Se connecter
Se connecter

ou
Créer un compte

ou
Test écrit
16 réactions
Revstar, round 2 !
9/10
Partager cet article

Nous avions dernièrement testé le modèle d’entrée de gamme de la nouvelle édition des guitares « Revstar » de la marque japonaise Yamaha. Aujourd’hui, c’est au tour de la Yamaha RSS02T, équipée de micros P-90, de passer sur notre banc d’essai.

Test de la guitare électrique Yamaha Revstar RSS02T : Revstar, round 2 !

Débal­lage !

La RSS02T de Yamaha de la série dite « Stan­dard » est un modèle de milieu de gamme qui se posi­tionne entre les Revs­tar « Element » etcorps la série « Profes­sio­nal » fabriquée au Japon. La guitare qui nous a été envoyée par Yamaha est consti­tuée d’un corps en acajou dont la parti­cu­la­rité est d’être cham­bré, c’est-à-dire qu’on y retrouve diffé­rentes cavi­tés placées de manière stra­té­gique. Le but est à la fois d’of­frir plus de réso­nance à l’ins­tru­ment et dans le même temps d’ap­por­ter un meilleur équi­libre à la guitare. Ce procédé s’était montré plutôt concluant sur le modèle d’en­trée de gamme et nous verrons dans les tests audios ce que cette concep­tion apporte sur cette série. Le corps se voit égale­ment accom­pa­gné d’une table en érable à la fini­tion dite « Sunset Burst » et d’un verni brillant, mais d’autres fini­tions sont présentes dans le cata­logue. À noter aussi que le look géné­ral des guitares de la série Revs­tar est inspiré de l’uni­vers de la moto, que Yamaha connait bien. Le manche collé est lui aussi construit en acajou, 3 pièces, et possède des renforts en carbone qui devraient assu­rer une bonne stabi­lité dans le temps. Contrai­re­ment au corps, Yamaha a utilisé un verni satiné pour le manche, ce qui est géné­ra­le­ment une bonne idée car cela offre une glisse plus confor­table. La touche est en palis­sandre et se compose de 22 frettes Jumbo en acier inoxy­dable ainsi que de repères sous forme de lignes blanches. Si la pose des frettes avait été insa­tis­fai­sante sur le modèle moins onéreux, cette fois-ci, il n’y a rien à redire. C’est d’au­tant plus impor­tant qu’elles sont en inox et il aurait été assez labo­rieux de devoir rattra­per des problèmes à ce niveau-là. Le diapa­son est toujours de 629 mm (24,76 pouces) et le radius de 12 pouces. La jonc­tion corps/manche est très propre et offre un bon accès aux aigus. Le profil du manche se rapproche d’un « C » et permet une prise en main assez poly­va­lente, ce n’est ni trop moderne, ni trop vintage. Les cordes quant à elles reposent sur un cheva­let de type Tune-o-matic et commencent leur course dans un cordier dit « Racing » assez origi­nal qui donne un look un peu rétro à l’en­semble. Le sillet est en PPS (Poly­sul­fure de phény­lène) et les méca­niques semblent être fabriquées par Yamaha étant donné que l’on n’y retrouve aucune mention d’une tierce marque.


jonctionL’élec­tro­nique de la guitare se compose de deux micros de type P-90 avec des aimants Alnico 5. Ils sont pilo­tés par un sélec­teur 5 posi­tions. Les posi­tions 2 et 4 agissent sur la phase des micros et sont loin d’être inin­té­res­santes comme nous le verrons dans le chapitre suivant. On retrouve égale­ment deux poten­tio­mètres de volume et de tona­lité. Ce dernier est de type « Push/Pull » et permet, en posi­tion haute, d’ac­ti­ver la fonc­tion « Focus Switch » qui vient modi­fier la réac­tion des micros. Yamaha présente cette fonc­tion comme un « boost passif » et nous verrons un peu plus loin de quelle manière celui-ci trans­forme le son.

À la sortie du carton, on découvre une guitare rangée dans une housse plutôt bien rembour­rée et un instru­ment correc­te­ment réglé, avec une action passe-partout qui laisse un peu de marge pour se rappro­cher des frettes selon les goûts de chacun. Ni la cour­bure du manche, ni les harmo­niques n’ont néces­sité de réglages supplé­men­taires.

Pour termi­ner ce tour du proprié­taire, notons que cette Yamaha RSS02T est fabriquée, tout comme la série d’en­trée de gamme, en Indo­né­sie. On retrouve dans cette même série, une variante équi­pée de micros humbu­ckers. En revanche, si cette dernière est bien dispo­nible pour les gauchers, ce n’est pas le cas du modèle monté en P-90 présenté dans ce test. Enfin, la Yamaha RSS02T se vend, à l’heure de la rédac­tion de ce test, aux envi­rons des 780 euros, soit 300 euros de plus que sa petite sœur.

Ça sonne comment ?

Avant de bran­cher quoi que ce soit, j’ai bien entendu pris le temps de jouer la guitare à vide. La sensa­tion de monter en gamme se faitcorps chambré sentir dès la prise en main de l’ins­tru­ment. Les fini­tions sont superbes, les frettes sont magni­fique­ment posées et l’acier inoxy­dable apporte un léger claquant plutôt sympa­thique. Le corps cham­bré offre, une fois de plus, une belle réso­nance et semble réel­le­ment donner un coup de pouce à la projec­tion sonore géné­rale de l’ins­tru­ment. L’ar­gu­ment du corps cham­bré est donc loin d’être unique­ment une stra­té­gie de marke­ting à l’ef­fet placebo. En revanche, cette fois encore, j’ai trouvé la guitare légè­re­ment déséqui­li­brée en posi­tion assise. Le corps a tendance à bascu­ler un peu. Rien de rédhi­bi­toire pour autant. Une fois debout, aucun problème, ni la tête, ni le manche, ne penchent d’un côté comme de l’autre.

Comme je le souli­gnais en intro­duc­tion de ce test, le manche offre un bon compro­mis avec un profil en « C » fina­le­ment assez poly­va­lent. Le jeu en accords est confor­table et le manche n’est pas non plus exces­si­ve­ment épais au point de rendre la vie diffi­cile pour les solistes aux petites ou moyennes mains.

Je vous propose main­te­nant d’écou­ter des extraits enre­gis­trés sur le canal clair de mon fidèle ampli­fi­ca­teur Victory V30 MKII :

1 – Son clair – Posi­tion 5
00:0000:40
  • 1 – Son clair – Posi­tion 500:40
  • 2 – Son clair – Posi­tion 400:28
  • 3 – Son clair – Posi­tion 300:29
  • 4 – Son clair – Posi­tion 200:21
  • 5 – Son clair – Posi­tion 100:33

Les P-90 qui équipent cette Yamaha RSS02T sont vrai­ment excel­lents. Ce ne sont pas forcé­ment des micros puis­sants au point de faire crun­cher le canal clair d’un ampli­fi­ca­teur à lampes mais ce n’est pas vrai­ment ce que l’on attend d’eux. En revanche, qu’est-ce qu’ils sont dyna­miques et chaleu­reux ! On prend vrai­ment du plai­sir à jouer sans satu­ra­tion, avec une petite préfé­rence pour les posi­tions 3, 4 et 5. Déjà sur le canal clair de l’am­pli­fi­ca­teur, on devine que la palette sonore offerte par cette guitare est très large grâce aux 5 posi­tions du sélec­teur et nous n’avons pas encore activé l’op­tion « Focus Switch ».

Voici main­te­nant quelques exemples enre­gis­trés sur le canal crunch avec un gain réglé à 6, un master réglé à 5 et une égali­sa­tion « tout à midi » :

6 – Son crunch – Posi­tion 1
00:0000:38
  • 6 – Son crunch – Posi­tion 100:38
  • 7 – Son crunch – Posi­tion 500:30
  • 8 – Son crunch – Toutes les posi­tions01:07

Là encore, l’im­pres­sion géné­rale est excel­lente. Les notes accrochent bien sous les doigts et la guitare offre du grain et du carac­tère. Sur l’exemple numéro 8, vous pouvez entendre la tota­lité des posi­tions passées en revue. Il est possible d’ob­te­nir quelque chose d’as­sez rond ou des sono­ri­tés plus « aigui­sées » sans rien toucher sur l’am­pli, le tout avec un joli sustain jusqu’à la dernière frette.

Écou­tons main­te­nant le compor­te­ment de la guitare sur le canal lead de la tête Victory. Celui-ci est réglé avec le gain à 5, le master à 5 et une égali­sa­tion qui n’a pas bougé :

9 – Son lead – Posi­tion 1
00:0000:40
  • 9 – Son lead – Posi­tion 100:40
  • 10 – Son lead – Posi­tion 500:43
  • 11 – Son lead – Toutes les posi­tions01:12

Évidem­ment, les P-90 soufflent pas mal dans cette confi­gu­ra­tion et commencent à baver un peu, surtout sur le micro manche. Cela peut avoir son charme dans certaines situa­tions, mais clai­re­ment, cette Yamaha RSS02T ne sera pas le choix le plus appro­prié pour des sons métal très satu­rés. Pour cet usage, la version équi­pée de humbu­ckers sera proba­ble­ment davan­tage adap­tée.

Enfin, je vous propose d’écou­ter le rendu des micros une fois que le poten­tio­mètre de tona­lité est en posi­tion haute avec la fonc­tion « Focus Switch » d’ac­ti­vée :

12 – Son clair – Focus Switch sur toutes les posi­tions
00:0000:53
  • 12 – Son clair – Focus Switch sur toutes les posi­tions00:53
  • 13 – Son crunch – Focus Switch (OFF_ON)01:00
  • 14 – Son lead – Focus Switch (OFF_ON)01:28

On s’en rend compte assez faci­le­ment dès l’ex­trait enre­gis­tré sur le canal clair : le boost est assez prononcé essen­tiel­le­ment dans les basses et les médiums. On perd en mordant et en préci­sion mais on gagne en épais­seur et en rondeur, ce qui peut parfois être un peu trop accen­tué en posi­tion manche. Bien entendu, le rendu sera plus ou moins concluant selon l’am­pli­fi­ca­teur ou les pédales que l’on utilise mais on peut saluer la démarche de Yamaha de vouloir nous offrir une palette sonore aussi large.

têtePour finir, si le modèle d’en­trée de gamme nous avait posé quelques problèmes vis-à-vis de la tenue de l’ac­cor­dage, la Yamaha RSS02T, dont le diapa­son est iden­tique, tout comme le tirant et la marque de cordes, s’est quant à elle montrée très stable. La corde de Sol n’a pas bougé d’un iota malgré les diffé­rents bends et autres vibrés.

En conclu­sion

La série « Stan­dard » est clai­re­ment un bon cran au-dessus de la série « Element » que nous avions testée précé­dem­ment et qui coute quelques centaines d’eu­ros de moins. Les fini­tions sont excel­lentes et la tenue d’ac­cord ne pose cette fois-ci aucun problème. Le concept de corps cham­bré semble béné­fique à la réso­nance globale de l’ins­tru­ment et les micros P-90 qui équipent cette Yamaha RSS02T sont excel­lents. Ils sont très dyna­miques et carac­té­riels, capables d’ap­por­ter à la fois de la chaleur et du mordant, selon la posi­tion sélec­tion­née. Le sélec­teur 5 posi­tions ainsi que la fonc­tion « Focus Switch » offrent une palette de sono­ri­tés très large permet­tant d’abor­der diffé­rents types de jeu et des styles suffi­sam­ment variés. En revanche, sur des niveaux de satu­ra­tion très (trop) géné­reux, il faudra soit prévoir le néces­saire pour nettoyer le bruit de fond, soit plutôt bascu­ler sur la version équi­pée en humbu­ckers qui devrait être davan­tage adap­tée pour ce genre d’usages.

  • corps
  • electronique
  • focus switch
  • frettes
  • jonction
  • tête
  • tête2
  • corps chambré

 

9/10
Fabrication (?) : Indonésie
Points forts
  • Superbes finitions
  • Des frettes en acier inoxydable très bien posées
  • Des micros P-90 dynamiques et plein de caractère
  • Un sélecteur 5 positions offrant une large palette sonore
  • Une belle résonnance générale de l’instrument
  • Un manche confortable avec un bon accès aux aigus
  • Une fonction « Focus Switch » intéressante
Points faibles
  • Un léger déséquilibre de la caisse en position assise
  • Une guitare polyvalente mais qui montrera ses limites sur des sons très saturés
Auteur·rice de l’article
Roman Rouzine(Roman Rouzine)
Rédacteur

Guitariste et compositeur, je travaille pour la presse spécialisée depuis 2011. Certains ont peut-être eu l'occasion de travailler quelques-unes de mes études et autres adaptations classiques parues chez le libraire. J'ai eu la chance durant cette dernière décennie de parcourir la France avec divers groupes et artistes. Je suis également l'auteur de deux albums solos que j'ai eu l'occasion de défendre sur scène et dans le cadre de masterclass. Mon travail de compositeur est aujourd'hui quasi-exclusivement orienté vers l'écriture pour les médias (films, séries, jeux vidéo...). Enfin, j'enseigne la guitare dans un célèbre et réputé centre d'enseignement des musiques actuelles et amplifiées présent en Touraine.


Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
Auteur·rice de l’article
Roman Rouzine(Roman Rouzine)
Rédacteur

Guitariste et compositeur, je travaille pour la presse spécialisée depuis 2011. Certains ont peut-être eu l'occasion de travailler quelques-unes de mes études et autres adaptations classiques parues chez le libraire. J'ai eu la chance durant cette dernière décennie de parcourir la France avec divers groupes et artistes. Je suis également l'auteur de deux albums solos que j'ai eu l'occasion de défendre sur scène et dans le cadre de masterclass. Mon travail de compositeur est aujourd'hui quasi-exclusivement orienté vers l'écriture pour les médias (films, séries, jeux vidéo...). Enfin, j'enseigne la guitare dans un célèbre et réputé centre d'enseignement des musiques actuelles et amplifiées présent en Touraine.