Devenir membre
Devenir Membre

ou
Connexion
Se connecter

ou
pédago
56 réactions

Des normes, enfin ?

La Loudness War, 10e partie

Suite de notre dossier sur le volume, ses conséquences sur la musique, le son et nos oreilles.

Accéder à un autre article de la série...

La dernière fois, nous avons commencé à parler des efforts mis en œuvre, efforts qui proviennent aussi bien des construc­teurs, éditeurs, diffu­seurs et profes­sion­nels de l’au­dio (on a évoqué Sound Check, le nouveau prin­cipe mis en œuvre par Apple, d’autres ont précédé ou vont suivre) que des légis­la­teurs (l’idée de descendre dans une four­chette plus basse le volume des salles de concerts).

D’autres grands acteurs de la vie numé­rique ont mis en place un système de modé­ra­tion du volume : Spotify, d’abord, puisque l’op­tion de norma­li­sa­tion (je n’ai pu trou­ver d’in­fos précises sur les moyens utili­sés) est présente depuis 2009. Atten­tion quand cette option est désac­ti­vée, car Spotify utilise en perma­nence un limi­teur qui peut avoir un effet plutôt désa­gréable suivant le volume des diffé­rents morceaux (notam­ment ceux mixés trop fort, soit un très grand pour­cen­tage d’al­bums récents). Mais comme les albums trop « hot  » (au DR tout riquiqui) sonnent déjà mal…

Mais le plus impor­tant est peut-être ce que fait YouTube depuis le mois de décembre 2014. Rappe­lons que la plate­forme est l’un des médias les plus consul­tés au monde en ce qui concerne la décou­verte et le suivi d’ar­tistes musi­ciens, notam­ment auprès des plus jeunes d’entre nous ; à cet égard, le moindre frémis­se­ment est immé­dia­te­ment réper­cuté dans le monde entier, via les diffé­rents réseaux sociaux. Il n’est pas dit que le dernier en date ait suscité la même disper­sion que d’autres nouvelles plus triviales, mais il est d’une impor­tance énorme pour la lutte contre la guerre du volume.

Quand le 13 est béné­fique 

La plate­forme de strea­ming a implé­menté un nivel­le­ment du volume perçu de ses vidéos musi­cales, en utili­sant comme réfé­rence un niveau d’à peu près –13 LUFS. C’est-à-dire que tous les médias mis en ligne chez l’hé­ber­geur se verront modi­fiés pour offrir un niveau perçu égal, quel que soit le volume de départ. Votre audio offre un niveau de –20 LUFS (donc une possi­bi­lité d’avoir une très belle dyna­mique, en théo­rie de 20 LU) ? Hop, il gagne 7 LUFS en étant boosté à –13 LUFS, si la marge lais­sée par le niveau crête maxi­mum le permet (ce qui n’est pas toujours le cas). Votre audio offre un niveau de –8 LUFS ? Hop, il va perdre 5 LUFS pour être ramené à –13 LUFS. Devi­nez lequel sonnera le mieux ?

Regar­dons les deux captures d’écran suivantes.

La première est l’ana­lyse de « King Kuta » de Kendrik Lamar, de l’al­bum To Pimp A Butter­fly (DR de 5).

Loudness war

La seconde est l’ana­lyse de la vidéo du même titre sur YouTube.

Loudness war

On le voit, le Loud­ness est bien descendu autour de 13 LUFS. D’autres véri­fi­ca­tions du même genre ont bien montré cette modi­fi­ca­tion du volume perçu. Il est cepen­dant à noter que les vidéos et musiques mises en ligne avant décembre 2014 montrent encore des volumes très diffé­rents. Reste à savoir si YouTube pren­dra soin de les modi­fier toutes, ou si cela ne s’ap­pliquera qu’aux plus récentes. Et qu’un quel­conque arran­ge­ment commer­cial ne permet­tra pas à certains de sonner un peu plus fort ; suspi­cion légi­time, tant certaines vidéos récentes dépassent le cadre appa­rem­ment imposé (-13 LUFS)…

Chan­ge­ments

Mais, me direz-vous, moins 13 quoi ? –13 LUFS, pour Loud­ness Unit rela­tive to Full Scale, le LUFS étant la nouvelle unité de mesure défi­nie par la norme EBU-R128, dont on a déjà parlé ici. Pour rappel, la norme impose une valeur de –1 dBTP (dB True Peak) et une valeur de –23 LUFS. À noter, les normes inter­na­tio­nales, comme l’ITU-R BS.1770, proposent elles le stan­dard LKFS (pour Loud­ness K-weigh­ted rela­tive to Full Scale), qui est équi­valent au LUFS).

Sans rentrer dans tous les détails (si l’on cherche plus d’in­for­ma­tions, une liste de liens et docu­ments est four­nie en fin de cet article), il s’agit d’une nouvelle façon de mesu­rer le volume perçu (donnée toute rela­tive, mais comme d’ha­bi­tude avec un stan­dard, s’il est adopté par tout le monde, il fait sens) sur plusieurs durées (Inte­gra­ted, c’est-à-dire sur toute la durée d’un programme, Short et Momen­tary) ainsi qu’en termes d’écarts, avec le Loud­ness Range (en LU). En cas de non-respect du Loud­ness et des True Peak, les fichiers seront modi­fiés afin de rentrer préci­sé­ment dans les normes.

Grâce à cette nouvelle façon de voir (entendre) les choses, on peut espé­rer que son adop­tion par les diffé­rents médias conduira à une unifor­mi­sa­tion, non pas de la musique ou du son, mais bien du volume diffusé, lais­sant ainsi l’au­di­teur/spec­ta­teur libre de monter globa­le­ment le son d’un média, plutôt que de subir une course au volume destruc­trice sur le plan sonore, et en bout de chaîne, sur nos oreilles. Un exemple type d’ac­tion ? L’ef­fet pub après une émis­sion ou un film, qui n’écla­tera plus aux oreilles des spec­ta­teurs.

Pour réfé­rence, les deux exemples du précé­dent article ont été « mouli­nés » via un des nombreux proces­seurs permet­tant d’ajus­ter n’im­porte quel fichier audio au maxi­mum défini par l’une ou l’autre norme. Pour la démo sur Jones et Guetta, le proces­seur a été réglé à –20 LUFS.

Si les choses se géné­ra­lisent, et il semble que cela soit le cas, l’im­pact en amont va être énorme. Parce que les tenants actuels du « tout très fort  », maisons de disques, publi­ci­taires, radios et artistes eux-mêmes, vont s’aper­ce­voir (souhai­tons-le…) que leurs produc­tions font pâle figure à côté d’autres correc­te­ment mixées, puisque leur manque de dyna­mique, de clarté, d’im­pact va sauter aux oreilles. 

Un seul mot : vite.

Réfé­rences

Tous les docu­ments et liens ici propo­sés, ceux prin­ci­pa­le­ment utili­sés pour cette série d’ar­ticles, comportent eux-mêmes de très nombreux liens et réfé­rences que l’on pourra consul­ter si l’on cherche à appro­fon­dir ses connais­sances. Comme la majo­rité des papiers tech­niques, ils sont en anglais.

Un blog, déjà mentionné dans le test du Flux PAS, a cepen­dant proposé une synthèse en français :

← Article précédent dans la série :
Des normes ? Énorme...
Article suivant dans la série :
Les logiciels de mesure et de correction →

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.