Devenir membre
Devenir Membre

ou
Continuer avec Google
Connexion
Se connecter

ou
Se connecter avec Google
pédago
Le tube : sa vie, son oeuvre

Des Tewbs pour les Newbs (partie 2)

Cette semaine, on part à plus de 80 miles/h vers l'origine du petit tube en verre qui amplifie dans nos appareils préférés : retour sur l'histoire d'un composant qui a dominé le monde des communications pendant plus de 5 décennies, et qui continue de chanter pour le bonheur de nos oreilles.

Alors, bien sûr, quand je dis « l’his­toire du tube », je ne parle pas très sérieu­se­ment : vous croyez pas que je vais vous faire l’his­toire complète d’un petit bidule qui a révo­lu­tionné le monde des tech­no­lo­gies, qui a dominé toutes les trans­mis­sions, émis­sions et trai­te­ments de signaux durant un peu plus de cinquante ans… bref, d’une des grandes inven­tion du XXème siècle avec les quelques 30 000 signes d’un dossier pédago d’AF ? Car, le tube, c’est cinq décen­nies (et plus, car il n’a pas immé­dia­te­ment cédé la place au tran­sis­tor) de trans­mis­sions radio, de déve­lop­pe­ment des lignes télé­pho­niques, de tech­no­lo­gies mili­taires et scien­ti­fiques, de trai­te­ment des signaux basse fréquence, haute fréquence et ultra haute fréquen­ce… C’est la TSF, la sono­ri­sa­tion des ciné­mas, la télé­vi­sion, les appa­reils de légendes fabriqués par Western Elec­tric, Altec, Marantz, le son de la BBC, de la RTF. N’en jetez plus !

Ce que l’on va plutôt propo­ser dans cet article c’est, dans un premier temps, quelques dates impor­tantes du déve­lop­pe­ment de la tech­no­lo­gie du tube, et en parti­cu­lier des tubes qui inté­ressent les musi­ciens. Dans un second et troi­sième temps, on expliquera succinc­te­ment, à partir de cette base histo­rique, comment est conçu un tube. Et pour finir, on se penchera sur la ques­tion de l’hé­ri­tage des tubes d’an­tan : tubes vintages vs. nouvelles produc­tions, que choi­sir ?

Le tube en quelques dates

Le tube est une inven­tion du tout début du XXème siècle. À cette époque, depuis quelques décen­nies déjà, des recherches sont conduites sur les phéno­mènes élec­triques dans des ampoules, soit sous vide, soit remplies de gaz. De même, l’an­cêtre du tube élec­tro­nique, la diode à vide (cf. première date ci-dessous) n’est pas la première « diode », et son prin­cipe de fonc­tion­ne­ment (l’émis­sion ther­moïo­nique, que j’ex­plique dans la seconde partie) est observé par Becque­rel dès 1853. Commençons toute­fois en 1904…

1904 : John Ambrose Fleming invente la diode à vide qu’il nomme oscil­la­tion valve. C’est alors qu’il travaillait pour la Wire­less Tele­graph and Signal Company de Guglielmo Marconi (société qui est à l’ori­gine, entre autres exploits, de la première trans­mis­sion radio trans­at­lan­tique, et qui posa les fonde­ments de ce qui devien­dra la BBC) que Fleming, en se basant sur les travaux d’Edi­son, déve­loppa sa diode : une ampoule à vide dans laquelle se trou­vaient deux élec­trodes : un fila­ment de tungs­ten (comme dans une ampoule à fila­ment) et une plaque de métal. Lorsque le fila­ment chauffe suffi­sam­ment, des élec­trons (les charges néga­tives) s’en détachent et flottent dans le vide. Si la plaque de métal reçoit une tension élec­trique posi­tive, elle attire les élec­trons, créant ainsi un courant élec­trique dans le vide de l’am­poule.

Valve de Fleming

Valves de Fleming

1906 : Lee De Forest crée le tube audion, la première triode (tube à trois élec­trodes), qui va permettre l’am­pli­fi­ca­tion d’un signal. La triode permet le contrôle du courant qui traverse le tube en insé­rant, entre le fila­ment et la plaque, une grille. Celle-ci, rece­vant une tension néga­tive permet de repous­ser les élec­trons, qui atteignent moins, voire plus du tout, la plaque. On peut donc, à partir d’une tension fixe ou modu­lée, contrô­ler le courant qui traverse le tube. Dans nos amplis, la triode se trouve utili­sée dans tous les tubes de préam­pli : 12AX7, 12AT7, 12AY7, etc.

Audion des Forest

1910 : Walter Schottky invente la tétrode, c’est-à-dire un tube à quatre élec­trodes. L’ajout d’une seconde grille, que l’on nomme l’écran, permet plusieurs inno­va­tions, dont un facteur d’am­pli­fi­ca­tion plus impor­tant (de 100 max pour une triode à 500, au maxi­mum, pour une tétrode). Ces tubes peuvent produire une puis­sance beau­coup plus impor­tante que les meilleures triodes. Mais cette seconde grille peut poser quelques problèmes, dont des oscil­la­tions et des distor­sions du signal. On déve­loppa alors…

EL34 Mullard1926 : la pentode. Inven­tée par Gilles Holst et Bernard D. H. Telle­gen, travaillant chez Phil­lips (voir ci-contre), la pentode intro­duit une cinquième élec­trode, encore une grille, que l’on nomme la grille d’ar­rêt. Sans rentrer dans trop de détails, cette grille très proche de la plaque permet une meilleure effi­ca­cité de la trans­mis­sion du flux d’élec­trons jusqu’à celle-ci, avec moins de pertes. Deux pentodes courantes dans vos amplis de guitare : EL84, EL34. Il existe une varia­tion…

1933, Isaac Shoen­berg, Cabot Bull et Sidney Rodda, travaillant chez EMI, déposent le brevet de la tétrode à fais­ceau dirigé. Il s’agit pour eux d’of­frir une alter­na­tive à la pentode dont Phil­lips et son parte­naire, Mullard, déte­naient le brevet. Le but est le même : réali­ser un tube de puis­sance aux pertes limi­tées. Leur idée ? Colli­ma­ter les fais­ceaux d’élec­trons. Oui, oui, vous avez bien lu : colli­ma­ter des fais­ceaux, cela veut dire les aligner, les rendre paral­lèles. Pour cela deux solu­tions sont employées : parfai­te­ment aligner les ouver­tures de la grille et de l’écran, pour permettre un meilleur passage des fais­ceaux, puis insé­rer avant la plaque une élec­trode (qui n’est, pour une fois, pas une grille)  qui va aider à diri­ger les fais­ceaux vers la plaque. Si EMI, via sa société MOV, breveta cette tech­no­lo­gie diffi­cile à réali­ser (l’ali­gne­ment des grilles demande une grande préci­sion d’usi­nage), elle vendit le brevet à RCA qui déve­loppa les tétrodes à fais­ceau dirigé les plus courantes dans nos amplis : les 6V6 et 6L6.

Vous remarquez qu’à ce stade je n’ai pas vrai­ment expliqué à quoi servent, exac­te­ment, toutes ces élec­tro­des… Mais cela ne va pas durer !

De la diode à la triode

Dans cette partie je vais tenter une expli­ca­tion simple du fonc­tion­ne­ment basique d’une triode, ce qui nous permet­tra d’abor­der les fonc­tion­na­li­tés des diffé­rentes élec­trodes que l’on peut lui ajou­ter.

Le prin­cipe de base du fonc­tion­ne­ment d’un tube élec­tro­nique, c’est l’émis­sion ther­moïo­nique : lorsque l’on chauffe suffi­sam­ment une élec­trode, des élec­trons vont se déta­cher de sa surface et venir flot­ter dans le vide, ou le gaz, à l’in­té­rieur du tube. Dans les premières diodes à vide, un fila­ment de tungs­tène est chauffé jusqu’à envi­ron 777°C, les élec­trons s’en détachent et viennent former un nuage que l’on appelle la charge d’es­pace.

DiodeL’in­tro­duc­tion d’une plaque de métal face au fila­ment permet d’ex­ploi­ter cette émis­sion ther­moïo­nique : la charge d’es­pace étant néga­tive (les élec­trons sont des parti­cules néga­tives), si la plaque reçoit une tension élec­trique posi­tive, celle-ci va commen­cer à atti­rer les élec­trons : cela crée un courant dans le tube. On obtient alors un dispo­si­tif qui peut fonc­tion­ner conti­nuel­le­ment : le fila­ment étant chauffé grâce au courant élec­trique, il est en mesure de conti­nuer à four­nir des élec­trons, qui conti­nue­ront d’être atti­rés par la plaque posi­tive. On nomme ces deux éléments la cathode (le fila­ment, noté K) et l’anode (la plaque, notée A).

NB : utili­ser direc­te­ment le fila­ment comme cathode (on appelle cela une cathode à chauf­fage direct) a vite été remplacé par l’usage d’une plaque de métal très proche du fila­ment, et qui est chauf­fée par lui (voir schéma ci-contre). On parle alors de cathode à chauf­fage indi­rect.

On comprend donc à partir de cette expli­ca­tion succincte, qu’un élément primor­dial pour comprendre le fonc­tion­ne­ment d’un tube, c’est de le penser en terme de pola­rité : l’anode (la plaque) doit rece­voir une tension posi­tive par rapport à la cathode. Mais atten­tion, cette dernière n’a pas besoin d’être néga­tive en soi (il ne faut pas penser leur rela­tion sur un mode symé­trique) mais seule­ment d’avoir une tension moins posi­tive que l’anode. Souvent on raccorde la cathode à la masse (0V), avec parfois l’usage d’une petite résis­tance qui fait monter sa tension à quelques volts, tandis que l’anode en reçoit plusieurs centaines.

Une fois cette idée assi­mi­lée, on comprend bien comment, en insé­rant entre la cathode et l’anode une ou plusieurs autres élec­trodes on va pouvoir contrô­ler le courant : si ces élec­trodes sont posi­tives, elles vont atti­rer à elle les élec­trons ; si ces élec­trodes sont néga­tives, elles vont les repous­ser.

TriodeAinsi, naît l’idée de base de la triode : on insère une fine grille métal­lique entre la cathode et l’anode, et on lui donne une pola­rité néga­tive. Elle va donc repous­ser les élec­trons, et les empê­cher d’at­teindre l’anode. Mais, comme il s’agit d’une grille (notée G), elle a des trous : une partie des élec­trons va quand même réus­sir à passer. On va donc pouvoir varier la tension néga­tive de cette grille pour obte­nir un flux d’élec­trons (un courant) plus ou moins impor­tant.

Alors, si l’on injecte dans cette grille un signal audio (qui prend la forme d’une tension variable), ce signal va permettre de comman­der le flux d’élec­trons qui rejoint la plaque. On pourra alors mesu­rer, au niveau de la plaque, un courant dont les varia­tions repro­dui­ront le signal audio d’en­trée. Il suffit ensuite de raccor­der une résis­tance à l’anode pour obte­nir une tension (sur ce point je vous renvoie à l’ar­ticle sur la loi d’Ohm, où l’on voit bien comment une tension est le produit de la rencontre d’un courant et d’une résis­tance). Cette tension d’anode repro­duira fidè­le­ment la tension d’en­trée, à ce détail près que son ampli­tude aura augmenté : c’est la propriété d’am­pli­fi­ca­tion du tube.

Toujours plus d’élec­trodes

À partir de là, on peut abor­der l’ajout d’autres élec­trodes :

  • Dans la tétrode (4 élec­trodes), l’écran entre la grille et l’anode, pola­risé posi­ti­ve­ment, a pour fonc­tion d’aug­men­ter le flux d’élec­trons depuis la cathode. L’écran accé­lère la course des élec­trons, qui le traversent et viennent rejoindre l’anode plus vite et en plus grand nombre, sans avoir eu besoin pour cela d’aug­men­ter la tension de l’anode. À tension d’anode égale, une tétrode permet­tra de géné­rer une plus grande puis­sance (et aura un plus grand facteur d’am­pli­fi­ca­tion) qu’une triode. Mais il y a un problème : en frap­pant la plaque, les élec­trons viennent délo­ger d’autres élec­trons : on appelle cela l’émis­sion secon­daire. Ces élec­trons auront tendance à ne pas reve­nir à la plaque, mais au contraire à être atti­rés par l’écran. C’est pour éviter cela qu’on a inven­té…
  • La grille d’ar­rêt, dans la pentode. Elle est relié à la cathode (soit direc­te­ment dans le tube, soit dans le circuit), ainsi sa pola­rité est néga­tive par rapport à la plaque et elle repous­sera donc les élec­trons d’émis­sions secon­daire. Dans la tétrode à fais­ceau dirigé, la grille d’ar­rêt prend la forme de deux plaques convexes aidant tous les élec­trons (y compris ceux de secondes émis­sions) à rester au sein de fais­ceaux paral­lèles, depuis la cathode jusqu’à la plaque.

Tétrode à faisceau dirigé

Les fais­ceaux dans une tétrode

Il existe de nombreux autres modèles de tube (hexode, hepto­de…) ainsi que des mélanges (une triode et une pentode dans un même tube). Toute­fois, en ampli­fi­ca­tion de guitare, les modèles que j’ai présen­tés restent, de loin, les plus courants.

Tubes neufs ou vintages, que choi­sir aujour­d’hui ?

Comme on le voit égale­ment, le déve­lop­pe­ment des milliers de modèles de tubes qui exis­tèrent entre les années 1930 et 1960, fut orga­nisé par des socié­tés qui se concur­rençaient rude­ment, et tentaient de réali­ser les meilleurs tubes pour décro­cher des contrats avec des société de radio­pho­nie, de télé­vi­sion, ou avec l’ar­mée. Le tube était partout, d’où un produc­tion alors plétho­riques, et des contrôles quali­tés dras­tiques. Sans oublier que, dans ce portrait rapide, j’ai laissé de côté l’URSS, et ses produc­tions natio­nales de tubes, en parti­cu­lier pour l’ar­mée.

Aujour­d’hui, les tubes que nous utili­sons sont produits dans deux usines. En 2019, il y en avait trois, mais l’usine de Shuguang Elec­tric Company a fermé suite à un incen­die, et sa relo­ca­li­sa­tion prévue n’a toujours pas eu lieu, la pandé­mie et des problèmes finan­ciers étant passés par là. Il reste donc l’usine de JJ Elec­tro­nics, à Čadca en Slovaquie, et l’usine Reflek­tor Corpo­ra­tion, à Sara­tov, en Russie, propriété de Mike Matthews, patron d’Elec­tro Harmo­nix (à ce jour, cette usine peut à nouveau impor­ter ses produits en France, mais à un prix en hausse).

Alors que choi­sir ? Les tubes anciens, si possible NOS (new old stock) ou NIB (new in box) ? Ou les produc­tions actuelles ?

Dans cet article, je ne serais pas en mesure de dicter un goût car, comme on le sait, ils ne se discutent pas. Je vous propose toute­fois une liste de points à prendre en compte pour choi­sir

L’in­té­rêt du tube actuel est qu’il est neuf à l’achat, et qu’il est proba­ble­ment sous garan­tie (au moins du SAV du vendeur). Le contrôle qualité actuel est correct, dans mon expé­rience, mais les tubes ont des durées de vie assez limi­tées (en parti­cu­lier les tubes de puis­sance qui, dans un ampli utilisé quoti­dien­ne­ment, néces­sitent le rempla­ce­ment tous les deux ans, en moyenne). C’est une esti­ma­tion moyenne de ma part, basée sur mon expé­rience de tech­ni­cien et back­li­ner : rien ne vous empêche d’avoir vécu une situa­tion tota­le­ment diffé­rente (et tant mieux si c’est le cas). Les prix de ces tubes sont variables selon la gamme, mais restent dans une mesure raison­nable pour la plupart d’entre eux, avec pour un même modèle de tube des prix rela­ti­ve­ment simi­laires d’un construc­teur à l’autre.

L’in­té­rêt du tube ancien, c’est la dura­bi­lité : on voit des tubes des années 1930, 40, 50 ou 60 qui fonc­tionnent toujours parfai­te­ment, sans même prove­nir de stocks inuti­li­sés. Les amplis de guitare, avec leur biasing (on en parle dans le prochain article) plutôt costauds, on tendance à user plus vite les tubes, mais en HiFi, je vois régu­liè­re­ment des appa­reils tour­ner avec leurs tubes d’ori­gine, sans aucun problème. Le souci du tube ancien, c’est l’ab­sence totale de garan­tie sur les heures d’uti­li­sa­tion, et l’état de fonc­tion­ne­ment. Le mieux, dans ce cas là, est d’avoir un testeur de tube sous la main, mais c’est un inves­tis­se­ment impor­tant (Entre 200 et 1000 euros pour un testeur Metrix vintage, quand à un traceur de courbe Tektro­nix 576… Je ne sais pas, je n’en ai jamais vu en vente !). L’op­tion d’un traceur numé­rique est possible, mais il s’agit souvent de kits à assem­bler, qui demande un mini­mum de connais­sance en élec­tro­nique. Pour ce qui est du prix des tubes anciens, cela va de moins cher que le neuf (moins de 10 euros pour certains tubes peu usités) à des prix astro­no­miques pour une EL34 Mullard ou une ECC83 Tele­fun­ken.

NIB ECC83

Le Saint Graal ! 228 dollars tout de même…

Pour résu­mer, le marché du tube ancien est beau­coup plus varié et complexe à navi­guer que celui du tube neuf, mais le jeu peut en valoir la chan­delle pour des tubes de grande qualité, et pour celui qui n’a pas peur de l’in­ves­tis­se­ment (de temps et d’ar­gent). Pour les autres, les tubes actuels sont nette­ment plus recom­man­dés, et offri­ront des perfor­mances adéquates.


Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.