonc­tionne avec des banques de canaux. On a 8 banques de 12 fréquences préré­glées et une banque user de 12 fréquences réglables. On dispose d’une fonc­tion scan permet­tant de véri­fier que la banque que l’on souhaite utili­ser comprend des canaux libres. Un scan bloque les canaux déjà utili­sés et le résul­tat d’un scan peut être trans­mis à un ensemble d’émet­teurs et récep­teurs. On dispose de nombreuses autres fonc­tions comme un réglage de sensi­bi­lité d’en­trée, du squelch (réduc­tion de bruit), utili­sa­tion mono, stéréo ou « focus » (stéréo trans­for­mée en mono).

Le système HDX est un réduc­teur de bruit qui consiste à compres­ser le signal à 2:1 à l’émis­sion et à « l’ex­pan­ser » d’au­tant à la récep­tion. L’in­té­rêt est d’aug­men­ter la dyna­mique dispo­nible en limi­tant la présence d’in­ter­fé­rences HF dans le signal.
Par ailleurs, ce système est muni d’une « porteuse squelch ». Pour tout récep­teur radio, lorsqu’il n’y a plus d’émis­sion, on entend de forts para­sites. C’était le cas sur les anciens tuners radio entre deux stations. Ici, l’émet­teur envoie un signal sans la présence duquel la sortie audio du récep­teur se coupe, ce qui évite de se prendre un gros bruit dans les oreilles si l’émet­teur est malen­con­treu­se­ment coupé ou si l’on sort de la zone de récep­tion. C’est ce même signal qui permet à l’émet­teur et au récep­teur de dialo­guer.

Le casque

Oreille

Le casque est plutôt d’en­trée de gamme pour de l’in-ears. Il n’ins­pire pas au départ une confiance extrême : les fils sont très fins et l’en­semble paraît déli­cat, voire fragile. À l’usage, on ne consta­tera cepen­dant pas de dégra­da­tion, même après une utili­sa­tion assez inten­sive et quelques acci­dents d’ac­cro­chage du câble. De toute façon, un casque in-ears qui se doit d’être discret ne peut affi­cher la soli­dité d’un casque de studio ! Mais celui-ci tient bien le choc et se remplace le cas échéant à un tarif raison­nable (62 € TTC). C’est un modèle à oreillettes caou­tchouc. Il est fourni avec des caou­tchoucs de taille diffé­rente très faciles à chan­ger (il suffit de les tirer), mais qui tiennent bien en place sur le casque. L’in­té­rêt du caou­tchouc sur la mousse est qu’il est simple de le passer sous l’eau pour le nettoyer.

Contrai­re­ment à la photo­gra­phie sur l’em­bal­lage, il n’est pas possible de mettre les oreillettes de telle façon à ce que les fils remontent derrière l’oreille. En tout cas, cette posi­tion n’a apporté à aucun des testeurs un confort, une isola­tion et une tenue satis­fai­sants. Il faut donc placer les petites pattes de sortie du fil vers le bas de l’oreille, comme pour un casque de type Walk­man. On pourra ensuite faire remon­ter les fils au-dessus de l’oreille, mais cette solu­tion manque d’élé­gance et nuit plutôt à la tenue qu’elle ne la renforce. Tenue par ailleurs sans reproche une fois le casque en place. On peut regret­ter que ce casque ne soit pas un peu mieux fichu. Il remplit conve­na­ble­ment sa fonc­tion, mais compte tenu du prix de l’en­semble, on pouvait attendre mieux.

L’émet­teur et le récep­teur

L’émet­teur est impec­cable. Il respire la qualité de fabri­ca­tion et de fini­tion et la robus­tesse. De format rack, il est livré avec ses cornières de rackage. Deux points sont un peu regret­tables : l’en­trée audio se fait sur prises XLR unique­ment et l’ali­men­ta­tion est un trans­for­ma­teur externe. Les prises XLR sont logiques dans le cadre d’un usage en sono­ri­sa­tion consé­quente. Par contre, cela s’avère peu pratique en petite sono­ri­sa­tion où les sorties auxi­liaires des petites consoles de live sont souvent en jack. Dommage de ne pas avoir mis des prises combo jack/XLR. En petite confi­gu­ra­tion, il faudra en passer par des adap­ta­teurs. Quant à l’ali­men­ta­tion par transfo externe, ceci est peu commode lorsque l’ap­pa­reil n’est pas destiné à être racké.

Emetteur et récepteur

Tout ceci reste rela­ti­ve­ment anec­do­tique en regard des quali­tés montrées par l’émet­teur. Son affi­cheur est très clair et lisible. Il indique le niveau de signal entrant et les éven­tuelles satu­ra­tions. Les touches, agréables et précises, sont rétroé­clai­rées et la couleur indique l’état de l’ap­pa­reil. Outre la touche d’al­lu­mage, la touche set et une touche haut/bas permet­tant le réglage, on dispose d’une sortie casque munie d’un bouton de volume. Idéal pour contrô­ler le signal fourni à l’émet­teur sans courir après l’ar­tiste qui est muni du récep­teur, par exemple. Acces­soi­re­ment, en petite confi­gu­ra­tion scénique, l’émet­teur pourra servir de second ampli casque pour un musi­cien ne bougeant pas (clavier, contre­bas­sis­te…), mais celui-ci aura le même mixage que celui du récep­teur.

Le récep­teur montre la même qualité que l’émet­teur et fait excel­lente impres­sion : alimenté par deux piles LR6 1,5 Volt, il est peu encom­brant et peu lourd. Son clip de cein­ture est solide et pince ferme­ment. Telle­ment qu’il n’est pas toujours facile de le clip­per sur un gros jean, mais cela offre au moins la garan­tie qu’il restera bien en place, même sur un rockeur très énervé qui saute partout ! Il est muni d’une petite antenne semi-souple qui semble apte à subir sans dommage tous les tracas de la scène. On y trouve un bouton d’al­lu­mage et de volume faci­le­ment acces­sible, ainsi qu’un bouton up/down permet­tant entre autres le réglage de balance ou la sélec­tion de banque de fréquences. On dispose égale­ment d’un écran pour les infor­ma­tions de fréquences, de signal, de para­mé­trage ainsi que deux LED, l’une affi­chant la mise en service et cligno­tant quand les piles faiblissent, l’autre indiquant une trop faible récep­tion du signal. Derrière la trappe où l’on met les piles se trouvent les boutons SET pour entrer en mode para­mé­trage et vali­der les para­mètres et ESC(ape) pour annu­ler les modi­fi­ca­tions. Rien à dire sur ce récep­teur si ce n’est qu’on frise la perfec­tion.

Senn­hei­ser propose égale­ment des accus rechar­geables NiMH pour rempla­cer les piles. C’est une bonne nouvelle de pouvoir utili­ser cet appa­reil sur accus, tant d’un point de vue finan­cier qu’éco­lo­gique. Par contre, il est recom­mandé d’uti­li­ser les accus spéciaux propo­sés en option. Ceux-ci sont en effet munis d’un capteur permet­tant d’as­su­rer la bonne recon­nais­sance par le récep­teur, notam­ment au niveau du contrôle de l’état de charge. L’au­to­no­mie annon­cée est de 6 à 10 heures (piles). Je n’ai pas pu juger de la réalité de la chose, mais il me semble bien avoir obtenu une auto­no­mie plus impor­tante en utili­sant, il est vrai, l’ap­pa­reil à faible volume et à une rela­tive proxi­mité de l’émet­teur.

Utili­sa­tion

Le système a été testé dans plusieurs condi­tions :

  • en home studio pour le place­ment de micros dans une cabine
  • en répé­ti­tions, sur petite scène et en plein air par un chan­teur-clavier-bassiste (moi-même) dans le cadre d’un duo avec machines et instru­ments clas­siques
  • sur petite scène et en plein air par les chan­teur et bassiste d’un combo de reprises pop-rock (le groupe Joke-box)

Par ailleurs, le casque a beau­coup servi en usage « clas­sique » (type écoute bala­deur mp3).

Le casque

La qualité audio est assez bonne. À peu près du niveau d’un casque de bala­deur correct. Pas extra­or­di­naire, il offre cepen­dant une écoute satis­fai­sante pour la plupart des condi­tions de scène. Les basses sont rela­ti­ve­ment présentes et le son est clair et distinct.
L’iso­la­tion est bonne, sans plus. Lors de l’uti­li­sa­tion en studio pour placer des micros sur une batte­rie, je n’ai pas pu obte­nir une isola­tion suffi­sante pour masquer le son natu­rel de la batte­rie avec un volume raison­nable dans le casque. Bon, quand on voit combien de déci­bels envoie une batte­rie aux mains d’un batteur de rock…

J’ai effec­tué un autre test concer­nant l’in­so­no­ri­sa­tion : je m’en suis servi à moto. Comme beau­coup de motards, afin de préser­ver mes oreilles, je mets des bouchons anti­bruit pour rouler. Il s’agit des bouchons coniques en mousse que l’on trouve en grande surface ou en phar­ma­cie et qui four­nissent un amor­tis­se­ment autour de –29 dB.

Antenne

Lors de plusieurs trajets de plusieurs centaines de kilo­mètres, j’ai remplacé les bouchons par le casque Senn­hei­ser relié à un bala­deur mp3. Si l’iso­la­tion n’est pas tout à fait à la hauteur des bouchons en mousse, elle s’avère plus que satis­fai­sante. Avec un volume très raison­nable dans le casque (je déteste les forts niveaux et j’ai surtout une sainte trouille de me ruiner les oreilles), on peut écou­ter tous styles de musique, tout en perce­vant suffi­sam­ment le régime moteur. Mora­lité, moi qui n’aime pas emprun­ter les voies express et les auto­routes en moto (c’est d’un ennui !), je m’y suis risqué avec le in-ear et en écou­tant de la musique, le pensum se trans­forme presque en plai­sir.

Le confort du casque n’est jamais pris en défaut, même sous le casque moto. Là où les bouchons anti­bruit deviennent parfois incon­for­tables ou grattent au bout de quelques heures, le casque in-ear ne dérange abso­lu­ment pas. La seule diffi­culté est qu’il est un peu déli­cat d’en­fi­ler un casque inté­gral sans faire bouger le in-ears, mais une fois le tout en place, tout va bien. Et rares sont les musi­ciens qui jouent avec un casque inté­gral !

Ce casque peut, en dehors de tout contexte musi­cal, faire un bon casque de bala­deur pour écou­ter de la musique dans un envi­ron­ne­ment parti­cu­liè­re­ment sonore. Les motards et les usagers des trans­ports en commun appré­cie­ront. Peut-être aussi ceux qui travaillent dans des condi­tions très bruyantes néces­si­tant un casque anti­bruit (chan­tier, usine). Le in-ears, s’il ne suffit pas à l’amor­tis­se­ment sonore (et n’est pas estam­pillé aux normes de sécu­rité), doit sans problème se porter sous un casque isolant, notam­ment grâce à la finesse des fils et renfor­cera l’iso­la­tion.

Dans le cadre de l’uti­li­sa­tion musi­cale, on retrouve ce même confort. Une fois le casque bien mis, on l’ou­blie presque et si l’on n’ac­croche pas le fil quelque part (géné­ra­le­ment, on le passe dans le dos sous ses vête­ments), il tient parfai­te­ment en place.

L’en­semble du système

La qualité audio four­nie par l’en­semble est très bonne. La commu­ni­ca­tion HF (testée égale­ment avec d’autres casques) est claire, exempte de grésille­ments ou d’in­ter­fé­rences. Le seul cas où l’on a pu consta­ter quelques bruits curieux fut en répé­ti­tion, en studio. J’ai cru que c’était dû à la présence de nombreux appa­reils en fonc­tion autour de l’émet­teur et le problème a été réglé simple­ment en chan­geant de banque de fréquence. Mais en fait, la docu­men­ta­tion recom­mande tout bête­ment une distance mini­mum de 5 m entre émet­teur et récep­teur pour ne pas satu­rer celui-ci et j’étais alors très proche du récep­teur. En pratique, ça fonc­tionne très bien, même à moins de 5 m.

Prises

Deux des concerts tests ont été effec­tués dans le cadre du Festi­val Inter­cel­tique de Lorient. Là, on a beau­coup de scènes (souvent munies de nombreux HF) du in et du off dans un espace restreint, sans comp­ter qu’on est dans un centre-ville cerné de bâti­ments renvoyant allè­gre­ment les ondes et autour d’un port dont l’eau fait courir les ondes comme un sprin­ter de 100 m. De plus, dans ce cadre urbain et mari­time en période de festi­val, on retrouve toutes les émis­sions radio possibles et imagi­nables : radios locales, fais­ceaux-presse, forces de sécu­rité (très présentes pendant le festi­val), bateaux de plai­sance et de commerce, gendar­me­rie mari­time, sans comp­ter le port mili­taire à deux pas. Bref, un vrai enche­vê­tre­ment d’ondes. Le système HF n’a été pris en défaut à aucun moment, même en s’éloi­gnant pas mal de la scène pour aller faire le show au milieu du public.

Le système in-ears HF apporte dans ce cas un excellent confort. En effet, lorsqu’on s’éloigne de la scène, il devient malaisé, voire diffi­cile de jouer. Avec la faible vitesse de propa­ga­tion du son dans l’air, on se retrouve avec de la latence. Disons pour résu­mer gros­siè­re­ment que le son parcou­rant un mètre en 3 ms, on se retrouve avec envi­ron 30 ms à seule­ment 10 m de la façade ! Dur. On n’a plus ce problème avec le système HF puisque l’élec­tri­cité comme les ondes radio voyagent à la vitesse de la lumière.

Enfin, côté usage, quel bonheur de se passer de trans­por­ter et instal­ler un retour, sans comp­ter les ques­tions de place qu’il peut parfois y avoir dans les bars et autres petits lieux. Et sur une plus grosse scène, le fait de ne pas voir celle-ci encom­brée de retours est plus esthé­tique. La liberté de mouve­ment des musi­ciens est sans commune mesure, surtout si leurs instru­ments sont eux-mêmes bran­chés en HF.

Reste un cas où un système in-ears convient peu : le caba­ret. Dans un spec­tacle où l’on travaille beau­coup en inter­ac­tion avec le public tout proche, l’iso­la­tion procu­rée par le casque empêche pratique­ment d’en­tendre les réac­tions du public et de jouer l’in­ter­ac­ti­vité.

Quant à ce système en parti­cu­lier, le casque s’avère sans doute un peu juste côté isola­tion pour un batteur qui veut un retour à niveau raison­nable, mais semble adéquat pour tout autre musi­cien. Sans comp­ter que rien n’em­pêche de rempla­cer le casque par un meilleur modèle, notam­ment un qui soit moulé à son oreille.

Conclu­sion

Piles

 

Cet ensemble fait très bien son travail. Le casque s’avère meilleur qu’il ne le laisse penser au premier abord, mais sa hauteur de gamme est un peu déce­vante en regard de la qualité du système HF et on aurait aimé quelques dB de plus d’iso­la­tion. Rien n’em­pêche de prendre un meilleur casque avec ce système, mais celui-ci fait déjà très bien son travail et se révèle plus que satis­fai­sant y compris pour d’autres usages. Quant au système HF, les tests que nous avons effec­tués n’ont pas permis de le prendre en défaut, ni du point de vue de la qualité sonore, ni côté trans­mis­sion. L’émet­teur comme le récep­teur respirent la soli­dité et la qualité de fabri­ca­tion promet­tant sans problème de longues années d’uti­li­sa­tion.

Points forts
  • Qualité globale de conception et fabrication
  • Fiabilité du système
  • Autonomie
Points faibles
  • Mérite un meilleur casque
  • Pas d'entrée jack pour les petites configurations
Soyez le premier à réagir à cet article

    Vous souhaitez réagir à cet article ?

    Se connecter
    Devenir membre
    cookies
    Nous utilisons les cookies !

    Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
    Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

    Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

    Tous nos cookies
    Cookies non soumis à consentement
    Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
    Google Analytics
    Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
    Publicités
    Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

    Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

    Tous nos cookies
    Cookies non soumis à consentement

    Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

    Google Analytics

    Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

    Publicités

    Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


    Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
    Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.