Devenir membre
Devenir Membre

ou
Connexion
Se connecter

ou
Agrandir
Ajouter ce produit à
  • Mon ancien matos
  • Mon matos actuel
  • Mon futur matos
Casio CT-S1000V
Photos
1/28

Test du CT-S1000V de Casio

Clavier arrangeur de la marque Casio appartenant à la série Casiotone

Écrire un avis ou Demander un avis
test
25 réactions
The Voice
8/10
Award Innovation 2022
Partager cet article

A la fois synthétiseur vocal, générateur multitimbral, échantillonneur, séquenceur et arrangeur, le CT-S1000V vient d’atterrir sur la planète des instruments électroniques. Un nouvel OVNI signé Casio ?

Test du CT-S1000V de Casio : The Voice

Le dernier test d’un synthé signé Casio sur Audio­fan­zine remonte à dix ans. C’était le test du XW-P1. Si le construc­teur nippon s’est rare­ment long­temps attardé sur les terri­toires de la synthèse pure, il n’en demeure pas moins très actif dans le monde des pianos numé­riques et claviers arran­geurs. Il faut en fait remon­ter à plus de quarante ans (1980) pour trou­ver le tout premier clavier de la marque, le CT-201, déjà basé par sur une synthèse vocale primi­tive. Il sera suivi un an plus tard par le VL-1, combi­nant un moteur de synthèse à base d’ondes carrées filtrées et une partie arran­geur, immor­ta­lisé dans le titre « Da da da » de Trio. Mais c’est surtout dans la deuxième moitié des années 80 que Casio va mettre au point une série de synthés à distor­sion de phase, les CZ/VZ, en écho à la série DX de Yamaha. Cette série singu­lière connai­tra un franc succès et sera complé­tée par les échan­tillon­neurs FZ. Aujour­d’hui, Casio revient discrè­te­ment sur le devant de la scène synthé­tique avec le CT-S1000V, embarquant notam­ment un moteur à synthèse vocale inédit. Nous avons réussi à en inter­cep­ter un…

Tour de chauffe

CT-S1000V 2tof 05Le CT-S1000V est construit tout en plas­tique avec dessous évidé, ce qui lui permet de ne pas dépas­ser 5 kg, alors qu’il est équipé d’un clavier de 5 octaves et de 2 HP de 13 × 6 cm déli­vrant 2,5 W avec basse reflex, ce qui est suffi­sant pour une écoute de proxi­mité. Alimenté sur secteur ou sur piles, il est donc à la fois nomade et auto­nome. Le clavier de taille stan­dard est consti­tué de touches moulées en groupe. Il est sensible à la vélo­cité initiale, mais nous trou­vons le toucher un peu mou à notre goût. Les commandes sont en nombre restreint : quelques touches de mode, 5 touches contex­tuelles situées sous l’écran LED, un gros enco­deur, un poten­tio­mètre de volume, trois poten­tio­mètres assi­gnables suivant le mode et trois touches de trans­port du séquen­ceur. On regrette cette rela­tive austé­rité dès qu’on veut modi­fier le son, mixer les canaux ou pilo­ter les motifs ryth­miques. Une molette de pitch­bend complète le tout, c’est bien d’y avoir pensé.
La connec­tique, plutôt variée, est située sur le panneau arrière. On y croise une sortie casque, une entrée audio (toutes deux au format minijack stéréo), deux sorties audio gauche/droite au format jack 6,35, deux entrées pour pédales (inter­rup­teur et conti­nue) au format jack 6,35, deux prises USB (To Host type A et To Device type micro-B) et une borne pour alimen­ta­tion externe 12 VDC four­nie, type bloc central. Exit donc le trio Midi DIN. La trappe pour les 6 piles est située sous l’ap­pa­reil, on peut utili­ser au choix des piles alca­lines ou des batte­ries ni-mh de type AA (type à préci­ser dans le menu). Dans les deux cas, le construc­teur annonce une auto­no­mie maxi­male de trois heures. On trouve aussi deux empla­ce­ments pour instal­ler le pupitre fourni, merci. On peut même fixer une sangle, cette fois option­nelle.

Prise en main

CT-S1000V 2tof 09Il est diffi­cile de faire entrer le CT-S1000V dans une caté­go­rie de clavier. Il est à la fois synthé­ti­seur de voix, échan­tillon­neur, séquen­ceur, arran­geur, géné­ra­teur GM et clavier de commande. Doté d’une poly­pho­nie totale de 64 voix, il est capable de jouer trois parties sonores simul­ta­nées au clavier (deux UPPER et une LOWER avec modes Split et Layer combi­nables) et une section complète d’ac­com­pa­gne­ment. Les parties sonores (Tones) peuvent faire appel à des sons géné­rés par synthèse vocale (pour une seule partie) ou des instru­ments échan­tillon­nés. La section d’ac­com­pa­gne­ment (Rythme) est consti­tuée d’un motif de batte­rie auquel on peut ajou­ter un accom­pa­gne­ment auto­ma­tique multi­tim­bral harmo­nisé en temps réel au clavier (nous y revien­drons). La mémoire est orga­ni­sée par Tones, Rythmes et Regis­tra­tions. Une Regis­tra­tion permet de mémo­ri­ser les réglages de perfor­mance (sons, parties, style, tempo, mixage, effets, assi­gna­tion des comman­des…) au sein de 64 mémoires. On peut choi­sir de geler certains para­mètres lorsqu’on change de Regis­tra­tion, bien pratique ! Il y a aussi quatre mémoires « My Setup » pour enre­gis­trer la confi­gu­ra­tion de la machine (réglages de perfor­mance et réglages géné­raux tels que séquen­ceur, accor­dage, haut-parleurs, entrée audio, Midi, écran d’ac­cueil…).
CT-S1000V 3capture schéma vocalLe clavier boote en moins de dix secondes à vide, ce qui est très appré­ciable. Ce temps s’al­longe si on a chargé des échan­tillons et Tones de synthèse vocale supplé­men­taires. La prise en main dépend de ce qu’on fait de la machine. Si on veut assem­bler des sons et rythmes exis­tants, puis modi­fier quelques para­mètres à la volée, ça va très vite, les choses sont bien orga­ni­sées (mode, caté­go­rie, numéro de programme, style) et on dispose de trois poten­tio­mètres assi­gnables suivant le mode (Tone vocal, Tone instru­men­tal, effet, rythme). Si on veut éditer un tant soit peu (synthèse vocale, quelques para­mètres de synthèse, mixage, effets, rythmes, séquen­ceur, échan­tillon­neur), il faut passer par les menus. Là, on dispose de l’écran, les cinq touches contex­tuelles et l’en­co­deur, donc le strict mini­mum. La navi­ga­tion n’y est pas toujours intui­tive, car hété­ro­gène suivant la page : parfois les touches servent à choi­sir des sous-menus, parfois à faire défi­ler les para­mètres, parfois à modi­fier les valeurs. Parfois il y a une fonc­tion Exit ou Back logi­cielle, parfois il faut sortir avec la touche Home (et on retourne à la page prin­ci­pale). Bref, cela méri­te­rait une meilleure orga­ni­sa­tion, d’au­tant que certaines sections offrent des réglages très pous­sés. Casio four­nit un manuel de 355 pages en langue française, où tout est expliqué en détail (par exemple, la procé­dure de réglage du métro­nome occupe une page, alors que c’est immé­diat). On sent un vrai souci pour le musi­cien, merci !

Synthèse vocale

CT-S1000V 2tof 01Une grande part de l’ori­gi­na­lité du CT-S1000V réside dans son moteur à synthèse vocale poly­pho­nique, inno­va­tion issue des recherches sur la voix de l’ins­ti­tut tech­no­lo­gique de Nagoya. Le prin­cipe est de synthé­ti­ser un son à partir d’un texte découpé en syllabes ou phonèmes, puis de le jouer au clavier en temps réel (en mélo­die, en accords, en déta­ché ou en continu). Il s’agit bien d’une analyse/synthèse phoné­tique, par d’échan­tillon­nage/décou­page en tranches, donc le résul­tat est très arti­fi­ciel. La machine renferme 150 mémoires de phrases réins­crip­tibles, dont 100 Presets. La prépa­ra­tion des phrases et l’ex­port vers la machine se fait sur smart­phone à partir d’une appli maison (voir en fin de test). Le moteur prend en compte les accents anglais et japo­nais. Les paroles appa­raissent à l’écran au fur et à mesure qu’elles sont déclen­chées au clavier, syllabe par syllabe (mode note) ou en enchaî­ne­ment (mode phrase, au tempo programmé, avec possi­bi­lité de bouclage à inter­valle fixe). Petite préci­sion pour les exégètes de la langue de Saka­moto, en utili­sant la langue japo­naise, les sons avancent par more (phonème élémen­taire) et non par syllabe. Les trois poten­tio­mètres assi­gnables permettent de modi­fier le son en temps réel. Là encore, ils trans­mettent et reçoivent des CC Midi.
CT-S1000V 2tof 03En mode Key Control, on peut réali­ser un certain nombre d’ac­tions (façon scripts) avec les touches infé­rieures du clavier, comme sélec­tion­ner la posi­tion de syllabe, passer en mode aléa­toire, acti­ver le redé­clen­che­ment auto­ma­tique et chan­ger la longueur de boucle. Ce qui serait bien, c’est de pouvoir program­mer les indexes de syllabes de début/fin et le sens de lecture, façon table d’ondes. D’autres réglages se font via le menu. On commence par défi­nir le voca­liste, c’est-à-dire le corps de réso­nance dans lequel le son va se propa­ger. Pour cela, on choi­sit parmi l’un des 22 Presets (chœur plein, murmure, trio, femme, enfant, voco­deur, voix de la mort, cartoon, diffé­rents animaux de la ferme, effets…) et le « voca­liste » person­na­li­sable via l’ap­pli. Rien que ce choix change consi­dé­ra­ble­ment le son (ses formants et modu­la­tions), créant de ambiances parfois impres­sion­nantes, parfois amusantes, parfois mysté­rieuses. Amis de l’illus­tra­tion sonore à l’image, c’est là qu’il faut aller ! On ajuste ensuite le genre, l’âge, l’oc­tave, l’en­ve­loppe AR de volume des syllabes, la coupure du filtre, le vibrato (vitesse, profon­deur, délai) et le porta­mento. Un réglage permet d’amé­lio­rer la tran­si­tion consonne/voyelle (donc l’in­tel­li­gi­bi­lité) quand les consonnent trainent. Au plan des résul­tats sonores, ce moteur est vrai­ment surpre­nant. Même si les voix sont très synthé­tiques, on crée rapi­de­ment des solos mélo­dieux (ou pas), des nappes, des ambiances, du soutien ryth­mique, des percus­sions ou des effets guttu­raux très origi­naux, jouables et modi­fiables en temps réel. Dans cet esprit, on se prend à rêver à un module dédié à cette synthèse, avec les fonc­tions de type tables d’ondes susmen­tion­nées et davan­tage de commandes directes en façade.

CT-S1000V_1audio 01 AEIOU
00:0001:57
  • CT-S1000V_1audio 01 AEIOU01:57
  • CT-S1000V_1audio 02 AF Billie Venus01:58
  • CT-S1000V_1audio 03 Gaga Synth00:57
  • CT-S1000V_1audio 04 Yo Tata01:04

 

Sons instru­men­taux

CT-S1000V 2tof 08Complé­ments à la synthèse vocale, les sons instru­men­taux sont basés sur des multi­samples PCM. La banque compte 802 programmes, décom­po­sés en 764 instru­ments simples, 36 kits de batte­rie et 2 ensembles d’échan­tillons (voir enca­dré ci-après). On trouve toute la pano­plie clas­sique des works­ta­tions et arran­geurs : pianos acous­tiques, clave­cins, claviers élec­triques (Rhodes, Wurly, Clavi­net, CP80), percus­sions harmo­niques (vibra­phones, marimba, xylo­phone, céleste, glocken­spiel, cloches), orgues (B3, Vox, Farfisa, à tuyaux), accor­déons, guitares (acous­tiques, élec­triques), basses (acous­tiques, élec­triques), cordes (solos, ensembles), vents (cuivres, bois, solos et ensembles), chœurs (acous­tiques, synthé­tiques), instru­ments ethniques, kits de batte­rie (pop, rock, jazz, élec­tro­nique, orchestre, world, EDM) et synthés (basses, leads, cordes, cuivres, nappes, textures, CZ/VZ/VL-1). On a même droit à une banque GM. On note aussi quelques programmes utili­sant diffé­rentes tech­niques de jeu répar­ties sur la tessi­ture du clavier ou en couches de vélo­cité, pour les basses & guitares (Strum, Ghost, Hamme­ring, Fret, Mute, Head, Slide) et les cuivres (arti­cu­la­tions type Plop, Scoop, Lift, Doit, Fall, Shake). Injouables au clavier, ils sont réser­vés aux accom­pa­gne­ments internes ou au pilo­tage via une STAN.
La qualité globale est plus que correcte, ce sont des programmes à la fois exploi­tables et musi­caux, avec de bonnes surprises (sons ethniques très variés, belle collec­tion de sons synthé­tiques, gros punch des sons de percus­sions) et aussi les cari­ca­tures habi­tuelles (sax solo). Il n’y a pas de coupure des sons lors des chan­ge­ments de programme, excellent ! On peut modu­ler les sons en temps réel avec le pitch­bend et trois poten­tio­mètres. Ils sont assi­gnés par défaut à la fréquence de coupure du filtre, la réso­nance et la modu­la­tion. On peut les réas­si­gner à l’en­ve­loppe AR de volume, quelques para­mètres de vibrato, le volume de partie, le pano­ra­mique, les départs vers les effets (réverbe, chorus, délai) et l’EQ. L’ac­tion de chaque poten­tio­mètre peut être désac­ti­vée par partie sonore (UPPER 1, UPPER 2, LOWER). Ces contrô­leurs trans­mettent et reçoivent des CC Midi, tout comme les para­mètres de synthèse et de mixage d’ef­fets listés ci-dessus. Signa­lons aussi la présence de tempé­ra­ments clavier (17 gammes Presets).

CT-S1000V_1audio 05 A Piano
00:0001:12
  • CT-S1000V_1audio 05 A Piano01:12
  • CT-S1000V_1audio 06 E Piano00:36
  • CT-S1000V_1audio 07 Harmo Perc00:39
  • CT-S1000V_1audio 08 Strings00:35
  • CT-S1000V_1audio 09 Choir00:28
  • CT-S1000V_1audio 10 Trio00:40
  • CT-S1000V_1audio 11 Funk Pop01:33
  • CT-S1000V_1audio 12 Funk Soul01:42

 

Effets numé­riques

CT-S1000V 2tof 11Il est loin le temps où les arran­geurs offraient un mini écho, un modeste chorus et une réverbe métal­lique. Le CT-S1000V possède de puis­sants multief­fets. Commençons par l’Ac­tive DSP, ou plutôt les Active DSP, puisqu’il y en a deux instances, routables vers les parties UPPER 1, UPPER 2 ou LOWER (on aurait préféré en avoir un par partie, mais bon). Chaque Active DSP est un puis­sant multief­fets déli­vrant 100 combi­nai­sons, conte­nant de 1 à 4 effets prédé­fi­nis, puisés parmi 29 algo­rithmes : EQ, tremolo, auto­pan, compres­seur, limi­teur, enhan­ceur, phaser, chorus, flan­ger, HP tour­nant, pitch shif­ter, modu­la­teur en anneau, réflexion, délai, wahwah, distor­sion, modé­li­sa­tion de nombreux amplis célèbres. Pour chaque effet, plusieurs para­mètres sont éditables (5 à 12), ce qui monte l’ad­di­tion à plusieurs dizaines pour les DSP combi­nant 4 effets. Outre le choix, la qualité est là, vrai­ment bravo ! On peut assi­gner des para­mètres d’ef­fets aux trois poten­tio­mètres en façade.
On pour­suit par les effets « système ». Le premier est une réverbe, offrant 24 types (diffé­rentes pièces, halls, plaques, délais, cathé­drale). Le deuxième est un chorus, offrant 12 types (chorus clas­siques, feed­back, flan­gers, délais courts). Le troi­sième est un délai, offrant 15 types (courts, longs, échos, synchro au tempo, ambiance, stéréo). Aucun para­mètre n’est éditable pour ces effets, il s’agit de Presets purs et durs, dommage. On peut toute­fois doser la quan­tité de chaque effet système appliqué à chaque partie sonore (UPPER 1, UPPER2, LOWER) via les trois poten­tio­mètres assi­gnables ou des CC Midi (un peu lourd). On trouve aussi un EQ maitre 4 bandes semi-para­mé­triques, doté de 10 Presets et un réglage utili­sa­teur. Pour être complets, il nous reste deux points à signa­ler : l’en­trée audio (analo­gique et numé­rique Blue­tooth) dispose d’un effet d’éli­mi­na­tion de voix centrale (simple marche/arrêt) et les HP inté­grés offrent un effet d’élar­gis­se­ment. C’est dit !

Bien accom­pa­gné

CT-S1000V 2tof 14Comme tout bon CT qui se respecte, le CT-S1000V contient une section arran­geur. On peut soit utili­ser un rythme de batte­rie seule, soit y ajou­ter une section arran­ge­ment prépro­gram­mée multi­tim­brale, harmo­ni­sée en temps réel. Les styles ainsi formés sont décom­po­sés en diffé­rentes sections, que l’on peut lancer à la volée (démar­rage/arrêt en appuyant sur la touche lecture/stop ou synchro au clavier) : intro (quelques mesures pour faire monter l’am­biance), deux varia­tions prin­ci­pales (par exemple, couplet et refrain), deux fill-in (suivant la varia­tion en cours, sans bascu­le­ment, dommage) et une fin (quelques mesures pour finir en beauté). Un style vient avec ses sons prédé­fi­nis (« One Touch »), mais on peut désac­ti­ver cette fonc­tion pour conser­ver les sons au chan­ge­ment de style (par exemple, pour jouer une valse musette avec des sons EDM).
La mémoire interne contient 243 styles Presets (rythme + accom­pa­gne­ment) dans diffé­rents genres : pop, rock, dance, jazz, tradi­tion­nel, latin, orien­tal, afri­cain, asia­tique, coun­try, orches­tral, balade, piano. On trouve aussi 50 empla­ce­ments pour char­ger des styles supplé­men­taires, mais il faudra les créer/acqué­rir ailleurs puis les impor­ter (format AC7, CFK ou Z00), parce que le CT-S1000V ne permet pas de les fabriquer en interne. Lorsqu’on active un accom­pa­gne­ment, les pistes instru­men­tales (basses, guitare, cuivres, cordes, synthés…) sont auto­ma­tique­ment harmo­ni­sées suivant le jeu. On trouve six types de recon­nais­sance d’ac­cords : maison, main gauche clas­sique, prio­rité à la basse, renver­se­ment, accords à un ou deux doigts, recon­nais­sance d’ac­cords sur tout le clavier. L’écran affiche l’ac­cord reconnu en temps réel, ce qui permet au passage de révi­ser sa nota­tion, puisque le scan est précis et recon­nait les accords les plus exotiques à 3 et 4 notes (suspen­dus, augmenté, dimi­nués, add…). On peut aussi harmo­ni­ser un son à main droite suivant les accords joués à main gauche (12 types d’har­mo­ni­sa­tion : duo, trio, quatuor, quinte, octave, coun­try, big band…). Les arran­ge­ments sont dans l’en­semble réus­sis, entrai­nants, utiles et parfois aussi, cari­ca­tu­raux.

Arpé­gia­teur et séquen­ceur

CT-S1000V 2tof 15Le CT-S1000V est équipé d’un petit arpé­gia­teur, qui permet de lancer des motifs ryth­miques suivant les notes jouées au clavier. On peut assi­gner les parties UPPER 1, UPPER 2, UPPER 1&2 ou LOWER au motif en cours. Plutôt qu’of­frir un tas de para­mètres éditables, Casio four­nit 150 motifs : arpèges clas­siques, phrases séquen­cées, accords ryth­miques, phrases modu­lées. A part le choix du motif et l’as­si­gna­tion de partie, on peut spéci­fier le main­tien… et c’est tout ! L’ar­pé­gia­teur peut évidem­ment être utilisé en même temps que la partie arran­geur, en parfaite synchro­ni­sa­tion.
Le clavier est aussi capable de lire direc­te­ment des morceaux Midi sur clé USB (format SMF 0/1 ou Casio CMF), les rece­voir depuis une appli­ca­tion (cf. chapitre suivant) puis les sauve­gar­der en mémoire interne (10 empla­ce­ments). Cela peut être utile pour écou­ter un titre ou s’en­trai­ner (possi­bi­lité de couper une piste main gauche / main droite, ajou­ter un métro­nome et réaf­fec­ter les sons). On peut aussi enre­gis­trer son jeu au clavier (instru­ment ou rythme simple), sur une piste ou en surim­pres­sion (multi­piste), à concur­rence de 40.000 notes et 999 mesures. L’édi­tion se limite à la copie ou l’ef­fa­ce­ment de pistes, il n’y a pas de quan­ti­fi­ca­tion, modi­fi­ca­tion des notes ou des contrô­leurs, c’est plutôt un bloc-notes qu’un véri­table séquen­ceur.

Rela­tions exté­rieures

CT-S1000V 2tof 22Le CT-S1000V est équipé de deux prises USB (To Host et To Device) pour connec­ter des mémoires de masse ou faire tour­ner des appli­ca­tions. Avec une clé USB connec­tée à la prise To Device, on peut impor­ter et/ou expor­ter les mémoires de Regis­tra­tions, « My Setup », Songs, rythmes, samples, synthèse vocale, fichiers Midi/audio. La prise USB To Device permet aussi de connec­ter l’adap­ta­teur Midi/audio sans fil fourni. On peut alors commu­niquer en Midi ou entrer de l’au­dio numé­rique dans la machine. Si le Midi est bidi­rec­tion­nel, ce n’est pas le cas de n’au­dio (ce n’est donc pas une inter­face audio à part entière). La prise To Host (type micro-B) s’uti­lise unique­ment avec un câble USB adéquat. Elle permet notam­ment de faire tour­ner deux appli­ca­tions maison sur smart­phone, Casio Music Space et Lyric Crea­tor, dispo­nibles aux format iOS et Android. Casio Music Space est un programme géné­ra­liste permet­tant de gérer des Songs, pilo­ter la machine et faire tour­ner des programmes d’ap­pren­tis­sage musi­cal.
Lyric Crea­tor est pour sa part spéci­fique au CT-S1000V et permet d’en tirer toute l’ori­gi­na­lité du moteur de synthèse vocale. Cette appli permet d’en­trer un texte au clavier ou d’en­re­gis­trer la voix sur smart­phone / tablette, ou encore d’im­por­ter un fichier Music XML (analysé au choix en phonèmes ou mores anglais ou japo­nais), l’édi­ter (décou­per les syllabes, en ajou­ter, en rallon­ger, en suppri­mer, ajou­ter des silences), le faire synthé­ti­ser par la machine et stocker le résul­tat dans l’une des 50 mémoires internes de phrases vocales (maxi­mum 100 syllabes de 1/8 temps). On défi­nit aussi la divi­sion tempo­relle des syllabes pour les jouer à la main ou les synchro­ni­ser à l’hor­loge. Mieux, on peut descendre au niveau des phonèmes qui consti­tuent les syllabes pour chan­ger la diction d’ori­gine grâce à une large banque de phonèmes. Plusieurs phrases peuvent être assem­blées en une séquence, ce qui permet de contour­ner la limite des 100 syllabes. On peut enfin program­mer un « voca­liste utili­sa­teur » (i.e. les carac­té­ris­tiques vocales du son) à partir d’un son WAV et le stocker dans le CT-S1000V (en complé­ment aux 22 Presets exis­tants). Le mieux, c’est que tout cela se fait très simple­ment et très rapi­de­ment, le plus dur étant de trou­ver un cordon smart­phone -> USB micro-B, le reste étant de l’ex­pé­ri­men­ta­tion et du fun. Ce n’est pas choquant d’avoir recours à un smart­phone, l’in­ter­face utili­sa­teur de la machine n’au­rait pas été adap­tée pour expé­ri­men­ter autant de choses aussi simple­ment (taper au clavier, enre­gis­trer l’au­dio au micro, éditer les phrases, modi­fier les phonèmes, expor­ter…).

Conclu­sion

CT-S1000V 2tof 19Le CT-S1000V est arrivé modes­te­ment dans notre studio, un peu par hasard, pas vrai­ment repéré sur nos radars à sa sortie. Avec ses 5 petits kilos tout mouillé, ses petits HP, ses quelques commandes directes, son corps tout en plas­tique et son tarif modeste, les obser­va­teurs se sont deman­dés ce qu’il faisait là. Un petit arran­geur de plus ? Pas tout à fait… Au-delà des styles, de la banque sons échan­tillon­nés, du mini-séquen­ceur et de la lecture de fichiers Midi, la machine nous surprend. D’abord, par la musi­ca­lité des sons et des arran­ge­ments. Ensuite, par ses fonc­tions inha­bi­tuelles sur une machine de cette gamme : clavier de commande, échan­tillon­nage (certes très basique mais toujours utile pour faire le petit truc en plus), arpé­gia­teur, section effets complète.
Mais le clou du spec­tacle, qui justi­fie à lui seul l’ac­qui­si­tion du clavier, c’est le moteur inédit à synthèse vocale. Ce n’est pas le premier de l’his­toire, on en trouve en VST, dans les Quan­tum/Iridium de Waldorf et même dans le tout premier clavier Casio (le CT-201 de 1980). Mais ce nouveau moteur conjugue plusieurs facteurs déter­mi­nants : simple, immé­diat, ludique, faci­le­ment modu­lable en live et éditable en détail. Qui plus est, il apporte un souffle nouveau aux produc­tions et perfor­mances, utilisé tel quel ou complè­te­ment détourné. Avec le CT-S1000V, nous tenons enfin notre nouvel OVNI signé Casio : Award Inno­va­tion !

  • CT-S1000V 2tof 01
  • CT-S1000V 2tof 02
  • CT-S1000V 2tof 03
  • CT-S1000V 2tof 04
  • CT-S1000V 2tof 05
  • CT-S1000V 2tof 06
  • CT-S1000V 2tof 07
  • CT-S1000V 2tof 08
  • CT-S1000V 2tof 09
  • CT-S1000V 2tof 10
  • CT-S1000V 2tof 11
  • CT-S1000V 2tof 12
  • CT-S1000V 2tof 13
  • CT-S1000V 2tof 14
  • CT-S1000V 2tof 15
  • CT-S1000V 2tof 16
  • CT-S1000V 2tof 17
  • CT-S1000V 2tof 18
  • CT-S1000V 2tof 19
  • CT-S1000V 2tof 20
  • CT-S1000V 2tof 22
  • CT-S1000V 3capture schéma vocal

 

8/10
Award Innovation 2022
Fabrication (?) : Chine
Points forts
  • Synthèse vocale originale
  • Panoplie sonore honnête
  • De bons arrangements
  • Puissante section effets
  • Possibilité d’échantillonner
  • Arpégiateur intégré
  • Petit séquenceur Midi
  • Fonctions clavier de commande
  • Midi et entrée audio sans fil
  • Autonomie (HP, piles)
  • Editeur synthèse vocale sur smartphone
  • Tarif très serré
Points faibles
  • Edition limitée des sons instrumentaux
  • Echantillonnage très basique
  • Certains sons et arrangements caricaturaux
  • Impossibilité de créer ses propres styles
  • Manque de commandes directes
  • Clavier un peu mou
  • Pas mal de navigation dans les menus
Auteur de l'article synthwalker Passionné de synthés, concepteur produits et rédacteur presse

J'aime tous les synthés, avec une prédilection pour les polyphoniques vintage à mémoires, que j'empile avec délectation depuis quelques dizaines d'années. Vieux gourou chauve mais pas barbu, j'écris depuis un quart de siècle des articles techniques sur les synthés et j'ai contribué au développement de certains d'entre eux. Plusieurs centaines ont été publiés, dont une grande partie sur Audiofanzine. J'ai aussi contribué aux magazines PlayRecord, Musiciens, Recording Musicien, Musicsound et KR.


Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
Auteur de l'article synthwalker Passionné de synthés, concepteur produits et rédacteur presse

J'aime tous les synthés, avec une prédilection pour les polyphoniques vintage à mémoires, que j'empile avec délectation depuis quelques dizaines d'années. Vieux gourou chauve mais pas barbu, j'écris depuis un quart de siècle des articles techniques sur les synthés et j'ai contribué au développement de certains d'entre eux. Plusieurs centaines ont été publiés, dont une grande partie sur Audiofanzine. J'ai aussi contribué aux magazines PlayRecord, Musiciens, Recording Musicien, Musicsound et KR.

cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.