Se connecter
Se connecter

ou
Créer un compte

ou
Test écrit
7 réactions
Un petit casque au K z'où ?
6/10
Partager cet article

Dans la famille AKG, je demande la petite gamme : nous testons donc cette fois-ci un des produits les plus abordables de la marque, en espérant y retrouver une grande part (si ce n'est tout) ce que l'on aime dans la marque autrichienne.

Test du casque K92 d'AKG : Un petit casque au K z'où ?

IMG 20240123 165329Ce casque fait donc partie de la gamme très abor­dable du construc­teur, présen­tée en 2016, lors du NAMM, et qui avait reçu des réponses plutôt inté­res­sées à l’époque… Tout en créant la surprise, car l’on n’at­ten­dait pas la marque de Vienne sur ce segment du marché.

Quelques années sont passées, et il nous a semblé juste de reve­nir sur ce modèle dans notre série de tests de casques de petite et moyenne gamme. Chose faite donc…

Spéci­­fi­­ca­­tions

Le K92 est un casque de type circu­mau­ri­cu­laire, fermé, avec un trans­­duc­­teur dyna­­mique. La taille du trans­­duc­­teur est de 40 mm.

IMG 20240123 173140Les spéci­­fi­­ca­­tions annon­­cées par le construc­­teur sont les suivantes :

  • impé­­dance : 32 ohms
  • réponse en fréquence : 16 Hz — 22 kHz

Le câble fait 3 mètres de long, avec une termi­nai­son jack 3,5 mm TRS, avec son adap­ta­teur 6,35 mm. Il n’est pas déta­chable, et il est recou­vert d’une gaine assez fine et molle, sensible donc aux torsions. Prudence donc lors des range­ments…

De façon géné­rale, on a connu des construc­tions beau­coup plus robustes chez AKG, à l’ex­té­rieur (épais­seur des plas­tiques) comme à l’in­té­rieur (câblage et soudures). On est donc clai­re­ment sur un casque un peu cheap, et dont il faudra prendre soin si l’on veut qu’il dure. 

Démon­­table ?

Oui, jusqu’à un certain point.

On commence par ôter les cous­si­nets : 

IMG 20240123 165505

C’est déjà assez diffé­rent des gammes supé­rieures, qui emploient un ingé­nieux système de languettes, permet­tant de reti­rer les mousses par un simple tour de quelques degrés — solu­tion qui faci­lite nette­ment plus le chan­ge­ment que ce système, plus commun, de revers insé­rable. En revanche, on notera qu’AKG a eu la bonne idée d’in­té­grer une encoche dans le support plas­tique, permet­tant de remettre le cous­si­net en insé­rant le revers dans celle-ci, puis en faisant tour­ner lente­ment (on appel­lera cela, le « système Beyer­dy­na­mic », puisqu’il est typique des casques DT-XXX).

On découvre ainsi quatre petites vis (cruci­formes) que l’on retire pour déga­ger le support du HP : 

IMG 20240123 172722

On découvre alors un montage correct, avec des soudures un peu « pâteuses », mais du câble pas trop fin. En revanche, on poin­tera du doigt un système anti-trac­tion réalisé grâce à un « nœud de câble » (en plus d’une pièce plas­tique visée qui vient enser­rer le câble à son arri­vée dans l’écou­teur). On aurait pu faire mieux !

  • IMG 20240123 172732
  • IMG 20240123 172805

Et le trans­duc­teur est collé, donc pas moyen d’al­ler l’ins­pec­ter.

Le bandeau est fixé par des vis lui aussi, il est donc facile de le rempla­cer : 

IMG 20240123 165356

Confort

Excellent.

Comme souvent avec les casques AKG, c’est un point sur lequel il n’y a rien à redire : légè­reté, bonne adap­ta­tion à la forme du crâne, serrage jamais exces­sif, même neuf. Les cous­si­nets, en faux cuir sur mousse, béné­fi­cient d’une texture pas trop molle, qui est assez agréable à porter.

IMG 20240123 165349Isola­­tion

Correcte.

Ça fait le boulot, mais sans l’ef­fi­ca­cité d’un ATH-M50 par exemple (pas la même gamme, me direz-vous). En revanche, le casque sert moins, et tient moins chaud aux oreilles… Entre confort et isola­tion, c’est souvent une histoire de compro­mis.

Trans­­port

Moyen.

Pas de sac de protec­tion, pas de mallette (dans cette gamme, ce n’est pas éton­nant), et le casque ne se plie abso­lu­ment pas, comme souvent les AKG. Mais en plus, contrai­re­ment au K712, la construc­tion est moins robuste, donc il faudra se montrer prudent.

Bench­­mark

Voici notre proto­­­­cole de mesures objec­­­­tives, mené par nos soins afin de complé­­­­ter l’écoute subjec­­­­tive. Avec l’aide précieuse de notre testeur EARS de MiniDSP, nous avons le plai­­­­sir de pouvoir vous four­­­­nir des courbes de réponse en fréquence et distor­­­­sion, réali­­­­sées dans notre atelier.

Réponse en fréquence : 

K92 RF

On remarque :

  • assez linéaire de 20 Hz à 1 kHz
  • un creux impor­tant et large, de 1 kHz à 4 kHz, parti­cu­liè­re­ment accen­tué à 1,3 kHz et surtout à 3 kHz
  • des aigus à peine plus accen­tués que le grave et le bas médium
  • une baisse à partir de 17 kHz

On remarque aussi des trans­­duc­­teurs appa­­riés à 1 dB à part dans le médium, où les résul­tats sont nette­ment moins précis.

Distor­­sion :

K92 DIST

La distor­­sion mesu­­rée est infé­rieure à 0,2 % de 100 Hz (envi­ron) à 1,2 kHz. Elle dépasse rare­ment 0,5 %, et n’est qu’à 2 % à 20 Hz. Tout cela est plutôt encou­ra­geant, mais on remarque en revanche une présence égale des harmo­niques paire et impaire (2de et 3e harmo­nique) sur tout le spectre, là où l’on s’at­tend géné­ra­le­ment à un recul plus impor­tant des harmo­niques impaires.

Écoute

Richard Hawley — Don’t Get Hung Up In Your Soul (sur True­­lo­­ve’s Gutter)

Une ballade acous­­tique, avec beau­­coup de réverbe et une diffé­­rence de dyna­­mique impor­­tante entre la voix et la guitare. Sur la guitare, du détail dans les attaques, mais assez peu de richesse harmo­nique. La voix égale­ment a ce même trai­te­ment : arti­cu­lée, avec les attaques et les plosives qui ressortent, sans exagé­ra­tion non plus, mais il lui manque un peu de corps. Les notes les plus graves ressortent plus en avant que le haut médium, ce qui donne une impres­sion de déséqui­libre. L’image stéréo manque un peu de préci­sion égale­ment, car le bas médium est trop présent sur l’en­semble des instru­ments et crée un effet un peu « bouillie » par endroit.

Sun Kil Moon – Butch Lulla­­bye (sur Common As Light And Love…)

Sur l’in­­tro, on doit entendre à la fois les notes graves, les harmo­­niques médiums ajou­­tées par la distor­­sion, l’at­­taque légè­­re­­ment piquée des notes, tout en sépa­­rant bien la grosse caisse qui sonne assez sèche et médium. Pas de problème pour suivre la basse jusque dans l’ex­trême grave, et la batte­rie ne manque pas de présence non plus, ni de détail, même si c’est plutôt dans l’aigu (shaker) que dans le médium que l’on trouve les éléments les plus proémi­nents. La voix, parfois un peu nasale, et avec un effet de proxi­mité un peu fort sur les parties calmes, se trouve plutôt bien rendue malgré cela, même s’il lui manque un peu de présence dans le haut médium, encore une fois. 

IMG 20240123 165431Massive Attack — Tear­­drop (sur Mezza­­nine)

Un titre avec beau­­coup d’ex­­trême grave, mais qui ne doit jamais masquer les nombreux détails dans le haut médium et l’aigu. La réso­nance sub du kick sur le premier couplet est rendue de façon un peu épaisse, et si la voix est plutôt bien resti­tuée, on sent qu’il manque quelque chose dans le haut médium pour lui donner un peu plus de présence, d’as­sise. Pour ce qui est des petits détails, shaker, percus­sions aiguës, craque­ments du disque samplé, souffle sur certaines notes chan­tées, tout cela reste bien percep­tible. On regrette juste cette colo­ra­tion, en parti­cu­lier sur la voix, appor­tée par le creux impor­tant dans le haut médium.

Char­­lie Mingus – Solo Dancer (sur The Black Saint And The Sinner Lady)

Voilà un morceau avec beau­­coup de souf­­flants jouant dans des tessi­­tures simi­­laires : c’est très touffu et le but est d’es­­sayer de discer­­ner les timbres. C’est le moins bon rendu du test : cette colo­ra­tion jusqu’ici plutôt vocale se retrouve évidem­ment sur un ensemble de cuivre, pour lequel le médium et le haut médium doivent être rendus avec clarté. À la place, on a beau­coup de cymbales, des sax et des trom­pettes nasales, et des graves baveux qui nuisent à l’écoute du bas du spectre. On passe…

Edgar Varèse — Ioni­­sa­­tion (New York Phil­­har­­mo­­nic, dir. Pierre Boulez)

Ici on cherche à juger de l’image stéréo et du suivi de la réver­­bé­­ra­­tion natu­­relle de la salle, qui joue sur l’im­­pres­­sion d’es­­pace. L’écoute se fait entre 0 h 30 et 1 h 15 min. L’im­pres­sion géné­rale se confirme, et si les détails ne sont pas absents, et les réso­nances de la salle bien suivies, et les dyna­miques bien rendues… On regrette quand même de ne pas retrou­ver la richesse et la diver­sité des timbres qui fait tout l’in­té­rêt de cet enre­gis­tre­ment, et l’on trouve que la présence accen­tuée des bas médiums rend certains ffff un peu « balourds », lents, pas percu­tants (c’est un comble !)

Conclu­­sion

En chapeau, l’on se deman­dait si le K92 nous réser­vait les mêmes plai­sirs que les casques « réfé­rences » ou haut de gamme de la marque, et la réponse est plutôt : non.

IMG 20240123 165406On peut abor­der la conclu­sion sous deux angles : celui de la construc­tion, celui du son. Dans les deux cas, sans rien propo­ser de catas­tro­phique (sinon, la note serait sous 5, mais ce ne serait pas justi­fié ici) ni de réel­le­ment honteux, AKG semble ne propo­ser rien de plus qu’un casque « pure bas de gamme » avec la seule appa­rence d’un AKG : construc­tion légère, câble long, fin et souple comme un spaghetti trop cuit, haut-parleurs moyen­ne­ment bien appai­rés, sono­rité colo­rée et à la fois nasale et lourde dans le grave. Le seul point vrai­ment abso­lu­ment posi­tif : à ce prix-là, nous n’avons pour l’ins­tant jamais vu de casque aussi léger et confor­table.

On se dit donc que, dans un cas où l’on cherche pas cher et pas fati­gant (pour étof­fer un parc de casque pour une grosse session d’en­re­gis­tre­ment, pour des projets péda­go­giques, pour des projets tempo­rai­res…), ce que le K92 offre de plus que les autres dans cette gamme, c’est l’as­su­rance d’un bon niveau de confort. Le problème reste toute­fois que sur les autres plans, il ne nous semble pas faire spécia­le­ment mieux que bien des concur­rents, mais qu’il le fait… pour pratique­ment le double du prix. À médi­ter.

6/10
Fabrication (?) : Chine
Points forts
  • Très confortable
  • Très léger, se fait oublier
  • Démontable en grand partie
Points faibles
  • Robustesse moyenne
  • Câble un peu "léger"
  • Isolation correcte, sans plus
  • Un son coloré par un manque de haut-médium
  • Transducteurs pas très bien appairés
Auteur de l'article Pr. Soudure de La Feuille

Venu à la musique par le bruit, j'y retournerai un jour. J'aime les beaux circuits bien propres, les musiques sales et moches. Technicien de jour, la nuit je dors.


Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
Auteur de l'article Pr. Soudure de La Feuille

Venu à la musique par le bruit, j'y retournerai un jour. J'aime les beaux circuits bien propres, les musiques sales et moches. Technicien de jour, la nuit je dors.

cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Analyse de l’audience (Google Analytics)
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités (Google Ads)
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.
Marketing (Meta Pixel)

Sur nos sites web, nous utilisons le Meta Pixel. Le Meta Pixel est un pixel de remarketing mis en œuvre sur nos sites web qui nous permet de vous cibler directement via le Meta Network en diffusant des publicités aux visiteurs de nos sites web lorsqu’ils visitent les réseaux sociaux Facebook et Instagram. Les métapixels sont des extraits de code capables d’identifier votre type de navigateur via l’ID du navigateur - l’empreinte digitale individuelle de votre navigateur - et de reconnaître que vous avez visité nos sites web et ce que vous avez regardé exactement sur nos sites web. Lorsque vous visitez nos sites web, le pixel établit une connexion directe avec les serveurs de Meta. Meta est en mesure de vous identifier grâce à l’identifiant de votre navigateur, car celui-ci est lié à d’autres données vous concernant stockées par Meta sur votre compte d’utilisateur Facebook ou Instagram. Meta diffuse ensuite des publicités individualisées de notre part sur Facebook ou sur Instagram qui sont adaptées à vos besoins.

Nous ne sommes nous-mêmes pas en mesure de vous identifier personnellement via le pixel meta, car à part l’ID de votre navigateur, aucune autre donnée n’est stockée chez nous via le pixel.

Pour plus d’informations sur le Meta Pixel, les détails du traitement des données via ce service et la politique de confidentialité de Meta, veuillez consulter le site suivant Meta Privacy Policy - How Meta collects and uses user data pour Facebook et Meta Privacy Policy - How Meta collects and uses user data pour Instagram.

Meta Platforms Ireland Ltd. est une filiale de Meta Platforms, Inc. basée aux États-Unis. Il n’est pas exclu que vos données collectées par Facebook soient également transmises aux États-Unis.


Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Analyse de l’audience (Google Analytics)

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités (Google Ads)

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Marketing (Meta Pixel)

Sur nos sites web, nous utilisons le Meta Pixel. Le Meta Pixel est un pixel de remarketing mis en œuvre sur nos sites web qui nous permet de vous cibler directement via le Meta Network en diffusant des publicités aux visiteurs de nos sites web lorsqu’ils visitent les réseaux sociaux Facebook et Instagram. Les métapixels sont des extraits de code capables d’identifier votre type de navigateur via l’ID du navigateur - l’empreinte digitale individuelle de votre navigateur - et de reconnaître que vous avez visité nos sites web et ce que vous avez regardé exactement sur nos sites web. Lorsque vous visitez nos sites web, le pixel établit une connexion directe avec les serveurs de Meta. Meta est en mesure de vous identifier grâce à l’identifiant de votre navigateur, car celui-ci est lié à d’autres données vous concernant stockées par Meta sur votre compte d’utilisateur Facebook ou Instagram. Meta diffuse ensuite des publicités individualisées de notre part sur Facebook ou sur Instagram qui sont adaptées à vos besoins.

Nous ne sommes nous-mêmes pas en mesure de vous identifier personnellement via le pixel meta, car à part l’ID de votre navigateur, aucune autre donnée n’est stockée chez nous via le pixel.

Pour plus d’informations sur le Meta Pixel, les détails du traitement des données via ce service et la politique de confidentialité de Meta, veuillez consulter le site suivant Meta Privacy Policy - How Meta collects and uses user data pour Facebook et Meta Privacy Policy - How Meta collects and uses user data pour Instagram

Meta Platforms Ireland Ltd. est une filiale de Meta Platforms, Inc. basée aux États-Unis. Il n’est pas exclu que vos données collectées par Facebook soient également transmises aux États-Unis.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.