Devenir membre
Devenir Membre

ou
Connexion
Se connecter

ou
Agrandir
Ajouter ce produit à
  • Mon ancien matos
  • Mon matos actuel
  • Mon futur matos
Sennheiser HD 25 PLUS
Photos
1/50

Test du Sennheiser HD 25 Limited Edition

Casque studio de la marque Sennheiser appartenant à la série HD 25

test
31 réactions
Retour sur le HD 25
8/10
Award Légende
Partager cet article

Le HD 25 demeure depuis son lancement une telle référence dans le monde de l’audio qu’il méritait bien qu’on revienne sur son cas à l’occasion du 75ème anniversaire du fabricant qui nous vaut une édition limitée du best seller…

Test du Sennheiser HD 25 Limited Edition : Retour sur le HD 25

Figu­rant parmi les casques les plus utili­sés sur scène mais aussi en studio, le HD 25 de Senn­hei­ser fait partie de ces produits arri­vés à la fin des années 80 et qui sont deve­nus de tels succès qu’il est diffi­cile pour la concur­rence, comme pour son construc­teur même, de lui trou­ver un remplaçant. Ne lais­sant personne indif­fé­rent avec sa grosse person­na­lité sonore et ses multiples avan­tages et incon­vé­nients, il garde surtout un énorme avan­tage sur tous ses adver­saires : il est quasi incre­vable, non seule­ment parce qu’il est solide, mais parce qu’il est entiè­re­ment démon­table et que toutes ses pièces sont suscep­tibles d’être chan­gées. À l’heure où quan­tité de casques finissent hémi­plé­giques au fond d’un placard parce qu’on a marché sur leur câble un peu trop fort ou qu’on en n’a pas pris assez soin, le HD 25 fait donc figure de compa­gnon indes­truc­tible qu’on jette dans le sac ou dans le Flight Case pour aller faire une prise de son ou mixer un set, ou même en guise de casque de walk­man.

Bref, c’est à une vraie légende qu’il s’agit de s’at­taquer ici, en sachant que le produit se décline a priori en trois modèles : le HD 25–1 II Basic Edit en haut de gamme à 200 euros prix public, égale­ment nommé HD 25 Plus par le construc­teur, le HD 25 tout court à 150 euros prix public, décliné avec des oreillettes jaunes pour une édition 75e anni­ver­saire, et le HD 25 Light proposé pour sa part à 130 euros. Notez que ce sont là les prix pratiqués par Senn­hei­ser sur son site même tandis que les prix que vous trou­ve­rez ici et là chez les reven­deurs sont géné­ra­le­ment plus bas. On s’in­té­res­sera pour ce test au HD 25 tout court que nous avons mesuré et à la version 75eme anni­ver­saire que nous avons reçue égale­ment, sachant que selon Senn­hei­ser, ces derniers ne présentent pas de diffé­rences en termes de son avec le HD 25 Plus dont le surcoût ne s’ex­plique que par le fait qu’il est fourni avec plus d’ac­ces­soi­res…

Casque de spar­tiate

globalCertains adorent quand d’autres détestent : le HD 25 demeure un casque au look très 80’s avec des plas­tiques noirs et des molle­tons couverts de simi­li­cuir pour assu­rer le confort sur les oreillettes et l’ar­ceau. Vis appa­rentes, séri­gra­phie blanche basique sur le dessus, prises rouge ou noire pour distin­guer la droite de la gauche et fils qu’on ne se prend pas trop la tête à dissi­mu­ler, on sent qu’on est face à un outil de travail et non pas face à un de ces casques pensé pour séduire par son design : sur ce point, on pour­rait presque parler d’anti-Beats, même si les cous­si­nets jaune de l édition Anni­ver­saire ramène un peu de folie à l’his­toi­re… On pour­rait en dire autant du confort qui n’a rien d’ex­cep­tion­nel : les oreillettes ne sont pas les plus douces qui soient (notez qu’on peut toute­fois se procu­rer des oreillettes en velours, livrées d’ailleurs avec la version Plus) et la pres­sion exer­cée par l’ar­ceau demeure assez consé­quente pour un supra aural (c’est à dire un casque où l’oreillette repose sur l’oreille et non pas autour) : après de longues heures de travail, on est souvent content de l’en­le­ver.

articulationMais ces aspects rustiques offrent bien des avan­tages en contre­par­tie. Le choix de la concep­tion supra aurale permet d’abord au casque de garder une dimen­sion très raison­nable, au point qu’on peut sans problème l’uti­li­ser comme casque nomade, ou comme casque DJ grâce à la possi­bi­lité d’ar­ti­cu­ler son écou­teur gauche et son fil qui ne part que du côté droit.

Par ailleurs, la pres­sion exer­cée par l’ar­ceau, combi­née au design des oreillettes, permet une excel­lente isola­tion dans les deux sens, sans recou­rir au moindre dispo­si­tif d’an­nu­la­tion de bruit. Enfin, et c’est peut-être le plus gros avan­tage du HD 25 sur tous ses concur­rents depuis sa nais­sance comme nous l’évoquions précé­dem­ment : tout est démon­table et dispo­nible en pièce déta­chées. Des cous­si­nets au HP en passant par les câbles, l’ar­ceau ou même le rembour­rage de ce dernier, on peut tout chan­ger, ce qui confère une énorme durée de vie au casque : à ce stade, on peut parler d’in­ves­tis­se­ment. Reste à parler du son, qui est bien la première de nos préoc­cu­pa­tions.

En terrain enten­du…

HD25AFRPour ceux qui n’au­raient jamais pu écou­ter un HD 25, disons qu’il propose une bonne mise en avant du grave et du bas médium et une bosse dans les haut-médiums/aigus, aux alen­tours de 9 kHz, qui redonne de la brillance à l’en­semble. On est très loin en tous cas de la courbe plus plate d’un HD650, et loin des casques très détaillés dans l’aigu comme on en voit chez Beyer ou AKG, ce qui fait du HD25 un casque très complé­men­taire de ces derniers. En termes d’im­pres­sions d’écoute, s’il fallait trou­ver un point de compa­rai­son dans la concur­rence, ce serait plus proba­ble­ment avec l’ATH-M50 X d’Au­dio-Tech­nica qui propose le même genre de relief au niveau de sa courbe, avec une large bosse de 3dB dans le bas et un pic autour de 10 kHz.

Enfin, ça c’était avant. Pourquoi ? Parce qu’en compa­rai­son avec mon vieux HD 25-C II acheté il y a plus d’une douzaine d’an­nées, l’exem­plaire de HD 25 que nous testons ici n’offre pas tout à fait le même rendu. Si la bosse des 9 kHz est toujours là tout comme celle des graves, cette dernière est autre­ment plus pronon­cée sur le modèle récent, ce qui s’en­tend immé­dia­te­ment lorsqu’on chausse les casques l’un après l’autre. Dur de savoir s’il s’agit là d’une évolu­tion du modèle qui céde­rait à la mode des basses énormes façons Beats by Dre, du vieillis­se­ment de l’an­cien casque, d’une parti­cu­la­rité de l’exem­plaire de test ou d’une ques­tion de « rodage », mais les faits sont là : on a plus de basse dans le HD25 neuf que dans l’an­cien.

Cela ne déplaira pas à tout le monde de toutes façons, et il faut admettre qu’en marge de cet aspect, on retrouve bien l’es­sen­tiel du carac­tère sonore du HD 25, comme nous allons le voir en passant en revue quelques morceaux…

Sur le Feel Good inc. de Gorillaz et son métis­sage pop/hip-hop, ce dernier est assu­ré­ment agréable en mettant bien en valeur le bas et le haut médium tout en dispo­sant de la brillance néces­saire pour rendre justice à la voix du chan­teur, au char­ley et aux divers petits éléments en arrière-plan sur le refrain, tous bien audibles. En terme de spatia­li­sa­tion, on est toute­fois face à un rendu plus compact et recen­tré que sur un DT770, ce qui n’est pas forcé­ment un défaut.

Le bas géné­reux du casque se retrouve sur le Walk on the wild side de Lou Reed, où la voix du chan­teur comme la contre­basse gagnent beau­coup en grave au risque pour cette dernière de perdre un peu en netteté. Côté aigus et hauts médiums, si l’on distingue bien le Char­ley et les balais, force est de consta­ter que la mise en avant du bas est un peu préju­di­ciable aux médiums et aux guitares qui s’y trouvent, tout comme à la réverbe sur le début des choeurs, même si ce derniers gardent un corps très agréable.

Avec le Time de Pink Floyd et ses horloges, on se rend compte que le HD-25 est loin d’être ridi­cule dans le haut, avec un bon rendu des réverbes et par consé­quent une bonne spatia­li­sa­tion des roto­toms. L’ar­ri­vée de la basse ternit toute­fois un peu le tableau car elle est si présente alors qu’elle vole large­ment la vedette aux pianos élec­triques qui se débattent dans le médium.

On pour­suit avec les Racon­teurs et leur Conso­ler of the lonely, dont le kick ne pose évidem­ment pas de problème au HD25 avec le « humph » qui donne le sourire en intro. Le char­ley manque toute­fois un peu de clarté sur les passages char­gés et dès que basse, voix et guitares jouent de concert, on retrouve la rela­tive hyper­tro­phie du bas avec un rendu un peu trop boomy. Ce qui se passe en haut est alors moins évident à distin­guer au point de quasi­ment perdre le tambou­rin qui se trouve à gauche sur le pont et d’avoir des cymbales moins audibles sur certains temps. Bref, ce n’est pas sur ce morceau que notre vieil ami s’avère le plus inté­res­sant…

Même constat sur le Happy de Pharell Williams, où le char­ley ouvert du refrain tend à dispa­raître derrière les voix, tandis que l’on peine parfois à distin­guer dans le médium ce qui appar­tient à la guitare, à la basse ou au rhodes très terne, en compa­rai­son de ce qu’il peu donner sur un DT770. Côté basse en revanche, on a de quoi faire bouger la tête, ce qu’ap­pré­cie­ront certains.

Conclu­sion

Même si l’on pourra regret­ter une hausse des basses sur le modèle testé par rapport à la moyenne des HD 25, et même si tous ne loue­ront pas son look réso­lu­ment 80’s et son confort spar­tiate, force est de recon­naître que notre vieil ami possède toujours des avan­tages certains : une excel­lente isola­tion, une taille très compacte et surtout, une grande soli­dité doublée de la possi­bi­lité de tout chan­ger sur le casque, des oreillettes à l’ar­ceau en passant par les mousses, les cous­si­nets ou les connec­tiques. Et quand bien même il pour­rait ne pas être votre premier choix en termes d’écoute, admet­tons que le HD25 s’avère parfai­te­ment complé­men­taire des casques plus portés vers le haut médium et l’aigu qu’on trouve dans les studios. N’hé­si­tez donc pas à l’écou­ter pour vous faire votre idée, sachant que si la courbe en réponse vous satis­fait, il sera votre fidèle compa­gnon pendant des années…

8/10
Award Légende
Points forts
  • Une référence incontournable
  • D’une solidité à tout épreuve
  • D’autant qu’on peut changer chaque pièce du casque
  • Une bonne isolation dans les deux sens
  • Design relativement compact qui en fait un bon casque nomade
  • Articulation de l’oreillette ouvrant la porte au DJing
Points faibles
  • Pas le plus beau même si les coussinets jaune lui donne un petit coup de jeune (mais c’est subjectif)
  • Ni le plus confortable
  • Hausse des basses sur le modèle testé par rapport aux anciens HD25
Auteur de l'article Los Teignos

Si j'avais eu le physique, nul doute que j'aurais fait un grand Sumo, mais vu que je ne pèse que 80 kg, j'occupe mon temps comme je peux entre musique et littérature.


Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
Auteur de l'article Los Teignos

Si j'avais eu le physique, nul doute que j'aurais fait un grand Sumo, mais vu que je ne pèse que 80 kg, j'occupe mon temps comme je peux entre musique et littérature.

On en parle dans les forums voir tous les sujets
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.