Devenir membre
Devenir Membre

ou
Continuer avec Google
Connexion
Se connecter

ou
Se connecter avec Google
test
Piment frappé dans verre fumé

Test de l'overdrive pour basse Darkglass Electronics Vintage Deluxe v2

Agrandir
Ajouter ce produit à
  • Mon ancien matos
  • Mon matos actuel
  • Mon futur matos
Darkglass Electronics Vintage Deluxe v2
Photos
1/24
Darkglass Electronics Vintage Deluxe v2

Distorsion/Overdrive/Fuzz Basse de la marque Darkglass Electronics .

Écrire un avis
Prix public : 299 € TTC

Il était une fois, dans un pays fort fort lointain …

L’his­toire de Dark­glass ressemble un peu à un de ces télé­films de l’après-midi sur M6, dans lesquels deux indi­vi­dus passion­nés luttent, contre vents et marées, pour vivre leurs rêves quitte à parcou­rir des milliers de kilo­mètres. Et les kilo­mètres sont bien là : la marque fut fondée il y a 6 ans en Finlande par … deux chiliens. Étrange destin que celui de ces concep­teurs d’ef­fets, ni le Chili ni la Finlande ne dispo­sant il me semble, d’une répu­ta­tion signi­fi­ca­tive dans le domaine.

Pour­tant, les deux compères se sont lancés dans l’aven­ture, commençant clas­sique­ment par souder des proto­types dans leur salon, et proposent depuis quelques années une gamme centrée sur un besoin très précis : la satu­ra­tion pour les bassistes. Mais pas n’im­porte quelle satu­ra­tion pour n’im­porte quel bassiste : du son de grande qualité, des pédales très bien conçues, et une gamme qui distingue le son « à l’an­cienne » du son « satu­ra­tion moderne ». Ainsi, pour chaque type de son, Dark­glass donne nais­sance à une pédale d’over­drive et à une décli­nai­son en plus grand format faisant égale­ment office de préamp. Si depuis, une fuzz, un compres­seur et un préam­pli interne pour basse ont rejoint les rangs des pédales propo­sées par la marque, la satu­ra­tion pour basse reste leur créneau de base et c’est là qu’ils se sont construit, en peu de temps, une excel­lente répu­ta­tion.

C’est donc avec curio­sité et impa­tience qu’on a appris en décembre dernier la mise à jour de la Vintage Deluxe, c’est-à-dire le modèle orienté vers les sons d’over­drive clas­siques dans sa version préam­pli / DI. La Vintage Deluxe première du nom est pour­tant une pédale récente, et les utili­sa­teurs semblent satis­faits de cette version. Comment faire mieux que bien ?

Leçon de design finno-chilien

La pédale est livrée dans une élégante boîte en carton noire, frap­pée du logo de la marque et munie d’une ferme­ture aiman­tée, le genre de boîte que l’on gardera volon­tiers pour y stocker quelques menus objets plutôt que la jeter dans la poubelle à recy­clage la plus proche. Un petit livret tient lieu de mode d’em­ploi succinct rappe­lant les fonc­tions prin­ci­pales de la pédale, un second livret présente la gamme des pédales du fabri­cant, et un auto­col­lant du (très classe, avouons-le) logo de la marque vous permet­tra d’af­fi­cher les couleurs de votre four­nis­seur de gros son.

Darkglass Electronics Vintage Deluxe v2 : Images test Vintage Deluxe V2 4.JPG

En ce qui concerne la pédale elle-même, dans un boîtier tout en alu d’un seul bloc rappe­lant forte­ment les laptops d’une marque frui­tée, on retrouve un nombre consé­quent de réglages et de prises marquant une volonté de poly­va­lence assez pous­sée. Jugez-en plutôt :

Sur le côté droit : une entrée instru­ment en jack, une prise pour adap­ta­teur secteur au « stan­dard » Boss (9V centre néga­tif, l’adap­ta­teur n’est pas fourni et la pédale ne fonc­tionne pas avec des piles), et une sortie « paral­lel output » en jack égale­ment, pour le son non-traité (par exemple pour utili­ser la pédale comme préam­pli envoyant le signal à une console tout en utili­sant un ampli sur scène).

Sur le côté gauche : une sortie niveau instru­ment en jack, et une sortie niveau ligne en XLR (c’est-à-dire une DI) avec un switch de masse (ground lift). Une première rangée de poten­tio­mètres rassem­blant les réglages les plus courants pour une over­drive pour basse, j’ai nommé le gain (« drive »), le volume de sortie (« level ») et un mélan­geur son saturé / son clair (« blend »), qui consti­tue souvent l’arme secrète d’un son de basse saturé qui tienne la route ; une seconde rangée de poten­tio­mètres plus typique d’un préam­pli puisqu’il s’agit d’une égali­sa­tion active 4 bandes (graves, bas médiums, haut médiums et aigus). Les poten­tio­mètres n’ont pas de « détente » au point milieu comme il pour­rait y en avoir sur le préam­pli d’une basse. 

Entre ces deux rangées de poten­tio­mètres, deux mini-switches trois posi­tions, l’un appelé « attack » prenant en charge la réponse en aigus de la satu­ra­tion (avec comme posi­tions « flat », « boost » ou « cut »), l’autre plus spéci­fique aux graves (son petit nom est « grunt » avec comme posi­tions « fat », « thin » et « raw » ). Notons que c’est sur l’éga­li­sa­tion 4 bandes et ces 2 switches que la V2 diffère de la V1. Celle-ci en effet dispo­sait d’une égali­sa­tion 3 bandes unique­ment, et le carac­tère sonore de la satu­ra­tion était pris en charge non pas par des switches, mais par un poten­tio­mètre « era » jouant sur le spectre global de la pédale. 

Darkglass Electronics Vintage Deluxe v2 : Images test Vintage Deluxe V2 10.JPG

Les deux séries de réglages intro­duites dans la V2 ne sont pour autant pas des incon­nues pour qui jette un œil aux autres produits de la gamme de Dark­glass : il s’agit en effet, pour les 2 switches de couleur sonore, de réglages que l’on retrouve dans le design de la satu­ra­tion B3K, et l’éga­li­sa­tion 4 bandes est présente sur sa grande sœur en version préam­pli, la B7K. En revanche, impos­sible de savoir s’il s’agit exac­te­ment des mêmes réglages (c’est-à-dire s’il s’agit des mêmes circuits agis­sant sur les mêmes fréquences). La compa­rai­son avec le descrip­tif de la B7K montre qu’a minima, les bandes de fréquences des bas et haut médiums ne sont pas iden­tiques entre les deux pédales.

Une LED bleue complète le tour de la pédale, le foots­witch quant à lui est ferme sous le pied, mais ne présente pas le clic marqué d’un foots­witch « true bypass ». Par ailleurs, le mode d’em­ploi ne fait pas non plus mention du bypass. En tout cas, pédale bran­chée, mais non allu­mée je n’ai pas perçu d’al­té­ra­tion du son, s’il s’agit d’un buffer il semble de qualité.

Le Vintage en action

Basse à la main, direct dans la carte son via la sortie DI, je m’at­telle à la décou­verte de l’en­gin. Je règle tout d’abord le blend au maxi­mum (sans son clair dans le mélange), l’éga­li­sa­tion à plat et les deux switches dans leur posi­tion la plus « neutre » afin de jauger le carac­tère sonore de la bête. La course du gain est très progres­sive : avec le gain au mini­mum le son n’est pas saturé si l’on joue norma­le­ment et la satu­ra­tion appa­rait unique­ment si l’on attaque vigou­reu­se­ment à la main droite.

Darkglass Electronics Vintage Deluxe v2 : Images test Vintage Deluxe V2 11.JPG

Le son présente une perte de graves nette, mais pas inquié­tante puisqu’on peut bien sûr retrou­ver ces graves dès qu’on remet une dose de son clair dans le mélange. Dans la première moitié de la course de ce même poten­tio­mètre de gain, le son garde cette sensi­bi­lité à la dyna­mique. Aux envi­rons de 9 à 10h coté gain, avec une dose de son clair dans le mix, le son est agréa­ble­ment velouté, flat­teur à l’oreille, pas du tout neutre, mais dès qu’on éteint la pédale on se dit tout simple­ment « c’est mieux avec » et on la rallume aussi­tôt. Avec le gain au-delà de 12h, la satu­ra­tion est présente en perma­nence même avec l’at­taque la plus déli­cate qui soit et une dose non négli­geable de graves revient dans le son au point que l’ajout de son clair n’est plus tota­le­ment néces­saire. C’est encore plus net joué au média­tor, avec un son natu­rel­le­ment moins riche en graves qu’aux doigts. Aux réglages les plus extrêmes du gain, le son est creusé, riche en graves, mais surtout en aigus au détri­ment des bas médiums, mais néan­moins toujours typé over­drive : on atteint ni le niveau de satu­ra­tion d’une distor­sion violente, ni le gras et la touche un peu synthé­tique d’une fuzz.

Le premier enre­gis­tre­ment illustre la plage du poten­tio­mètre de gain (pédale coupée, puis acti­vée, gain à 9h, 12h et 15h), le tout avec le blend au maxi­mum (sans son clair dans le mélange) et les deux switches en posi­tion la plus neutre.

00:0000:00

 

Les deux switches proposent des boosts de fréquences posi­tion­nés avant l’étage de satu­ra­tion, pour modi­fier le spectre de la pédale et le type de satu­ra­tion obte­nue.

Le switch d’ai­gus (« attack ») en posi­tion « boost » donne l’ef­fet de bascu­ler le spectre sonore de la pédale vers des terri­toires plus modernes. Le gain semble augmen­ter plus rapi­de­ment sur la première moitié de la course du poten­tio­mètre  « drive » et dans la seconde moitié de la course, la satu­ra­tion devient violente et flirte avec le terri­toire d’une fuzz (cf. deuxième extrait : pédale coupée, puis acti­vée, gain à 9h, 12h et 15h).

00:0000:00

En posi­tion « cut », dans la première moitié de la course du gain, l’ef­fet est simi­laire à celui d’une tona­lité passive que l’on aurait coupée en partie. Dans la seconde moitié de la course du gain, le son est moins abra­sif et rend ces plages de réglages plus utili­sables à mon goût par rapport à la posi­tion « flat », notam­ment au média­tor (cf. troi­sième extrait : pédale coupée, puis acti­vée, gain à 9h, 12h et 15h, et au média­tor gain à 15h égale­ment).

00:0000:00

Le switch de grave (« grunt ») en posi­tion « raw » donne un boost de graves d’un effet compa­rable à l’ajout d’une dose de son clair, mais limité juste­ment aux graves, le son restant par ailleurs creusé dans les médiums. (cf. quatrième extrait : pédale coupée, puis acti­vée gain à 9h, 12h et 15h)

00:0000:00

La posi­tion « fat » donne un véri­table coup de fouet aux graves qui deviennent surboos­tés quelle que soit la posi­tion du gain. Aux doigts comme au média­tor c’est parti­cu­liè­re­ment flat­teur joué seul avec la pédale comme préam­pli. Dans un ampli et utili­sée comme over­drive en revanche c’est un peu exces­sif, vos collègues de groupe vous en font rapi­de­ment la remarque (cf. cinquième extrait : pédale coupée, puis acti­vée gain à 9h, 12h et 15h, et au média­tor gain à 15h égale­ment).

00:0000:00

Notons qu’en raison du posi­tion­ne­ment des deux switches entre les deux rangées de potards et de la taille des boutons, la mani­pu­la­tion des deux switches sans faire tour­ner les boutons de l’éga­li­sa­tion est un peu hasar­deuse, et par ailleurs la séri­gra­phie des noms des posi­tions de ces switchs est en partie masquée par les boutons. C’est sans consé­quence une fois qu’on a rapi­de­ment saisi comment s’en servir, mais c’est dommage pour une pédale dont le design se veut pensé dans les moindres détails. Un zoom sur la photo d’une B7K qui a les mêmes réglages dans le même format montre qu’elle souffre du même léger défaut.

Darkglass Electronics Vintage Deluxe v2 : Images test Vintage Deluxe V2 5.JPG

Coté égali­sa­tion juste­ment, elle présente une plage d’uti­li­sa­tion agréable car non exces­sive : en boost comme en cut, les réglages de graves, de hauts médiums et d’ai­gus sont effi­caces sans être cari­ca­tu­raux, ils font penser nette­ment à l’ef­fet qu’on peut obte­nir avec une bonne égali­sa­tion active inté­grée à une basse. Le poten­tio­mètre de bas médiums est plus subtil d’uti­li­sa­tion. Si l’on utilise la pédale comme un simple préam­pli, sans satu­ra­tion ou presque, il joue consi­dé­ra­ble­ment sur le carac­tère sonore de la basse elle-même. Un balayage de ce poten­tio­mètre place le son de basse dans un mix de manière instan­ta­née, plus ou moins en avant, plus ou moins collé à la grosse caisse ou à la guita­re… Avec un taux de satu­ra­tion plus signi­fi­ca­tif, ce poten­tio­mètre agit sur le carac­tère sonore de l’over­drive, avec le même type d’ef­fet que les switches, mais sur un autre registre. Un réglage fin de ce poten­tio­mètre « lo mids » asso­cié aux deux switches enri­chit consi­dé­ra­ble­ment la gamme de sons que la pédale est capable de produire.

Dans le sixième et dernier extrait sonore, j’illustre la course de ce poten­tio­mètre « lo mids » (à 7h, 11H, 13h et 16h) avec par ailleurs, le gain à 11h, les deux switches en posi­tion neutre et le blend à fond (c’est à dire sans son clair).

00:0000:00

Chili con carne

Le son global de cette Vintage Deluxe deuxième du nom est véri­ta­ble­ment charnu, quel que soit le réglage. Les diffé­rents para­mètres inter­agissent beau­coup, mais l’ap­proche peut être simpli­fiée en réglant le type global de son saturé avec le gain et les switches, puis en ajou­tant une dose de son clair et/ou en recti­fiant l’éga­li­sa­tion. On peut arri­ver à un résul­tat simi­laire avec plusieurs combi­nai­sons de réglages, ce qui laisse à chaque utili­sa­teur la possi­bi­lité de se faire sa propre approche de la pédale.

La parenté avec les sons clas­siques d’un ampli à lampes est affi­chée jusqu’au nom de la pédale. On navigue dans les mêmes terri­toires en effet, sans pour autant défi­nir si l’on s’ap­proche spéci­fique­ment du son d’une marque en parti­cu­lier. La pédale est poly­va­lente en termes d’uti­li­sa­tions possibles (au sens de « boîte à tout faire »), un excellent outil aussi bien pour l’en­re­gis­tre­ment, l’uti­li­sa­tion comme préam­pli vers une console en live, ou comme over­drive devant un ampli. Une poly­va­lence qui permet de justi­fier le prix, tout de même non négli­geable puisqu’an­noncé à 299 euros. Le son reste lui typé, pas de son limpide ici, je ne quali­fie­rais donc pas le son de poly­va­lent dans l’ab­solu, mais pour qui cherche un son typé, gras, qui torde avec la dyna­mique du jeu, c’est un excellent choix. Reste à mettre les sous de coté pour vous l’of­frir ! 

  • Darkglass Electronics Vintage Deluxe v2 : Images test Vintage Deluxe V2 1.JPG
  • Darkglass Electronics Vintage Deluxe v2 : Images test Vintage Deluxe V2 2.JPG
  • Darkglass Electronics Vintage Deluxe v2 : Images test Vintage Deluxe V2 3.JPG
  • Darkglass Electronics Vintage Deluxe v2 : Images test Vintage Deluxe V2 4.JPG
  • Darkglass Electronics Vintage Deluxe v2 : Images test Vintage Deluxe V2 5.JPG
  • Darkglass Electronics Vintage Deluxe v2 : Images test Vintage Deluxe V2 6.JPG
  • Darkglass Electronics Vintage Deluxe v2 : Images test Vintage Deluxe V2 7.JPG
  • Darkglass Electronics Vintage Deluxe v2 : Images test Vintage Deluxe V2 8.JPG
  • Darkglass Electronics Vintage Deluxe v2 : Images test Vintage Deluxe V2 9.JPG
  • Darkglass Electronics Vintage Deluxe v2 : Images test Vintage Deluxe V2 10.JPG
  • Darkglass Electronics Vintage Deluxe v2 : Images test Vintage Deluxe V2 11.JPG
  • Darkglass Electronics Vintage Deluxe v2 : Images test Vintage Deluxe V2 12.JPG

 

8/10
Points forts
  • Plus polyvalent que son nom de « vintage » ne le laisse soupçonner
  • Grande qualité sonore
  • Une overdrive qui ne fait pas que ça, loin de là
Points faibles
  • Léger regret sur le design qui tasse les deux switches entre les deux rangées de potentiomètres
  • Alimentation uniquement sur transfo, mais le transfo n’est pas fourni : c’est un détail important à savoir pour éviter la déception au déballage
  • La qualité a un prix

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.