Devenir membre
Devenir Membre

ou
Connexion
Se connecter

ou
pédago

L'utilisation des clefs

Solfège : Du bon usage des clefs

Pour adapter la notation musicale aux différentes tessitures d'instruments, on recourt à différentes clefs. Pourquoi, quand, comment : voici tout ce qu'il faut savoir pour bien les utiliser...

Accéder à un autre article de la série...

Comme nous l’avions vu, une clef sert de repère pour écrire les notes sur la portée. Nous avons jusqu’ici toujours utilisé la clef de Sol pour repé­rer les notes :

Le chiffre indiqué à droite du nom de chaque note indique le numéro d’oc­tave. Comme il n’y a que 7 noms de note diffé­rents, il existe un système de numé­ro­ta­tion des octaves. Rappe­lons que l’oc­tave est l’in­ter­valle qui sépare deux notes portant le même nom et compor­tant donc 6 autres notes entre elles.

Les 8 notes ci-dessus couvrent l’éten­due d’une octave. Cette octave porte le numéro 3. L’oc­tave suivante commence au Do situé dans le troi­sième inter­ligne et porte le numéro 4. On peut faci­le­ment écrire les notes de l’oc­tave 4 en clef de sol (le dernier Do appar­tient déjà à l’oc­tave 5) :

 

L’uti­li­sa­tion de la clef de Fa

La clef de Fa permet d’écrire des notes plus graves couvrant les octaves 1 et 2. Voici la clef de Fa et les notes des octaves 1 et 2 :

Avec la clef de Fa et la Clef de Sol, vous pouvez déjà écrire sur une éten­due de 4 octaves. Vous pouvez égale­ment utili­ser des lignes supplé­men­taires pour placer des notes encore plus haut ou plus bas sur la portée. Remarquez que l’ordre des notes reste toujours le même, peu importe la clef.

Voici d’ailleurs 4 octaves écrites avec les deux clefs :

En obser­vant les portées ci-dessus, nous voyons qu’une note placée sur une ligne peut porter un nom diffé­rent selon la clef qui se trouve au début de la portée. Une note placée sur la troi­sième ligne est un Si en clef de sol et un Ré en clef de fa. Ceci rend malheu­reu­se­ment l’ap­pren­tis­sage de la lecture des notes un peu plus diffi­cile, car il est néces­saire de pouvoir lire couram­ment dans les deux systèmes.

La tessi­ture des instru­ments

La tessi­ture d’un instru­ment (égale­ment appelé le registre d’un instru­ment) est l’éten­due des notes qu’il est capable de jouer. Les instru­ments utilisent la clef qui est la plus proche de leur tessi­ture, afin que ses notes se retrouvent le plus possible dans la portée. Les parti­tions d’une guitare basse ou d’une contre­basse seront écrites en clef de Fa, car la tessi­ture de ces instru­ments est essen­tiel­le­ment grave. Les instru­ments plus aigus (flûte, trom­pette, …) s’écri­ront en clef de sol, qui est mieux adap­tée à leur tessi­ture.

Les instru­ments à clavier (piano, orgue, synthé­ti­seur, clave­cin, …) couvrent une éten­due assez vaste et sont écrits sur deux portées, en clef de sol et clef de fa. Les deux portées sont reliées par une acco­lade indiquant qu’elles doivent être lues par le même instru­ment. Voici comment elles se présentent :

Comme précé­dem­ment, voici 4 octaves écrites dans deux clefs mais en utili­sant les 2 portées :

En règle géné­rale, les notes écrites dans la portée infé­rieure seront jouées par la main gauche et les notes écrites dans la portée supé­rieure par la main droite. C’est le plus natu­rel, car les notes sont de plus en plus aiguës en se diri­geant vers la droite du clavier.

Les autres clefs

Lorsque vous placez une note sur une ligne de la portée, son nom dépend de la clef qui la précède. Nous en avons déjà vu deux. Comme il y a 7 noms de notes diffé­rents, il est possible de lire les notes sur la portée de 7 manières diffé­rentes et il y a donc 7 clefs diffé­rentes. Heureu­se­ment, les 5 autres clefs sont utili­sées unique­ment pour des instru­ments bien précis. En appre­nant le clavier musi­cal, vous n’en aurez jamais besoin. Voici un réca­pi­tu­la­tif des clefs avec pour chacune la posi­tion de la note Do 3 :

Toutes ces notes portent le même nom et repré­sentent la même hauteur sonore.

La première est la clef de Sol. Elle fixe la posi­tion de la note Sol sur la deuxième ligne. On parle parfois de la clef de sol deuxième, pour ne pas la confondre avec la dernière, qui possède le même symbole mais qui est placée sur la première ligne.

La seconde clef est la clef de Fa. La note Fa est placée sur la quatrième ligne de la portée, entre les 2 points du symbole. On l’ap­pelle aussi clef de Fa quatrième.

La clef suivante est la clef de Fa troi­sième. Elle est très rare. La note Fa est placée sur la troi­sième ligne, entre les deux points.

Les quatre clefs suivantes sont les clefs d’Ut. Ut est un nom ancien pour la note Do. Il reste utilisé pour le nom des clefs qui sont basées sur cette note. Pour chacune de ces clefs, le Do est placé sur la ligne centrale du symbole de la clef, entre les deux courbes. Ces clefs sont appe­lées respec­ti­ve­ment clef d’Ut première, clef d’Ut seconde, clef d’Ut troi­sième et clef d’Ut quatrième, en faisant réfé­rence à la ligne de la portée où se place le Do.

La dernière clef est la clef de Sol première. Elle est extrê­me­ment rare. La note Sol est située sur la première ligne. Au point de vue du nom des notes, elle est équi­va­lente à la clef de Fa quatrième. La seule diffé­rence est que les notes sont placées à deux octaves de diffé­rence. Pour les 7 autres clefs, le nom des notes est chaque fois diffé­rent pour chaque ligne de la portée. Sachez que dans la majo­rité des Conser­va­toires, les étudiants doivent apprendre à lire couram­ment les 7 clefs !

Comme les notes sont toujours nommées dans le même ordre et qu’elles ne peuvent s’écrire que sur une ligne ou dans un inter­ligne, vous pouvez retrou­ver le nom et la hauteur de toutes les notes de toutes les clefs à partir de cet exemple. En partant de la note Do 3, voici par exemple le nom et la posi­tion des notes en clef d’Ut troi­sième :

Certains instru­ments à percus­sion n’ont pas besoin de préci­ser la hauteur des notes. C’est le cas de tous les instru­ments de la batte­rie.

Chaque partie de la batte­rie peut être frap­pée pour produire un son, mais celui-ci reste toujours à la même hauteur. Dans un tel cas, l’uti­li­sa­tion d’une clef sur la portée n’a pas d’uti­lité. Dans la pratique, on ne dessine pas de clef ou on utilise un symbole spécial comme par exemple :

L’uti­li­sa­tion des lignes de la portée est assez libre pour l’écri­ture des percus­sions. Il existe plusieurs systèmes diffé­rents. La plupart du temps, vous trou­vez au début de la parti­tion une expli­ca­tion de la conven­tion utili­sée, comme par exemple :

Remarquez que l’on peut utili­ser des symboles diffé­rents pour les têtes de notes, comme ici la croix pour repré­sen­ter la cymbale. On peut égale­ment modi­fier le nombre de lignes de la portée. Pour un instru­ment unique (caisse claire d’or­chestre, grosse caisse seule, triangle, …) on verra souvent une portée à une seule ligne, qui repré­sente les valeurs ryth­miques à jouer :

Conven­tions d’écri­tures

La clef que l’on utilise doit être écrite à chaque début de portée pour tous les instru­ments (sauf éven­tuel­le­ment la percus­sion). Au cours de la portée, il arrive que l’on change de clef. Dans ce cas la nouvelle clef est dessi­née si possible juste avant une barre de mesure, soit juste devant la première note qui est affec­tée par la clef. Dans les deux cas, elle est dessi­née un peu plus petite que sa dimen­sion normale. En voici un exemple :

Lorsqu’un chan­ge­ment de clef survient lors d’un saut de portée, il est courant de dessi­ner la clef juste à la fin de la mesure, afin que l’in­ter­prète ne soit pas surpris en passant à la ligne :

Un grand merci à Domi­nique Vanden­neu­cker, auteur du logi­ciel Pizzi­cato d’Arpège Musique, pour son auto­ri­sa­tion de publier cet article sur Audio­Fan­zine. Copy­right ARPEGE sprl.

 

← Article précédent dans la série :
Les triolets et sextolets
Article suivant dans la série :
Comment lire un diagramme d’accords ? →
Soyez le premier à réagir à cet article

    Vous souhaitez réagir à cet article ?

    Se connecter
    Devenir membre
    cookies
    Nous utilisons les cookies !

    Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
    Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

    Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

    Tous nos cookies
    Cookies non soumis à consentement
    Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
    Google Analytics
    Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
    Publicités
    Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

    Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

    Tous nos cookies
    Cookies non soumis à consentement

    Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

    Google Analytics

    Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

    Publicités

    Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


    Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
    Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.