Devenir membre
Devenir Membre

ou
Continuer avec Google
Connexion
Se connecter

ou
Se connecter avec Google
Aodyo do ?
8/10
Award Innovation 2019
Partager cet article

Une flûte à électrons, une interface à vent ou un contrôleur à boussole ? L'ensemble Sylphyo/Link est un peu tout cela, et vice versa...

Depuis quelques temps (et peut-être certaines petites prises de conscience qui sait) on a vu appa­raître sur le marché des instru­ments élec­tro­niques et des contrô­leurs MIDI de nouveaux outils qui mêlent à la fois la recherche de nouvelles expé­riences musi­cales et la volonté de valo­ri­ser la produc­tion indus­trielle hexa­go­nale. 

Après le Joué que nous avions testé l’an­née dernière, c’est au tour du Sylphyo 2e du nom de la petite équipe d’Ao­dyo de passer entre nos mains et sous notre scru­ta­tion. Celui-ci, vendu au prix de 650 € en moyenne se veut à la fois un instru­ment auto­nome et un contrô­leur MIDI, et présente notam­ment la parti­cu­la­rité d’être le premier instru­ment à vent élec­tro­nique à dispo­ser d’une véri­table colonne d’air. Il est accom­pa­gné du module Link vendu sépa­ré­ment au prix de 249 € envi­ron dont nous allons étudier la raison d’être et l’uti­lité en détail dans cet article.

Suivez-moi !

Explo­ra­tion externe

Le Sylphyo ainsi que le Link sont livrés chacun avec un char­geur USB type smart­phone accom­pa­gné d’un câble USB A – USB mini B, ainsi qu’un petit dépliant cartonné présen­tant respec­ti­ve­ment les prin­ci­pales fonc­tions de chaque appa­reil. Les infor­ma­tions conte­nues sont éton­nam­ment nombreuses pour ce type de docu­ment et l’on ne s’en plain­dra pas. Un mode d’em­ploi complet est télé­char­geable en PDF.

pavillon.JPGLe Sylphyo mesure 43 cm de haut avec un pavillon de 7 cm de diamètre et un poids de 712 g. Il est inté­gra­le­ment en plas­tique et dispose pour le jeu de huit touches en façade et cinq sur la face arrière pour le chan­ge­ment d’oc­taves. Le logo Aodyo sert de bouton d’ac­cès aux para­mètres qui sont lisibles dur le petit écran à l’ar­rière. À la base de l’ins­tru­ment on trouve la connec­tique qui se compose d’une prise USB mini B femelle, d’une prise mini-jack pour un casque et d’un bouton de mise sous tension.

Le Link quant à lui mesure 14 cm de large, 7,7 cm de profon­deur et 4,5 cm de haut pour un poids de 250 g. Il dispose en face avant d’un bouton d’al­lu­mage, de deux boutons fléchés et d’une LED. La face arrière regroupe toute la connec­tique d’ailleurs plutôt riche : une entrée ligne, une sortie casque, deux sorties prévues pour une sono, le tout au format jack 6,35 mm, une paire de prises MIDI DIN pour l’en­trée et la sortie de signal du même nom, une prise USB Host pour connec­ter un clavier maître MIDI-USB et une prise USB Power Supply pour alimen­ter l’ap­pa­reil ainsi que pour assu­rer sa connexion avec un ordi­na­teur, une tablette ou un smart­phone.

Le Sylphyo comme instru­ment indé­pen­dant

Le Sylphyo premier du nom n’était qu’un « simple » contrô­leur MIDI à vent inté­grant toute­fois d’as­tu­cieuses parti­cu­la­ri­tés sur lesquelles nous allons reve­nir inces­sam­ment, et le Sylphyo actuel se voit en plus équipé d’un moteur de synthèse sonore numé­rique sur lequel nous n’avons malheu­reu­se­ment pas de détail mais qui nous permet de béné­fi­cier doré­na­vant d’un instru­ment à part entière. N’étant pas moi-même un « souf­flant » excep­tion­nel, je préfère vous diri­ger vers une vidéo offi­cielle de la marque pour vous faire une idée des sono­ri­tés dispo­nibles :

L’ins­tru­ment dispose en tout de 18 sons à l’heure où nous publions ces lignes, mais l’équipe de déve­lop­pe­ment propose très régu­liè­re­ment de nouveaux presets et des mises à jour du firm­ware, le tout de manière entiè­re­ment gratuite. On notera que le suivi du produit semble être sérieux. Mais nous nous égarons.

connect.JPGLe Sylphyo est un instru­ment à part entière, et il s’agit de dissi­per rapi­de­ment ce qui pour­rait s’avé­rer une ambi­guité : il n’est pas fait pour rempla­cer un quel­conque instru­ment à vent acous­tique ou permettre l’exer­cice « silen­cieux » d’un tel instru­ment ! Ce n’est pas son but, et de toutes façons les spécia­listes des instru­ments à vent auront remarqué à la simple vue des photos à quel point le Sylphyo peut être diffé­rent de leurs instru­ments respec­tifs. Toute­fois, la dispo­si­tion géné­rale des touches rappelle celle que l’on peut trou­ver sur une flûte à bec. Les habi­tués d’autres instru­ments à vent pour­ront para­mé­trer lesdites touches pour reprendre l’ac­cor­dage et se rappro­cher le plus possible des doig­tés de la clari­nette, la flûte traver­sière (stan­dard et alto), du saxo­phone (ténor et alto), du haut­bois, de la trom­pette, du hulusi, de la corne­muse, de la clari­nette orien­tale, et du whistle. On dispose égale­ment de 36 modes harmo­niques. Les touches spéci­fique­ment attri­buées à l’au­ri­cu­laire gauche et à l’au­ri­cu­laire droit servent respec­ti­ve­ment de dièse et de bémol univer­sels.

Les touches tombent très natu­rel­le­ment sous les doigts. On s’ha­bi­tue à navi­guer entre les 5 octaves immé­dia­te­ment acces­sibles selon l’ac­cor­dage choisi grâce aux touches d’oc­tave situées à l’ar­rière du corps de l’ins­tru­ment. Le touch strip au-dessous est à mon sens d’une utili­sa­tion un peu plus complexe. Sa surface est en effet divi­sée en trois espaces redi­men­sion­nables et qui seront par défaut affec­tés respec­ti­ve­ment au pitch bend, à la modu­la­tion MIDI et à la mani­pu­la­tion d’un effet diffé­rent selon les presets. Cela demande un peu d’en­traî­ne­ment pour être tota­le­ment maîtrisé. Tout comme la fonc­tion Key-Bend, actuel­le­ment encore en version beta, et qui permet de béné­fi­cier du pitch­bend indé­pen­dant pour chacune des touches. Toute­fois, même un « souf­flant » débu­tant comme moi se surprend très vite à produire des petites mélo­dies et s’es­sayer à diffé­rentes expé­ri­men­ta­tions sonores avec le Sylphyo. L’ins­tru­ment réagit très bien au jeu, et ce en bonne partie grâce aux astu­cieuses parti­cu­la­ri­tés que j’évoquais plus haut et dont il me faut abso­lu­ment vous parler main­te­nant.

Les secrets du Sylphyo

Le Sylphyo est en effet équipé d’un gyro­scope et d’une bous­sole qui accroissent signi­fi­ca­ti­ve­ment les capa­ci­tés expres­sives de l’ins­tru­ment en le rendant sensible aux mouve­ments de tangage, de roulis, de secousses verti­cales ainsi qu’à son orien­ta­tion dans l’es­pace ! Ces diffé­rents mouve­ments peuvent être préa­la­ble­ment para­mé­trés, notam­ment en ce qui concerne le numéro de message MIDI.

linkOuvrir un filtre en diri­geant le pavillon du Sylphyo du sol vers l’ho­ri­zon ou faire grin­cer une distor­sion en pivo­tant l’ins­tru­ment sur la gauche ou la droite s’avère alors d’une simpli­cité et d’une évidence rare­ment atteintes avec un contrô­leur. En effec­tuant des mouve­ments de va-et-vient dans l’axe vers la bouche (rien de cochon là-dedans, je vous le garan­tis !), on obtient par défaut un effet de vibrato. Nous ne sommes toute­fois pas encore au bout de nos surprises. Vous pensiez que le Sylphyo n’était qu’un instru­ment à vent animé par le souffle de son utili­sa­teur ? Que nenni ! En effet le mode « mouve­ment », que l’on active en appliquant à l’ins­tru­ment quelques secousses dans le vide, permet de déclen­cher la géné­ra­tion sonore sans souf­fler dans le Sylphyo mais en l’orien­tant dans l’es­pace tout en jouant aux doigts les notes que l’on souhaite.

Le signal audio produit par le Sylphyo sort par la prise casque dont l’ins­tru­ment est équipé. Pour diffu­ser ce son dans l’es­pace, on pour­rait bien entendu relier cette sortie casque à une sono via un câble, mais cela serait tout de même bien contrai­gnant en termes de liberté de mouve­ment, concept si crucial dans la philo­so­phie même du produit. C’est à ce moment-là qu’in­ter­vient le Link, vendu sépa­ré­ment. Celui-ci assure une connexion sans fil avec le Sylphyo et peut donc grâce à sa connec­tique audio faire office d’in­ter­face avec la sono mention­née à l’ins­tant. Or le Sylphyo ne trans­met pas d’in­for­ma­tions audio via sa connexion sans fil. Comment alors le son est-il alors véhi­culé vers la sono ? Tout simple­ment grâce au fait que le Link est équipé du même moteur audio que le Sylphyo et qu’il fait alors office d’ex­pan­deur. Les entrées audio permettent de mixer n’im­porte quelle source externe au signal généré par le synthé interne du Link. Mais inté­res­sons-nous à présent à la connec­tique MIDI du Link et aux riches rela­tions que le duo Sylphyo/Link entre­tient avec cette norme.

aodyo.JPGLe Sylphyo a conservé de ses origines son ADN de contrô­leur MIDI et peut d’ailleurs tout simple­ment être connecté à un ordi­na­teur pour pilo­ter des plug-ins via son câble USB d’ali­men­ta­tion. Il peut égale­ment l’être à un iPhone ou un iPad via le kit de connexion Apple, avec l’obli­ga­tion toute­fois de relier l’en­semble au secteur ou de recou­rir à une batte­rie externe. Mais nous nous retrou­vons alors dans le même cas de figure qu’avec les connexions audio : notre liberté de mouve­ment s’en trouve forte­ment entra­vée.

Ici aussi l’usage du Link fera des miracles, et ce à plusieurs niveaux. Il affran­chira tout d’abord le Sylphyo des connexions filaires à nos ordi­na­teur, smart­phone et tablette, ce qui nous permet­tra par exemple de déam­bu­ler libre­ment dans notre studio tout en pilo­tant les instru­ments virtuels stockés sur le disque dur de notre grosse tour bien peu movible. J’avoue à ce sujet avoir eu beau­coup de plai­sir à jouer par l’in­ter­mé­diaire du Sylphyo la simple petite flûte VSL incluse dans le pack de base de Kontakt et qui réagit parti­cu­liè­re­ment bien à ce type de contrô­leurs. Mais l’uti­lité du Link ne s’ar­rête pas là. Grâce à la prise MIDI OUT du module, le Sylphyo pourra pilo­ter un synthé maté­riel. Si ce dernier est compa­tible MIDI-USB, on pourra égale­ment le relier direc­te­ment à la prise USB Host. Cette dernière permet­tra égale­ment de pilo­ter les sons internes du Link via un clavier maître USB. Un clavier maître plus ancien se bran­chera tout natu­rel­le­ment sur la prise MIDI IN. Enfin cette dernière, en conjonc­tion avec la prise MIDI OUT et la prise USB Power Supply, assure au Link une fonc­tion­na­lité d’in­ter­face MIDI-USB complète, toujours utile en envi­ron­ne­ment de studio.

Le para­mé­trage

Toutes les fonc­tion­na­li­tés de jeu que nous avons citées plus haut peuvent évidem­ment être gérés en accé­dant aux menus de para­mé­trage de l’ins­tru­ment.

écranLe para­mé­trage du Sylphyo s’avère simple et pour­tant assez profond. On atteint en effet très faci­le­ment les options dispo­nibles par un simple effleu­re­ment sur le logo Aodyo de la face avant de l’ap­pa­reil. En main­te­nant son doigt sur ledit logo on peut aisé­ment accé­der aux réglages rapides d’ac­cor­dage, de choix de sono­rité et de canal MIDI. Un glis­se­ment de doigt sur le slider de la face arrière nous ouvre les portes des réglages plus avan­cés. La navi­ga­tion, la sélec­tion de para­mètres et la modi­fi­ca­tion de valeurs à l’in­té­rieur des menus se font par l’em­ploi exclu­sif des touches d’oc­tave. Celles-ci étant extrê­me­ment sensibles, l’opé­ra­tion néces­site un petit peu d’en­traî­ne­ment, mais après quelques tenta­tives pouvant venir titiller notre patience, on s’ha­bi­tue à l’er­go­no­mie de cette section et le para­mé­trage du Sylphyo devient un jeu d’en­fant. Cette aisance est favo­ri­sée par la très bonne lisi­bi­lité de l’écran : non seule­ment le rétro-éclai­rage est suffi­sam­ment puis­sant et peut être inversé, mais la réso­lu­tion de l’écran lui permet malgré sa petite taille d’af­fi­cher souvent les para­mètres en toutes lettres, rendant évidente leur iden­ti­fi­ca­tion.

Les para­mètres acces­sibles et modi­fiables sont assez nombreux. Tout d’abord, on peut bien entendu régler le volume du signal et celui de la réverbe interne. Mais c’est surtout le para­mé­trage des messages MIDI qui a mobi­lisé toute l’at­ten­tion des déve­lop­peurs du Sylphyo, ce qui est cohé­rent au vu des capa­ci­tés de contrôle que nous avons évoquées dans le para­graphe précé­dent. Les numé­ros de messages MIDI par défaut envoyés par les diffé­rents capteurs peuvent natu­rel­le­ment être modi­fiés. En revanche, il s’agira quasi­ment toujours exclu­si­ve­ment de messages de Control Change, à l’ex­cep­tion du para­mètre de souffle auquel on pourra affec­ter l’en­voi de messages d’af­ter­touch si on le souhaite. Ce para­mètre dispose égale­ment de la parti­cu­la­rité de pouvoir envoyer trois messages MIDI, soit simul­ta­né­ment soit à la suite. On peut égale­ment régler la manière dont sera géré le débit de notre souffle, débit qui géné­rera un flot plus ou moins impor­tant de données à trai­ter. Et si les géné­ra­teurs internes du Sylphyo et du Link sont parfai­te­ment aptes à gérer de fortes quan­ti­tés de données, ce n’est pas forcé­ment le cas de tous les VST qui vous seront recon­nais­sants d’avoir éven­tuel­le­ment dimi­nué leur charge de travail. Dans un même souci de s’adap­ter aux capa­ci­tés du module piloté, le Sylphyo offre la possi­bi­lité de rempla­cer le contrôle d’ex­pres­sion affecté par défaut aux capteurs de souffle par celui de la vélo­cité. La réponse de cette dernière en fonc­tion du souffle émis peut égale­ment être para­mé­trée. Enfin, on peut défi­nir les quan­ti­tés mini­males et maxi­males de souffle néces­saires pour émettre un son ainsi que la courbe de réponse du son en fonc­tion du souffle, ou bien encore lisser les données géné­rées par ce dernier.

En-dehors du souffle, le deuxième pilier de l’uti­li­sa­tion du Sylphyo est bien sûr les touches de l’ins­tru­ment. Au-delà des confi­gu­ra­tions d’ac­cor­dage et d’af­fec­ta­tions de clés selon les doig­tés que l’on souhaite employer, les options propo­sées vous permet­tront notam­ment de défi­nir la réac­ti­vité des touches, d’in­ver­ser les octaves et la direc­tion des demi-tons envoyés par les touches d’au­ri­cu­laires (bémol au lieu de dièse et vice versa), de défi­nir la gestion de répé­ti­tion de note, et d’ac­ti­ver les fonc­tions de key-bend et même le bruit des touches. Enfin nous avons le troi­sième pilier de le l’ex­pres­si­vité du Sylphyo, j’ai nommé les contrô­leurs liés au mouve­ment, que ce soit le tangage, le roulis ou la bous­sole, ainsi que l’ac­ti­va­tion du jeu « sans souffle » ou du vibrato.

Mais les diffé­rents menus de para­mé­trage de l’ins­tru­ment, s’ils s’avèrent rela­ti­ve­ment complets et simples, ne cachent pas le défaut majeur de l’ins­tru­ment … ni quelques autres.

Les points néga­tifs

Car si je disais précé­dem­ment que nous ne savions pas beau­coup de choses sur le moteur sonore du Sylphyo, c’est que nous n’y avons tout bonne­ment pas du tout accès en tant que simple utili­sa­teur. Il n’existe en effet aucune possi­bi­lité d’édi­ter de quelque manière que ce soit les sons du Sylphyo ni du Link. À titre person­nel j’au­rais notam­ment souhaité pouvoir régler l’at­taque de certains sons pour l’al­lon­ger un poil : certains sons présentent en effet des enchaî­ne­ments un peu brutaux entre les notes, rappe­lant davan­tage le jeu au clavier que celui animé par le souffle de l’ins­tru­men­tiste. Cette impos­si­bi­lité d’édi­ter les sono­ri­tés exis­tantes ou d’en créer de nouvelles est au moins aussi regret­table que l’autre prin­ci­pal défaut du moteur audio, qui est qu’on ne peut pas le désac­ti­ver, par exemple pour pilo­ter par le Sylphyo exclu­si­ve­ment un synthé externe dont le signal audio entre­rait dans le Line-in du Link. On ne peut bais­ser que le volume géné­ral de sortie du Link, donc incluant celui du Line-in. Ceci entame forte­ment l’in­té­rêt d’avoir équipé le module d’une entrée ligne. On est toute­fois en droit de penser que l’équipe Aodyo réflé­chit à ces ques­tions, l’en­tre­prise ayant déjà démon­tré par le passé sa volonté de faire progres­ser son produit malgré sa petite taille.

Enfin, j’as­sume le côté extrê­me­ment subjec­tif du dernier point que je souhai­tais souli­gner, et qui est d’ordre pure­ment esthé­tique. Le Sylphyo est conçu dans un plas­tique léger qui, il faut bien le dire, ne semble pas reflé­ter tota­le­ment le prix de l’ap­pa­reil. Surtout qu’il se veut être un instru­ment à part entière, il entre donc en compa­rai­son avec des instru­ments acous­tiques qui, même dans cette gamme de prix certes basse pour de l’acous­tique, ont tout de même autre­ment plus de gueule ! Dans le cas du Sylphyo on a visuel­le­ment un peu l’im­pres­sion d’avoir affaire à un proto­type — qui fonc­tionne très bien mais un proto­type quand même. Certains pour­ront en consé­quence trou­ver le prix élevé, mais c’est malheu­reu­se­ment toujours la contre­par­tie d’une concep­tion et d’une fabri­ca­tion inté­gra­le­ment françaises.

Conclu­sion

Le Sylphyo est un instru­ment d’au­tant plus agréable à utili­ser en stan­da­lone comme en contrô­leur MIDI qu’il offre des sensa­tions passa­ble­ment nouvelles dans le domaine de la musique élec­tro­nique, l’offre des instru­ments et contrô­leurs à vent étant extrê­me­ment limi­tée. Mais le plai­sir à utili­ser le Sylphyo est tel et ne provient pas unique­ment du fait qu’il n’ait que peu de concur­rence. Le plai­sir du jeu naît en effet prin­ci­pa­le­ment des carac­té­ris­tiques propres de l’ins­tru­ment, notam­ment la prise en compte des mouve­ments de l’ins­tru­men­tiste qui rend natu­relle et simple la moindre opéra­tion de modu­la­tion. Cette liberté de mouve­ment est bien sûr exacer­bée par l’em­ploi du module Link auto­ri­sant la connexion sans fil ainsi qu’une bonne poly­va­lence dans les connexions filaires audio et surtout MIDI. On regret­tera toute­fois de ne pouvoir ni accé­der au moteur de synthèse des sono­ri­tés internes du Sylphyo et du Link pour les modi­fier ou créer ses propres presets, ni couper ledit géné­ra­teur. Mais tout espoir n’est pas perdu, Aodyo ayant par le passé déjà montré sa volonté de faire progres­ser son produit.

  • pavillon.JPG
  • connect.JPG
  • aodyo.JPG
  • écran
  • link

 

8/10
Award Innovation 2019
Points forts
  • Contrôleur MIDI à vent
  • Instrument à vent électronique autonome
  • Vraie colonne d'air
  • Bonne gestion du souffle
  • Prise en compte des mouvements de l'instrumentiste
  • La liberté de mouvement grâce au Link
  • Polyvalence des connexions audio et surtout MIDI
  • La qualité des sons internes...
Points faibles
  • ... malheureusement pas éditables actuellement
  • Impossible de couper le générateur de sons interne
  • Une finition plastique un peu cheap

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.