Devenir membre
Devenir Membre

ou
Continuer avec Google
Connexion
Se connecter

ou
Se connecter avec Google
test
Qu’est-ce qui est vert et qui aboie ?

Test de la Digitech Bass Synth Wah

Agrandir
Ajouter ce produit à
  • Mon ancien matos
  • Mon matos actuel
  • Mon futur matos
DigiTech Bass Synth Wah
Photos
1/224
DigiTech Bass Synth Wah

Wah Wah/Auto Wah/Filtre Basse de la marque DigiTech appartenant à la série X.

Acheter

Pas forcément aventurier, mais curieux de nature je me suis dernièrement intéressé à un rayon haut perché de nos effets pour basse.

Pour l’anec­dote, la première fois que j’ai essayé un synthé-bass, je me suis demandé sur le vif ce qui pouvait bien clocher avec l’am­pli. De prime abord, cet effet m’ap­pa­rut comme impos­sible à contrô­ler, un gadget un peu dingue vrai­ment effi­cace pour décen­trer un haut-parleur. Bien des années plus tard, après avoir laissé mes oreilles filtrer une bonne demi-tonne de Funk, j’ai enfin réalisé que cet effet avait quelque chose d’in­con­tour­nable. Qu’on l’adopte ou pas, il faut l’es­sayer, ne serait-ce qu’une fois dans une vie de bassiste. Alors comme on est chez Audio­fan­zine et que nous ne faisons pas les choses à moitié, je vais en tester trois pour vous, rien que cela. Et je vais commen­cer par une entrée de gamme bien attrac­tive : le Bass Synth Wah de Digi­tech. 

Plon­geons-nous ensemble dans le monde merveilleux des octaves, des filtres et autres oscil­la­teurs ! Car quelque chose me dit tout bas, que ce banc va faire du bruit !

Qui veut une histoire ?

Au Moyen Âge, les musi­ciens ne se lavaient pas beau­coup et jouaient les basses avec leurs pieds ! On n’en parle pas beau­coup, on préfère racon­ter des histoires de prin­cesses, de cheva­liers et de trou­vères. Mais c’est pour­tant une réalité histo­rique : les orga­nistes se servent de leurs panards, pour jouer les notes les plus basses de leur instru­ment, depuis le XIIIe siècle. Ceci afin de lais­ser leurs mains s’af­fai­rer à la poly­pho­nie. Dans les années trente, l’orgue s’élec­tri­fie grâce aux efforts de Laurens Hammond et John M Hanert qui commer­cia­lisent dès 1935 le premier orgue ampli­fié. Si la fée élec­trique permet de réduire le format du clavier, l’ère de l’élec­tro­nique permet­tra d’al­ler jusqu’au bout de la minia­tu­ri­sa­tion : dès les années 70 (entre 1974 et 1976), la société Moog Music sort le premier péda­lier auto­nome, bien connu sous le nom de Taurus. À ce sujet et pour éviter de para­phra­ser un excellent article sur la ques­tion, je vous invite à lire un précé­dent test Synth­wal­ker qui s’est penché sur une reis­sue de ce premier péda­lier auto­nome géné­ra­teur des sons de basses. Déjà à cette époque, le fabri­cant employait un synthé­ti­seur analo­gique pour géné­rer des tona­li­tés à la fois profondes et déli­rantes et surtout permettre aux musi­ciens guita­ristes de libé­rer leurs mains sur scène. Cela contri­bua à son succès quasi immé­diat qui s’éten­dra jusqu’aux confins de la new-wave. Le produit est aujour­d’hui réédité. Ce réper­toire de sons, tout à fait perchés, consti­tuera d’ailleurs le prin­ci­pal attrait d’une nouvelle clien­tèle, qui ne jouera plus avec ses pieds, mais bien sur leur guitares (basses et six cordes) pour géné­rer un signal traité en amont par un conver­tis­seur sous forme de pédale. Les premiers sur ce créneau seront les ingé­nieurs de chez Elec­tro-Harmo­nix avec le très popu­laire Micro Synth, sorti à la fin des seven­ties. Puis Boss et Akai s’en­gouf­fre­ront dans la brèche pour mettre sur le marché les premières versions en format de petite pédale, au début des années 2000.  

Premier prix

Digitech Bass Synth Wah

Bien repré­sen­ta­tive de l’en­trée de gamme pour ce type d’ef­fets, la Digi­tech est vendue neuve aux alen­tours des 90 € ; on pourra faci­le­ment la trou­ver pour 60 € sur le marché de l’oc­ca­sion. Premier bon point évident : son tarif qui propose une pédale au format Boss réunis­sant pas moins de quatre familles de modu­la­tions : deux types d’en­ve­loppes (enve­lope filter/SubEn­ve­lope), deux synthé­ti­seurs, deux filtres (synth talk effect) et un octa­ver. L’en­semble consti­tue presque un multi-effet en soi !

Deuxième qualité de la pédale : les correc­tions sont réunies sous quatre potards. J’ima­gine que certains consi­dèrent que c’est court. Je trouve person­nel­le­ment que pour la clien­tèle visée, la chose suffit ample­ment pour s’amu­ser :

  • Type : un sélec­teur de type de modu­la­tion, que l’on compte au nombre de sept
  • Sens : un potard qui a pour fonc­tion constante de régler le niveau de sensi­bi­lité (seuil de déclen­che­ment pour la wah et le synthé), élément critique des réglages, il permet d’ajus­ter l’ef­fet en fonc­tion de son attaque et du niveau de sortie de son instru­ment. 
  • Control : voit son rôle varier en fonc­tion de la modu­la­tion choi­sie. En mode Enve­lope, le potard sert de balance (dry/mix), en mode synthé ou filtre il gérera l’at­taque et enfin, quand la pédale est en mode Octa­ver, vous pour­rez ajus­ter le niveau de l’oc­tave infé­rieur grâce à ce dernier.
  • Range : un contrôle aussi multi­tâches que le précé­dent. Quand on utilise les enve­loppes, il va ajus­ter la hauteur de la modu­la­tion. En mode synthé, il permet de régler la fréquence de ferme­ture. Et pour les deux filtres, le Range devient para­mé­trique et permet de balayer les fréquences que l’on veut filtrer. 
Digitech Bass Synth Wah

Troi­sième bon point : malgré un petit format, la pédale Digi­tech propose deux sorties : une pour le signal clair, qui est constante, et une seconde, pour le signal modi­fié, qui s’ac­tive via le foots­witch. On peut donc jouir de la chose en studio : il est toujours bon, quand on enre­gistre, de garder une piste avec un signal non affecté (dry), pour la mixer avec une piste modu­lée (wet). L’uti­li­sa­tion en live est, quant à elle, aussi agré­men­tée par cette double sortie : vous pouvez diri­ger le signal neutre sur un ampli et sa modu­la­tion sur un second système de diffu­sion (autre ampli ou sono). Un bon geste des fabri­cants qui pourra s’avé­rer bien commode pour l’uti­li­sa­teur. La Bass Synth Wah fonc­tionne avec une pile de neuf volts ou sous secteur. Voici sept extraits corres­pon­dant aux types de modu­la­tions, ces réglages sont suggé­rés et bapti­sées par le fabri­cant :

 

Extrait 1
00:0000:32
  • Extrait 1 00:32
  • Extrait 2 00:32
  • Extrait 3 00:32
  • Extrait 4 00:32
  • Extrait 5 00:32
  • Extrait 6 00:32
  • Extrait 7 00:32
 

Conclu­sion

Pour son tarif, je trouve cette pédale attrac­tive, surtout pour ceux qui voudraient y gout­ter sans risquer d’y risquer un bras (ça n’est pas comme si on pouvait s’en passer). Pas forcé­ment très exhaus­tive côté réglages, elle a le mérite de rester compacte tout en propo­sant des modu­la­tions assez variées. On pourra lui repro­cher de ne pas vrai­ment appro­fon­dir le sujet, mais à ce tarif, elle donne quand même le change. Je conseille donc aux néophytes de tester la chose, les utili­sa­teurs plus aver­tis seront certai­ne­ment plus inté­res­sés par ce qui va suivre demain et après demain. 

Points forts
  • Tarif
  • Format compact
  • Polyvalente
  • Alimentation mixte
  • Les deux sorties
  • Simulation d’enceinte (à activer quand on met la pédale sous tension)
  • La sortie DRY
Points faibles
  • Réglages limités
  • Partie synthé pas très développée
  • La qualité des effets est correcte, sans plus
  • Pas de True Bypass

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.