Devenir membre
Devenir Membre

ou
Connexion
Se connecter

ou
Agrandir
Ajouter ce produit à
  • Mon ancien matos
  • Mon matos actuel
  • Mon futur matos
iZotope RX 8 Advanced
Photos
1/8

Test d’Izotope RX8 Advanced

Logiciel de restauration audio de la marque iZotope appartenant à la série RX

Écrire un avis ou Demander un avis
Prix public US : $1,199 incl. VAT
test
14 réactions
RX prend de la hauteur
8/10
Award Valeur sûre 2020
Partager cet article

Deux ans se sont écoulés depuis la sortie de RX 7 qui ouvrait le logiciel vers des applications plus musicales, un cap visiblement qui se poursuit avec cette version qui met aussi l'accent sur la productivité...

Test d’Izotope RX8 Advanced : RX prend de la hauteur

Véri­table stan­dard dans le monde de l’au­dio et de l’au­dio­vi­suel, RX n’en finit plus de gagner de nouvelles fonc­tions de sorte que le logi­ciel de restau­ra­tion est désor­mais loin de se canton­ner à la seule amélio­ra­tion de trans­ferts depuis la bande ou le vinyle. À une époque où la colla­bo­ra­tion à distance comme les contraintes écono­miques de l’in­dus­trie ont fait voler en éclat le modèle eigh­ties du studio physique où l’on venait faire un disque de A à Z, réali­ser un album implique souvent en effet de devoir mixer des prises faites à des endroits diffé­rents par des gens diffé­rents et dont les compé­tences varient. Si une maison de disque accepte encore de louer quelques jour­nées d’un grand studio pour enre­gis­trer des cordes ou des cuivres, il n’est pas rare en effet qu’on fasse la voix ici, la batte­rie là, la basse et les guitares dans un autre endroit encore, sachant que ce n’est pas forcé­ment dans de vrais studio que tout cela aura lieu, mais parfois dans le home studio ou project studio même des artistes, lesquels n’ont pas forcé­ment toutes les compé­tences d’un ingé son expé­ri­menté et disposent d’un maté­riel bien diffé­rent du sien. On se retrouve ainsi à devoir gérer des acous­tiques diffé­rentes, mais aussi des prises de qualité variable, qu’il faudra nettoyer et homo­gé­néi­ser en amont même du mixage. Et c’est là que RX entre en jeu, parce qu’il s’est montré capable au fil des versions de corri­ger quan­tité de problèmes suscep­tibles de gâcher une prise, du bruit de bouche ou de respi­ra­tion trop présente à la ronflette secteur en passant par la réverb un peu trop enva­his­sante.

Sans oublier des fonc­tions typiques de la restau­ra­tion de masters, c’est donc vers cet usage que progresse encore cette version 8, ainsi que sur des éléments ergo­no­miques desti­nés à vous simpli­fier la vie.

En marge des nouveaux modules de trai­te­ments, des amélio­ra­tions inté­res­santes sont en effet à signa­ler sur les aspects pratiques du logi­ciel qui peut par exemple désor­mais gérer jusqu’à 32 onglets (au lieu de 16 précé­dem­ment) et se voit doté d’un système de scrol­ling hori­zon­tal simpli­fiant les dépla­ce­ments rapides et précis dans le spec­tro­gramme.

batchprocessorIzotope a aussi profité de cette version pour revoir de fond en comble le module de trai­te­ment par lot. Cela ne parlera pas à tout le monde, mais lorsqu’il s’agit d’ap­pliquer la même chaîne de trai­te­ments à des centaines de fichiers présen­tant les mêmes défauts (reti­rer une ronflette guitare lorsqu’on bâtit une librai­rie de samples par exemple), inutile de dire que ce sont des heures que vous fera gagner cette évolu­tion. On dispose en effet d’une inter­face simplis­sime pour sélec­tion­ner les fichiers à gauche, défi­nir les trai­te­ments au centre (avec la possi­bi­lité de garder des presets) et préci­ser enfin les options de sortie à droite (format, réso­lu­tion, empla­ce­ment, mais aussi ajout de suffixe ou de préfixe), sachant que l’on peut décli­ner autant de versions qu’il est néces­saire pour un seul et même fichier. Ne manque que trois choses : la gestion d’une incré­men­ta­tion précise sur les noms des fichiers géné­rés, la possi­bi­lité d’au­to­ma­ti­ser les aspects avan­cés des meta­da­tas (notam­ment sur les MP3) tandis qu’en marge des modules de trai­te­ment, on aurait aimé dispo­ser d’une fonc­tion de « croping » pour reti­rer auto­ma­tique­ment le silence en début ou en fin d’un fichier. Trois choses qui nous permet­traient de nous passer défi­ni­ti­ve­ment de l’usage d’autres éditeurs, sachant qu’en dehors de cela et d’un temps de trai­te­ment souvent un peu long, force est d’ad­mettre que ce trai­te­ment par lot remplit parfai­te­ment ses objec­tifs.

Ce qui fait la renom­mée de RX ne tient toute­fois pas dans ses fonc­tions d’édi­teur audio, mais plutôt dans ses modules de trai­te­ment. Or, sur ce plan, cette huitième mouture propose quan­tité d’amé­lio­ra­tions et de nouveau­tés.

Hello de LUFS !

loudnessLe premier module que nous exami­ne­rons n’est sans doute pas le plus décoif­fant, mais il n’en est pas moins l’un des plus utiles vu qu’il concerne la norma­li­sa­tion en fonc­tion du loud­ness, soit le volume moyen perçu sur un fichier audio. Une fonc­tion qui est désor­mais au coeur des préoc­cu­pa­tions des profes­sion­nels, vu qu’en fonc­tion du média utilisé pour la diffu­sion, il faut se confor­mer à diffé­rentes normes. On sera donc ravi de voir débarquer ce RX 8 Loud­ness Control qui, en marge des outils de norma­li­sa­tion et de mesure dont dispo­sait déjà RX, permet de modi­fier le volume global d’un fichier en utili­sant diffé­rentes normes rela­tives à la mesure LUFS (Loud­ness Units rela­tive to Full Scale). Rien à dire sur la réali­sa­tion du module, RX se char­geant de géné­rer une visua­li­sa­tion précise du niveau moyen et vous permet­tant de défi­nir les niveaux cibles à court ou long termes comme une contrainte sur les pics de volume. Tout juste aurait-on souhaité dispo­ser de plus de presets pour cibler les plate­formes de strea­ming qui ont toutes leurs diffé­rentes exigences (iTunes, YouTube, Spotify, Vimeo, etc.). Sinon, c’est parfait.

Venons-en toute­fois aux outils de restau­ra­tion purs et durs qui ont fait la renom­mée du logi­ciel, avec l’ar­ri­vée de deux petits nouveaux desti­nés à régler les arte­facts propres à la compres­sion numé­rique pour l’un, et au vieillis­se­ment des supports analo­giques pour l’autre.

De-MP3eur ?

spectralrecoveryOn commence avec le Spec­tral Reco­very Module qui permet de refaire une beauté à des enre­gis­tre­ments ayant souf­fert d’une bande passante trop étroite, comme c’est le cas lorsqu’on passe par un stream médiocre ou encore un enco­dage MP3 infé­rieur à 160 kbps. Le module d’iZo­tope vise ainsi à redon­ner des aigus (tout le travail se situe au-dessus de 4 kHz) et donc de la brillance à ces enre­gis­tre­ments qui se distinguent souvent par leur côté sourd, ce qui a un effet immé­diat sur leur intel­li­gi­bi­lité.

Voyez ce que cela donne sur un MP3 encodé en 96 kbps :

lescar­to­gra­phesmwtm
00:0000:39
  • lescar­to­gra­phesmwtm00:39
  • lescar­to­gra­phesmwtm­pro­ces­sed00:39

À compa­rer avec l’ori­gi­nal en 256 kbps :

lescar­to­gra­phesmwt­mo­ri­gi­nal
00:0000:39

Un brin déce­vant tout de même tant l’amé­lio­ra­tion semble légère, même avec des réglages pour­tant assez bour­rins. Le problème tient sans doute au fait que rajou­ter des aigus ne suffit pas à faire oublier les arte­facts de la compres­sion présents sur cette partie du spectre et dont le tambou­rin réver­béré souffre gran­de­ment. Sur ce registre, on préfè­rera donc se tour­ner vers l’Un­chirp de Zynap­tiq qui n’est certes pas donné mais propose un véri­table algo s’at­taquant aux arte­facts.

En vis-à-vis de ce module en demie-teinte, on accueillera avec enthou­siasme un module réclamé depuis des lustres par les utili­sa­teurs et s’at­taquant à une problé­ma­tique clas­sique de la restau­ra­tion : le vieillis­se­ment des bandes magné­tiques et des disques vinyles.

Pour en finir avec le Wow

Aaaah le bonheur de la cassette audio oubliée sur la plage arrière de la voiture garée en plein soleil… Pour en finir avec les problèmes inhé­rents à la fragi­lité de la bande, Izotope comble enfin une de ses grandes lacunes avec un outil de correc­tion du pleu­rage et du scin­tille­ment extrê­me­ment effi­cace et simple à régler. Voyez ce que ça donne sur l’in­tro de A New Error de Mode­rat :

WOWmo­de­ra­to­ri­gi­nal
00:0000:17
  • WOWmo­de­ra­to­ri­gi­nal00:17
  • WOWmo­de­rat­pro­ces­sed00:17


wowflutterL’amé­lio­ra­tion est cette fois plus sensible même si on ne peut pas gérer le pitch aussi préci­sé­ment qu’avec le Caps­tan de Cele­mony dont c’est la spécia­lité. Conve­nons toute­fois que le rapport effi­ca­cité/simpli­cité du module d’Izo­tope devrait suffire pour pas mal d’usages.

dehumDans le sillage de ces deux utili­taires, on mention­nera aussi l’amé­lio­ra­tion de l’in­con­tour­nable module de de-huming utilisé pour suppri­mer un bruit résident sur un enre­gis­tre­ment de type frigo ou ronflette secteur. Quoi de neuf, le fait de pouvoir suppri­mer le bruit jusqu’à 16 harmo­niques de la fonda­men­tale et un mode adap­tif parti­cu­liè­re­ment effi­cace. Merci pour ça !

Reste enfin à parler des modules plus tour­nés vers la produc­tion musi­cale, à commen­cer par le fameux outil de remixage Music Reba­lance qui nous arrive dans une seconde version.

Izotope R(emi)X

rebalance2Dispo­nible égale­ment comme plug-in Audio­suite pour Pro Tools, Music Reba­lance nous arrive dans une nouvelle mouture qui propose bien évidem­ment des algo­rithmes amélio­rés, mais aussi une fonc­tion qui simpli­fiera gran­de­ment son utili­sa­tion : la possi­bi­lité de géné­rer quatre fichiers (appe­lés STEM) issu de la sépa­ra­tion de la voix, de la basse, des percus­sions et du reste. Si l’ou­til est en géné­ral très effi­cace pour modi­fier l’équi­libre d’un mixage, en atté­nuant ou accen­tuant telle ou telle partie, il se montre plus perti­nent que jamais pour l’iso­la­tion ou la suppres­sion d’un élément. Parfois évidem­ment, l’algo se prend les pieds dans le tapis, mais ça marche souvent très bien, de sorte qu’on peut récu­pé­rer une voix pour un Remix, ou la suppri­mer pour faire un instru­men­tal, et qu’on pourra sans problème utili­ser la piste de basse ou de percus­sions pour trig­ger un Synthé ou une batte­rie virtuelle. Bref, c’est un outil qui devrait séduire, au-delà des restau­ra­teurs audio, plus d’un remixeur ou d’un DJ, au point qu’on se demande bien pourquoi Izotope ne sort pas un logi­ciel dédié à ces publics qui ajou­te­rait des fonc­tions spécia­li­sées autour de Music Reba­lance (extrac­tion de boucles, exports de slices, etc.).

Enfin, ou pourra regret­ter que la sépa­ra­tion du « reste » ne donne pas lieu à plus d’ou­tils pour encore sépa­rer tout ce qui peut se trou­ver là-dedans pêle-mêle : instru­ments à vent, à cordes… Il y a donc encore une marge de progres­sion sur ce module déjà très inté­res­sant en l’état. Voyez ce que ça donne avec un extrait du bon vieux Paulo, remixé ensui­te….

Paul McCart­ney – At The Mercyo­ri­gi­nal
00:0001:08
  • Paul McCart­ney – At The Mercyo­ri­gi­nal01:08
  • Vocal01:09
  • Percus­sion01:09
  • Bass01:09
  • Other Instru­ments01:09
macca­re­mix
00:0000:18

Du talc sur les doigts du guita­riste ?

guitardenoiseJ’ai gardé le plus origi­nal pour la fin, à savoir le module Guitar De-noise qui s’at­taque aux bruits typiques d’une prise de son de guitare : le bruit de l’am­pli dans le cas d’une élec­trique, mais aussi celui des doigts se déplaçant sur les frettes ou celui du média­tor. Avec ses trois sous-modules, Guitar De-noise permet sans conteste de faire le ménage dans tout cela avec une grande effi­ca­cité.

Voyez ce que cela donne sur les bruits de frettes, puis sur celui du média­tor :

guitar
00:0000:04
  • guitar00:04
  • guitar­desquitch00:04
  • guitar­de­me­dia­tor00:04

Ça marche globa­le­ment pour atté­nuer le bruit des frets même si ça ne rempla­cera pas une inter­ven­tion à même le spec­tro­gramme, tandis que plusieurs passes ont été néces­saires pour atté­nuer le bruit du média­tor et que je ne suis pas sûr qu’un tran­sient desi­gner bien utilisé ne serait pas plus probant. Au-delà de cela, l’usage du module pourra faire débat. Ces bruits faisant d’une certaine façon partie inté­grante du son d’une guitare enre­gis­trée, les suppri­mer peut abou­tir à un résul­tat certes plus parfait, mais manquant du coup de carac­tère ou de réalisme. À vous de voir…

Conclu­sion

En dépit de certains modules forcé­ment perfec­tibles, et notam­ment le déce­vant Spec­tral Repair, Izotope rend malgré tout une bonne copie avec ce RX 8 qui propose des amélio­ra­tions concer­nant la produc­ti­vité. La mise à jour est donc inté­res­sante pour ceux qui l’uti­lisent au quoti­dien, sachant que les milles autres choses que RX sait faire sont toujours aussi perti­nentes dans un contexte de restau­ra­tion pure comme dans celui d’un studio ou d’un home studio.

Que manque-t-il ? De moins en moins de choses il faut en conve­nir du côté des trai­te­ments, même si en plus d’un véri­table algo de correc­tion des arte­facts de compres­sion et d’un correc­teur de pleu­rage et scin­tille­ment plus sophis­tiqué, on souhai­te­rait aussi des outils un peu plus évolués pour trai­ter les problèmes de phase (à la Soun­dra­dix), un équi­valent du Unfil­ter de Zynap­tiq, une gestion plus simpli­fiée du M/S, et qu’un correc­teur de tona­lité/place­ment façon Melo­dyne serait fort bien­venu (la version Essen­tial de ce dernier est d’ailleurs inté­grée dans le bundle de l’édi­teur). Mais c’est surtout du côté de l’in­té­gra­tion qu’on souhai­te­rait voir évoluer le logi­ciel, en passant proba­ble­ment par la plate­forme ARA, histoire de ne pas avoir à faire d’al­ler-retour trop fasti­dieux entre la STAN et RX à l’heure de l’edi­ting…On aime­rait sans doute aussi que RX s’as­sume plus clai­re­ment comme un éditeur audio, histoire de ne plmus avoir à passer par un Wave­lab ou un Sound­forge pour des fonc­tions bien banales mais qui manquent ici.

Ceci étant dit, on louera toujours l’ex­cellent équi­libre fonc­tion­na­li­tés/prix proposé par les trois versions du soft et on attend d’ores et déjà RX9 pour voir où les coyotes d’Izo­tope nous emmè­ne­ront cette fois-ci, sachant que la sortie récente de Reba­lance au format ARA promet le meilleur : on croise les doigts ! En atten­dant, il faut le recon­naître : à quelque niveau de profes­sion­na­lisme que l’on se situe et selon lequel on s’orien­tera vers telle ou telle version, RX est juste un incon­tour­nable. Ne passez pas à côté !

8/10
Award Valeur sûre 2020
Points forts
  • Enfin un outil pour gérer le pleurage et le scintillement des vieilles bandes et vieux vinyles !
  • Le Loudness Control répondant à un vrai besoin actuel
  • Music Rebalance toujours plus efficace et capable de générer des STEM
  • Guitar De-noise et Spectral Recovery Module, intéressants dans le principe
  • Le module de traitement par lot très bien revisité
  • Scrolling et plus d’onglets pour simplifier la vie
Points faibles
  • Le module Wow & Flutter n’offre pas la précision d’un Capstan
  • Spectral Recovery décevant en vis-à-vis d'un Unchirp
  • Guitar Denoise bienvenu mais pas miraculeux en termes de résultats
  • Toujours pas de vraie intégration avec les STAN et éditeurs audio (on rêve d’ARA 2)
  • Pas de fonction de croping dans le traitement par lot
  • On souhaiterait une meilleure gestion du M/S
Auteur de l'article Los Teignos

Si j'avais eu le physique, nul doute que j'aurais fait un grand Sumo, mais vu que je ne pèse que 80 kg, j'occupe mon temps comme je peux entre musique et littérature.


Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
Auteur de l'article Los Teignos

Si j'avais eu le physique, nul doute que j'aurais fait un grand Sumo, mais vu que je ne pèse que 80 kg, j'occupe mon temps comme je peux entre musique et littérature.

cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.