Devenir membre
Devenir Membre

ou
Continuer avec Google
Connexion
Se connecter

ou
Se connecter avec Google
Agrandir
Ajouter ce produit à
  • Mon ancien matos
  • Mon matos actuel
  • Mon futur matos
Tech 21 Bass Fly Rig
Photos
1/54

Test Tech 21 Bass Fly Rig

Mon pedalboard chez les Jivaros
7/10
Partager cet article

Je m’en souviens très bien. C’était dans le salon VIP de l’aéroport de Djakarta (ou peut-être Vancouver). Je discutais matériel avec David (Gilmour), et il me disait que malgré son attachement à ses immenses pédaliers Cornish, parfois il rêvait de partir en tournée avec sa Strat dans une housse et quelques effets dans la poche frontale. L’autre David (Evans, ou The Edge comme l’appelle son pote Paul Hewson) acquiesça alors : après tout, nous dit-il, un delay et une reverb sont tout ce dont il a besoin. Nous en étions là de nos lamentations, quand un gars s’est retourné vers nous : Andrew Barta en personne, le fondateur de Tech 21, et il nous a dit : « les mecs, j’ai l’idée qu’il vous faut, je vais vous construire un pedalboard miniature ! ».

Le retour du retour à l’es­sen­tiel

Tech 21 Bass Fly Rig : Photos Test Bass Fly Rig 1

Bon, j’avoue, ce n’est peut-être pas tout à fait comme ça que l’idée est venue, mais le résul­tat est le même : quand le modèle pour guitare est sorti lors du NAMM Show de 2014, le concept n’était pas neuf. Mais le succès fut au rendez-vous, tout simple­ment parce que l’idée est diable­ment effi­cace : rassem­bler dans un tout petit péda­lier le strict mini­mum pour un set impromptu, que ça soit en contexte pro ou pour un jam chez un ami, sans débarquer avec tout son pedal­board habi­tuel voire même sans ampli, mais sans pour autant compro­mettre le son (avec notam­ment la qualité des simu­la­tions d’am­pli qui sont le cœur des acti­vi­tés de Tech 21). Vous pouvez d’ailleurs jeter un œil au test que nous lui avions consa­cré.

Une version guitare « stan­dard » et un modèle signa­ture « Ritchie Kotzen » plus loin, ne manquait à l’ap­pel que la version basse, avec bien sûr un SansAmp dedans ! C’est chose faite : annoncé au NAMM de janvier dernier, il arrive enfin dans les étals, dans sa magni­fique robe d’alu bleuté, et il se permet au passage d’être plus complet que le cousin pour six-cordistes. Jugez-en plutôt :

  • Au chapitre des entrées/sorties, il y a toujours prin­ci­pa­le­ment une entrée et une sortie jack, mais la sortie DI en XLR qui manquait à l’ap­pel chez les guita­ristes est ici présente (avec un petit switch pour décon­nec­ter la masse, en cas de buzz quand on envoie le son dans la sono). L’en­trée jack dispose désor­mais d’un « pad » pour réduire le niveau d’en­trée (pour les posses­seurs de basses actives ou carac­té­rielles), et la sortie jack mono dédiée à l’en­voi vers un ampli peut se muer en sortie casque (stéréo) au moyen d’un autre petit switch.
  • La version basse comprend un accor­deur alors qu’il était absent sur la version guitare, ce qui semblait absurde puisque cela impose d’uti­li­ser en plus du Fly Rig une pédale dédiée à l’ac­cor­dage.
  • La simu­la­tion d’am­pli est toujours centrée sur un circuit de SansAmp, mais ici la présence du potard « charac­ter », du bouton « bite » et du réglage des médiums laisse penser qu’il s’agit tout simple­ment du circuit du récent VT Bass DI plutôt que du véné­rable Bass Driver.
  • La version basse rassemble plus d’ef­fets que son cousin guitare : un compres­seur en amont du circuit de préam­pli, un boost que l’on peut posi­tion­ner avant ou après le préam­pli, un filtre/octa­ver/fuzz dédié aux sons à forte person­na­lité, et un chorus en fin de chaîne. Enfin, chacun de ces blocs d’ef­fets dispose d’un ou plusieurs réglages et d’un foots­witch d’ac­ti­va­tion.

Pour le reste, et notam­ment le look et la construc­tion globale, je vous renvoie au descrip­tif fait par FloSon dans son article sur la version guitare. On reste sur les mêmes dimen­sions lilli­pu­tiennes, et l’on garde ce regret­table contraste entre un boitier et des switchs solides alors que les autres boutons lumi­neux sont en plas­tique et paraissent mous. Notons que le design global, avec les séri­gra­phies très contras­tées, rend la version basse égale­ment plus lisible que son cousin guitare une fois au sol (c’est un myope qui vous parle).

En fin de compte, avec cette version, les bassistes se senti­ront plus chou­chou­tés que les guita­ris­tes… Pour une fois !

In bed with a Fly Rig

Tech 21 Bass Fly Rig : Photos Test Bass Fly Rig 3

En ces chaudes jour­nées d’été, c’est affalé dans mon canapé que je teste ce pedal­board minia­ture. Foin des gros stacks et des nuées de pédales, je branche une basse dans le petit machin bleu, la sortie DI dans l’en­trée de ma carte son, et je fais le tour des sons en tour­nant déli­ca­te­ment les (vrai­ment petits) potards.

Je commence par acti­ver le circuit SansAmp issu selon toute vrai­sem­blance du VT Bass. Je n’entre pas dans les détails puisque cette pédale a déjà été testée par David Lo Pat. On retrouve donc le grain typé « à la manière d’un Ampeg », et je me fais très rapi­de­ment un son avec juste ce qu’il faut de Charac­ter pour avoir un son bien crous­tillant, et juste ce qu’il faut de creux dans les médiums pour que ça sonne agréa­ble­ment avec une basse seule, sans néces­sité de traver­ser un mix de guitares et batte­rie.

On notera tout de même que, puisque cette partie centrale du circuit dispose elle aussi de son foots­witch, l’on peut imagi­ner de jouer avec un son de base « nu » sans l’ap­port du préam­pli, et d’uti­li­ser celui-ci comme une pédale d’over­drive, ou bien comme une égali­sa­tion dédiée à l’al­ter­nance entre deux instru­ments au cours d’un set. Dans cette optique, le circuit du SansAmp est alors un très bon over­drive, poly­va­lent et dyna­mique (cf. extrait 1 ci-dessous).

Tech 21 Bass Fly Rig : Photos Test Bass Fly Rig 6

En amont du circuit du préam­pli se trouve un compres­seur mini­ma­liste, mais effi­cace. Le choix de placer ce compres­seur au début plutôt qu’à la fin est un parti pris, les deux écoles étant tout à fait justi­fiées dans l’ab­solu. Person­nel­le­ment, je suis en terrain connu puisque mon compres­seur est en début de chaîne sur mon pedal­board. De plus, le compres­seur du Bass Fly Rig s’ins­crit réel­le­ment dans le posi­tion­ne­ment « set and forget » avec une faci­lité de réglage certaine. Le poten­tio­mètre « comp » permet de régler le taux de compres­sion (sur quel para­mètre agit-il réel­le­ment ? Attaque ? Ratio ? mystè­re…) et le « level » est clai­re­ment un gain post-compres­sion pour rattra­per une perte de niveau. Je trouve ce compres­seur plutôt du genre « limi­teur », et à vrai dire, un peu enva­his­sant : dès 9 h sur le poten­tio­mètre « comp » les attaques des notes sont bien mises en avant et l’en­ve­loppe très lissée, les bruits de frettes ont rapi­de­ment tendance à ressor­tir, et au-delà de 12 h c’est trop compressé à mon goût avec une basse active. Heureu­se­ment, l’uti­li­sa­tion du pad qui baisse le gain d’en­trée permet alors de redon­ner un peu de marge de manœuvre au compres­seur.

Tech 21 Bass Fly Rig : Photos Test Bass Fly Rig 2

Le « tone » me laisse plus dubi­ta­tif, non pas que son action soit anodine (puisque l’ef­fet n’est pas du tout une tona­lité passive, mais un boost de hauts médiums), mais d’après le mode d’em­ploi il s’agit de compen­ser le côté « assom­bri » du son compressé. Or, je ne trouve pas que le compres­seur fasse parti­cu­liè­re­ment perdre des fréquences aiguës (ni graves non plus). On pour­rait imagi­ner ce « tone » comme une sorte de réglage de la « couleur » globale du son, mais dans ce cas c’est dommage que son acti­va­tion soit liée au compres­seur.

Dans le premier extrait sonore, je joue tout d’abord avec le son « nu », puis j’en­clenche la simu­la­tion d’am­pli SansAmp (Charac­ter à 13 h, Drive à 11 h, mid très légè­re­ment creu­sés), puis j’ajoute le compres­seur (« comp » vers 10 h, « level » pour obte­nir un niveau iden­tique avec ou sans compres­seur, « Tone » à 9 h).

 

 
00:0000:00

Après le compres­seur, on trouve un boost réglable et acti­vable par foots­witch, qu’on peut utili­ser en amont du préam­pli (pour passer d’un son clair à un crunch) ou bien en aval (comme boost de volume, par exemple pour un solo).

Dans le deuxième extrait j’illustre les deux situa­tions : je joue au média­tor, tout d’abord unique­ment avec la simu­la­tion d’am­pli SansAmp, puis j’ajoute le boost (réglé à 14 h) avant le préam­pli, puis après.

00:0000:00

La partie Octa­fil­ter méri­te­rait un article à elle seule, tant la diver­sité de sons possibles est impres­sion­nante. On a ici un filtre de type synthé/auto­wah d’un genre gras et funky à souhait, dont les réglages sont le « Q » (largeur du spectre du filtre) et le « Range » qui ajuste à la fois la bande de fréquences et la sensi­bi­lité du filtre. Au moyen de deux mini-sélec­teurs, on peut ajou­ter en amont de ce filtre un octa­ver basique (octave -1, non réglable) et une fuzz (plutôt agres­sive, non réglable elle non plus). Un dernier poten­tio­mètre de « mix » dose la propor­tion entre le son clair et le son avec effet.

Notons que l’en­semble consti­tue un circuit encore jamais vu chez Tech21, qui a déjà sorti des fuzz mais jamais d’oc­ta­ver ni de filtre. Ces deux derniers effets pour­raient fran­che­ment faire l’objet d’une pédale sous peu, avec très proba­ble­ment un succès mérité chez les bassistes. Il est impos­sible de couvrir en quelques mots ni en quelques extraits la gamme de sons que peut produire cet engin. En résumé : c’est très bon. Ca va de l’oc­ta­ver typé 80’s avec un soupçon de filtre pour renfor­cer le coté synthé­tique (octa­ver enclen­ché, filtre modéré), au filtre funky façon Bootsy Collins en fusion (filtre poussé dans ses retran­che­ments), en passant par des sons synthé­tiques gras flir­tant large­ment sur les terres de Moog (filtre + fuzz, avec ou sans octa­ver). On en vient très vite à regret­ter que cette section ne dispose que d’un foots­witch on/off et non de la possi­bi­lité de stocker une large variété de presets !

Voici une courte série de trois extraits avec ces trois types de sons : 

  • Extrait n° 3 : filtre avec Q à fond et Range à 15 h
  • Extrait n° 4 : octa­ver enclen­ché, filtre avec Q à zéro et Range à 15 h (octa­ver simple), puis Q à 15 h et Range à 11 h (octa­ver avec un soupçon de filtre)
  • Extrait n° 5 : fuzz + filtre avec Q à 16 h et Range à fond (à la Moog / Muse), puis ajout de l’oc­ta­ver 
Test Bass Fly Rig Extrait 3
00:0000:22
  • Test Bass Fly Rig Extrait 3 00:22
  • Test Bass Fly Rig Extrait 4 00:41
  • Test Bass Fly Rig Extrait 5 00:43

Enfin, l’ef­fet de chorus est lui aussi surpre­nant, non pas par ses sono­ri­tés (il sonne de manière tout à fait clas­sique pour un chorus pour basse), mais par le choix du réglage proposé, un simple dosage de l’ef­fet allant du très subtil au très présent, mais n’of­frant aucun contrôle de la profon­deur de l’ef­fet ni la vitesse de la modu­la­tion. Pour moi qui suis très amateur de chorus à la basse (années 80 bonjour !) c’est très frus­trant : le chorus en lui même sonne bien à mon goût, je peux donc tolé­rer l’ab­sence de réglage de profon­deur puisque je trouve celle par défaut adéquate, mais l’ab­sence de réglage de vitesse est péna­li­sante pour la poly­va­len­ce… C’est un peu comme si Tech21 nous offrait un seul son, « à prendre ou à lais­ser ». En revanche, ce chorus sonne aussi très bien comme couche supplé­men­taire par dessus le filtre afin de renfor­cer le côté synthé­tique du son.

Dans le sixième extrait sonore, je joue au média­tor, avec le chorus (réglé à 16 h), puis j’ajoute l’oc­ta­filtre réglé comme sur l’ex­trait 5.

00:0000:00

Je n’ai pas inclus d’ex­trait sonore de l’ac­cor­deur, puisqu’il coupe le son ! En revanche, il accorde tout à fait hono­ra­ble­ment, il est rapide et très lisible. Au chapitre du « simple, mais effi­cace », la sortie casque fonc­tionne elle aussi parfai­te­ment, ajou­tant encore à la poly­va­lence de l’en­gin. Je regrette néan­moins qu’il soit diffi­cile de l’uti­li­ser comme préam­pli complè­te­ment nomade : il ne fonc­tionne que sur alimen­ta­tion (format Boss, four­nie).

Fly me to the Moog

La pédale comporte une foule de réglages et d’op­tions, mais, au final, je trouve qu’elle se divise essen­tiel­le­ment en deux sections :

  • D’une part, un SansAmp avec les deux dépen­dances que sont le compres­seur et le boost, l’en­semble pouvant être vu comme un préam­pli à un canal, voire deux, très poly­va­lent, sur lequel on peut toujours trou­ver à redire (et notam­ment du côté du compres­seur un peu trop intru­sif à mon goût), mais tout de même tout à fait à la hauteur des produits clas­siques de Tech21, qui ont fait leurs preuves auprès de milliers de bassistes depuis 30 ans.
  • D’autre part, une section d’ef­fets assez radi­cale, à forte person­na­lité synthé­tique et moins consen­suelle que le choix d’ef­fets proposé dans le cadre de la version guitare (reverb + delay, on a vu plus inno­vant…). Tech 21 s’est proba­ble­ment basé sur le constat que chez les bassistes, passés l’over­drive et le compres­seur comme ajouts au son de base, les effets les plus fréquents sont effec­ti­ve­ment les filtres, octaves et fuzz permet­tant des sons qu’on retrouve dans des styles allant du funk au rock en passant par le jazz fusion.

Les diffé­rents exemples de réglages donnés dans le mode d’em­ploi accré­ditent cette approche, illus­trant des sons de bassistes pas vrai­ment passe-partout. Sont ainsi cités Muse, The Cure, Jaco Pasto­rius, Pino Palla­dino, Yes, Black Sabbath ou encore les Beas­tie Boys.

Notons aussi une ambi­guïté dans le design : la logique de la pédale (entrée à droite, sortie à gauche, séri­gra­phie alignant compres­seur puis SansAmp, puis Octa­fil­ter, puis Chorus) laisse penser que le signal passe dans les diffé­rents blocs dans cet ordre (rela­ti­ve­ment logique, quoique contes­table). Or, après consul­ta­tion du mode d’em­ploi, c’est plus compliqué puisque le signal suit en fait l’ordre suivant : compres­seur, puis Octa­fil­ter, puis SansAmp (avec le boost avant ou après le préam­pli), puis Chorus. Si cette suite d’ef­fets est à mon avis plus logique que la précé­dente (avec l’oc­ta­ver/filtre AVANT le préam­pli), sa contra­dic­tion avec l’ordre visuel des effets sur la pédale elle-même est un peu regret­table.

En compa­rant à nouveau avec le grand frère pour guitare, on s’aperçoit qu’au final les deux Fly Rig ont le même nombre de poten­tio­mètres et de foots­witchs, dispo­sés de la même façon. Ce ne sont pas pour autant rigou­reu­se­ment les mêmes boitiers, puisque la version basse comporte de nombreux mini-sélec­teurs absents de la version guitare, sans comp­ter l’es­pace pour l’écran de l’ac­cor­deur et la prise XLR. On pourra donc regret­ter que Tech 21 ne soit pas allé jusqu’au bout dans la person­na­li­sa­tion, s’af­fran­chis­sant de la contrainte du design du boitier pour guitare, et libé­rant les choix en termes de réglages (nombre et dispo­si­tion des boutons) pour opti­mi­ser cette version basse.

Avec un prix flir­tant avec les 400 euros, c’est un engin à la fois enthou­sias­mant et frus­trant. Pour chacune des situa­tions poten­tielles auxquelles se confron­te­rait le Bass Fly Rig, une combi­nai­son de 2 ou 3 pédales bien choi­sies (en restant dans le monde de l’ana­lo­gique) fera aussi bien, voire mieux, avec plus de souplesse et de person­na­li­sa­tion, mais avec un encom­bre­ment et un poids nette­ment supé­rieurs. Par contre, couvrir la tota­lité du spectre du Fly Bass néces­site au moins 4 à 6 pédales (un compres­seur, un préam­pli à 1 ou 2 canaux, une over­drive/fuzz, un synthé/filtre, un octa­ver, un chorus…). De plus, la multi­pli­ca­tion des situa­tions (et des combi­nai­sons poten­tielles de pédales) fait la diffé­rence et la réelle plus-value de ce Fly Rig. Il pour­rait donc vous satis­faire, sauf si vous possé­dez déjà une vaste collec­tion de pédales dans laquelle puiser au quoti­dien en fonc­tion des besoins.

Comme tout compro­mis, il laisse un arrière-goût d’in­achevé, mais trouve sa justi­fi­ca­tion dans son côté opéra­tion­nel. Un outil au son éche­velé, mais pour bassiste raison­nable !

  • Tech 21 Bass Fly Rig : Photos Test Bass Fly Rig 1
  • Tech 21 Bass Fly Rig : Photos Test Bass Fly Rig 5
  • Tech 21 Bass Fly Rig : Photos Test Bass Fly Rig 4
  • Tech 21 Bass Fly Rig : Photos Test Bass Fly Rig 3
  • Tech 21 Bass Fly Rig : Photos Test Bass Fly Rig 6
  • Tech 21 Bass Fly Rig : Photos Test Bass Fly Rig 2

 

7/10
Points forts
  • Un gros son dans un boitier ridiculement petit et léger …
  • … et notamment un son SansAmp toujours imbattable pour un usage en direct console
  • Plus de fonctions que les guitaristes, nananèreuh !
  • Suffisamment polyvalent pour une multitude d’emplois potentiels, pour un pro comme pour un amateur
Points faibles
  • Des choix ergonomiques ambigus voire frustrants
  • Des limites sonores issues de ces choix
  • Plus cher que la version guitare (on a rien sans rien…)

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.